Archives du tag ‘émerveillement

Comment s’émerveiller aujourd’hui ?   Leave a comment

La Grande Librairie propose d’égayer notre quotidien par la beauté en présence de Christian Bobin, Alexandre Jollien, Pascal Quignard, Fabienne Jacob et une rencontre aux États-Unis, à Denver, avec le romancier Benjamin Whitmer.

Publié 30 novembre 2018 par dandanjean dans Réflexions trouvées à partager

Tag(s) associé(s) : ,

Au cœur de soi   2 comments

thumbnail_âme (1)

Il nous est tous déjà arrivé de nous sentir disparaître du temps et de l’espace à la lecture du texte ou d’un poème.  Certains parlent de joie de l’âme, d’autres de contact mystique, d’autres du contact avec la part de l’âme de l’auteur.

Je n’accorde pas trop d’importance au nom que l’on donne aux expériences. Je sais que lorsqu’un texte ou un poème me permet d’ouvrir une dimension qui me dépasse, et de me sentir au cœur de soi, comme si rien n’était divisible, même si cela ne dure que quelques secondes, que quelques minutes, cette expérience est précieuse et intense.

Puis, on se surprend à vivre cette même expérience en se promenant dans la nature, ou en partageant des moments vrais avec des proches. C’est cela l’émerveillement face à la vie.

Il est possible d’accéder à une présence nue libérée de nos concepts et de nos repères.

C’est précisément lors de ces expériences où émerge en nous une nouvelle façon de regarder, où nous sommes soudain affranchis pour un instant de l’attachement à notre singularité et relié dans une communion que nous n’avons pas besoin de nommer, que nous mesurons le sens de la vie.

Il n’est plus nécessaire de tout posséder, ou de tout atteindre lorsque l’expérience de la vie est porteuse de la capacité d’émerveillement. C’est une belle chose à cultiver au cœur de soi.

Une pièce musicale de Chopin – Spring Waltz (Mariage d’Amour)

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 25 novembre 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , ,

Choisir   Leave a comment

Boutique rêves

Si j’avais la contrainte de t’écrire un seul mot pour faciliter ta vie et pour susciter des moments d’émerveillement, sûrement que j’écrirais le mot choisir

J’ai aussi pensé au mot aimer, mais aimer n’a de sens que lorsqu’il devient un choix de vie.

Choisir permet de s’adapter à la vie qui est toujours en changement.

Choisir, c’est souvent franchir l’entrave, se mettre en mouvement.

Choisir, c’est avancer avec détermination vers ce que nous ressentons, vers ce que nous voulons, même lorsque c’est pour éviter de grandes difficultés.

Apprendre à choisir permet de s’approprier cette capacité à renoncer, à clarifier, à épurer.

Choisir, cela permet de lâcher prise et de transcender la peur qui souvent s’est incrustée par notre indécision.

Une chanson de Zaz – Je veux

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 16 novembre 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , ,

L’Acceptation   1 comment

Visage lotus om

Il apparaît plus facile de poser des questions que de trouver des réponses. Si vous avez côtoyé de jeunes enfants récemment, c’est un feu roulant de questions et d’émerveillements.

Pourtant, je pense le contraire et je persiste à dire que de savoir poser la bonne question en phase avec ce que nous vivons est précieux et demande de la vigilance pour garder cette capacité.

Le danger avec le temps, c’est accorder une plus grande importance aux réponses, comme si notre identité et notre intelligence en dépendaient.

Déverser des réponses sans économie de mots peut rapidement devenir le déclencheur d’un esprit qui s’endort profondément au lieu de rester attentif à sa vie.

Notre équilibre ne dépend pas de la spécialisation de nos réponses, mais de notre capacité, quand vient le silence, à composer avec nous, puis avec les autres.

L’intimité est souvent un moment de grâce, car elle permet de transcender les réponses et les questions par l’émergence de l’Acceptation.

Une chanson de Félix Leclerc – Contumace

Les paroles et accords sur https://www.boiteachansons.net/Partitions/Felix-Leclerc/Contumace.php

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 3 novembre 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Par petites étapes   Leave a comment

Entretenir sa capacité d’émerveillement, entretenir ses rêves par la souce de la persévérance, cela donne des histoires fantastiques..

One small step

Publié 30 septembre 2018 par dandanjean dans Réflexions trouvées à partager

Tag(s) associé(s) : ,

L’écho joyeux partagé   Leave a comment

IS_140912_cj8zy_rire-istock_sn635

On serait tenté de penser que la joie et la gaieté n’apparaissent que dans des conditions de légèreté, quand nous sommes relaxes et la tête vide.

Pourtant, il y a d’autres états qui nous nourrissent d’une joie différente et intense.

