Nous n’avons plus besoin de conflits

ImAGE Singe de feu

Un jour, maigre et sentant un royal appétit,

Un singe d’une peau de tigre se vêtit.

Le tigre avait été méchant ; lui, fut atroce.

Il avait endossé le droit d’être féroce.

Il se mit à grincer des dents, criant : Je suis

Le vainqueur des halliers, le roi sombre des nuits !

Il s’embusqua, brigand des bois, dans les épines

Il entassa l’horreur, le meurtre, les rapines,

Égorgea les passants, dévasta la forêt,

Fit tout ce qu’avait fait la peau qui le couvrait.

Il vivait dans un antre, entouré de carnage.

Chacun, voyant la peau, croyait au personnage.

Il s’écriait, poussant d’affreux rugissements :

Regardez, ma caverne est pleine d’ossements ;

Devant moi tout recule et frémit, tout émigre,

Tout tremble ; admirez-moi, voyez, je suis un tigre !

Les bêtes l’admiraient, et fuyaient à grands pas.

Un belluaire vint, le saisit dans ses bras,

Déchira cette peau comme on déchire un linge,

Mit à nu ce vainqueur, et dit : Tu n’es qu’un singe !

 

Victor Hugo dans Les châtiments

Une pièce musicale War/No More Trouble avec Playing for Change Song Around The World

les paroles en français sur https://greatsong.net/TRADUCTION-KEB-MO,WAR-NO-MORE-TROUBLE,105980502.html

La violence

Et tout le monde s’en fout reviens avec violence…

– AVERTISSEMENT : cette vidéo peut crier plus fort que toi.

Pour  aider ces auteurs sur Tipeee : https://www.tipeee.com/et-tout-le-mon…

Une série créée par Fabrice de Boni et Axel Lattuada Écrite par Fabrice de Boni, Marc de Boni et Axel Lattuada Produite par Mia Productions / Christophe Baudouin Réalisée par Fabrice de Boni Interprétée par Axel Lattuada

 

Se régénérer comme alternative

 

Il y a des fois où on ne peut pas expliquer.

Il y a des blessures qui changent tout,

Et qui font en sorte que nous sommes sans réaction.

Des souffrances qui font en sorte

Que l’on retourne dans sa tanière

Loin des batailles, au-delà des malentendus.

Nous désirons seulement alors nous élever

Même si c’est au détriment des gens que l’on aime,

car elles ne peuvent réellement décoder ce qui se passe.

Nous poussons les cris d’un oiseau souffrant

Mais c’est interprété comme un chant

Il y a des fois où il est bien de ré apprivoiser le silence.

La plus grande partie de la souffrance est inutile,

On se l’afflige à soi-même puis aux autres

en laissant nos ruminations contrôler notre vie.

Éviter de donner écho aux blessures

En commençant le processus de régénération

Avec non-violence et compassion

L’alternative de l’humain pour régénérer la vie

 

Une pièce musicale d’André Gagnon – Les jours tranquilles

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci