Archives du tag ‘être

Carte du monde   4 comments

Poursuite de mon périple à Paris pour y partager au fil des rencontres l’accent d’Amérique.

cropped-world-hands_00278818.jpeg

Nous avons notre propre représentation du monde qui nous entoure, et nous connaissons l’utilité d’une carte pour mieux nous situer. La carte de notre monde est une représentation de l’esprit, mais elle est en même temps si réelle à nos yeux, qu’il nous arrive de croire l’espace d’un instant que le monde est comme cela. Des lignes, des noms et des images.

Souvent, avant de partir en voyage, nous nous faisons un itinéraire, on élabore une carte pour nous projeter dans ce qui va venir, à partir de notre perception individuelle.

Toutefois, nous ne savons ce que nous aurons réellement fait, le temps que cela aura pris et le vrai itinéraire qu’à notre retour.

Un peu comme le parcours de la vie.

Alors quoi faire avec la carte de notre représentation du monde? Rien.

Pourquoi faire un effort pour s’en départir, elle deviendra un jour un cliché dans un tiroir illustrant un passage de vie, avec l’évidence que la carte, ainsi que celui qui la regarde, n’a pas plus de permanence l’un que l’autre. Qui peut dire ce qui a vraiment existé?

Une pièce musicale de Nuit Debout Orchestre Debout (Symphonie du Nouveau Monde)

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 6 septembre 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Faire demain maintenant   Leave a comment

Que me réserve l’avenir? Qu’est-ce qui se passera la semaine prochaine? Qu’est-ce qui se passera dans un mois ou dans un an?

Voilà des questions qui traduisent que nous sommes habitées par l’incertitude. Je me projette dans un temps à venir. Certains disent être capables de prédire l’avenir. Peut-être. Mais si nous ne sommes pas capables et nous sommes habités par cette inquiétude, cette incertitude?

Woody Allen affirme : Je m’intéresse à l’avenir parce qu’il s’agit de l’endroit où je vais passer le reste de ma vie.

Et si c’était juste un jeu de l’esprit dans le but de tourner notre façon de vivre en dérision?

Il existe certaines techniques outre la voyance, pour aider à prédire l’avenir. La prospective vise à étudier le futur afin de le comprendre et de l’influencer. Elle s’intéresse aux causes et à la séquence des événements qui en découlent permettant d’identifier des probabilités de scénarios qui se dessiner dans le futur.

Une autre, est de faire demain, maintenant. Se consacrer à l’instant présent et se créer à partir de sa nature propre et singulière.

Est-ce que je serais bien dans 3 mois? Cela n’a pas d’importance quand on se réalise maintenant dans notre vie.

Est-ce que les choses vont durer? Non. Tout change.

Est-ce que cela sera meilleur ou pire? Cela dépend de ce que nous faisons maintenant.

Vais-je mourir? Oui.

Quand? Après avoir vécu, et attendre n’y changera rien.

Je peux prédire mon présent, ou le réaliser.

Une chanson de Peter Gabriel – Make tomorrow

Les paroles en français sur http://paroles-traductions.com/chanson/montrer/4533589/peter-gabriel/paroles-et-traduction-make-tomorrow/

 

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 21 août 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , ,

Identité et dérives   2 comments

cropped-world-hands_00278818.jpeg

Nous avons tous vécu ce besoin de nous identifier à quelque chose qui nous donne de la valeur ou un sens. Parfois, cela peut sembler positif, être un musicien, parfois cela peut sembler plus négatif, la blessure de mon enfance, la relation avec un de mes parents, etc.

Lorsque nous sommes à la quête d’une identité pour nous réaliser, nous passons nécessairement par ce phénomène qui fait en sorte que nous nous accrochons aux pensées. Parfois, celles-ci nous bercent d’illusions, car elles nous éloignent de ce que nous sommes vraiment ou encore elles nous font souffrir, car elles produisent une représentation du monde ou le conflit justifie notre position.

Parfois, il en faut du temps pour se rendre compte qu’il n’est pas nécessaire d’être tristes ou révoltés pour assumer sa singularité et vivre l’affranchissement de son passé.

