Archives de la catégorie ‘Réflexion

Le coeur qui entendait la bonté   Leave a comment

Inde McLeod Gang village Baijanath (15).JPG

Lors d’un voyage, il est entré dans un temple hindou. Il y avait des fleurs, une petite musique en sourdine, des bâtons d’encens qui se consumaient et deux singes qui tournoyaient prés des fruits. Une statuette en bois peinte avec beaucoup de couleurs, mais avec une dominance rouge était le centre d’attraction. Des gens venaient y déposer leurs quelques miettes de soi. Cette manière quasi abstraite de représenter la divinité l’interpellait. Une pièce de bois avait plus d’importance que toute la vie autour.

Il voyait le rôle important de l’artiste qui a fait l’œuvre. Il voyait l’importance pour cette communauté de croire en quelque chose de plus grand qu’eux. Et lui, conscient de son point de vue limité, il appréciait l’œuvre, il appréciait cette dévotion, il appréciait la bonté de cette communauté et la grâce suprême de cette vie. Il est sorti en paix et souriant, car le cœur avait entendu.

Une chanson de Sheila Chandra – The Enchantment

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Publié 28 juin 2017 par dandanjean dans conte, Réflexion

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

Par l’esprit du voyageur   Leave a comment

Terrre monde

Il est agréable de voyager, de découvrir de nouvelles routes et de franchir de nouvelles frontières. Il y a tant de beaux endroits à visiter, de belles personnes à rencontrer.

Je me sens porté par l’esprit du voyageur et les expériences les plus enrichissantes sont toujours ce point de synchronicité entre le lieu où nous nous retrouvons et la présence que l’on occupe dans notre vie intérieure. Cet endroit même où les contours de l’un et l’autre sont si infimes que la saveur du monde est rehaussée de l’âme qui nous habite.

Alors, d’un simple mouvement du cœur, nous parcourons l’essence de la vie.

Une chanson de Richard Séguin – L’Ange Vagabond

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Publié 27 juin 2017 par dandanjean dans Réflexion

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

Oser aller au-delà des désirs   Leave a comment

Inde Dharamsala INstitut Norbulingka (69).JPG

Il y a quelque chose de fascinant à découvrir pour la personne qui ose sortir des sentiers battus, sortir de sa facilité.

Par exemple, toute la journée nous pouvons ne rien faire et regarder la télévision ou jouer à des jeux vidéo. C’est un plan d’apparence facile quoique moi je n’ai pas les compétences.

Nous pouvons aussi nous lever et commencer à poursuivre un entrainement régulier. Bizarrement, cela ne prend pas beaucoup de temps avant de dépasser la répulsion de vouloir repousser notre engagement, rapidement nous nous sentons bien.

La facilité n’est pas nécessairement un signe de bien-être. Du moins, pour moi.

À McLeod Ganj à quelque pas de Dharamsala, en Inde en 1977, j’ai rencontré un moine qui était fasciné par la vie moderne que je vivais à ses yeux. Parfois, j’avais l’impression que ses questions révélaient l’envie ou le désir de vivre autre chose. Et pourtant moi, à cette époque, j’enviais une personne qui laissait ce monde pour se consacrer à sa quête spirituelle. Drôle de paradoxe. Deux êtres de désir se parlaient en direct et malgré les mots utilisés, malgré le décor, tout était irréel.

Puis, avec le temps, j’ai compris que notre identité se nourrit de nos modèles d’identifications, et pour être un peu plus nous-mêmes, il est bien de faire la paix avec son passé, de dédramatiser certains choix que nous avons faits et de comprendre pourquoi le parcours actuel s’est installé et enraciné dans notre vie.

Il est possible de réaliser notre propre nature.

Pour cela, il est bien de cesser de courir à toute belle image qui nous séduit, et de prendre soin de ce que nous aimons faire, c’est-à-dire notre passion, puis de prendre soin de ce que nous savons bien faire, en quelque sorte notre propre talent, puis, prendre soin de ce qui a un réel sens pour nous tout en prenant soin de nos besoins, ces quelques entraves qui nous maintiennent toutefois en vie.

Oser devenir soi, ce n’est pas renier ce que nous ressentons, c’est beaucoup plus apprendre à composer et à créer avec nos émotions.  Accepter le rôle des émotions et les vivre avec conscience.

Cette voie fera en sorte que nous serons capables d’apprendre à nous exprimer de façon juste, je veux dire par là, de trouver les mots qui portent le sens de notre pensée ou de notre état émotionnel.

Aller au-delà de nos propres désirs, c’est avant tout être présent à notre quotidien. Ma rencontre à McLeod Ganj avec ce moine m’a permis de m’ouvrir les yeux vers un nouvel horizon, et il est de plus en plus non duelle.

Et pour ceux qui ont visité l’endroit, une chanson qui nous amène à McLeod Ganj et Dharamsala

Une chanson de Tara – Dharamsala

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Publié 26 juin 2017 par dandanjean dans Réflexion

Tag(s) associé(s) : , , , , , , , ,

Derrière le reflet   2 comments

ImAGEUn monde en soi

Il venait de quitter sa maison, les reflets du jour venaient à peine de l’atteindre. Il s’approcha de l’orée du bois et marcha dans le sentier. Sa respiration devenait de plus en plus rythmée et lente, il redevenait calme et paisible. Il lui était possible de voir le temps et l’espace se déposer sur le rebord de son ombre pour y attendre le recul de la lumière.

