Archives du tag ‘diversité

Sur la rue principale, la vie passe   1 comment

J’ai appris à regarder la rue principale de mon quartier avec sagesse. Elle est belle, elle est vivante, stimulante et souvent différente.

Oui il est vrai que l’été elle a des airs de légèreté, il fait chaud, les portes sont ouvertes et la rue est bondée de gens provenant de différents horizons. Mais c’est toujours la même rue.

C’est très différent de l’hiver, lorsqu’un voile blanc de neige couvre des surfaces importantes, que le froid accélère le pas et que les promeneurs sont nettement moins nombreux. Mais c’est toujours la même rue.

Vous devriez voir cette rue avec ses lumières et ses guirlandes au mois de décembre. Noël annonce le cadeau des couleurs, le magasinage du présent et la course contre la montre pour certains. La neige s’accumule. Mais c’est toujours la même rue.

À l’automne quand il pleut et que le temps est gris, que même les itinérants se cachent pour ne pas être emportés par la grisaille, c’est la fin des festivités et pourtant, c’est toujours la même rue.

Bientôt, la neige va fondre, et les pousses vertes vont revenir éclore. La rue fera peau neuve, et elle célèbrera le premier soir d’ouverture des terrasses. Des couples marcheront lentement, collés, avec leurs regards lumineux. Et ce sera toujours la même rue.

Une rue à l’image de la vie. Là où des racontars pourraient y voir les différents courants de pensée contradictoire pour illustrer la représentation du monde, d’autres y voient que le cycle de la vie qui berce nos perceptions sans en atteindre la nature profonde. Un point de vue différent n’est pas la preuve d’une position différente pour le sage qui regarde l’ouvrage du temps.

Une chanson deLior Shoov – Changing with the seasons

http://www.quai-baco.com/lior-shoov-changing-with-the-seasons-en-session-acoustique-25050/

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

 

La jeune fille du bus   Leave a comment

La petite fille assise dans le bus nous permet d’explorer notre niveau d’acceptation et d’ouverture au regard des autres.

Le poids des jugements, vous en pensez quoi?

Publié 16 février 2018 par dandanjean dans Réflexions trouvées à partager

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Heureux de faire votre connaissance   Leave a comment

ImAGE_claire beilvert

Il suffit de voyager un peu, de discuter avec les gens, de partager un peu de leur vécu pour comprendre que le mot diversité est un détour pour en arriver à l’ouverture à la différence, puis à l’ouverture à l’autre.

En franchissant les frontières dont nous avons convenu, il y a des personnes riches de leurs différences, tant sur le plan de l’organisation sociale, des croyances, de l’art et de la culture.

Je pourrais prendre un thé ou un café sur cette terrasse que mes rêves de partance ont déposée sur ta route, et ensemble nous serions probablement à des années-lumière de fosses idéologiques. Nous parlerions de ce que nous vivons, simplement, à se découvrir l’un l’autre.

Il suffit de voyager un peu pour se rendre compte que nous avons avant tout en commun le besoin de connaître. Ce besoin de comprendre, de découvrir, de savoir qui nous pousse à lire, à discuter, à voyager, à étudier. Ce besoin de connaître, il est partout dans le monde et il est nettement plus immense que nos différences.

Les personnes dont il faut se méfier sur nos routes ce sont celles qui n’ont plus besoin de connaître. Celles qui savent tout et qui auront fermé leur cœur, ne cherchant plus de rencontres, mais des conversions. Ils ont perdu la curiosité et l’émerveillement.

Les gens qui se retrouvent veulent savoir. Par des livres, par des pas, par des communications ouvertes, ils veulent connaître ce monde fabuleux dans tous ses secrets, toutes ses particularités et toutes ses singularités.

C’est probablement pour cela que nous sommes souvent heureux de faire votre connaissance….

Une pièce musicale de Divine Mother – Sacred Earth

 

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 12 février 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Accueillir ici ou ailleurs   1 comment

Signs-From-The-Universe

Tout voyageur qui se lance à l’aventure d’explorer d’autres cultures, d’autres horizons, a comme espoir qu’il sera accueilli avec respect, qu’il sera aidé sans se faire diminuer, qu’il pourra partager des moments de vies sans se sentir jugé, et avoir la possibilité de faire les choses à sa façon sans se sentir envahisseur ou coupable.

En fait, comme voyageur nous ne recherchons pas l’intolérance et les conflits. Nous voulons avoir ce petit privilège de réaliser notre aventure et nos rêves.

Je fais le souhait que lorsque nous revenons au pays, nous accordions la même chose aux nouveaux arrivants et voyageurs. Apprendre à s’enrichir mutuellement par la présence, à s’accueillir avec respect, à s’entraider sans diminuer, à partager des moments de vies sans juger, à s’offrir le partage de nos traditions sans se culpabiliser afin de perpétuer la richesse de notre humanité.