Développer son potentiel, sans artifices folkloriques identitaires demande du travail, de la motivation, et de la persévérance. On n’atteint pas cela en restant assis et en se répétant que tout va changer.

Et en même temps, nous ne sommes pas obligés de souffrir. Il est possible de vivre simplement, d’être un agent de changement, faisant la différence dans sa vie, et auprès des autres.

Nous n’avons pas besoin de nous identifier à quelqu’un d’autre pour être bien. Il est bon à long terme d’assumer sa nature propre sans renier la culture qui nous habite.

 

Une chanson de HK et les Saltimbanks – Citoyens du Monde

Les paroles sur https://genius.com/Hk-and-les-saltimbanks-citoyen-du-monde-lyrics

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 17 août 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

Transmettre la lumière avec Jean Klein   Leave a comment

6Sl7fAfFMa1z20e7zzuXdTl72eJkfbmt4t8yenImKBVvK0kTmF0xjctABnaLJIm9

Ce que foncièrement nous sommes ne peut jamais s’objectiver. Vous ne pouvez le localiser dans votre corps. Cela ne peut devenir clair qu’en explorant votre absence, votre totale absence.

Dès que vous vous prenez pour quelqu’un, il y a contraction, il y a localisation, mais quand vous êtes complètement affranchi de l’idée d’être une personne, vous êtes en expansion, vous êtes en méditation permanente.

*

Il y avait eu des éclairs, mais là, c’était plus qu’un éclair. Il n’y avait pas de retour en arrière possible. J’avais trouvé mes vrais fondements

*

En raison de la qualité de la transmutation, il ne subsistait aucun doute que je puisse jamais être repris par la dualité, et cela se confirma dans les jours et les semaines qui suivirent. Je sentis une rectification dans mon corps et dans mon cerveau, comme si toutes les parties avaient trouvé leur juste place, leur position la plus confortable. Je vis tous les événements quotidiens apparaître spontanément dans le non-état, dans ma totale absence, dans ma vraie présence.

*

Ne cherchez pas à avoir un but. Quand cette compréhension existe, en d’autres termes, quand vous sentez très profondément l’orientation de votre aspiration, le but s’efface. Il n’y a plus de but. Un but est une tension. Ce qu’il est important de voir, c’est la quantité d’énergie que vous dépensez dans votre vie à essayer d’être autonome, à essayer d’être. Toutes ces différentes directions gaspillent votre énergie, elles multiplient les promesses, mais quand vous les vivez, elles ne tiennent pas leurs promesses. Elles ne peuvent combler votre désir d’être. Quand vous en prenez conscience, alors un seul et unique désir subsiste.

Jean Klein dans Transmettre la lumière

Une pièce musicale avec Istvan Sky Kék Ég, Estas Tonne, Pablo Arellano et Indrė Kuliešiūtė – The Song of the Butterfly

 

Publié 14 août 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Mes maîtres anciens: Chemin   Leave a comment

elevation

J’ai plaisir à revisiter mes maîtres anciens qui à chaque fois, me font découvrir des enseignements merveilleux.

Par exemple, le maître Chemin, qui m’a appris la valeur de mes pas. Il m’a appris à faire la distinction entre se déplacer et avancer.

Chemin m’a appris l’importance de l’attention dans un monde ou tout va toujours plus vite. Apprendre, peu importe la vitesse de sa foulée à observer la route, à prendre conscience de l’endroit où nous sommes, à être présence à chaque endroit et non pas juste en transit.

Pour cela, Chemin m’a parlé des qualités à développer en tant que passant et voyageur de vie.

C’est un privilège immense de pouvoir vivre. De la naissance à la mort, nous pouvons faire plus que passer, nous pouvons devenir un être meilleur qui fait la différence à chaque rencontre. Une personne qui fait plus que passé et qui relie.

Chemin ne cesse de répéter que peu importe la route que nous choisirons, aucun ne constitue en soir une destination ou encore mène vers une finalité ultime. Le passant et voyageur de vie foule la terre afin de le relier plus profondément à la présence, à l’instant, à la découverte et à la gratitude.

