Archives du tag ‘diversité

La terre fertile de la diversité humaine   Leave a comment

ImAGE le voyage

Plus je parcours des livres, plus j’écoute, plus je rencontre des gens, plus je m’ouvre aux différents modes de communications,  plus je constate qu’il y a un bon nombre de personnes qui peuvent m’apprendre de nouvelles facettes à développer.  Je découvre une belle dimension de notre monde.

En laissant de côté les référents sociaux de type performance (meilleur, maître, et tous ces avatars ou déclinaisons du concept de compétition), il est possible de découvrir un espace humain riche et multiple.  Avec cette perspective, les rencontres ne sont plus des opportunités de débats pour se faire valoir, mais des contacts de partage, de complicité, et parfois de compassion.

J’ai la chance de découvrir des espaces solidaires dans ce qui me touche le plus, je me sens privilégié. Cela fait en sorte que je suis souvent en partance et malgré la distance les personnes en connexion sont  toujours proches.

La diversité humaine est une terre fertile à explorer et la vie offrent de belles surprises.

Une chanson de Jean-Jacques Goldman reprise par Génération Goldman – Famille

Paroles sur : https://www.lacoccinelle.net/956814-jean-jacques-goldman-famille.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Publié 22 octobre 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Tu n’es pas obligé   Leave a comment

Nos peurs nos choix

Tu n’as pas besoin d’être ce que les autres veulent que tu sois.

Tu n’es pas obligé d’être spontané ou sociable.

Tu n’es pas obligé d’être mince ou magnifique ou la définition de quelqu’un d’autre d’attrayante.

Tu n’es pas obligé d’être quelqu’un d’autre que la personne que tu es authentiquement, et tu n’es certainement pas obligé de passer ton temps et ton énergie à convaincre les autres que tu vaux la peine d’être accepté.

Les bonnes personnes reconnaîtront ta valeur. Ils te respecteront, t’apprécieront et t’accepteront, sans te forcer de changer qui tu es.

La vie est courte et ton bonheur est bien trop important pour prendre compte des gens qui ne te traitent pas correctement.

Daniell Koepke

Une chanson de Alex Nevsky – Les Coloriés

Même l’ennui

Et même la mort

Ne viennent pas ici

Dis-moi si j’ai tort

Enlunons la nuit

Étoilons nos corps

Oublions nos vies

Réécrivons l’histoire

Il faut tout réinventer!

Il faut se réinventer!

Il faut se colorier!

Il faut se colorier!

Amplifions nos rires

Nourrissons l’espoir

Redevenons libres

Il suffit d’y croire

Enrayons l’empire

Et brûlons l’école

Il suffit de dire «BOUH!»

Pour que s’effondre le dogme

Il faut tout réinventer!

Il faut se réinventer!

Il faut se colorier!

Il faut se colorier!

Il faut se colorier!

Publié 20 octobre 2017 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Je suis pareil que toi, cela s’entend   Leave a comment

Mêmes nos gestes peuvent porter nos rêves!

Une réflexion à partager pour plus d’inclusion.

Publié 4 octobre 2017 par dandanjean dans Débats à partager

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Eric-Emmanuel Schmitt et ce que nous avons en commun   1 comment

One

Ce que nous avons en commun, ce sont des questions.

Nous avons tous les mêmes questions. Et ce qui nous différencie, ce sont nos réponses.

Nos réponses nous singularisent, nous différencient, parfois nous opposent.

 

Eric-Emmanuel Schmitt, philosophe et auteur

 

Une chanson de Bono et The Edge de U2 – One

Publié 27 septembre 2017 par dandanjean dans Débats à partager, Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , ,

L’homme de la terre   Leave a comment

fe1

Lorsqu’il est apparu, il disait qu’il était un homme de la terre. À cette époque, il avait cette liberté de se déplacer là où il le voulait. Il était en quelque sorte partout chez lui.

Puis un jour, il a dû accepter une frontière à ne pas franchir à son gré. Un voisin avait décidé de s’approprier ce petit coin de terre. Il s’est dit que ce n’était pas grave, puisqu’il y avait tant d’espaces disponibles.

Puis, au fil des ans, d’autres voisins ont décidé de faire de même, de s’approprier un coin de terre, de nommer celui-ci, et d’établir leurs propres règles et leurs propres lois.

Lentement la terre s’est fragmentée en centaines de territoires. Il était de plus en plus en difficile de voyager d’un endroit à l’autre sans contraintes. Certains voisins demandaient des droits de passage, ils définissaient la durée acceptable de séjour, et d’autres imposaient un code de vie ou un code vestimentaire.

Toutefois, à bien y regarder, le tableau n’était pas si noir, car dans la majorité de ces territoires, il existait des femmes et des hommes qui refusaient d’en remettre au plan de la partition. Ainsi, notamment lors des jeux de société, ils évitaient d’alimenter les activités de nature compétitive et préféraient contribuer aux jeux de nature coopérative. L’idéal de la solidarité se redessinait différemment, tout simplement.

Aujourd’hui, notre homme n’est plus considéré comme un homme de la terre, mais comme un homme de nulle part. On le dit, selon les différents territoires ou différentes perspectives, errants, sans abri, migrant, étranger, apatride, immigrant, sans papier, voir même gitan.

Je doute que ces noms représentent bien cet homme, qui à mes yeux, demeure un homme de la terre, qui marche, comme d’autres, parfois pieds nus sur la terre sacrée.

