Archives du tag ‘paix

Ensemble   Leave a comment

Boule humaine

Au début, je n’entendais qu’un son, un son léger. J’ai porté une attention plus soutenue. Au bout de quelques secondes, j’ai pris conscience que c’était un murmure, à peine audible, mais un mot murmuré. Cela m’intrigua, et j’ai arrêté alors toutes mes occupations.

C’était bien un murmure, mais il semblait que je distinguais maintenant plusieurs voix. Des mots jaillissaient, prononcés en canon, paix, espoir, amour, peur, désir, liberté, acceptation… Plus je portais attention, plus je distinguais un ensemble d’expression de cette humanité qui nous habite.

Les voix, les langues, les tonalités, la force de l’expression, toutes ces différences qui du même souffle, interpelle notre âme. Bien que bien des mots me fussent inconnus, j’en saisissais l’énergie, le sens.

Je suis conscient que nos différences suscitent un effort d’ouverture et d’acceptation, mais l’espace d’un instant, je sais qu’il est possible de faire le premier pas, de prendre conscience minimalement que nous sommes ensemble, d’une même humanité.

Ensemble!

Une chanson de Jean-Jacques Goldman – Ensemble

Les paroles sont dans la vidéo

 

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2017 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

 

Publié 12 décembre 2017 par dandanjean dans Contes, Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , , , ,

La Voie du Guerrier   Leave a comment

cropped-elevation.jpg

La Voie du Guerrier est d’arrêter les troubles avant qu’ils ne commencent. Elle consiste à vaincre les adversaires spirituellement, en leur faisant réaliser la folie de leur action. La Voie du Guerrier est d’établir l’Harmonie.

*

Ceux qui cherchent la compétition commettent une grave erreur. Écraser, blesser ou détruire est le pire péché qu’un être humain puisse commettre.

*

Combattre ! Vaincre ! Dominer ! A quoi cela sert-il ?

Gagner aujourd’hui signifie perdre demain !

Quelles valeurs peuvent donc avoir les Arts Martiaux ?

La puissance physique qui fait de vous un champion du moment n’est qu’éphémère et bientôt un autre vous surpassera !

Toutes les victoires sont relatives !

Aux yeux de la Nature, être victorieux ou vaincu dans le monde des humains demeure sans valeur, à l’image du flux et de reflux de l’océan.

Quelle signification peut avoir la domination des autres si nous ne sommes pas capables de nous dominer nous-mêmes ?

Mais qu’y a-t-il au-delà?

*

La vraie voie du Guerrier est de prévenir le massacre, elle est l’art de la paix, la puissance de l’amour

Morihei Ueshiba

Une chanson du film le Guerrier pacifique – Everything Has a Purpose (Tout a un but)

Publié 6 décembre 2017 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Paroles pour apaiser la douleur et accueillir la paix   Leave a comment

Audrey Hepburn, UNICEF ambassador in Ethiopia

March 16-17, 1988, Ethiopia — Soon after becoming a UNICEF ambassador, Audrey Hepburn went on a mission to Ethiopia, where years of drought and civil strife had caused terrible famine. — Image by © Derek Hudson/Sygma/Corbis

Celui dont la douleur est plus grande que la vision de son but perdra sa vision et succombera à la douleur

Rav Ashlag

Une seule chose ma colombe. Il n’est que d’accueillir une bribe de cette souffrance noire dans son propre cœur, de l’y bercer, de l’y soigner. Et d’espérer qu’y œuvre l’alchimie d’amour. Tout le reste est du vent.

De Seul ce qui brûle, Christiane Singer

-Pourquoi tout le monde ici est heureux et pas moi ?

– Parce qu’ils ont appris à voir la bonté et la beauté partout, répond le maître.

– Pourquoi suis-je incapable de voir la bonté et la beauté partout ?

– Parce qu’on ne peut pas voir à l’extérieur de soi ce qu’on ne voit pas en soi.