Il n’y a pas de voie spécifique pour une finalité, que ce soit le bonheur, l’amour, la réussite ou la guérison. Il n’y a pas de route vers l’éveil ou sa réalisation finale. Il n’y a que les jours et les nuits, constitués de nos expirations et inspirations, de nos pas et nos pauses, de nos escales, de nos rencontres, de l’entraide et de la culture du passant et voyageur de vie.  Vous savez, cette culture de soi qui au fil des pas, amène les moissons merveilleuses.

Il y a des passants et voyageurs de vie qui font des voyages merveilleux dans des contrées inconnues en restant à la maison. Les plus beaux voyages se réalisent à partir de la conscience que nous avons du lieu où nous sommes. L’espace et le temps ne sont que des éléments d’une signalisation qu’un esprit libre peut transcender, par exemple en sortant des sentiers battus.

Mes maîtres anciens, Montagne, Soleil, Rivière, Vent, et Arbre pour ne nommer que ceux-ci sont riches d’enseignement. Je vous invite tout comme moi à les revisiter de temps en temps.

Une chanson de Richard Séguin – L’Ange Vagabond

Les paroles sur http://laboiteauxparoles.com/titre/44008/Richard_S%C3%A9guin_L_ange_vagabond

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

 

Le fou   Leave a comment

image-sante-mentale

Vous me demandez comment je devins un fou. Cela m’arriva ainsi: un jour, bien avant que de nombreux dieux ne fussent nés, je m’éveillai d’un profond sommeil et trouvais que tous mes masques étaient volés, les sept masques que j’ai façonnés et portés durant sept vies; je courus alors sans masque à travers les rues grouillantes de la ville en criant: « Aux voleurs! Aux voleurs! Aux maudits voleurs! »

Hommes et femmes se moquèrent de moi; de crainte, certains coururent vers leur maison.

Et quand j’atteignis la place du marché, un jeune homme, debout sur le toit d’une maison, s’écria: « C’est un fou. » Je levais la tête pour le regarder; le soleil embrassa mon propre visage nu pour la première fois. Pour la première fois le soleil embrassa mon propre visage nu et mon âme s’enflamma d’amour pour le soleil, et je ne voulus plus de mes masques. Et, comme dans une extase, je criai: « Bénis, bénis soient les voleurs qui me dépouillèrent de mes masques! »

C’est ainsi que je devins un fou.

Et dans ma folie, j’ai retrouvé à la fois ma liberté et ma sécurité; la liberté d’être seul et la sécurité de n’être pas compris; car ceux qui nous comprennent nous asservissent de quelque manière.

Mais je ne voudrais pas me targuer de ma sécurité. Même un voleur dans sa geôle est à l’abri d’un autre voleur.

Khalil Gibran dans Le fou

Une chanson de Daniel Bélanger – La folie en quatre

Les paroles sur https://genius.com/Daniel-belanger-la-folie-en-quatre-lyrics

Publié 10 août 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , ,

Un   Leave a comment

Signs-From-The-Universe

Que tous ceux qui ont soif de vérité sachent qu’ils sont la vérité et que cette vérité les ramènera à leur demeure céleste.

Vous êtes des êtres de lumière. Nés de la lumière, vous retournerez à la lumière et serez sur le chemin, guidés par la lumière de votre être infini.

Vous vivez dans un monde créé par vous de toutes pièces. La vérité prend sa source dans les cœurs, et ce que vous admirez le plus aujourd’hui, vous le deviendrez. Que ni l’apparente noirceur, ni le mal, ni ce vêtement usé qu’est la mort ne vous effraient ou vous déconcertent, car ils ne sont que des défis que vous avez choisis de relever. Sur la pierre de l’amour, venez poser votre tête; à la source de l’amour, venez vous abreuver et tirer les forces qui, à chaque instant, vous permettront de transformer votre vie. La vérité et la lumière sont à la portée de ceux qui désirent les connaître.

Imagine que de tout ton cœur, tu désires savoir qui tu es, d’où tu viens, où tu vas et la raison pour laquelle tu te trouves ici. Imagine ensuite que tu n’auras de cesse que lorsque tu auras trouvé réponses à toutes ces questions.

*

Richard Bach dans Un

Une chanson de Ezra Landis et Raffa Martinez – Kiss the Earth

Publié 8 août 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , ,

%d blogueurs aiment cette page :