Archives du tag ‘abandon

Le premier pas   1 comment

Inde Varanasi promenade

Le premier pas pour apprendre à apprécier le dharma à sa juste valeur consiste à reconnaître et à accepter pleinement que le samsara est une maladie incurable dont nous souffrons tous.

*

Si le bien-être est votre souci principal, vous feriez bien mieux de vous faire faire un massage intégral ou d’écouter de la musique enlevée et revitalisante. Cela vous fera beaucoup plus de bien qu’un enseignement bouddhiste qui n’est pas fait pour vous réconforter.

*

Le chemin lui-même doit éventuellement être abandonné, tout comme vous abandonner un bateau lorsque vous atteignez l’autre rive. Vous devez descendre une fois que vous vous êtes arrivé. Au point de réalisation total, vous devez abandonner le bouddhisme. Le cheminement spirituel est une solution temporaire, un placebo pour être utilisé jusqu’à ce que le vide soit compris.

Dans Pas pour le bonheur de Khyentse Norbu

Une pièce musicale de Kitaro – Silk road

Publié 15 mai 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Quelque chose d’autre en plus   2 comments

ImAGE tête ennuagée

Une des plus grandes sources de souffrance dans notre vie vient de ce que nous voulons habituellement que les choses se passent comme nous le voulons. Donc, quand les choses « Sont contre nous », quand elles ne se passent pas comme nous le voulons, comme nous nous y attendions ou comme nous l’avions prévu, nous avons tendance à nous sentir contrariés, frustrés, blessés et malheureux, et nous souffrons.

L’ironie veut que bien souvent nous ne savons pas ce que nous voulons vraiment, même si nous voulons tout le temps que cela se passe comme nous le voulons. Si nous avons ce que nous voulons, nous voulons habituellement quelque chose d’autre en plus.

L’esprit continu à avoir besoin de nouvelles choses pour être comblé. De ce point de vue, il est rarement satisfait très longtemps avec les choses telles qu’elles Sont, même si ces choses Sont relativement paisibles et satisfaisantes.

Quand des petits enfants sont bouleversés car ils n’ont pas tout ce qu’ils voient et qu’ils voudraient avoir, nous leur disons : « Tu ne peux pas toujours avoir ce que tu veux ». Et quand ils disent « Pourquoi? », nous répondons « Parce que » ou « tu comprendras quand tu seras grand  » mais nous leur racontons des histoires.

Mais en fait, la plupart du temps, les adultes que nous sommes n’ont pas l’air de comprendre la vie mieux que les enfants.

*

Lâcher prise n’est pas une expérience si inconnue. Nous le faisons chaque soir en allant dormir. Nous sommes allongés sur une surface matelassée, lumières éteintes, dans un endroit calme, et nous nous abandonnons, corps et esprit. Si vous ne pouvez lâcher prise, vous ne vous endormez pas.

La plupart d’entre nous avons l’expérience de périodes où notre esprit ne s’arrête tout simplement pas quand nous allons nous coucher. C’est un des premiers signes d’augmentation du stress. A ces moments-là, il nous arrive de ne pouvoir nous libérer de certaines pensées dans lesquelles nous sommes en fait trop puissamment impliqués. Si nous essayons de nous forcer à dormir, les choses empirent.

*

Il peut donc être particulièrement utile de garder à l’esprit d’instant en instant que ce ne sont pas tant les éléments stressants de notre vie, mais la façon dont nous les voyons et ce que nous en faisons, qui déterminent le degré auquel nous sommes à leur merci. Si nous parvenons à changer notre façon de voir, nous pouvons changer notre façon d’y répondre.

Au cœur de la tourmente, la pleine conscience de Jon Kabat-Zinn

 

Une chanson d’Adam Cohen – We Go Home

Les paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/977061.html

 

Publié 21 février 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

La justesse de l’abandon   Leave a comment

Lumière et ombre

L’abandon peut nous en apprendre parfois beaucoup plus que l’action énergique. C’est lorsque nous luttons pour quelque chose que nous résistons à une chose que nous donnons du pouvoir. Le Mahatma Gandhi usait de cette approche avec la non-violence. Il adoptait une attitude visant à éviter d’augmenter le pouvoir de la barbarie qu’il désirait combattre.

