Avec attention

Nous vivons dans un monde où tout est de plus en plus rapide, même l’information devient surabondante et semble prendre le pas sur la réalité, et pourtant…

Ce n’est pas grave si nous ne comprenons pas tout.

Ce n’est pas grave si nous nous trouvons moins intelligents qu’un autre.

Ce n’est pas grave de perdre un peu son temps…. Dans un monde qui a tant à faire. Il ne faut pas vivre comme si nous allions mourir dans une minute, il faut être là comme si nous avions à vivre.

Je n’ai pas besoin de tout connaître, mais d’être attentif à l’essentiel.

Je n’ai pas besoin d’être intelligent, je veux juste être pleinement conscience de ce que je vis, de ce que tu vis et de ce que j’en fais.

Je ne veux pas être un produit de la pensée, je ne veux pas avoir des certitudes. Je veux être le produit de ce que je regarde, de ce que j’entends, de ce que j’expérimente et de ce que j’écoute. Je veux me laisser surprendre par l’émerveillement.

Je nous souhaite à tous de l’attention, sous toutes ses formes, et s’immiscer dans la lumière.

Une chanson de Daniel Bélanger – Il y a tant à faire

Les paroles sur https://genius.com/Daniel-belanger-il-y-a-tant-a-faire-lyrics

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Sans opinion

image-matin

Il y a tant à découvrir, chaque jour j’apprends et je me plais à penser qu’il y a tellement d’instants de purs plaisirs devant moi.

Il y a tant de livres à découvrir, tant d’histoires merveilleuses à parcourir, demain qui sait dans quel pays imaginaire je vais poser mon regard.

Il y a tant de rencontres à faire, tant de gens merveilleux, dont le parcours est inspirant et qui illustrent de façon toute simple la force de l’exemple et de la bienveillance.

C’est pourquoi je m’entraîne à garder l’esprit ouvert, je fuis cette manie de vouloir émettre une opinion sur tout, et du coup, je n’ai plus de temps à rechercher la vérité, cette parole ou cette théorie qui définit toute chose.

Quelle belle expérience que de se laisser surprendre, de se laisser re-connaître et de le partager simplement!

Une chanson de BEYRIES – The Pursuit Of Happiness

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Après la peur

ImAGE champs

J’ai découvert la vie éternelle

dans l’acceptation de la mort au quotidien.

 

La joie divine est dans ces petits

bonheurs de rien du tout.

 

Les paroles les plus précieuses

ont muri dans le silence.

 

Il n’y a pas de paradis plus vaste

que celui d’un cœur aidant et aimant.

 

Le plus grand art est une œuvre

au service de l’autre.

 

L’ange le plus précieux est cette personne

qui nous apprend à recevoir.

 

L’ouvrage le plus durable

est la bienveillance portée envers les autres.

 

La clarté intérieure n’est pas le fruit d’une sagesse

mais d’une ouverture.

 

La plus petite ouverture que nous faisons

permet à la conscience d’entrer.

 

La vie n’a pas besoin d’être parfaite,

seulement à la mesure du rêve de l’humain.

 

La plus grande foi n‘émerge pas de la croyance,

 mais de l’acceptation.

Après la peur.

 

Une chanson de Gilles Vigneault interprétée par Fred Pellerin – Le grand cerf-volant

Les paroles sur http://laboiteauxparoles.com/titre/82870/le-grand-cerf-volant

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Je suis un être humain

A voir et diffuser, vraiment magnifique.

Je suis un être humain a été tourné en une journée. Ont suivi environ 8h de montage et post-production. Autant dire que c´est très peu… Carlos Chapman et Estelle Pesquier ont réalisé cette vidéo aussi rapidement afin de pouvoir la publier au moins 3 jours avant la fin du concours « Je suis un héros ».

Le cadeau

Les yeux du coeur

Quand nous sommes à la bonne place,

au bon moment,

avec la bonne présence,

le plus beau des cadeaux

devient une chose très simple,

un regard,

une étreinte,

une fleur,

ou un café,

car il est partagé

avec toute l’attention du cœur.

Une chanson de Richard Desjardins – Jenny

Les paroles sur http://laboiteauxparoles.com/titre/7495/richard-desjardins-jenny

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

La Voie du sentir 2

ImAGE champs

Vous êtes une personne mais vous pourriez être un papillon. Ou une rose. Je peux me situer en face de vous comme je me situe en face d’une rose, il n’y a pas de différence. Parce que dans la rose, il y a l’être de la rose qui déclenche aussi en moi, si je le reçois, si je suis ouvert, des sensations, des émotions, des sentiments, des réflexions. La rose va me donner tout ce qu’elle possède, tout ce qu’elle a. Elle ne s’épuise pas et quand je pars, s’il en vient un autre, la rose continue de donner. Elle n’arrête pas de donner ! Mais comme nous sommes en état de fermeture, comme nous avons un égoïsme à l’intérieur de nous-même, nous ne recevons plus, nous voulons imposer, nous voulons impressionner, influencer.

*

On se considère comme important, mais en réalité on ne l’est pas. On est nécessaire mais on n’est pas important. Alors, si on est nécessaire, on doit se demander en quoi on est nécessaire et devenir fonctionnel. Mais si on se croit important, on tombe dans l’idolâtrie de soi-même et c’est le fléau de tous nos malheurs.

*

J’ai eu la chance de m’apercevoir, pas très tôt, vers les trente, trente-cinq ans, que sur la route que j’avais prise pour chercher à m’extraire de ma stupidité, tous les banquets, tous les restaurants, tous les hôtels avaient été prévus. Ils existaient, ils étaient là, et moi je me désespérais de savoir où j’allais manger le lendemain, dans quel hôtel j’allais me reposer. Je parle symboliquement bien sûr. Je me suis rendu compte que pour participer au banquet, il suffisait de parcourir le chemin de façon ouverte ; ne pas dire, d’ici un an, je dois trouver telle chose en particulier, d’ici trois ans, je dois rencontrer tel maître. Il ne fallait pas projeter, il fallait être ouvert.

Robert Eymeri dans La Voie du sentir : Transcription de l’enseignement oral de Luis Ansa

Une chanson de Louis-Jean Cormier 0 Traverser les travaux

Les paroles sur https://www.paroles.net/louis-jean-cormier/paroles-traverser-les-travaux