Une chanson de Leonard Cohen traduite par Graeme Allwright – L’étranger

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Publié 15 septembre 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

La voie du savoir n’a pas de sentiers attitrés   Leave a comment

Deux moines un rire

Le développement du savoir et du développement du potentiel des personnes reposent sur des connaissances individuelles ou collectives acquises par l’expérimentation, l’apprentissage, l’observation et l’étude. Ces connaissances relèvent chacune d’un domaine précis.

Le plus grand frein au développement du savoir est d’imposer une seule approche ou une seule démarche. Cette vision rétrécie, ultimement, nous pousse à véhiculer qu’une seule forme de connaissance tout en nous propulsant vers une plus grande ignorance. C’est par la diversité que nous retrouvons la richesse de nos savoirs, la prise en compte des différents points de vue et des cultures qui nous ont façonnées.

Nous devrions nous méfier de l’homme de science qui défend que la vision scientifique du monde, et qui pourchasse et ridiculise d’autres démarches. De même, nous devrions nous méfier tout autant, de ce croyant qui ne voit, et prône que la forme de connaissance par révélation. Ou encore, nous devrions nous méfier de ces économistes qui ne comptabilisent que les connaissances à valeur ajoutée. Tous les domaines de connaissance peuvent être utilisés par des esprits mal intentionnés ou ignorants pour détruire de large aspect créatif et culturel de notre humanité. Si notre planète est en si mauvais état, c’est en grande partie par la superposition d’intérêts provenant d’ignorants du bien commun et du développement du savoir.

Cette forme de répression barbare est souvent engendrée par un sentiment d’appartenance qui au début semblait noble. Mais lorsque le sentiment d’appartenance génère un phénomène d’exclusion sociale, c’est là qu’il faut appliquer les freins. L’élitisme est un aveuglement dangereux.

Que des adeptes de yoga, d’un parti politique ou d’un cercle philosophique se retrouvent ensemble, c’est une bonne chose. Mais, nier la véracité de la position des autres factions est un aveuglement volontaire.

Les personnes qui cherchent vraiment le développement des savoirs ont un esprit ouvert et inclusif. Les femmes et les hommes considérés comme des grands esprits empreints de sagesse et qui ont marqué notre histoire étaient ouverts à d’autres types de connaissances que leur domaine d’expertise. Il existe des voies différentes pour mieux comprendre l’univers et la vie qui nous entoure, et le fait de voir les avancées en neuroscience grâce à la contribution de méditants n’a rien de surprenant.

La voie du savoir n’a pas de sentiers attitrés.

Une chanson de Roger Hodgson – Logical song

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

 

Publié 22 août 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

L’image du cœur   3 comments

ImAGE amour musique

 

L’image du cœur représentant l’amour est maintenant bien intégrée collectivement et consommée par beaucoup d’entre nous. Nous retrouvons autour de nous, des références constantes à cette image. Il y a même des personnalités du monde des affaires et des artistes qui forment un cœur avec leurs doigts lors de certaines apparitions publiques. Ils expriment leur amour.

Cette image est l’un des facteurs d’identification universelle, d’agrégation,  permettant d’espérer le monde unifié, mais sans toutefois réellement susciter un réel mouvement profond de masse. Nous le savons tous, il y a encore des guerres, des attentats, des insultes, des luttes de pouvoir, des batailles, du sexisme, du harcèlement et j’en passe. Au plan politique, ceux qui ont essayé de récupérer cette image se sont retrouvés au cœur (un jeu de mots?) de tensions religieuses.

Bien que cette image ait une longue histoire, sa propre mythologie, son interprétation est avant tout singulière et ancrée dans le mystère, c’est-à-dire qu’elle est partagée entre initiés d’appartenance ou d’allégeance.

À mes yeux, les mots ont une couleur. Ainsi, pour certain la perception du mot amour est d’un rouge foncé, intense, passionné pouvant sous ses diverses modulations entraîner l’inconvenance pour d’atteindre un but. Avec cette teinte, ultimement, on peut mourir, se perdre ou tuer, etc.

Pour d’autres, le mot amour est d’un rouge pastel, tendre, suscitant la compassion et le partage. Cet amour ne vise aucune dépendance et recherche l’union des singularités. Ultimement, on peut se perdre à se fondre pour les autres.

Et il y a une multitude de couleurs sur la palette des perceptions accessible à notre cerveau.

Alors, les initiés d’une teinte se retrouvent et parlent aux autres apatrides en ayant en perspective que leur point de vue. Ces autres d’appartenance différente ne perçoivent trop souvent que les quelques nuances manquantes selon leurs perspectives et ils espèrent convaincre sur ces particularités.

Les personnes les plus souriantes et heureuses que j’aie croisé ont une vision inclusive de l’amour, sans s’attacher à une forme précise. Ils acceptent les différentes manifestations et ils en puisent les aspects positifs, créateurs et porteurs d’ouverture. C’est toute la différence entre imposer sa vision et en dépendre, ou apprécier les différentes teintes avec attention sans prendre pour soi, laissant s’écouler le mouvement de la vie.

Je vous souhaite de découvrir de nouvelles facettes de l’amour.

Une chanson de Francis Cabrel interprétée par les Enfoirés – Tout le monde y pense

 

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Publié 20 août 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , , ,

%d blogueurs aiment cette page :