Humain, trop humain, tome 1

nietzsche-munch

Les gens à qui leur vie quotidienne paraît trop vide et monotone tournent facilement à la religion : c’est compréhensible et pardonnable, seulement ils n’ont pas le droit d’exiger de la religiosité de ceux dont la vie quotidienne ne se perd pas dans le vide et la monotonie.

*

C’est parce que l’homme a cru, durant de longues périodes, aux idées et aux noms des choses comme à des aeternae veritates, qu’il s’est donné cet orgueil avec lequel il s’élevait au-dessus de la bête : il pensait réellement avoir dans le langage la connaissance du monde. Le créateur des mots n’était pas assez modeste pour croire qu’il ne faisait que donner aux choses des désignations, il se figurait au contraire exprimer par les mots la science la plus élevée des choses : en fait, le langage est le premier degré de l’effort vers la science.

*

Si tous ceux qui nourrissaient une si grande idée de leur conviction, lui faisaient des sacrifices de toute nature et ne ménageaient à son service ni leur honneur, ni leur vie, avaient plutôt consacré ne serait-ce que la moitié de leurs forces à rechercher à quel titre ils tenaient à telle ou telle conviction, par quelle voie ils y étaient arrivés, quel air pacifique aurait l’histoire de l’humanité !

*

Les mauvaises actions qui nous indignent le plus actuellement reposent sur l’erreur que l’autre, qui nous les inflige, a une volonté libre, c’est-à-dire qu’il n’aurait tenu qu’à son bon plaisir de ne pas nous faire ce mal. C’est cette croyance au bon plaisir qui suscite la haine, le besoin de vengeance, la ruse, toutes les perversions de l’imagination, alors que nous en voulons beaucoup moins à un animal parce que nous le considérons comme irresponsable.

Friedrich Nietzsche dans Humain, trop humain, tome 1

Une pièce musicale de Yoav – Adore adore

Les paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/292287.html

L’Alba chante Sta mane

Un chant magnifique, un chant du cœur de la Corse.

L’Alba  chante sta mane

Les paroles :

Un dieu est venu ce matin

Remplir ses devoirs envers ceux d’en-bas.

Il s’est excusé, il a pleuré,

Il a pour une fois regardé les humains.

Il les a regardés, il les a compris

Eux tous, transformés, différents.

Un dieu a donc mis pied à terre

Pour regarder autour de lui.

Le sang de l’Univers se perd,

Un dieu fait face à l’état d’homme.

Il a déjà compris :

Le squelette du monde mort est rongé,

Condamné à se rompre,

A l’intérieur, en soi, au plus profond,

De par le poids de tout ce temps perdu,

Jusqu’à présent,

A n’apporter que des mots.

Un dieu s’est renié,

Comme un homme enserré dans un monde mourant.

Ce matin un dieu s’est tué :

Et nul au monde ne s’en étonne.

Les signes d’une paix durable

commence-paix-monde-soi-jardin

Tu veux savoir quels seront les indices d’un monde de paix qui s’installe.

Quand tu verras spontanément les gens aller vers les autres, car ils auront compris que l’autre possède un savoir qui lui manque.

Quand tu verras des gens trouver un accord dans le silence, sans avoir recours à des mots pour s’engager mutuellement.

Quand les gens qui t’entourent se permettront librement d’interroger, de chercher, de douter et de partager les questions tout comme on partage les matériaux d’une co-construction.

Quand les réponses ne seront pas aussi closes que des opinions et empreintes d’humilité.

Quand les gens manifesteront autant d’inquiétude sur l’avenir de notre planète que sur l’avenir des enfants qui y vivent.

Quand le prix d’une vie humaine ne se mesurera plus en investissement et en assurance, mais par sa qualité singulière contribuant à la nécessaire diversité d’une communauté en santé.

Une chanson de Cat Stevens -Where do the children play

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/261087.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.