Archives du tag ‘accepter

Pour mieux vivre les carences   Leave a comment

Je sais que je suis capable de voir tous les défauts des autres, car j’ai mis tant d’effort à nier les miens que mon esprit a trouvé une voie de passage. Je ne critique pas, je ne fais que nommer.

Une chance que j’ai su forger ma rigidité d’esprit pour mieux faire face aux tumultes de la vie moderne. Ainsi, tout peut bien changer autour de moi, je demeure le même. Telle une statut de marbre, je deviens la déité de mes pensées.

Je connais le monde idéal dans lequel je veux évoluer, je suis patient, je l’attends, et ce monde va s’adapter à moi, et non le contraire. Seuls les faibles s’adaptent et deviennent fluides.

Je ne suis pas perfectionniste par choix, mais par nécessité, car il faut savoir résister face à ce qu’on ressent pour laisser émerger ce qui devrait être. Tout peut se perdre lorsque nous laissons l’imperfection s’immiscer.

Dans une relation amoureuse, il ne faut pas dévoiler le cœur. Dévêtir nos corps, s’exposer au soleil du désir des autres nous permet de renforcer notre image. Toutefois, notre âme doit rester chaste et cachée. L’authenticité tue le plaisir, puis le bonheur.

Ce n’est pas grave si je ne vis pas maintenant ce que je ressens, j’ai fait le choix d’être une nouvelle forme d’ascèse, et je vis mes carences.

 

Une chanson de Gregory Lemarchal – SOS d’un terrien en détresse

Pourquoi je vis, pourquoi je meurs,

Pourquoi je ris, pourquoi je pleure,

Voici le SOS, d’un terrien en détresse

J’ai jamais eu les pieds sur terre..

J’aimerais mieux être un oiseau..

J’suis mal dans ma peau..

J’voudrais voir le monde à l’envers..

Si jamais c’était plus beau..

Plus beau vu d’en haut…

D’en haut…

J’ai toujours confondu la vie,

Avec, des bandes dessinées,

J’ai comme des envies de métamorphose,

Je sens quelque chose,

Qui m’attire, qui m’attire, qui m’attire,

Vers le haut…

Au grand loto de l’univers…

J’ai pas tiré le bon numéro…

J’suis mal dans ma peau…

J’ai pas envie d’être un robot,

Métro, boulot, dodo…

Pourquoi je vis pourquoi je meurs,

Pourquoi je crie pourquoi je pleure,

Je crois capter des ondes,

Venu d’un, autre monde,

J’ai jamais eu les pieds sur terre…

J’aimerais mieux être un oiseau…

J’suis mal dans ma peau…

J’voudrais voir le monde à l’envers…

J’aimerais mieux être un oiseau…

Dodo l’enfant, do….

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2017– Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

Publié 9 novembre 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Comment accepter un compliment ?   Leave a comment

Zarah Issany partage régulièrement sur son blogue un livre qui l’a touché, lui a donné à réfléchir, à agir ou à éclairer !

Découvre-les dans cette vidéo qui présente le livre, Sois ta meilleure amie de Josée Boudreault et nous fait découvrir de petits bonheurs grâce à diverses astuces simples et efficaces.

Pour aller plus loin : http://www.zarahissany.com/blogue/ – Plus de 100 articles

Publié 6 novembre 2017 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , ,

Je veux rencontrer ce qui est vraiment ici   Leave a comment

ImAGEKrishna

Je ne veux pas te changer,

Je ne veux pas te donner des réponses,

Je ne veux pas t’impressionner,

Je ne veux pas que tu sois différent(e),

Je veux juste te rencontrer, exactement comme tu es, derrière tes histoires, tes espoirs, tes rêves, tes jeux et tes protections, ici et maintenant.

Si tu te sens confus(e), sens-toi confus(e) maintenant.

Si tu te sens effrayé(e), sens-toi effrayé(e) maintenant.

Si tu t’ennuies, ennuyons-nous ensemble.

Si tu trépignes de rage, trépignons ensemble consciemment un certain temps et voyons ce qui se passe.

Je veux rencontrer ce qui est vraiment ici, derrière le masque, au-delà du mythe.

Jeff Foster

Une chanson de Serge Fiori-Seule

 

Publié 28 octobre 2017 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Quelle différence entre le bonheur, la joie et le plaisir?   Leave a comment

Un échange avec Frédérique Lenoir qui apporte un éclairage pertinent sur les particularités entre le bonheur, la joie et le plaisir.

Publié 27 octobre 2017 par dandanjean dans Réflexions trouvées à partager

Tag(s) associé(s) : , , , ,

L’apprentissage de l’imperfection   Leave a comment

Charlie_Chaplin_smile

On part du principe qu’être heureux c’est éprouver une succession ininterrompue de sentiments positifs, et que si l’on éprouve de l’envie ou de la colère, si l’on est déçu, triste, anxieux ou si l’on a peur, on n’est pas heureux pour de vrai. Alors qu’en fait les seuls êtres à ne jamais passer par ces moments-là sont les psychopathes. Et les morts.

