Par delà les pas qui s’effacent

ImAGE yin yang

Un jour, on m’a raconté l’histoire d’une personne qui voulait apprendre chaque chose dans les détails. Par exemple, elle pouvait étudier intensément une fleur pendant de longues périodes. Toutefois, au bout d’un certain temps, elle devait cesser, car la fleur n’était plus la même, car elle avait vraiment beaucoup changé.

Elle se disait qu’elle ne travaillait pas assez vite, et elle essaya de porter son attention sur un objet d’étude qui semblait plus pérenne. Elle s’est alors mise à étudier un arbre, mais au bout d’un certain temps, au milieu de l’automne, tout changeait trop vite.

Elle a passé sa vie à initier des études qu’elle ne pouvait terminer.

Au terme de sa vie, elle prit conscience que tout est changement, qu’il faut beaucoup d’attention et beaucoup de vigilance pour suivre chaque particule de vie dans le moindre détail.

Elle se rendit compte alors que nous sommes des passeurs sur la terre et que cela ne lui a pas été utile de regarder ses pas s’effacer sur rivage et étudier ce phénomène. Un passeur n’a pas besoin de regarder s’effacer les traces de son passage pour trouver sa route.

Le chemin à parcourir nourrit chaque jour de notre vie pour qui sait observer, étudier et identifier les signes de sa propre voie. Celui qui saura atteindre les destinations qui l’interpellent saura composer avec les changements, il saura s’adapter et continuer dans la bonne direction sans perdre courage.

Un passeur n’a pas besoin de tout connaître, de tout comprendre. Il a besoin de développer l’attention nécessaire pour se fondre à la vie, et si possible aider les autres à passer leur chemin avec plus de paix et de sérénité.

Une chanson de Yves Duteil – Le passeur de lumière

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/1291674-yves-duteil-le-passeur-de-lumiere.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

 

Ces mots qui nous composent

image-ecrire

Prend le temps de bien choisir

les mots que tu utilises

ils comportent plus que des lettres

ils illustrent le sens réel

que porte ton message

On peut parler d’amour

avec des mots qui enferment

et chaque mot a son importance

une phrase est composé

de ton intérieur entre chaque mot.

Les mots sont précieux, mais limités

Ils peuvent exprimer le mystère qui t’habite

Mais le grand secret s’exprime difficilement.

Il y a tant à dire, il y a tant à faire

Et pourtant, l’essentiel

du dernier message

que nous souhaiterions laisser

ne parlerait-il pas de bienveillance,

d’affranchissement des chaines,

et de la part d’émerveillement

qu’il nous reste à partager.

Vivre est une opportunité unique

d’être avec toi

et ce sont nos échanges

qui nous composent chaque jour.

Une chanson de Luce Dufault – De la main gauche

Les paroles sur https://www.paroles-musique.com/paroles-Luce_Dufault-De_La_Main_Gauche-lyrics,p06958471

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

La grande mélodie

cropped-image-la-musique-du-monde1.jpg

Elle pensait qu’il fallait vivre dans la réalité, pleinement et intensément et pour cela, elle avait la ferme conviction qu’elle devait cesser de rêver. Pour elle, le rêve c’était la fuite et une forme d’absence qu’est la non-présence.

Elle se forçait à dormir le moins possible, à faire le plus de choses durant le jour pour rester éveillée. Elle se disait que la personne éveillée a la chance de choisir ses rêves et non les subir.

Toutefois, la qualité de son éveil diminuait au fil du temps au point que sa qualité de vie en était affectée. Elle se disait que c’était normal, toute démarche importante et déterminante devait impliquer une transformation par la souffrance.

Jusqu’au jour où elle se réveilla dans un lit d’une urgence. Ce fut à partir de ce jour que tout bascula.

Elle se mit à entendre la musique de sa vie. Au début, c’était qu’une faible pulsation, dont le rythme, semblait constante. Mais en prenant le temps d’écouter attentivement, parfois le rythme accélérait, parfois il ralentissait. Et de nouveaux sons sont apparus. Elle aimait découvrir ce qui se jouait en elle.

Il lui est même arrivé de se pincer, car elle croyait parfois que cela n’était qu’un rêve.

Elle découvrit au fil du temps que la mélodie de sa vie était à sa façon harmonieuse. Elle commençait à une période, puis se terminait avant de reprendre plus tard. La mélodie était riche de notes, de rythmes créant des silences et des pauses. Elle en arrivait parfois à se demander si les silences étaient issus des notes, ou si les notes étaient issues du silence. Il en était de même pour ses états de conscience ou les rêves et la réalité se généraient.

Le jour où elle accepta de se relever de son lit à l’urgence, elle avait implicitement accepté l’importance des pauses et des silences non plus comme des arrêts du cœur, mais comme faisant partie d’une grande œuvre qui lui permettait de se dévoiler.

Entendez-vous la grande mélodie?

Une chanson de Julien Clerc – Let the sunshine

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/959919.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Juste assez imparfait

PourquoiPas

Il est surprenant de constater que nous faisons parfois des choses qui sont contraires au bon sens. Par exemple, nous savons que manger tel type de nourriture aura un effet négatif sur notre vie, que rester dans l’indécision et procrastiner ne nous fera pas avancer dans la vie, qu’adopter une conduite à grande vitesse nous mettra grandement à risque, que pratiquer des sports de combat entrainera possiblement des lésions et vous seriez capable de prolonger ma liste de beaucoup d’autres exemples.