Il ne s’agit pas de ne pas résister et de s’oublier. Bien au contraire.  J’ai de la difficulté à concilier l’affirmation de s’oublier pour aimer les autres. Pour aimer vraiment et non pas vivre un simulacre de représentation et de contrôle sur l’autre, il faut développer sa conscience et non l’ignorance de soi. Il y a des effets pervers à s’oublier soi-même lorsque l’on va vers les autres pour les aider.

L’abandon nous fait prendre conscience que plus nous essayons de changer, plus nous nous écartons de notre chemin. La vie est déjà une succession de changement. Développer notre conscience par l’entraînement de l’esprit fera en sorte de nager avec le courant, et non à contre-courant. Nous devenons ce que nous sommes en ce moment même par des changements successifs et perpétuels. Alors, pas besoin d’en rajouter.

L’attitude de la non-violence nous apprend qu’en ne résistant pas à l’obstacle qui se dresse nous finissions par le dépasser. Non pas en réponse à un affrontement, mais en réponse à une compréhension de la situation, et en misant sur ce que nous voulons instaurer et non ce que nous voulons abattre.

Lorsque le soir surgit une panne électrique, celui qui va crier et s’agiter en brassant l’air autour de lui sera à terme vaincu par la fatigue, il pourra dormir plus tôt. Celui qui cherchera ce qui manque, en l’occurrence ce qui peut produire de la lumière, pourra à terme continuer à vaquer à ses occupations, voir aider les autres. Accepter la réalité et user de sa conscience pour apporter un éclairage nouveau peut devenir amusant.

 

Une chanson de Raymond Lévesque interprétée par Luce Dufault, Mélanie Renaud et Nanette -Quand les hommes vivront d’amour

Les paroles sur http://www.cyberus.ca/~rg/ch_l003.htm

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 23 janvier 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Les saveurs du risque   Leave a comment

Peurs

La vie prend une saveur différente quand on accepte de prendre des risques.

Nous avançons en prenant des risques, en essayant, en testant, en créant de nouvelles opportunités.

Ce n’est qu’en reculant vers nos zones de confort, par le truchement de nos peurs, que nous faisons du sur place.

Vais-je m’empêcher de pleurer de peur de passer pour un faible?

Vais-je m’empêcher de rire de peur de passer pour un sot?

Vais-je m’empêcher de tendre la main à autrui de peur de susciter des attentes?

Dire ses sentiments, c’est risquer de vivre la souffrance!

Exprimer ses idées et ses valeurs, c’est risquer de se faire juger.

Toutefois, prendre des risques à notre mesure nous fait avancer.

Il existe toujours un équilibre entre les peurs, les rêves et ce que nous pouvons faire.

Pour se réaliser, notre savoir créatif a besoin de valeurs sûres et de la folie du lâcher-prise.

 

Une chanson de Alcione – Risque

 

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2017 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

Publié 21 décembre 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

L’abandon provisoire   2 comments

citation danse Nietzsche

Pour nous réaliser,

nous devons parfois

nous abandonner

tel un enfant

qui se lève

s’élançant dans le vide

afin d’apprendre la marche.

Nous ne pourrons jamais

gravir un sommet

sans y consacrer

et y vivre les efforts

qui nous éloignent de la base.

Avancer, se réaliser

implique de changer,

de grandir en s’appropriant sa voie.

Toute élévation implique

un abandon provisoire

d’une représentation de soi

et du monde sécurisant.

 

Une pièce Le Boléro de Ravel

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

 

Publié 27 octobre 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Petit traité de l’abandon   Leave a comment

Alexandre Jollien a passé 17 ans dans une institution pour personnes handicapées.

Philosophe de formation, il est l’auteur notamment de Éloge de la faiblesse, ouvrage couronné par l’Académie française, de Le métier d’homme, de La construction de soi, et du Petit traité de l’abandon.

Pensées pour accueillir la vie telle qu’elle se propose. Bon plaisir partager d’écouter ce grand homme.

 

Publié 1 juin 2017 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

La prison du moi ou comment s’en évader?   1 comment

Tout un témoignage que je vous partage, celui d’un grand homme, Alexandre Jollien, ce philosophe de notre époque et un bel humain.

Quand nous dépassons la notion d’handicap, que nous nous ouvrons a l’humain, l’âme et le cœur s’élève. Je vous invite a écouter l’humain.

%d blogueurs aiment cette page :