Archives du tag ‘être

Le test de ce que nous habitons   Leave a comment

Boîte à vie

 

Si je vous demandais de décrire votre lieu où vous habitez, qu’est-ce que me vous diriez?

J’ai fait le test, et ce fut très enrichissant.

Vous pourriez me parler de la forme de la maison, du nombre de pièces, de la forme de l’entrée, de la couleur de vos murs, des rideaux sur les fenêtres ou de la texture du plancher.  Bref, vous pourriez me dresser un portrait de l’aspect physique global.

Vous pourriez aussi me parler des espaces de rangement, de la fonctionnalité de la cuisine, de la capacité de votre cabanon ou de votre sous-sol où se trouve tout ce dont vous avez besoin. Bref, vous pourriez me présenter le lieu sous l’angle de sa capacité à recueillir ce que vous possédez.

Vous pourriez me parler de l’aménagement de la cour, de votre côté jardin et des airs de repos et de loisir. Vous pourriez me dire que l’intérieur est spacieux. Bref, vous pourriez me présenter ce lieu comme un espace de vie dans un quartier où il y fait bon vivre.

Enfin, vous pourriez me parler de cet endroit à partir des personnes, par exemple, que vos enfants ont tel type de chambre, et une salle de jeu, me décrire la cuisine sous l’angle de sa capacité d’accueil et des odeurs de cuissons qui s’y retrouvent, ou de votre le salon comme lieu de rencontre. Bref, présenter ce lieu par ses occupants.

En lisant ces différentes approches, laquelle d’entre elles a suscité un petit sourire d’adhésion?

Puis, refaite le même exercice en vous posant la question suivante, si je vous demandais de vous décrire, qu’est-ce que me vous diriez?

Une chanson de Francis Lalanne – La maison du bonheur

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Publié 18 juin 2017 par dandanjean dans Réflexion

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

Le Mandala de l’Être   Leave a comment

image-le-monde-voile

 

J’entends sans arrêt des personnes dire qu’elles «se cherchent».

Mais ce qu’elles disent en réalité, c’est qu’elles passent leur temps à rejeter ce qui est en elles ou dans leur vie.

Nous ne pouvons pas nous chercher car nous ne pouvons pas nous perdre ; chaque sentiment, chaque pensée, et la qualité de vie qu’ils apportent, est le Soi.

Résistez et la souffrance s’ensuivra.

Accueillez avec une tendre attention, et la plénitude s’ensuivra.

La beauté est dans l’œil de celui qui regarde, de même que la laideur.

Nous nous accueillons à chaque instant dans notre être et la façon dont nous accueillons est la façon dont nous nous sentons accueillis.

C’est la réalité du présent.

 

Richard Moss – Le Mandala de l’Être

Une pièce musicale de Kitaro – Mandala

Publié 10 juin 2017 par dandanjean dans Livres

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

La foire de la vie   Leave a comment

Anneau de vie

Bienvenue, bienvenue à la foire de la vie ! Mais je vois que tu as déjà pris place sur son carrousel ! Ce que tu conduis bien ! Ta voiture est aérodynamique, munie d’une pédale d’accélération et d’un frein ! Mais avant tout d’un volant ! ce qui permet toutes sortes de manœuvres, et tu ne t’en prives pas ! Or, curieusement, l’engin ne cesse de tourner en rond ! Tu donnes des coups de volant, à gauche, à droite ; tu freines, tu te démènes, mais jamais ne changes de direction.

Ton moi, ledit ego, fonctionne de façon analogue : il va à gauche, à droite, sans toujours être content du résultat, de sorte qu’il finit par se dire : « Voyons ce que font les autres, comment ils s’y prennent ! Par exemple, le gars qui est assis là-bas !» Il prend décidément bien les virages. Tu l’imites, mais rien n’y fait : tu continues de tourner en rond. De temps à autre, le carrousel s’arrête, et tu fais une courte pause. C’est le bardo des Tibétains. Puis tu te mets en quête d’un nouveau véhicule. « Cette fois ce sera peut-être un cheval. J’ai besoin de récupérer. Sans doute en ai-je décidé ainsi !» C’est prudent de ta part, ou bien vraiment sage. En fin de compte tu empruntes une trottinette. Tous ces tours de manège t’ont à vrai dire épuisé, et tu te sens plein d’humilité, de modestie.

Ces inlassables tourner en rond ont néanmoins mûri ton moi, et il advient que tu avances dans la même direction que le carrousel lui-même. Tu t’écries alors sur un ton de triomphe : « Cette fois-ci j’ai manoeuvré avec adresse ! Il me semble avoir enfin pigé ! Tu as fini par comprendre comment tout ça fonctionne. « Voyez, j’ai le contrôle sur tout !» Tu te sens en harmonie avec le cosmos, en accord avec toute la création. Et un moi accordé de cette façon-là se meut dans la même direction que le carrousel. « Regardez ! regardez comme je suis doué pour la conduite ! Le carrousel tourne selon la direction que je lui imprime ! Ici, moi, regardez donc ! » Celui qui maîtrise l’art de la conduite de façon aussi incomparable est en mesure de dire aux autres comment ils doivent s’y prendre pour arriver au même résultat – « faites donc comme moi ! »

À présent, tu es un conducteur ayant atteint le plein éveil. «Tous à sa suite !» peut-on entendre avec enthousiasme. Le mieux est d’emprunter un autobus : « Venez tous, prenez place derrière moi ! Le carrousel de la vie et moi ne faisons qu’un ! » C’est ainsi que l’on devient un guru. Si tu veux agir avec plus de discrétion, tu peux naturellement aussi envisager une autre fonction, tout aussi importante, par exemple de conduire la voiture des sapeurs-pompiers, ou bien une ambulance – ou encore suivre l’ambulance pour des raisons de sécurité.