Par exemple, quand l’attention lucide, cet état porté par la conscience et l’amour, se présente. L’instant devient alors le reflet d’une énergie nouvelle et gaie. Vous savez ces états de réalisation de soi où nous sommes en phase avec ceux qui nous entoure.

C’est dans ces moments furtifs et si précieux ou nous avons donné, faisant en sorte que nous entendons chanter la peinture, que nous voyons danser des poèmes, que nous voyons se graver le silence, bref je vous vois sourire …. Je veux dire ces moments de grâce ou nous sortons des sensations établies, des cadres définis et que nous arrivons difficilement à bien décrire.

L’émerveillement, c’est sentir vibrer la vie en soi, et la gratitude, c’est d’en faire l’écho.

Jamais il ne faut l’oublier.

La porte de la sérénité est actionnée par la joie.

Je vous partage cette belle joie vécue aujourd’hui pour ne pas que se perdent ces états. À vous de donner au suivant si le cœur vous en chante.

 

Une chanson de Zaz – Si jamais j’oublie

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/1024281.html

 

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 30 août 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , , ,

L’histoire sans fin   Leave a comment

ImAGE lire

Qui n’a jamais versé, ouvertement ou en secret, des larmes amères en voyant se terminer une merveilleuse histoire et en sachant qu’il allait falloir prendre congé des êtres avec lesquels on avait partagé tant d’aventures, que l’on aimait et admirait, pour qui l’on avait tremblé et espéré, et sans la compagnie desquels la vie allait paraître vide et dénuée de sens.

*

Je voudrais bien savoir, se dit-il, ce qui se passe réellement dans un livre, tant qu’il est fermé. Il n’y a là, bien sûr, que des lettres imprimées sur du papier, et pourtant -il doit bien se passer quelque chose puisque, quand je l’ouvre, une histoire entière est là d’un seul coup.

*

Tous les mensonges furent un jour des créatures du Pays Fantastique. Ils sont de la même matière -mais ils sont méconnaissables, ils ont perdu leur être véritable. Pourtant, ce que Gmork t’a dit n’était qu’une partie de la vérité – comme il fallait s’y attendre de la part d’un être inachevé comme un loup-garou. Il existe deux chemins pour franchir la frontière qui sépare le Pays Fantastique de monde des hommes, le bon et le faux. Le faux, c’est celui qu’empruntent les êtres du Pays Fantastique quand ils sont entrainés de l’autre côté de cette horrible manière. En revanche, quand les enfants des hommes viennent dans notre monde, c’est par le bon chemin. Tous ceux qui ont séjourné parmi nous ont vécu quelque chose qu’ils ne pouvaient vivre qu’ici et quand ils sont retournés chez eux ils n’étaient plus les mêmes. Ils avaient appris à voir, parce qu’ils nous avaient vus sous notre forme véritable. Si bien qu’ils étaient aussi capables de voir leur propre monde et leurs congénères avec d’autres yeux. Là où ils n’avaient aperçu autrefois que quotidienneté, ils découvraient tout à coup merveille et mystères.

*

C’est précisément parce que le Pays Fantastique était infini que sa fin était inéluctable.

*

_ Maître, répondit tranquillement le lion, ignores-tu que le Pays Fantastique est le royaume des histoires ! Une histoire peut être récente et cependant parler d’époques très reculées. Le passé naît avec elle.

 _ Dans ce cas, Perelin aussi existerait depuis toujours, songea Bastien, perplexe.

 _ Dès l’instant où tu lui as donné son nom, maître, réplique Graograman, le Bois de la Nuit a existé depuis toujours.

*

De la même façon que nos mondes se détruisent l’un l’autre, ils peuvent aussi s’apporter la guérison.

*

– Cela veut dire que tu dois faire ce que tu veux vraiment. Et rien n’est plus difficile.

-Ce que je veux vraiment ? répéta Bastien, impressionné. Et qu’est-ce que c’est ?

 – C’est ton secret le plus intime et tu ne le connais pas.

– Et comment puis-je donc le découvrir ?

– En suivant le chemin de tes désirs, en allant de l’un à l’autre, jusqu’au dernier. Celui-là te conduira à ton Voeu Véritable.

 -Cela ne me parait pas si difficile, fit remarquer Bastien.

 -De tous les chemins, c’est le plus dangereux, dit le lion.

 -Pourquoi ? demanda Bastien, je n’ai pas peur.

– Ce n’est pas de cela qu’il s’agit, gronda Graograman. Il exige une sincérité et une attention sans failles, car sur aucun autre chemin il n’est aussi aisé de se tromper définitivement.

*

Il y avait dans le monde des milliers et des milliers de formes de joie, mais au fond toutes ces joies n’en faisaient qu’une: celle de pouvoir aimer.

Michael Ende dans L’histoire sans fin

Une pièce musicale de Johann Sebastian Bach – Fantasía: Tocata et fugue

Publié 9 août 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , ,

%d blogueurs aiment cette page :