Archives du tag ‘art

À chaque éveil   Leave a comment

ImAGE porte ciel

J’ai longtemps pensé que le monde est un livre et que le voyage permettait d’en tourner les pages une à une. Je croyais que ceux qui refusent de voyager ne font que regarder la reliure du livre du monde.

Pour qu’un déplacement se transforme en un voyage, la maigie de vivre et le rêve doivent l’habiter.

J’avais l’impression, comme beaucoup d’autres d’ailleurs, que le fait de vivre dans mon pays, dans mes affaires, dans mes meubles, me permettait d’exister. En regardant la fenêtre, je me disais parfois que voyager c’est vivre.

Rêver est le meilleur moyen de se perdre et de se retrouver en même temps. Toute vie peut devenir un voyage à travers le temps et l’espace. Il est possible de vivre un grand voyage par les voies de la lecture, par les voies de l’art, par les voies de la recherche ou par les pas sur la terre sacrée qui voyage elle-même dans l’univers.

Il est précieux de faire de chaque rêve un nouvel éveil.

Une chanson de Maxime Le Forestier et de Michel Rivard – Bille de verre

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 15 octobre 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

« JE T’AIME »   Leave a comment

La Place des Abbesses est un peu le cœur de Montmartre, carrefour où se croisent quotidiennement parisiens et touristes.

Ce n’est donc peut-être pas par hasard que, dans un petit jardin de la Place (le Square Jehan Rictus) qui à première vue apparait comme tout à fait banal, se trouve ici depuis octobre 2000 le « Mur des je t’aime », œuvre insolite devenue aujourd’hui un véritable monument à la gloire des amoureux du monde entier.

Le « Mur des je t’aime », que vous pouvez y découvrir est l’œuvre de Frédéric Baron qui a collecté lui-même au cours de différentes pérégrinations dans Paris plus de 1500 déclarations d’amour déclinés en plus de 280 langues.

Vous y verrez en effet des « je t’aime » en anglais, chinois, français, mais aussi dans des dialectes rares ou oubliés comme le corse, le navajo ou bien même l’esperanto!

LA SIGNIFICATION ARTISTIQUE DU MUR DES JE T’AIME

Quant au mur qui sert de support à toutes ces déclarations amoureuses, il est constitué de 612 carreaux en lave émaillée sur une superficie de 40m2. Les éclats de couleur que vous pouvez apercevoir sur la fresque représentent les morceaux d’un cœur brisé qui, tous rassemblés, forment un cœur parfaitement composé.

Notez enfin que la symbolique du mur fut sciemment un choix de l’artiste. Le mur représente en effet dans notre imaginaire collectif un symbole de la division, voire de la séparation. Ici, Frédéric Baron a souhaité casser cette image en montrant qu’un mur pouvait aussi être un support aux plus jolis sentiments humains.

N’oubliez donc pas, si vous êtes de passage en amoureux à Paris et que vous vous promenez à Montmartre, de faire un crochet vers le Square Jehan-Rictus et le « mur des je t’aime » pour déclarer de manière insolite votre flamme à l’élu(e) de votre cœur !

 

Publié 5 septembre 2018 par dandanjean dans Voyages et errances

Tag(s) associé(s) : , , , ,

De l’art sur la lune!   2 comments

Image-3-768x768

Depuis 1971, peu de gens savent que la lune porte une pièce d’art humaine. Il s’agit de la sculpture Fallen Astronaut de l’artiste belge Paul Van Hoeydonck.

Il a dû composer avec des contraintes tels : pas de pesanteur ni d’atmosphère et des variations climatiques extrêmes.  L’œuvre est en aluminium pour répondre aux caractéristiques du milieu d’exposition.

L’oeuvre Fallen Astronaut, haute de 8,5 centimètres, représente un astronaute qui incarne l’être humain dans son ensemble, à l’image de l’universalité du lieu. Ce petit astronaute métallique ne porte aucune marque de genre, de nationalité ni d’appartenance ethnique.

En haut dans le ciel, il y a quelque chose comme notre idéal d’acceptation qui intègre les différences attendant le lever d’une humanité inclusive.

Publié 30 juillet 2018 par dandanjean dans Réflexions trouvées à partager

Tag(s) associé(s) : , , ,

Plus qu’une pause musicale   Leave a comment

Je vous propose une pause musicale sublime, tant pour les oreilles, pour les yeux que pour l’âme.

Sidi Larbi Cherkaoui et Woodkid – I will fall for you

Paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/1094050.html

Publié 13 juillet 2018 par dandanjean dans Pauses musicales

Tag(s) associé(s) : , ,

Art   Leave a comment

ImAGE soleil nombres

Lorsque j’ai rencontré Art pour la première fois, je n’avais aucune idée de sa profondeur. Ce fut une grande découverte.

Art m’a permis de m’épanouir, il m’a fait découvrir un potentiel que je ne soupçonnais même pas.