Parfois, cela donne l’impression que ce n’est pas toujours ce qui paraît juste et vrai que nous désirons faire. Se mentir ou ne pas s’écouter permet de vivre un temps mort, et d’autre fois par un voile d’insouciance, nous voulons sortir des sentiers battus et franchir nos propres limites.

Quelle est la voie de passage entre la vérité et le fait que nous savons très bien qu’il s’agit de faire les mêmes choses que les autres pour penser de la même façon?

Bien sûr la majorité des personnes veulent vivre une vie qui a du sens, sans souffrance et porteuse de vérité bienveillante. Mais, nos parcours de vie ne sont pas tracés dans une terre où tout est bien départagé. Le terreau est un mélange toujours en changement.

Nos choix sont souvent l’expression d’une adaptation entre ce dont nous avons besoin, ce qui nous apparaît juste et ce qui donne du sens. Et il arrive souvent que ces trois paramètres ne soient pas alignés. Mais c’est sur cette base que nous apprenons à être singulier, authentique et adapté à notre imperfection.

Une chanson de Daniel Bélanger intgerprétée par Ariane Moffatt – Imparfait

Les paroles sur https://genius.com/Daniel-belanger-imparfait-lyrics

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Interdépendance

28168413_1632741440166590_4348606683480964292_n

La juste présence et la juste pensée

reposent sur quelques repères simples.

Ce qui s’élève librement et sans aide

perd de sa propre nature

lorsque nous tentons de lui retirer

les pointes de ses branches frêles.

Ce qui est vide et accueillant

souffre de ce que nous désirons

y déposer pour le remplir.

Les mots à eux seuls

ne peuvent décrire la réalité

mais si tu portes attention

à ceux qui sont utilisés autour de toi

ils te diront au plus juste de quoi

est fait ton environnement

et les personnes que tu côtoies.

La juste présence et la juste pensée

sont guidées par l’interdépendance

de toute forme de vie

 

Une chanson de Gentle Giant transcrite et arrangée par Kate Koenig – On reflection

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

 

L’écoute, la captation de la vie

tapis-de-souris-bouddhiste-tibet

C’est bien ce qu’apporte la technologie. Nous avons devant nous une plus grande capacité d’être interreliés, de s’interconnecter. Il nous est possible d’échanger par écrit le matin avec une personne de l’Égypte, de recevoir des nouvelles d’un ami qui voyage au Japon, d’apprécier les réflexions de Matthieu Ricard via ses infolettres et y percevoir un contact privilégié. Ainsi, nous écrivons et nous lisons plus, ce qui est bien, toutefois nous nous éloignons de l’écoute. L’échange d’information prend le pas sur l’expression de nos émotions.

Écouter apporte une prédisposition pour mieux prendre conscience, pour accueillir et se laisser contaminer par le vécu de l’autre. On entend, puis on écoute. Puis on découvre de cette relation, grâce notamment, à l’intonation, au rythme, à l’intensité et les silences qui créent un contexte d’expérience difficile à reproduire sur un clavier, de nouvelles pensées, de nouveaux sentiments. Nos modes de communication sont en train de muter, et de donner plus de place à la capacité d’agir au détriment de la capacité d’accueillir, de ralentir, de recevoir et d’écouter. Il semble y avoir tant à faire que tout mouvement justifie à lui seul le maintien de notre suractivité ou pire notre hyperactivité.

Il n’y a pas que la médication qui permet de sortir de la spirale infernale nous poussant à agir à tout prix. Il est possible de plonger dans un état de calme et de réduction de l’anxiété par l’attention à ce que nous vivons, au contrôle de la respiration, au lâcher-prise des pensées oppressantes et instaurer un silence réconfortant, une sorte d’expérience apaisante.

L’accueil et l’écoute permettent d’apprendre à ne plus se laisser bousculer par le temps et d’augmenter notre capacité à être présent. La technologie, comme les autres dimensions de la vie moderne ne doivent pas nous dicter le rythme, mais plutôt nous offrir ce qu’ils apportent de plus beau, une nouvelle captation de la vie.

Une chanson de ZAZ – Qué vendrá

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Avec attention

Nous vivons dans un monde où tout est de plus en plus rapide, même l’information devient surabondante et semble prendre le pas sur la réalité, et pourtant…

Ce n’est pas grave si nous ne comprenons pas tout.

Ce n’est pas grave si nous nous trouvons moins intelligents qu’un autre.

Ce n’est pas grave de perdre un peu son temps…. Dans un monde qui a tant à faire. Il ne faut pas vivre comme si nous allions mourir dans une minute, il faut être là comme si nous avions à vivre.

Je n’ai pas besoin de tout connaître, mais d’être attentif à l’essentiel.

Je n’ai pas besoin d’être intelligent, je veux juste être pleinement conscience de ce que je vis, de ce que tu vis et de ce que j’en fais.

Je ne veux pas être un produit de la pensée, je ne veux pas avoir des certitudes. Je veux être le produit de ce que je regarde, de ce que j’entends, de ce que j’expérimente et de ce que j’écoute. Je veux me laisser surprendre par l’émerveillement.

Je nous souhaite à tous de l’attention, sous toutes ses formes, et s’immiscer dans la lumière.

Une chanson de Daniel Bélanger – Il y a tant à faire

Les paroles sur https://genius.com/Daniel-belanger-il-y-a-tant-a-faire-lyrics

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.