Archives de juillet 2014

Récit de voyage sur la terre   Leave a comment

mains monde

J’arrive tout juste de voyage sur la planète terre, toute une aventure. J’y ai découvert une nouvelle croyance, qui m’a attiré au début puis j’ai compris que je n’étais pas fait pour vivre comme cela.

J’ai découvert que la croyance dominante chez les terriens est que leur humanité n’est pas complète, comme si dans chaque humain il manquait quelque chose.  Ils développent ainsi le concept d’ignorance de leur propre nature, et, ainsi ils s’attachent aux autres et aux biens, convaincus que grâce à ces liens ils trouveront leur satisfaction et leur bonheur.

En m’imprégnant de cette croyance, j’ai été attaché à la terre, et j’ai eu peur de partir, de perdre cet attachement. Car, oui effectivement, c’est en s’attachant que l’on a peur de perdre.

Je dois avouer que c’est lorsque j’ai senti les liens de l’attachement se former sur mon corps que j’ai reconnu cette croyance comme différente de mon parcours et en souriant je m’en suis libéré pour voir d’autres visions. Je sais que le véritable bonheur est en nous-mêmes, dans notre propre nature et que je n’ai pas besoin de prendre, de laisser ou de céder. Notre propre nature est complète et seule ou ensemble, nous sommes, sans chercher à l’extérieur de nous-mêmes que d’autres humains ou d’autres mondes à découvrir.

 

Publié 31 juillet 2014 par dandanjean dans Pauses musicales, Textes de mon cru

Comme un porteur de trésor au coffre découvert   Leave a comment

Désir de la mer

Il y a des humains qui sont comme cela, tant qu’ils seront convaincus qu’il y a quelque chose à gagner, ils continueront à chercher.

Et quand on leur dit, non arrête, tout à tout ce qu’il te faut, ils te répondent que c’est justement pour cela qu’ils continu, car notre réponse démontre qu’il y a surement quelque chose qui nous échappe…

Et pourtant…comme un porteur de trésor au coffre découvert….

 

Publié 30 juillet 2014 par dandanjean dans Textes de mon cru

Laisser une partie de soi ou se choisir   2 comments

butterfly-mandala-transformation2

Les rapports de force que l’on a laissé s’introduire dans notre vie, les combats qui nous mènent tôt ou tard vers des ruptures, le détachement d’une chose ou d’une personne, font en sorte que l’on y sera à jamais liée. C’est aussi vrai pour cesser la cigarette, ou toute autre habitude ou quitter une personne. Combien de personne ont fuit leur pays et y sont habité encore. Il est paradoxal de constater que renoncer, rejeter, fuir ou se défaire mène à cimenter un lien dans la tête par le babaillage de la pensée.

On ne veut pas, on se refuse de, on veut oublier, etc.

Tant qu’il y aura un mouvement de rejet ou de lutte, nous cédons une partie du pouvoir sur nous-mêmes. Et ce n’est pas mauvais en soi, il faut juste se demander si c’est vraiment ce que l’on veut.

Parfois, il s’agit juste de reconnaître la valeur réelle de ce qui nous affecte, et sans lutter, sans renoncer, sans fuir, mais juste par mouvement de vie, on avance et on se détache tout simplement pour vivre autre chose ou réinventer ce rapport qui avait perdu son sens. Ce changement subtil de perspective fait toute la différence, laisser une partie de soi ou se choisir.

La vraie liberté n’a pas besoin des chaînes de la pensée.

 

Publié 29 juillet 2014 par dandanjean dans Textes de mon cru

Peurs   1 comment

Visage eau

L’anxiété est un moteur puissant pour créer des mondes parallèles.  L’anxiété s’installe en nous si on n’y fait pas attention et elle nous trompe en créant un futur imaginaire sur mesure de démesure.

Par exemple, vous pouvez craindre de prendre l’ascenseur là en ce moment, et vous restez devant la porte.  Elle se referme et l’ascenseur monte, sans aucun problème.  L’anxiété alimente une peur, et cela fait en sorte que vous évitez les choses qui vous effraient.

Il est important de prendre conscience que notre quotidien est truffé de problèmes appréhendés dont la plupart n’ont pas d’ancrage dans notre vie, mais notre esprit y a trouvé une place.

J’exagère? La crainte de prendre la parole en public, la peur le soir dans la rue, la peur d’essayer un nouvel itinéraire, etc.…

Il est parfois étrange de voir l’effet sur notre quotidien de calmer notre esprit, d’être attentif à ce qui nous inquiète le plus dans votre vie quotidienne, et d’observer comment notre esprit construit aussitôt les pires hypothèses.

À défaut de continuer à les vivre ces pires scénarios, il est parfois apaisant de s’autoriser le plaisir de laisser partir ces images mentales tronquées et au besoin d’imaginer le plus plaisant pour ce scénario, par exemple, me voir m’élever réellement grâce à l’ascenseur.

Publié 28 juillet 2014 par dandanjean dans Textes de mon cru

Voies personnelles   Leave a comment

Navire

Le droit chemin menait à la vie divine, mais il y a longtemps qu’il est barricadé. Ainsi, les humains doivent contourner cette barrière et les pas tissent leur chemin de vie vers leurs propres voies.

Publié 27 juillet 2014 par dandanjean dans Textes de mon cru

Le manuscrit retrouvé de Paulo Coelho   Leave a comment

Paolo Coelho

De même que l’Amour est la condition divine, la solitude est la condition humaine. Et ils vivent tous les deux ensembles sans conflit pour ceux qui comprennent le miracle de la vie.

 

Publié 26 juillet 2014 par dandanjean dans Pauses lectures

Le blues de l’Amour ou le bleu   1 comment

parapluie-bleu-pixar

Paroles entendues ici et là

 

Si vous ne vous aimez pas, vous ne serez jamais capable d’aimer quelqu’un d’autre!

Tout ce que vous êtes envers vous-même, vous l’êtes envers les autres!

Nous pensons toujours que pour aimer, quelqu’un d’autre est nécessaire!

Tu devrais! (Comme une attente pour l’autre suspendue au-dessus de notre tête)

Il faudrait! (Comme un appel de l’autre suspendue au-dessus de notre tête)

Mais, au fond,  pourquoi nous pensons que pour aimer, quelqu’un d’autre est nécessaire…

 

Publié 25 juillet 2014 par dandanjean dans Textes de mon cru

%d blogueurs aiment cette page :