Art disait à qui voulait l’entendre que pour nous réaliser, nous devons nous insérer dans un cadre.

Par exemple, pour créer une pièce musicale qui saura voyager dans ce monde, il nous faut avant tout nous insérer dans le cadre de sept notes et d’une portée.

Pour créer une peinture qui contribuera à prolonger l’espace, il nous faut un cadre, une toile ou une surface délimitée et les couleurs primaires.

La sculpture va naître de la limite de la matière qui sera taillée et de nos mains.

Art m’a fait comprendre l’importance de la limitation pour s’élancer vers l’infini. Une personne libérée a compris l’effet catalyseur des restrictions.

Art disait qu’il était né à partir de quelques cellules, et depuis la création se poursuivait encore et encore.

Tout en riant Art aimait dire que c’est dans les limites de notre corps que notre conscience peut atteindre l’immensité et la diversité. Chacune de nos inspirations entraîne l’expiration de ce qui était enfermé.

C’est tout un Art.

Une chanson de Mariee Sioux et Bonnie Prince Billy – Loveskulls

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 10 juillet 2018 par dandanjean dans Contes, Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , , , ,

La musique sublime   Leave a comment

ImAGE clé de sol feu

Il a découvert encore une fois la beauté de la vie. Cette fois-ci, il était dans un métrobus. Il se rendait à son travail, il avait les écouteurs sur les oreilles et il écoutait une douce musique. Il avait sélectionné le mode découverte aléatoire.

Puis, peu après le tumulte des jeunes qui sont entrés par la porte avant, il lui a fallu peu de temps pour partir. Il avait quitté ce monde qui, pour les passagers assis autour de lui, demeurait stable et pérenne. Il a été entraîné vers une grande ouverture, où le temps et l’espace ne sont plus que fantaisies, où les étoiles sont des notes dansantes à l’image de la Danaïde de Rodin, puis de la petite Châtelaine de Camille Claudel ou encore les horloges fondantes de Dali. Toutes ces étoiles de l’art de la vie ne faisaient qu’un tourbillon en spirale, emportées dans une sorte de danse créatrice du monde. Ces notes étaient devenues des sons-passeurs vers ce noyau du monde qu’est l’extase, l’émerveillement. C’est dans ces instants de grâce que nous prenons conscience que la musique est sublime à qui sait l’écouter.

À la fin de la pièce musicale, lentement tout était redevenu un transport en commun, stable, pérenne. Il avait le sourire de la joie humaine. Aujourd’hui, je sais que personne ne sera capable de lui faire comprendre que la réalité n’est rien d’autre que ce qui est là sous nos yeux, et que c’est ce qu’il y a de plus certain dans la vie.

 

Une chanson de Jean-Jacques Goldman – Envole-moi

Paroles sur https://www.lacoccinelle.net/279972.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 12 avril 2018 par dandanjean dans Contes, Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

S’émerveiller   Leave a comment

ImAGE joie

Le regard émerveillé est généreux, il se pose sur le spectacle et en jouit sans vouloir prendre, altérer ou posséder, il ne demande qu’à être partagé. C’est une bienveillance première, provoquant une forme d’attention soutenue, qui confère au regardeur une capacité de voyance. D’où ce constat : l’émerveillement est un mouvement littéralement altruiste.

*

Une des vocations de l’art consiste à représenter la dimension secrète et délicieuse du monde, qu’elle nous fait goûter. Une grande partie des images, peintes, photographiées, et peut-être depuis les toutes premières, sur les parois des grottes, témoigne de l’émerveillement devant le visible.

*

L’œuvre d’art peut même nous émerveiller tant que soudain elle nous happe et nous absorbe.

*

Il faut s’arrêter devant le réel, et cet arrêt seulement rend possible l’émerveillement.

*

Cette poésie qui déjoue nos façons d’entendre les mots, qui les démembre puis les réassemble pour les faire sonner selon d’autres réseaux d’autres significations, que provoque-t-elle en moi, sinon l’émerveillement ?

S’émerveiller résulte souvent, devant la beauté du monde comme devant l’invention artistique, d’une déroute de nos habitudes.

*

Mais je n’ai pas encore évoqué la forme poétique la plus accordée à l’émerveillement modeste que je veux décrire ici, et à la disposition intime qui le suscite : le haïku, attention au minuscule, au quotidien, au banal; sentiment vif de l’instant et de l’éphémère- quel est le plus bel éloge du monde simple et de la vigilance ?

Le regard est si proche de l’objet contemplé qu’il ne fait parfois qu’un avec lui,

« Mon âme plonge dans l’eau

et ressort

avec le cormoran « 

(Ryota, 1718-1787)

Tirée de Belinda Cannones dans S’émerveiller

Une pièce musicale  de Beethoven – 6e Symphony Pastoral

Publié 22 mars 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

%d blogueurs aiment cette page :