Anthony de Mello

Sariputra, le grand disciple du Bouddha, était assis en zazen, au bord d’un lac. À la surface de l’eau, de nombreux poissons sautaient. Sariputra changea de place et s’installa dans un endroit plus retiré. Mais le chant des oiseaux dérangeait son zazen. Les pensées affluaient, les illusions s’élevaient…Les oiseaux et les poissons le troublaient, aussi décida-t-il de les tuer et de les manger. Mais l’indigestion le rendit malade. Cette anecdote est un fait de jeunesse de Sariputra. Inutile de chercher à fuir le bruit de l’eau ou le chant des oiseaux. Le trouble vient de notre esprit.

Le Bol et le Bâton : 120 contes Zen, Taïsen Deshimaru

 

Une chanson de Rufus Wainwright – Across The Universe

 

 

PAROLES TRADUITES SUR https://www.lacoccinelle.net/249615-the-beatles-across-the-universe.html

Publié 24 novembre 2017 par dandanjean dans Réflexions trouvées à partager

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Survivre à la torture   Leave a comment

ImAGE de bonheur

 

Ce n’est pas facile, ni simple à exprimer. Mais, oui, j’ai vécu la torture et, sur une longue période. Les blessures sont profondes et encore présentes.

Au début, j’ai subi le chantage, vous savez, cette approche qui vise à s’obliger à faire quelque chose sinon nous risquons de perdre la face. Puis, cela s’est intensifié. J’ai été contraint à subir la fatigue qui nous induit un état second, et nous amène à supporter l’impossible, et continuer, encore et encore. Puis, ce fut les techniques de tromperie, celles où l’on fait miroiter un espoir, et subitement, il disparaît, afin d’attaquer les systèmes de défense. Puis différentes substances pour faire tomber les inhibitions, ce que nous ne voulons pas révélé.

Pendant ma captivité, j’ai établi une routine, que je suivais religieusement afin de pouvoir m’encrer dans certains repères. J’ai vu les espoirs d’amour s’évanouir, j’ai vu les amitiés disparaître, j’ai vu les trahisons sous leurs vrais jours. Puis, ce fut mon manque d’amour qui est apparu, les mensonges que je me suis forgés, je touchais le fondement de la situation.

Il a fallu combien de coups avant que je cède?

Il a fallu combien de chutes avant que je m’extirpe?

Il a fallu combien de pression avant de céder?

Il a fallu combien de peurs avant de lâcher-prise?

Il a fallu combien de désillusion avant de comprendre?

Nous sommes tous passés par une période de noirceur. Pour certains cela arrive plus tôt, pour d’autres plus tard. Ce texte peut paraître difficile ou dur, mais il est l’expression exacerbée de ce que nous vivons. Trop souvent, le tortionnaire est en nous-mêmes, et nous ne prenons pas conscience de ce que nous endurons inutilement, avant de lâcher-prise, et de faire la paix avec soi, puis avec les autres.

Je nous le souhaite tous.

 

Une chanson de Dany Bédard – Faire la paix avec l’amour

J’ai pas demandé à venir au monde

Je ne veux pas non plus rester dans l’ombre

J’ai pas choisi celui que j’aime

Je ne veux pas non plus cacher ma peine

 

Je suis pendue à tes lèvres

J’entends la porte qui se referme

J’éteins le soleil qui se lève

T’as jamais su calmer ma fièvre

T’as jamais pu lever les poings

Pourtant je pleure toute les nuits

Ces blessures la… je les guéris

J’ai l’impression que ça va trop loin

Refrain

J’ai dû combattre mes envies

Et faire semblant d’aimer la vie

Mais aujourd’hui c’est à mon tour

De pousser la porte et voir le jour

De reconnaître qui je suis

Et faire la paix avec l’amour

J’ai peur de ta voix et du noir

Le noir qui loge le désespoir

Celui-là même qui me poursuit

Et qui me plonge dans l’oubli

J’ai pas demandé à venir au monde

J’veux ne pas non plus rester dans l’ombre

J’ai pas choisi celui que j’aime

Je ne fais qu’un avec ma peine

Refrain

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2017 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

 

 

Publié 17 novembre 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , , ,

Être chaque jour   Leave a comment

Un jour, nous nous rendons compte que nous sommes en forme. La récolte des efforts et de la pratique a été suffisante pour permettre de bien vivre. Vous savez cette sensation de bien-être qui vous habite malgré les problèmes de santé, car nous avons entrainé notre corps à bien s’adapter aux turbulences de la vie. On se relève plus vite des épreuves, nous avons une meilleure capacité de récupération de la réalité.