En fait, comme citoyen, nous ne recherchons pas l’intolérance et les conflits. Nous voulons avoir ce petit privilège de réaliser notre vie, nos rêves et le développement social de notre pays.

Une chanson de Jacques Michel – Amène-toi chez nous

Accords et paroles sur : https://www.boiteachansons.net/Partitions/Jacques-Michel/Amene-toi-chez-nous.php

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

 

 

Publié 29 janvier 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Au menu de la carte du monde   2 comments

Tout jeune, en me levant, je jouais un peu et puis je prenais le déjeuner (au Québec c’est le nom du premier repas du jour), composé de céréales et des tranches de pain grillé. Maintenant, je prends du café et d’autres surprises.

À 17 ans, j’ai pris l’avion pour l’Europe et après un périple de quelques semaines, je me suis rendu à Istanbul. Beaucoup de choses étaient différentes. On me parlait d’un petit déjeuner alors que je voulais un déjeuner, d’un déjeuner au lieu d’un dîner et d’un dîner au lieu d’un souper. Je me sentais bien loin du Québec.

On m’a servi du thé alors que j’étais habitué à du café. Je ne retrouvais plus mes repères, et je mesurais l’ampleur du manque que je vivais. Manque de ce à quoi j’étais habitué. J’étais un apatride.

Puis, j’ai fait d’autres voyages dans le cadre du travail ou de l’exploration : l’Espagne, la Grèce, la France, l’Inde, les États-Unis, l’Afghanistan, l’Italie, l’Iran, le Pakistan, l’Égypte, le Cameroun, le Bénin, le Cuba, et d’autres à venir, j’espère.

Je sais maintenant, par exemple, que parler de pâtes implique de nommer une variété de produits, le spaghetti n’est plus seul, il côtoie différents produits différents tant au niveau de la forme que de  la texture ou de la garniture, le spectre s’étend des momos tibétains au couscous du nord de l’Afrique.

Pendant que certains mangent du pain grillé au premier repas du jour, d’autres mangent des croissants, des brioches, des bagels ou de la semoule de blé. Le repas du soir peut se déguster avec une moussaka, une tourtière, des tapas, des grillons, des cœurs de pigeon ou des shawarmas. Dans un village au coeur de l’Inde, à tous les repas on me servait du riz aux légumes. Aujourd’hui, j’ai compris que même si le nom du repas change, si on me sert une spécialité locale, je vais certainement vivre une nouvelle aventure culinaire et me rassasier. Je me suis affranchi de mes certitudes et je suis ouvert à la diversité.

C’est en abolissant les frontières de l’esprit que la terre que nous foulons pourra offrir une nouvelle place à la table de l’inclusion au monde malgré nos menus différences.

Une chanson de Maxime Le Forestier – San Francisco

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/1107871.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 17 janvier 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Ces gens qui entrent en nous   Leave a comment

La rencontre de gens remarquables, ces personnes de cœur qui font la différence auprès des autres, est un événement qui nous transforme à jamais, car ils ont instauré une nouvelle forme de présence. Nous les voyons, nous échangeons, puis après ce moment intense, ils entrent en nous. Ils nous nourrissent comme une nouvelle source d’énergie et nous permettent de grandir.

*

C’est parce qu’ils rêvent l’impossible qu’ils peuvent devenir plus humains. Du non-né peut jaillir de grandes choses. Si vous regardez les gens et que vous les traitez comme s’ils étaient des présences essentielles à la vie, le mot différence deviendrait une expression exprimant l’accueil de notre humanité.

*

Lorsque je regarde ce que l’on fait parfois de nos vies, il m’arrive de penser que rien n’est plus facile que de ne pas croire à soi. Et pourtant, nous portons ce qui a le potentiel de nous libérer.

Une chanson de U2 – With or without you

Les paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/242617-u2-with-or-without-you.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Partout chez soi   Leave a comment

eveil-tv-conscience-pixabay

L’individu d’une grande lignée sera partout chez lui dès qu’il portera en sa pensée la diversité. Plus nous nous réconcilions avec nous-mêmes, avec notre histoire et nos racines, plus nous écoutons sans jugement le chant des oiseaux posés sur nos branches.

Plus on est confronté à une vérité solitaire, plus on cueille tout ce manque à soi-même.

Hélas, la plupart du temps, nous sommes vides d’importants mais pleins d’inutiles. Incapables de nous délivrer des meurtrissures, des horaires imposés par la société de productivité qui rongent l’humain jusqu’à la trame.

Par distraction, on ne réalise plus cette myriade d’énergies vivantes, cette merveille qu’est le cerveau humain – émetteur, récepteur, force d’opposition.

Sophia Sherine Hutt dans La musique du ciel en héritage

Une chanson de Youssou N’Dour interprétée avec Neheh Cherry – 7 Seconds

 

Les paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/245996.html

Publié 11 janvier 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , ,

%d blogueurs aiment cette page :