Archives du tag ‘instant

Un être humain remarquable   Leave a comment

Tagore_poesie-1c251-d25ed

Il souriait tout le temps. Rien ne semblait l’affecter. Il marchait à son rythme, faisait les choses à sa manière.

Ceux qui lui ont parlé ont découvert un homme simple à l’esprit grand ouvert, de telle sorte que beaucoup de pensées, d’événements et de sentiments pouvaient y pénétrer et traverser sa conscience sans y rester accrochés.  L’esprit libre, il laissait tout passer.

Il n’y avait pas de place pour garder les jugements, ni sur lui-même ni sur les autres. Il n’y avait pas de place pour de l’animosité. Pas de place non plus pour la culpabilité. Ainsi, nous savions que tout comme nous, il vivait les mêmes expériences, mais grâce à sa grande ouverture, elles passaient sans le troubler et sans l’affecter.

Il possédait peu de chose, mais il avait cet instant présent qui lui permettait de demeurer ce qu’il était réellement. Un être humain remarquable par sa singularité.

Une pièce musicale de RAVI SHANKAR et GEORGE HARRISON – PRABHUJEE

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 8 juillet 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Rencontre   Leave a comment

 

Une vie est composée d’escales qui s’entrecoupent de voyages entre la naissance et la mort.

Certains partent en voyage pour s’éloigner du boulot, de la routine, du quotidien et de ce qui est souvent inavouable. On peut voyager pour tourner une page et repartir dans une autre histoire.

D’autres voyagent pour combler leur soif de rencontres. Ils recherchent la part de soi dans l’Autre, permettant de se comprendre, de s’écouter et de s’aimer.

Dans tous les cas, nous allons minimalement découvrir des humains comme on découvre un temple, avec respect et dans le silence, en attente d’une révélation. De même, ils nous feront goûter la cuisine locale et découvrir les coutumes et l’artisanat local.

L’exotisme à cette faculté de nous faire regarder le quotidien avec des yeux nouveaux.

On ne peut pas partir avec l’assurance de se rencontrer. On ne peut pas partir avec l’assurance de rencontrer l’Autre.

Toute rencontre déterminante est fortuite, un baiser de l’inattendu, un bonheur fugace et fragile.

La rencontre, c’est ce croisement de deux chemins créant l’endroit et l’instant précis où tout sens unique devient inutile. C’est cela le grand voyage.

 

Une pièce musicale de Enya et Vangelis – Voyager

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 7 juillet 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

L’instant indéfinissable   1 comment

2656879_ff8b4

Bien que nous entendions souvent que tout à un début et une fin. Je ne suis pas certain que la vie se déroule calmement sur le fil du temps linéaire où l’évolution nous amènera à son apogée. Le passé qui engendre le présent, qui lui prépare le futur m’apparait restrictif.

Lorsque nous explorons une vision différente, une vision cyclique de la vie, il arrive parfois que le présent produise le passé, et le futur engendre le présent.  Dans cette perspective, isoler l’un de ces trois stades du temps n’a pas de sens.

Ultimement, l’instant infini ne crée sans cesse que lui-même.

Tout en nous et autour de nous apparaît comme un phénomène cyclique.

La vie humaine (naissance, enfance,  adulte, mort),

les repas,

les pulsations du cœur,

la circulation du sang,

les quatre saisons,

l’éveil et le sommeil,

le jour et la nuit,

les cycles de la lune

et j’en passe.

Ainsi cette vision du temps introduit le phénomène de la périodicité. Ce que nous faisons entraîne des effets qui dansent sur la portée du mouvement cyclique. Un temps de bonheur suivi d’un temps de tension.

Le ressac de nos actions amène joie et souffrance, et apprendre à travailler d’une manière constructive avec cette périodicité nous amène à ne plus s’imposer, mais à s’harmoniser avec les vagues créatrices de la nature.

Une attitude d’humilité.  Une quête pour être en phase.