Il en est de même pour l’entrainement de l’esprit. Après l’avoir intégré dans sa vie sur une base régulière, cela disparaît comme préoccupation, un peu comme la course, et un jour, nous nous rendons compte que nous sommes bien.

Il y a toujours les drames, les moments de joie, les ruptures, les départs et les nouvelles rencontres, mais tout cela s’intègre bien à notre vie. Non pas que nous sommes déconnectés de nos sentiments, bien au contraire, tout est simplement vécu sans déroute. Il devient évident que nous ne pouvons pas ignorer notre corps sans y perdre un peu de notre esprit.

Actuellement, je suis dans une période de récolte de rêve de ma vie. Il n’y a pas de nouvelle vérité atteinte, peut-être j’ai tout simplement fait plus attention pour m’éloigner du mensonge ambiant?

Il est faux de croire que seul le temps arrange les choses. En définitive, c’est nous qui, avec le temps, avons parcouru le chemin de vie qu’il fallait. Nous avons fait le choix d’être chaque jour.

Une chanson de Les soeurs Boulay – De la terre jusqu’au courant

 

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

La grâce du recueillement   Leave a comment

ImAGE Lotus

Pour ceux qui contemplent la divine Essence, chaque jour est le premier; nous habitons l’Éden et l’Aurore.

*******

Ce que l’esprit contemple est un seul point – insaisissable entièrement soustrait à l’expression, libre et divin « Es hat nichts mit nichts demein », comme disent les mystiques rhénans (« cela n’a rien de commun avec rien »)

*******

Ce foyer unique à la lumière duquel nous regardions toutes choses, c’est lui maintenant qui fige nos regards : comme la fleur à la maturité se recueille vers la source toujours vierge de son être, ainsi la vie de l’âme s’accomplit et s’achève dans le silence contemplatif.

*******

Il me semble que la contemplation nous conduit à une immobilité merveilleuse : celui qui dit, je vois ne dit plus : je veux. Que ces instants deviennent notre vie.

*******

Tout invite au recueillement, car le ciel intérieur est toujours limpide et le regard y plonge librement.

*******

La grâce du recueillement est une découverte infinie : notre prison est fermée au-dehors, ouverte au centre sur un vierge espace.

*******

Quand on reste tout immobile, toutes les étiquettes tombent. Si l’on n’est plus attaché à rien, il ne reste que le pur Soi-même.

Fragments métaphysiques et mystiques de Dom Jean-Baptiste Porion (1899-1987)

 

Une chanson de Schola de l’Abbaye de Hauterive, Choeur des Ambrosiniens – Sanctus

Publié 22 octobre 2017 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Perfection du don   Leave a comment

 

ImAGE envol papillon

Et, finalement, soi, qu’est-ce que l’on aura accompli ? Qu’est-ce qui aura fait sens ? Avoir mis au monde des enfants, les avoir accompagnés, avoir planté quelques arbres, construit une maison, écrit quelques livres. Ce sont des choses qui importent, il est vrai, mais il me semble qu’il n’y a d’accomplissement que dans le don, et je me sens encore si loin de ce don.

Le mot « pardon » vient du latin per-donare, la « perfection du don ». Peut-être n’y a-t-il pas de plus grand don à autrui que ce pardon à soi-même. Se pardonner de s’être laissé blesser ; d’avoir blessé à son tour ; et de ce que nos existences honorent si peu l’infini des royaumes qu’elles contiennent.

Ce n’est pas que la vie n’ait désormais aucun sens, c’est qu’elle n’a plus aucun sens connu. Qu’est-ce qui compte ?

Dignité, manifestation, élévation.

Extrait de Lorette de Laurence Nobécourt

Une chanson de Zaz – La lessive

C’est la beauté sans mot qui transforme un instant A genoux dans la glace et sans faire ce qui doit Je tiens en moi le chaud, la saveur du présent De ces moments de grâce qui fut vous qui fut moi

Publié 12 octobre 2017 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

%d blogueurs aiment cette page :