Rien de spécial, juste un sourire, comme un autre regard qui émergeait de lui. Mais, quelque chose de spécial se passa, tout étant pareil, mais vécu différemment.

Rien de tout ce qu’il voyait, que ce soit la beauté des arbres, la fragilité d’une fleur, la course de l’écureuil, la dureté de la pierre, rien de tout cela, lui était nouveau. Toutefois, il prenait conscience qu’il n’avait jamais remarqué, même vu. Peut-être, en raison du babillage de l’esprit, ou du voile de ce qu’il désirait plutôt voir, bref rien de tout cela n’avait pris toute la place. Son activité mentale l’avait tenu éloigné des trésors de la vie telle qu’elle est.

Il ne vivait maintenant rien de surprenant, juste le temps et l’espace qui s’étaient déposés sur le rebord de son ombre, car la lumière et les jeux d’ombres ne restaient plus autour de lui. Ils avaient pénétré son corps pour trouver le chemin par son âme de la nature profonde en lui. Une symbiose s’opérait, quelque chose comme la vie.

Ce jour-là, il a fait plus que marcher dans le sentier, il a fait face au miroir de la vie, et prenant les reflets à corps, il y est entré.

Une chanson de Sting interprétée avec Stevie Wonder – Fragile

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Publié 25 juin 2017 par dandanjean dans Réflexion

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Le voyage vers l’autre ou le retour à soi   Leave a comment

Sourie

Il existe différentes façons de voyager.

Il est possible de parcourir la terre et de franchir les frontières pour découvrir l’autre. Cette multitude de paysages et d’humains à rencontrer fait en sorte que le sentiment d’identification à un territoire s’élargit et dépasse le quartier d’appartenance ou le lieu de naissance.

Il existe aussi la possibilité de développer nos connaissances de l’autre, de découvrir par des photos et des textes des cultures et des philosophies de vie différentes. Notre ouverture à la diversité devient alors plus grande.

La conquête de la liberté passe aussi par le développement de la conscience, qui implique une forme différente d’identification; car plus nous sommes conscients du monde qui nous entoure, moins il y a d’autre et d’étranger. Le respect et l’attention s’installent.

Toutes ces formes de voyages permettent d’affranchir les limites inhérentes à la condition individuelle.

C’est un retour à soi.

Une chanson de Desireless – Voyage voyage

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

L’œuvre de la vie   Leave a comment

 

ImAGE Rires

 

 

En parlant avec une artiste de la rue, j’ai découvert plus qu’une œuvre magnifique et un grand talent.

Elle me racontait qu’elle avait dû faire cette toile en usant de beaucoup d’imagination. Ce projet de toile l’obsédait et elle avait peu d’équipement en bon état. Elle a dû travailler fort en usant d’une grande capacité d’adaptation et de créativité.

Il y a derrière toute œuvre une histoire, un parcours insoupçonné, un peu comme ces enfants des quartiers défavorisés qui ont grandi et qu’ils ont fait quelque chose de très bien de leur vie, une belle œuvre. Il y a plus de réussite que nous le pensons. Et pourtant, chacun de ces jeunes est né du chaos, et leur vie a été façonnée avec des outils mal adaptés et souvent usés et brisés. Il a fallu de la persévérance, des gestes constants et quotidiens dont personne ne peut réellement imaginer. Rien d’acquis, peu de répit facile dans le parcours, mais malgré tout une volonté de vivre et un sourire qui dépasse l’entendement. J’en sais quelque chose.

L’œuvre de la vie est plus que ce que nous voyons. En prendre conscience, c’est découvrir la grande richesse de notre humanité.

Une chanson de Daniel Bélanger – Je fais de moi un homme

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Publié 23 juin 2017 par dandanjean dans Réflexion

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

À chaque intersection   2 comments

YouAreHereGalaxy

Nous avons peu d’opportunité de prendre le temps de considérer que de notre perspective, il est tout à fait vrai que nous allons, au cours de notre vie, visiter bien des communautés, traverser des milliers d’intersections et rencontrer des milliers de personnes.

Toutefois, ces communautés, ces intersections et ces personnes ne se retrouvent réunies que dans notre vision et personne d’autre n’aura cette vision d’ensemble.

De même que nous ne pourrons pas voir les communautés, les intersections et les personnes qui se trouvent derrière le regard des autres.

Nous tenons pour acquis que nous avons le même référent, les mêmes opportunités pour faire des choix.

Mais c’est faux.

Les personnes autour de nous ne sont pas les figurants de notre seule représentation du monde, nous ne pouvons pas prendre une parole, un geste, un regard ou un comportement et rendre cette personne captive de notre interprétation des choses. Ce serait trop simple, trop réducteur.

Souvent, nous préférons nous conter des histoires au lieu de lire la réalité. Peut-être est-ce du fait que nous imaginons que cela fera toujours moins mal.

Et pourtant, il y a tant de personnes, d’intersections et de communautés à découvrir, toutes les voies sont possibles, et c’est le cœur et la conscience qui fera la différence.

Oser prendre le risque de rencontrer l’autre, ne pas le changer, le vouloir, le prendre, mais se connecter simplement, échanger un sourire, se regarder, et vivre comme deux âmes ayant accepté de montrer leur vulnérable beauté.

À chaque intersection, il y a ce choix de vivre autrement.

Une chanson de U2 – Where the streets have no name

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

%d blogueurs aiment cette page :