Un peu à l’exemple du cultivateur qui sait attendre le bon moment pour les semis, il nous est possible d’apprécier la bonne position par rapport à notre propre cycle.

Un cycle en nous ou dans la nature n’est pas un phénomène fermé à l’image d’un cercle. Plutôt, il apparaît comme un mouvement, à l’exemple d’une spirale qui comprend une fin-continuité et un début-continuité toujours différents jusqu’à la grande métamorphose, telle une chenille se transformant en chrysalide ou en cocon puis en papillon, puis en …

Apprendre à décoder les cycles de nos vies permet d’être en phase avec notre énergie, de savoir appuyer là où il le faut, et lâcher prise lorsque c’est requis.

Selon cette perspective, une cause créant un effet n’est qu’une représentation de notre esprit pour saisir le mouvement d’un cycle sans égard à l’instant infini qui ne crée sans cesse que lui-même.

Et cela, c’est amusant.

Une pièce musicale de Gentle Giant reprise par le groupe Fredonia Guitar Quartet – On Reflection

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 1 juillet 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

N’être   Leave a comment

ImAGE contact

Durant toute sa vie, il a cherché le bonheur dans les multiples facettes de ce vaste monde, autant par l’art que par le jeu, les rencontres et les errances. Il regardait et cherchait méticuleusement autour de lui.

Il était certain que le bonheur se cachait à travers la bonne personne, dans les bonnes situations, il avait l’intuition que le bonheur amenait le développement de soi comme l’apogée de cette reconnaissance.

Puis, il a cherché le bonheur au fond de Soi. Il a pris la voie de l’intérieur.

C’est pourquoi il était à l’écoute de son corps, des sensations, de l’effet que procure l’acquisition de concepts, de la compréhension par le mental.

Bien sûr, il a rencontré différentes formes de joie, il a goûté le plaisir, il s’est enivré de désir, mais jamais il n’a eu ce sentiment de vivre le bonheur véritable.

Son esprit était esprit voilé, confus. Il avait pensé qu’à l’intérieur de soi la clarté serait présente, et pourtant. Bien sûr il avait découvert ce moi qui l’habitait, mais cette représentation portait aussi en elle son opposé, «ce qui n’est pas moi», l’adversaire, l’autre.

Un jour, il regarda le lever du jour sur les vagues mouvantes du torrent de la rivière, et il eut cette sensation d’émerveillement d’être. Plus rien à saisir, plus rien à laisser, que cet instant de pur bonheur.

Il venait de laisser partir la notion de sa vie, du voyage et de la recherche. Il venait de n’être.

 

Une chanson de Peter Gabriel Across the River Live

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 24 juin 2018 par dandanjean dans Contes, Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

L’Éternité et François Chang   Leave a comment

ImAGE plumes envol

L’instant n’est pas synonyme du présent: le présent n’est qu’un chainon ordinaire dans l’ordre chronologique ; l’instant lui, constitue un rnoment saillant dans le déroulement de notre existence, une haute vague au-dessus des remous du temps.

De manière fulgurante, au sein de notre conscience, l’instant cristallise nos vécus du passé, nos rêves du futur en une île surgie de la met anonyme, une île soudain éc1airée par un intense faisceau de lumière. L’instant est une instance de l’être où notre incessante quête rencontre soudainement un écho, où tout semble se donner d’un coup, une fois pour toutes. C’est une telle expérience privilégiée que traduit l’expression paradoxale « instant d’éternité ».(…)

« Faisant une furtive allusion à l’éternité lors de la précédente méditation, j’admettais que de fait personne n’est capable d’imaginer comment elle se présente. Néanmoins, bien timidement je pense pouvoir dire ce qu’elle n’est pas. S’agissant d’une éternité de vie, elle est tout sauf une interminable et monotone répétition du même. Elle doit être une formidable succession de moments saillants animés par de continuels élans vers la vie. En un mot, elle est faite aussi d’instants uniques. Dans ce cas, !es instants uniques tels que nous pouvons les connaître en cette vie, rivière de diamants ou chapelet d’étoiles reliés par la mémoire, constituent une durée qui a déjà goût d’éternité. Résonne en nous le chant spontané de Rimbaud devenu nôtre:

Elle est retrouvée.

