Archives du tag ‘vraie nature

L’amour commence dans les petites choses   Leave a comment

cropped-coeur-sur-la-main.jpg

On ne peut construire un temple puissant sans de solides fondations. Vous ne pouvez construire le nouveau ciel et la nouvelle terre sans amour, amour les uns pour les autres et amour pour Moi.

L’amour commence dans les petites choses de la vie et s’étend à partir de là.

Sème des graines d’amour où que tu ailles, et vois-les croître, fleurir et prospérer. Les graines d’amour semées, même dans le plus dur des cœurs, se mettront finalement à pousser ; cela peut prendre du temps pour que les graines germent, mais si l’on s’occupe d’elles avec un soin aimant, elles ne peuvent pas ne pas pousser.

Alors ne désespère de personne, déverse simplement sans cesse l’amour et ne durcis pas ton cœur.

Cesse d’essayer de te justifier pour tes actions.

Cesse de blâmer l’autre. Sonde ton propre cœur, mets-toi au clair, et trouve la paix parfaite du cœur et de l’esprit.

Alors tu peux aller n’importe où dans la liberté et la joie vraies, irradiant l’amour et toujours plus d’amour.

Il ne peut jamais y avoir trop d’amour.

Laisse-le couler librement.

Elieen Caddy

 

Une chanson de Jacques Brel interprétée par Patricia Kaas – Quand on a que l’amour

 

LES PAROLES SUR : https://www.lacoccinelle.net/785400.html

Publié 13 novembre 2017 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Percevoir la joie au quotidien   Leave a comment

ImAGE enfant rire

Parfois, il est bon de se rappeler que même si nous visitons tous les temples de ce monde, ils ne demeureront que des lieux de passages. L’important, c’est d’aller chercher une partie de la flamme d’émerveillement pour en allumer les lanternes de notre quotidien.

Le corps que nous occupons dans ce monde est le temple de notre histoire personnelle, c’est le lieu de culte de notre humanité, de notre nature propre. Il n’en tient qu’à nous qu’il soit sacré ou profane, ce lieu quotidien que nous habitons sera à la dimension de notre vision.

Ceux qui ont pris conscience que la statuette dans un temple a une fonction autre que l’adoration du matériel auront saisi la lumière qui en émane et en alimenteront leur conscience par leurs gestes quotidiens. La joie, c’est cette capacité de prendre conscience du rayon de lumière qui illumine tout objet et d’en saisir la beauté de l’impermanence.

Une pièce musicale – L’hymne à la joie (joué hors d’une salle, dans les rues du quotidien… et puis après l’écoute, une partie de la joie sera en vous).

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2017 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

Publié 13 novembre 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

De l’envie au péché   Leave a comment

Lorsque nous regardons autour de nous dans le monde, la notion de péché est associée à une transgression, à la notion d’envie, d’orgueil. C’est le point commun.

Toutefois, tout dépendant du lieu où nous nous trouvons, elle peut prendre plus en compte le corps pour en définir la portée. Un jour, une amie me faisait remarquer que chaque partie du globe s’est attribué une partie du corps de la femme pour symboliser le péché, comme si nous voulions ne pas exclure totalement, par exemple, à un endroit, ce sont les seins, un autre, les cheveux, un autre, les bras et les jambes, un autre le corps entier.

Pourtant le sacrilège provient non pas de la partie du corps, mais de sa perception par l’autre. La femme seule dans son bain ne commet pas un péché.

Les lieux dans le monde où il y a absence de notion de péché en lien avec le corps ne changent en rien les rapports de domination et de contrôle de l’autre. La notion de péché est un garde-fou de l’envie.

Rappelons que chaque personne qui selon l’appréciation de quiconque aura péché est avant tout un humain, avec ses beautés et ses imperfections, ses forces et ses faiblesses, prisonnier d’une représentation du monde où l’un doit nécessairement gagné sur l’autre.

Le défi est avant tout de prendre conscience, que de vouloir posséder, nourrira avant tout l’envie. Vous savez, cette envie de vouloir être plus beau que son voisin, d’être plus riche, d’avoir le meilleur, d’avoir moins de rides ou de poids que l’autre, de courir plus vite vers ce qui sera bientôt annoncé.

L’envie est ce trompeur qui nous permet de trouver des raisons de ne pas être heureux et d’être comparable aux autres, de perdre notre singularité. Le péché illustre à l’envie sa cécité. Je n’ai pas envie « en péché » d’être présent…

Une chanson de Kevin Parent – Seigneur

Seigneur Seigneur qu’est-cé qu’tu veux que j’te dise?

Y a plus rien à faire j’suis viré à l’envers

J’aimerais m’enfuir mais ma jambe est prise

Seigneur Seigneur qu’est-cé qu’tu veux que j’te dise?

Son indifférence m’arrache la panse

Pis j’pense plus rien qu’à mourir

Mon rôle dans la vie n’est pas encore défini

Pourtant je m’efforce pour qu’il soit accompli

Je le sais faut tout que je recommence

Mais Seigneur j’ai pas envie

Seigneur Seigneur je l’sais tu m’l’avais dit

Respecte ton prochain réfléchis à demain

Car la patience t’apportera de belles récompenses

Travaille avec entrain pour soulager la faim

De la femme qui t’aime elle en a de besoin
Elle a besoin d’un homme fidèle qui sait en prendre soin

