Par delà la simulation, le défi….

Lorsque l’on communique avec quelqu’un, nous recevons de l’information, des données, des faits.  Nous les enregistrons, puis nous y donnons une signification personnelle.  Cela crée des prédispositions basées sur ces significations décodées.  Nous adoptons par la suite des croyances sur ce sujet et nos actes reposent sur cela.

 

En fait nous avons développé au fil des ans des modèles mentaux issus de notre vécu.  Ces modèles mentaux sont utiles car ils permettent de prendre des décisions et de passer à l’action rapidement.  Nous n’avons pas à refaire un positionnement personnel sur chaque sujet au quotidien. Tu me parles de tel sujet et j’y crois ou non en fonction de ce qui m’habite comme modèle mental.

 

Il est important de prendre conscience que nous pouvons parler a une vitesse de 100 à150 mots minutes, mais que notre pensée elle est à environ 500 mots minutes. Il y a tout un espace mental en chacun de nous.  Un monde personnel intime. Même quand nous conversons avec quelqu’un il y a plus de mots dans notre esprit que dans la conversation.

 

Le défi c’est que chaque humain a une vie intense personnelle et que chaque cerveau a développé ses propres modèles mentaux qui sont ultimement de simples façons de décoder et de représenter la réalité.  Toutefois, ces modèles mentaux ne sont pas la réalité. 

 

Prendre conscience que nous avons une représentation de la réalité nous permet de mettre en perspective les choses et de mieux accepter les diverses positions ou visions des personnes que nous côtoyons.  Il n’y a pas une seule façon de décoder la réalité, mais nous devons avoir suffisamment de compassion pour respecter ces différentes visions dans un désir d’être de meilleurs humains acceptant la vision et la présence de l’autre.  Là est le défi….pour composer ensemble.