En tout cas, il importe de garder une vue panoramique quoi qu’il advienne, d’accélérer et de freiner au bon moment et, par-dessus tout, de conduire avec adresse – cela facilite la tâche de tout le monde. Tu garderas ton véhicule parfaitement sur la voie et contribueras à ce que le carrousel ne dévie pas de sa trajectoire. Si seulement tout le monde pouvait conduire avec autant d’habileté ! Tu as la pleine maîtrise de ton véhicule.

Mais un jour le conducteur lâche prise par inadvertance, et tu constates, stupéfait, que l’engin fonctionne tout seul ! Il se meut sans ton intervention ! Vraiment, il tourne tout seul. Le Soi tourne, il n’y a à faire aucun effort. Tu peux te reculer et goûter l’ensemble. Le bonheur est là sans cesse, de façon immédiate.

Karl Renz: Pour en finir avec l’éveil et autres conceptions erronées

Une chanson des Beatles interprétée par Rufus Wainwright – Across The Universe

Publié 3 juin 2017 par dandanjean dans Livres

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Le plaisir d’être   Leave a comment

Deux moines un rire

Pour la personne qui veut vivre la pleine conscience, il n’existe pas un courant de la méditation, il n’existe pas une seule voie pour l’entraînement de l’esprit, que ce soit par zazen, yoga, taï-chi et toute autre pratique.

D’ailleurs, plus nous pratiquons, plus nous expérimentons et plus nous avons l’esprit ouvert à la notre propre nature qui est non duelle. Nous constatons que la voie est libre.

Nous réalisons avec le temps qu’il ne subsiste aucune séparation, pas plus qu’il y a une réelle différence entre la conscience et celui qui est conscient.

Tout doucement, la pratique fait en sorte que la pensée et le penseur ne sont plus différents. La force de l’attachement qui fige la différence est mieux contrôlée.

La pratique, peut importe de quel courant elle est issue, doit devenir un jeu de l’esprit et non pas une chose de sérieuse. L’entraînement de l’esprit doit être simple et avec coeur comme si nous réalisions ce que nous avons toujours été.

Il n’y a rien à gagner ou à perdre au regard des autres. La scission entre ce que je pratique et ce que vous pratiquez, malgré la forme, est fictive. La différence ne devrait jamais entraîner l’exclusion.

Dans notre état naturel, la pratique devrait être une façon d’être et non seulement une pause régulière sur un zafu.

Tout se passe dans l’étendue de la conscience et le plaisir d’être.

Une chanson de Jean-Jacques Goldman – Veiller tard

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Le chercheur   Leave a comment

ImAGE Lever de terre

Le chercheur conscient, cette personne qui veut réellement découvrir et intégrer des connaissances pour mieux créer sa vie, ne regarde pas le chemin, mais tout ce sur quoi repose l’horizon.

 Pendant que des personnes défendent leur petit bout de chemin dogmatique par de belles paroles, le chercheur laisse son esprit libre et il écoute, regarde, touche, sent et goûte afin de mieux percevoir la vie.

Bien qu’il rencontre beaucoup de personnes qui lui disent tout connaître, il sait qu’il y en a très peu qui se connaissent eux-mêmes.

Beaucoup voient que l’objet de leurs recherches et pour cela, ils ne trouvent rien d’essentiel, car ils n’ont pas l’esprit accessible à d’autres choses.

Le chercheur laisse tomber le but qui retient captif l’esprit, et se met en mode trouver, je veux dire par là qu’il ouvre son esprit. Ainsi, pour lui, tous les chemins et toutes les voies mènent à la vie.

Une chanson de Raôul Duguay – Le vôyage

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Publié 13 mai 2017 par dandanjean dans Réflexion

Tag(s) associé(s) : , , , , , , ,

Reflet de vie   2 comments

Pas seul

Je n’ai pas voulu avoir d’attente

Je me suis dit, ferme les yeux

Laisse la vie se présenter

Que ce soit bon ou mauvais

Elle sera tout de même réelle

C’est déjà ça!

Et j’ai fermé les yeux

Et j’ai fait la présence à moi

J’ai été

Au lieu de faire

Après un certain temps

les yeux m’ont ouvert

à ce qui m’entoure

Et je t’écris ces quelques mots

Comme on dessine la vie

Et si tu te sens interpellé

C’est que nous ouvrons ensemble les yeux

Sur ce qui nous relie

et que toi aussi tu perçois ces mots

qui se dessinent en nous.

Une chanson de Damien Rice – I Don’t Want To Change You

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Publié 24 avril 2017 par dandanjean dans Réflexion

Tag(s) associé(s) : , , , , , , ,

Le grand débrouillage   Leave a comment

Ce matin, je me suis levé et je n’ai pas ouvert la télévision, comme bien des matins depuis une éternité.

Et pourtant je vois les plus belles émissions de la vie, avec de belles couleurs et de beaux personnages.

Tout est si réel que même la téléréalité semble blême.

Bien sûr, je fais un énorme sacrifice, et je dois sacrifier les marchands de publicité, les promoteurs de la mode, les concours qu’il ne faut pas rater, les prédicateurs fondamentalistes, les nouvelles catastrophes et le spécial de la semaine: la bonne façon de mener les relations de rêve. Je sais, je cède beaucoup…

Mais heureusement, j’assiste tous les jours, non pas au concours, mais aux résultats de la beauté des gens qui m’entourent.

C’est le grand débrouillage de la vie.

Une chanson de Daniel Bélanger interprétée par Charlotte Cardin – Rêver mieux à l’émission Belle et Bum

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

%d blogueurs aiment cette page :