*

Pour atteindre le bonheur à long terme, il faut savourer le voyage vers une destination d’élection. Le bonheur, ce n’est si parvenir au sommet de la montagne, ni escalader ses pentes sans but, mais vivre l’expérience de l’ascension.

*

Si l’on n’apprend pas à échouer, on échoue à apprendre.

L’apprentissage de l’imperfection de Tal Ben-shahar

 

Une chanson de Fred Pellerin – Chanson Cloche (y a toujours un p’tit manque)

Il manquera souvent d’un ingrédient

Pour réussir la recette

On oubliera occasionnellement

D’acheter du sel, du pain, du poivre

De la mélasse, de la vinaigrette

Il manquera souvent une personne

Au rendez-vous fort important

Et quand sonnera le téléphone

Ce sera elle qui vous dira j’m’excuse, hélas

Je manque toujours un peu de temps

Refrain

Y a souvent un petit manque

Y a souvent un petit quelque chose, qui

Y a souvent un petit manque

Y a souvent un petit quelque chose qui cloche

Et quand s’agitent les hormones

Il faut pas s’en faire un complexe

C’est sûr qu’au moindre souffle, on frissonne

Ce n’est pas un manque de drogue, ni d’alcool

C’est plutôt un manque de sssssssss

Si après plusieurs nuits d’aventures

Des nuits de caresses et de velours

L’état de manque persiste et dure

Alors c’est pas un manque de peau, de fesses frivoles

C’est surtout z’un manque d’amour

Refrain

Quand on travaille pas, c’est bien connu

On dispose de beaucoup, beaucoup de temps

Pour s’amuser, courir les rues

On ne manque pas de soleil ni de liberté

Mais on manque souvent d’argent

Quand on s’est couché très tard la nuit

Sans se soucier du réveil

C’est sûr qu’au lendemain, y a quelqu’un qui te dit

A te voir les cernes sous les yeux, c’est évident

Tu manques un tit peu de sommeil

Refrain

Même avec désir et concentration

Même avec les prières de la bible

Qu’on soit prophète ou grand champion

Il y a souvent soudainement un petit coup de vent

Qui vous fait manquer la cible

Quand on détruit les essentiels

Pour les caprices de la finance

On crache du noir dans le bleu du ciel

On gueule avec une honteuse fierté

Notre manque de cohérence

 

Refrain

Et c’est pour ça

Oui qu’ici bas

La perfection

N’existe pas

 

Publié 27 octobre 2017 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

L’instant créateur   Leave a comment

image-horloge-maintenant

Il y a pas si longtemps, une personne m’a écrit pour me dire qu’elle aimait mieux vivre dans le passé que de vivre dans son présent morne et solitaire.

Ces mots m’ont touché. D’une part par la charge émotive que dévoilait ce qu’elle vit. D’autre part, comment partager les bienfaits qu’apportent de vivre l’instant présent?

Est-ce qu’il faut rappeler que vivre dans le passé comporte aussi des risques? Qui d’entre nous sait réellement ce que le passé va lui réserver comme réminiscences?

Et vivre dans un avenir appréhendé comporte les mêmes types d’imprévues à la quiétude. L’imagination qui tente de façonner les heures et les jours à venir à partir de ses propres attentes risque d’amener son propre lot de souffrance.

Puis il m’est venu à l’idée de parler de notre imperfection, de la grandeur de notre condition humaine fragile et furtive au regard de l’éternité. L’intensité de cette vie réside dans notre capacité à nous adapter aux événements qu’ils soient grandioses ou blessants.

Je ne renie rien de ma vie, bien au contraire. Aucun incident, aucun chagrin, aucune perte ou aucun moment d’extase ne mérite que je m’y enferme.

Car le moment présent me permet de vivre encore, je veux dire par cela de recommencer, différemment, de vivre encore et toujours comme on crée une nouvelle œuvre.

Je ne veux pas mourir du syndrome de la page blanche, cette peur anticipée de devenir, ou de mourir avec une image qui m’engloutit dans la mer des souvenirs assassins.

Je veux mourir avec cette énergie créatrice de ma transformation.

