Recevoir la vie

tree-3822149__340

Marcher sur un sentier qui traverse une forêt. Avancer dans un état d’émerveillement, en contact avec une nature qui par ses émanations, que ce soit le mouvement du vent, le craquement des arbres, le chant des oiseaux, nous fait vivre une expérience sensorielle et spirituelle régénératrice.

Le contact avec les éléments de la nature, tel que s’asseoir sous un arbre, entrer dans la rivière, s’élever à la cime d’une montagne, nous procure des sensations, des réflexions qui font en sorte que nous en revenons à soi apaisés, ressourcés et grandis.

 C’est par le corps de la terre que notre esprit peut s’abreuver d’expériences permettant, par la régénération sensorielle et spirituelle, de prendre conscience de notre capacité à recevoir la vie et non seulement tenter de l’interprétée.

Il nous faut changer de perspective, nous ne sommes pas emprisonnés dans notre corps, nous nous fermons seulement à la vie.

Il est impossible alors de dissocier ce qui marche dans la forêt et ce qui entre en soi.

Une chanson de Raoul Duguay interprétée par  Marie-Claire et Richard Séguin – Les saisons

Les paroles sur http://poete.raoulduguay.net/2005/11/les-saisons.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Les enseignements du vent

thumbnail_âme (1)

C’est en voyant le vent se lever, les arbres s’agiter et le ciel s’assombrir que j’ai découvert comment décoder l’air du temps, et ces signes m’ont par la suite enseigné la patience.

C’est en voyant partir au loin le cerf-volant de mes retenus emporté par le vent que j’ai pu apprécier la beauté du lâcher-prise.

C’est en voyant voler en éclat ma colère après des heures de marche au bord d’une mer tout aussi agitée que moi que le vent m’a enseigné la résilience et la compassion.

C’est en laissant le vent prendre le pouvoir sur mon corps que celui-ci m’a enseigné comment reprendre le pouvoir de ma vie.

C’est en laissant le vent emporter ce que je chérissais le plus, suscitant ainsi la haine que j’ai pu comprendre les enseignements de l’amour inconditionnel.

C’est en laissant le vent interpeller ma peur que j’ai pu découvrir le courage de dépasser ce que je ne comprenais pas.

C’est en acceptant que le vent doit faire son œuvre que j’ai pu commencer à comprendre les enseignements des grands passeurs, contourner les obstacles et façonner les voies de passage.

Une chanson de Bob Dylan interprétée parKatie Melua – Blowing in the wind

Les paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/244511.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Oser dépasser les désirs

Inde Dharamsala INstitut Norbulingka (69).JPG

Il y a tant de choses fascinantes à découvrir pour qui ose sortir des sentiers battus, sortir de la facilité.

Par exemple, toute la journée nous pouvons ne rien faire pour rejoindre nos désirs profonds. Nous pouvons aussi nous lever et commencer à poursuivre un entrainement régulier.

Bizarrement, cela ne prend pas beaucoup de temps avant de dépasser la répulsion de vouloir questionner notre engagement, rapidement nous nous sentons bien.

La facilité n’est pas nécessairement un signe de bien-être. Du moins, pour moi.

À McLeod Ganj, en Inde en 1977, j’ai rencontré un moine qui était fasciné par la vie moderne qu’il imaginait que je vivais. Parfois, j’avais l’impression que ses questions révélaient l’envie ou le désir de vivre autre chose. Et pourtant moi, à cette époque, j’enviais une personne qui laissait ce monde pour se consacrer à sa quête spirituelle. Drôle de paradoxe. Deux êtres de désir se parlaient en direct et malgré les mots utilisés, malgré le décor, tout était irréel.

Puis, avec le temps, j’ai compris que notre identité se nourrit de nos modèles d’identifications, et pour être un peu plus nous-mêmes, il est bien de faire la paix avec son passé, de dédramatiser certains choix que nous avons faits et de comprendre pourquoi le parcours actuel s’est installé et enraciné dans notre vie.

Il est possible de réaliser notre nature propre.

Pour cela, il est bien de cesser de dépendre de nos désirs et des belles images qu’ils nous envoient, et de prendre soin de ce que nous aimons faire, c’est-à-dire de notre chemin de vie, puis de prendre soin de ce que nous savons bien faire, en quelque sorte de notre propre talent, puis, prendre soin de ce qui a un réel sens pour nous tout en prenant soin de nos besoins.

Oser devenir soi, ce n’est pas renier ce que nous ressentons, c’est beaucoup plus composer et créer avec nos émotions. Accepter le rôle des émotions et les vivre avec conscience.

Cette voie fera en sorte que nous serons capables d’apprendre à nous exprimer de façon juste, je veux dire par là, de trouver les mots qui portent le sens de notre pensée ou de notre état émotionnel.

Aller au-delà de nos propres désirs, c’est avant tout être présent à notre quotidien. Ma rencontre à McLeod Ganj avec ce moine m’a permis de m’ouvrir les yeux vers un nouvel horizon, et il est de plus en plus non duelle.