Quoi ? L’éternité,

C’est la mer allée

Avec le soleil.

Intuitivement, Rimbaud a saisi que l’éternité se trouve dans l’instant, se vit en l’instant, instant de rencontre où l’élan vers la vie et la promesse de celle-ci coïncident. «Mais qu’est-ce donc que l’élan vers la vie?

Et surtout à partir de quoi pourrait-il naître en nous? se demandent tant de personnes perdues, découragées, qui ne savent plus où trouver la force de cet élan. A cette question il n’y a pas de réponse satisfaisante, mais j’oserais malgré tout répondre : à partir de rien. (…)

Contenant la promesse du tout, le Rien désigne le Non-Être ce non Être n’étant autre que ce par quoi l’Être advient. ‘

La notion de Non-Être est nécessaire, car c’est seulement à partir d’elle qu’on peut réellement concevoir l’Être..

François Cheng dans Cinq méditations sur la mort

Une pièce musicale avec L’Éternité d’Arthur Rimbaud  sur une pièce de musique d’Erik Satie

Publié 18 juin 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , ,

Oseras-tu?   Leave a comment

grandi ose

Tu sais cette idée qui t’habite depuis le temps, cette chose que tu aimerais faire et qui te tient à cœur.

Y aura-t-il un jour un bon moment pour débuter?

Parfois, tu entends cette part de toi qui te demande de le faire. Et cette autre qui répond que tout arrive à point à qui sait attendre.

Tu peux le faire!

Ce qui te retient n’est rien d’autre que les conséquences. Est-ce que tu vas réussir? Alors, là tu seras bien. Mais quel sera le prochain rêve?

Et si tu ne réussis pas, tu seras confronté à un échec. Tu auras l’impression d’avoir perdu. Et si perdre ton attente était une bonne chose et une grande source d’apprentissage? L’élibertéchec m’a toujours apporté de l’expérience.

Et si tu as une peur d’être rejeté, alors fonce. La liberté c’est ne plus se laisser entraver par le regard des autres. Prends ta distance puis ouvre-toi aux gens qui te rejettent afin de prendre la mesure de ce qui les fait souffrir pour agir ainsi envers les autres. Et si tu peux, aider, ce sera bien.

Ta vie est précieuse, alors ose l’assumer. On n’est jamais ridicule lorsque nous délaissons le chant de sirènes de la mer des orgueils.

Ose faire en sorte que ce que tu penses, ce que tu dis et ce que tu fais soient cohérents. Tu ne seras que plus authentique.

 

Une chanson de Peter Gabriel – Don’t Give Up Live

Les paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/243130.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

 

Un nouveau commencement   Leave a comment

ImAGE coucher

J’ai oublié de te dire de faire attention. Parfois, nous nous laissons emporter dans des pensées qui nous bercent d’illusions. Nous laissons s’immiscer une vision tronquée de la vie qui va filtrer ce que nous vivons.

À commencer par ce matin. Est-ce que tu as eu l’impression de vivre un autre jour semblable, un autre jour qui n’a rien de spécial?

Pourtant, tous les jours sont différents pour celui qui y porte attention. Nous avons cette capacité de percevoir la singularité de ce matin, la toile de notre vie se dessine par notre présence et par nos apprentissages de la veille. Il y a toujours un ordre nouveau pour qui sait percevoir la trame de sa vie. Et cela n’a rien à voir avec la présence ou non de gestes répétitifs.

L’illusion, c’est de se laisser croire que tout est figé, semblable et sans intérêt. Il faut se méfier de l’aveuglement volontaire qui fait en sorte que nous perdons notre capacité d’émerveillement.

 

Une chanson de Tracy Chapman – New Beginning

Les paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/254904.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 3 juin 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

%d blogueurs aiment cette page :