Une chanson de Jean-Jacques Goldman interprétée par Zaz – Pas l’indifférence

 

Pas l’indifférence

J’accepterai la douleur

D’accord aussi pour la peur

Je connais les conséquences

Et tant pis pour les pleurs

J’accepte quoiqu’il m’en coûte

Tout le pire du meilleur

Je prends les larmes et les doutes

Et risque tous les malheurs

Tout mais pas l’indifférence

Tout mais pas le temps qui meurt

Et les jours qui se ressemblent

Sans saveur et sans couleur

Tout mais pas l’indifférence

Tout mais pas ce temps qui meurt

Et les jours qui se ressemblent

Sans saveur et sans couleur

Et j’apprendrai les souffrances

Et j’apprendrai les brûlures

Pour le miel d’une présence

Le souffle d’un murmure

J’apprendrai le froid des phrases

J’apprendrai le chaud des mots

Je jure de n’être plus sage

Je promets d’être sot

Tout mais pas l’indifférence

Tout mais pas ce temps qui meurt

Et les jours qui se ressemblent

Sans saveur et sans couleur

Tout mais pas l’indifférence

Tout mais pas ce temps qui meurt

Et les jours qui se ressemblent

Sans saveur et sans couleur

Je donnerai dix années pour un regard

Des châteaux, des palais pour un quai de gare

Un morceau d’aventure contre tous les conforts

Des tas de certitudes pour désirer encore

Échangerai années mortes pour un peu de vie

Chercherai clé de porte pour toute folie

Je prends tous les tickets pour tous les voyages

Aller n’importe où mais changer de paysage

Effacer ces heures absentes

Et tout repeindre en couleur

Toutes ces âmes qui mentent

Et qui sourient comme on pleure

Tout mais pas l’indifférence

Tout mais pas ce temps qui meurt

Et les jours qui se ressemblent

Sans saveur et sans couleur

Tout mais pas l’indifférence

Tout mais pas ce temps qui meurt

Et les jours qui se ressemblent

Sans saveur et sans couleur

 

 

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

Publié 25 septembre 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

La ligne de vie   2 comments

ImAGE enfant rire

Il n’y aura jamais absence totale de souffrance, de douleur. Nous souhaitons vivre heureux, connaître le bonheur, mais cette attente pour tous les instants est irréaliste.

Est-ce que cela implique que nous devons accepter la souffrance, la douleur sans rien faire? À quoi sert alors l’entraînement de l’esprit et l’entraînement du corps?

Les événements de la vie ne sont pas toujours faciles à vivre, il y a des périodes ou tout bascule (deuil, perte d’emploi, endettement, etc.) et il y a des périodes ou tout contribue à nous réaliser (diplôme, emploi, naissance, etc.).

Je reçois parfois des messages de lectrices et de lecteurs qui vivent des événements où notre vie bascule et nos repères deviennent difficiles à trouver. C’est la même chose pour moi.

Il n’y a pas une solution magique qui pourrait faire disparaitre ces événements. Il y a toutefois des moyens concrets pour reprendre le contrôle de sa vie, notamment un travail sur soi par l’entraînement de l’esprit nous permet d’accueillir les événements et d’en faire partie au lieu de le subir en bien ou en mal. Aussi, en parler et demander de l’aide sont des comportements très responsables que nous devons faire. Nous exprimons ainsi notre lucidité et notre résilience.

De cette perspective, il y a des personnes qui sont gentilles avec nous et d’autres pas. Il est important de ne pas perdre de vue qu’il y aura toujours plus d’amis et de soutiens que de détracteurs. Il y aura toujours plus d’événements positifs que de négatifs. Alors, quelle que soit la situation, le vrai défi est de résister à la tentation de se comporter comme une personne qui n’aime plus ou comme la victime ultime d’un événement. Ainsi, nous suivons notre nature propre, notre ligne de vie.

Deux chansons avec Damien Rice et Cantus Domus – It Takes A Lot To Know A Man et Saal 1

Ça prend du temps de connaitre un homme

It takes a lot to know a man
Ça prend du temps de connaitre un homme
It takes a lot to understand
Ça prend du temps de comprendre
The warrior, the sage
Le guerrier, le sage
The little boy enraged
Le petit garçon en colère

It takes a lot to know a woman
Ça prend du temps de connaitre une femme
A lot to understand what’s humming
Du temps pour comprendre ce qui bourdonne
The honeybee, the sting
L’abeille, le dard
The little girl with wings
La petite fille avec des ailes

It takes a lot to give, to ask for help
Ça prend du temps de donner, de demander de l’aide
To be yourself, to know and love what you live with
D’être soi-même, de savoir et aimer ce avec quoi vous vivez
It takes a lot to breathe, to touch, to feel
Ça prend du temps pour respirer, toucher, ressentir
The slow reveal of what another body needs
La lente révélation de ce dont l’autre a besoin

It takes a lot to know a man
Ça prend du temps de connaitre un homme
A lot to know, to understand
Du temps pour savoir, pour comprendre
The father and the son
Le père et le fils
The hunter and the gun
Le chasseur et l’arme

It takes a lot know a woman
Ça prend du temps de connaitre une femme
A lot to comprehend what’s coming
Du temps pour comprendre ce qui va arriver
The mother and the child
La mère et l’enfant
The muse and the beguiled
La muse et le séduit

Source https://www.lacoccinelle.net/947909.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

%d blogueurs aiment cette page :