Une chanson de Tara – Dharamsala

Les paroles sur https://www.taraofficiel.com/httpwwwtaraofficielcomclips

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Le voyage du retour à soi

Sourie

Il existe différentes façons de voyager. Il est possible de parcourir la terre et de franchir les frontières pour découvrir l’autre. La multitude de paysages et d’humains à rencontrer fait en sorte que le sentiment d’identification à un territoire s’élargit et dépasse le quartier d’appartenance ou le lieu de naissance.

Il existe aussi la possibilité de développer nos connaissances de l’autre, de découvrir par des photos et des textes des cultures et des philosophies de vie différentes. Notre ouverture à la diversité devient alors plus grande.

La conquête de la liberté passe aussi par le développement de la conscience, qui implique une forme différente d’identification; car plus nous sommes conscients du monde qui nous entoure, moins il y a d’autres et d’étrangers. Le respect, la gratitude et l’attention s’installent.

Toutes ces formes de voyages permettent d’affranchir les limites inhérentes à notre condition individuelle.

C’est un retour à soi.

Une chanson de Desireless – Voyage voyage

Les paroles sur https://genius.com/Desireless-voyage-voyage-lyrics

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

La vérité ne se partage pas

oeil arc en ciel

Vous est-il déjà arrivé de dire ce qui est une évidence pour vous et de constater que la personne qui l’entend n’y voit pas la même chose? C’est une expérience que nous vivons et revivons tout au long de notre vie, avec nos enfants, nos amis et les collègues de travail.

Nous prenons pour acquis qu’il existe des réponses universelles, des solutions toutes faites à des problèmes et que la conception du monde que nous avons développé est partageable en tout temps avec les autres. Nous voyons les solutions comme une lumière que nous projetons sur une énigme pour amener la clarté nécessaire pour faire apparaître la solution.

Dans les faits, personne n’occupe la place exacte d’où nous projetons notre lumière et même la plus belle vérité que nous saurons projeter ne servira à rien tant que la personne que nous essayons de convaincre n’aura pas fait sienne l’expérience de la démarche, de se rendre au bon endroit et d’allumer la lumière au bon moment. L’œil n’est pas capable de comprendre ce que le cerveau n’est pas prêt à décoder.

En regardant le fil de l’histoire de l’humanité, en voyant tous ces signaux qui semblaient si évidents et le peu de personnes qui ont écouté, force est de constater que ce dont les femmes et les hommes ont besoin, ce n’est pas de savoir une vérité, mais de l’apprendre.

Du point de vue du passeur, qui accompagne les gens dans leur parcours personnel, il n’est pas important de parler de la conception intellectuelle de la destination à atteindre.  Il parlera plutôt d’indications concrètes permettant de trouver le chemin qui conduit à l’expérience de sa propre voie qui est par nature inexprimable en mots.

L’origine du passeur et de quelle tradition relève la source des indications partagées n’ont pas d’importance lorsque la personne trouve son chemin, voit et comprend.

En ce sens, malgré toute nos bonnes intentions, la vérité ne se partage pas.

Une chanson de Daniel Lavoie – La vérité sur la vérité

Les paroles sur https://genius.com/Daniel-lavoie-la-verite-sur-la-verite-lyrics

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Dans le reflet

ImAGEUn monde en soi

Il venait de quitter sa maison, les reflets du jour venaient à peine de l’atteindre. Il s’approcha de l’orée du bois et marcha dans le sentier. Sa respiration devenait de plus en plus rythmée et lente, il redevenait calme et paisible. Il lui était possible de voir le temps et l’espace se déposer sur le rebord de son ombre pour y attendre le recul de la lumière.

Rien de spécial, juste un sourire, et un autre regard qui émergeait de lui. Quelque chose de spécial se passa, tout étant pareil, mais vécu différemment.

Rien de tout ce qu’il voyait, que ce soit la beauté des arbres, la fragilité d’une fleur, la course de l’écureuil, la dureté de la pierre, rien de tout cela, lui était nouveau. Toutefois, il prenait conscience qu’il n’avait jamais vraiment remarquée, même vu. Peut-être, en raison du babillage de l’esprit, ou du voile de ce qu’il désirait plutôt voir, bref rien de tout cela n’avait pris toute la place. Son activité mentale l’avait tenu éloigné des trésors de la vie telle qu’elle est.

Il ne vivait maintenant rien de surprenant, juste le temps et l’espace qui s’étaient déposés sur le rebord de son ombre, car la lumière et les jeux d’ombres ne restaient plus autour de lui. Ils avaient pénétré son corps pour trouver le chemin par son âme de la nature profonde en lui. Une symbiose s’opérait, quelque chose comme la vie.

Ce jour-là, il avait fait plus que marcher dans le sentier, il avait fait face au miroir de la vie, et prenant les reflets à corps, et il y était entré.

Une chanson de Sting interprétée avec Stevie Wonder – Fragile

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/248589-sting-fragile.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.