Lucifer Lucifer t’as profité d’ma faiblesse

Pour m’faire visiter l’enfer

Mais je t’en veux pas c’est moi

Qu’a pensé que j’pourrais être chum avec toi

Mais j’m’ai ben faite avoir mon chien de Lucifer

Le sexe l’alcool les bars et la drogue

C’est le genre d’illusion que j’consomme

Si on est ce que l’on mange Seigneur

Tu sais ben que trop que j’serai jamais un ange

Mais j’veux changer de branche

Filtrer mon passé pis sortir mes vidanges

J’aimerais prendre le temps de faire la paix avec quelques souffrances

Oui j’aimerais prendre le temps de faire la paix avec quelques souffrances

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2017 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

Publié 10 novembre 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

La nature d’un autre   Leave a comment

Bouddha vert

 

Un moine demanda à un maître Zen :  » Chacun est censé avoir la nature du Bouddha. L’ai-je ? »

Le maître répondit : « Non ! »

Alors le moine demanda : Les Écritures Bouddhistes nous enseignent que chaque chose est investie de la nature de Bouddha, comment se fait-il que je ne la détienne pas ? Les arbres et les rochers, les rivières et les montagnes ont tous la nature de Bouddha. S’il en est ainsi, pourquoi pas moi ? « 

Le maître répondit :  » Les chats, les chiens, les montagnes, les rivières ont tous la nature de Bouddha, pas toi. »

Le moine atterré demanda : « Pourquoi pas ? »

Le maître  dit : « Parce que tu le demandes ! »

cité par Daisetz Teitaro Suzuki dans Les chemins du Zen

 

Une chanson de Eric Aron – Kalpa

Publié 10 août 2017 par dandanjean dans Contes, Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , ,

Est-ce que je me souviendrai encore de moi ?   Leave a comment

Bouddhas

J’ai demandé un jour à mon père (Tulkou Ourgyen) : Quand j’aurai accédé à l’Illumination, est-ce que je me souviendrai encore de moi ? De celui que j’étais ?

Mon père accueillait souvent mes questions par un rire affectueux, mais cette réflexion-là l’a particulièrement amusé. Il m’a expliqué qu’accéder à l’Illumination et être possédé par un esprit étaient deux choses bien différentes. Il existe dans la culture tibétaine une tradition d’oracles, des individus possédés par des esprits et faisant des prédictions et des prophéties. Lorsque cela leur arrive, ils oublient leur personnalité antérieure pour devenir quelqu’un d’autre; ils tournent sur eux-mêmes et tombent comme des ivrognes pris de folie. Ce jour-là, pour imiter leur comportement insensé, mon père s’est mis à agiter les bras, à lever un genou, puis l’autre, et à danser en rond.

Soudain, il s’est arrêté et m’a dit : Ce n’est pas comme ça. L’Éveil tient plus de la découverte de toi-même.»

Mettant ses mains en coupe, il a poursuivi :

Si tu as une poignée de diamants mais que tu ne sais pas ce que c’est, tu les traiteras comme des galets. Lorsque tu auras reconnu que ce sont des diamants, tu pourras exploiter leurs précieuses qualités. Devenir un bouddha, c’est comme découvrir un diamant dans ta main. Tu te découvres toi-même, tu ne te débarrasses pas de toi-même.»

Mingyour Rinpoche dans De la confusion à la clarté

Une chanson de Lucy In The Sky With Diamonds  tirée du film I am Sam interprétée par The Black Crowes

Publié 6 août 2017 par dandanjean dans Contes, Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

En retirant l’étiquette   Leave a comment

 

Nous vivons dans un monde ou pour donner de la valeur aux choses nous avons le réflexe d’y accoler une étiquette.

Cette étiquette permet d’en évaluer la valeur, le rang et l’importance. Dans un magasin, nous déterminons l’importance des choses en fonction notamment du prix et du positionnement au plan du rôle social déterminé par la mise en marché.

Dans les autres sphères de notre vie, nous adoptons souvent la même attitude, nous allons regarder un événement en fonction de l’importance que nous lui accordons, nous allons lire un livre ou écouter une pièce musicale en fonction de l’étiquette virtuelle que nous lui avons attribuée notamment en fonction de notre chaîne de valeur.

Ainsi, pour beaucoup d’entre nous, le grand savoir est cette capacité à étiqueter chaque chose, de tout catégoriser pour que tout ait une place déterminée, logique et utile. Et si cette volonté de tout contrôler dans notre environnement prenait sa source dans la peur qui nous habite, la peur de l’inconnu, du fortuit, de l’imprévisible, du manque de sécurité?

Que se passerait-il si au contraire nous étions en mode contemplation, en mode écoute, pour mieux apprendre des personnes autour de nous?

C’est justement ce changement de perspective qui nous soulève parfois et nous pousse à danser, courir, méditer, chanter, et aller de plus en plus profondément dans la découverte de notre monde et de soi. L’émerveillement, c’est cettte capacité  à retirer l’étiquette pour découvrir une nature propre d’une valeur inestimable.

Une chanson de Bruno Pelletier –  Regarde autour

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Publié 19 juillet 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

Expérience en directe   Leave a comment

image-ecrire

J’écris à partir de mon inconscient, puis j’ajoute la touche d’intelligence pour permettre de voir apparaître les contours de cette expression.

Cette façon de naître par l’écriture me projette hors du temps, hors de l’espace, tout en étant toujours au bon moment et au bon endroit.

Des fragments de pensée se lient aux idées puis aux mots et prennent forme dans des phrases.

Chaque texte apparaît de cette transcendance par un inépuisable jeu de mots et d’expériences, suscitant un état nouveau, ouvrant la possibilité d’une conscience nouvelle.

En fait, le texte est la partie accessible de l’expérience vécue.

 

Une chanson de Alexandre Poulin – L’écrivain acoustique

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

%d blogueurs aiment cette page :