Archives du tag ‘bonté

La bonté peut arriver de partout   1 comment

Un extrait du film HUMAN, de Yann Arthus-Bertrand.

Qu’est-ce qui nous rend humains ? Est-ce le fait d’aimer, est-ce le fait de lutter ? Le fait de rire ? De pleurer ? Notre curiosité ? Notre quête de découvertes ? Poussé par ces questions, le réalisateur et photographe Yann Arthus-Bertrand a passé trois années à collecter les histoires de 2 000 femmes et hommes dans 60 pays. Avec son équipe passionnée de traducteurs, journalistes et cameramen, Yann a capturé en profondeur les émotions et les sujets qui nous unissent tous : les luttes contre la pauvreté, la guerre, l’homophobie et le futur de notre planète, mêlées à des moments d’amour et de bonheur.

Publié 1 mai 2018 par dandanjean dans Réflexions trouvées à partager

Tag(s) associé(s) : , , ,

Nos mains mises   Leave a comment

P1070793

L’utilisation de nos mains peut faire en sorte que nous prenons ou que nous le donnons. Nous pouvons contribuer indéfiniment à cet échange avec notre environnement.

Ce que je t’enlève tu vas le reprendre au prochain tour. Les jeux de mains deviennent une occupation de notre vie, et comme assiégé, nous sommes observateurs.

Bien sûr, certains diront que l’activité est indispensable à notre bonheur, qu’il vaut mieux faire quelque chose que de ne rien faire. Sénèque nous rappelle que la vie heureuse est celle qui est en accord avec sa propre nature. Est-ce dans notre nature de faire des choses sans sens réel pour nous?

Et si nous commencions par être simples, par être vrais, en chassant cette envie d’être à tout prix accepté par les autres?

En marchant sur le champ de bataille de nos attentes déçues et des espoirs tombés au combat, il est normal d’avoir parfois du mal à percevoir, à regarder et à admettre que tout ce que nous nous infligeons ait un sens.

En regardant mes mains, en prenant conscience qu’elles doivent demeurer ouvertes tout en réprimant l’envie de se refermer, je sais qu’elles peuvent accueillir l’autre. Par delà les actions de prendre ou de donner, parmi les ruines des actes absurdes et éphémères, je veux accepter et continuer à tout regarder en face.

Dénudé de mes histoires à dormir debout, bien que fragile et couché au sol, je sais que cette perspective offrira toujours à mes yeux la grandeur d’un firmament infini, offrant sans jugement les cycles de pluie et de rayons de soleil, de froid et de chaleur, d’humidité et de sècheresse.

Je peux me relever, sans me défiler, sans vouloir tout venger, simplement pour ensemencer dans ce champ de bataille de simples projets de bonté et de partage conscient, m’entêtant à être un être vivant générateur de créativité en dépit de tout.

 

Une chanson de Jean-jJacques Goldman interprétée par Gnération Goldman – Nos mains

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/280275.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Quand la compassion apparaît   Leave a comment

La compassion apparaît en nous par les racines de notre vécu

Elle s’élève de la terre et des pierres pour rejoindre la sève

Et lentement par le travail du temps, elle nous fortifie et s’élève

Au début le long du tronc puis, de branche en branche

Afin de s’immiscer lentement dans le mouvement de nos gestes

Puis, vient un jour où nous pouvons l’exprimer par une feuille

Puis les mots se bousculent et requièrent d’autres feuilles au vent

Pour porter le chant d’ouverture qu’elle porte en elle, en nous

Et puis, un jour, les ramifications de notre corps tendues vers le ciel

Voient apparaître les fruits de la bonté, que nous avons laissée germer

Et sans s’en rendre compte, ils se multiplient chargeant nos branches

Tellement qu’en donner ou en laisser cueillir est sans gain ou sans perte

Qu’une expression simple et humble du partage généreux du cycle de la vie

La compassion ne nous amène pas à laisser le meilleur de soi-même,

Elle est ce catalyseur de notre sève d’amour qui sommeillait en nous

Et dont les ressacs du cœur nous permettent d’en rejoindre son océan.

 

Une chanson de Sudha – Kuan Yin, the bodhisatva of compassion

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2017 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

Publié 14 décembre 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

Les ailes du cœur   Leave a comment

Lorsque nous connaissons des jours difficiles

avec son lot d’adversités, de tracas et de tumultes,

que nous avons l’impression d’être bloqué,

et que, tout à coup,

une main angélique et réconfortante nous touche,

et apporte soutien et réconfort,

 il nous est alors possible de prendre conscience

que ce qui nous élève réellement,

ce sont les ailes de cet ange de la compassion

dont le battement sont liés directement au cœur.

Une chanson de France d’Amour – Le coeur est un oiseau

Par delà les frontières
Les prairies et la mer
Dans les grandes noirceurs
Sous le feu des chasseurs
Dans les mains de la mort
Il s’envole encore
Plus haut, plus haut
Le coeur est un oiseau

Dans les yeux des miradors
Dans les rues de nulle part
Au milieu des déserts
De froid de faim et de fer
Contre la tyrannie il refait son nid
Plus chaud, plus chaud
Le coeur est un oiseau

Ce n’était qu’un orage
Ce n’était qu’une cage
Tu reprendras ta course
Tu iras à la source
Tu boiras tout le ciel
Ouvre tes ailes
Liberté, liberté
Liberté

Oh, liberté

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2017 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

Publié 4 novembre 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Mes 10 sentiments préférés   Leave a comment

Solange te parle de ses 10 sentiments préférés.  Moi aussi j’aime et je partage.

 

 

Le coeur qui entendait la bonté   Leave a comment

Inde McLeod Gang village Baijanath (15).JPG

Lors d’un voyage, il est entré dans un temple hindou. Il y avait des fleurs, une petite musique en sourdine, des bâtons d’encens qui se consumaient et deux singes qui tournoyaient prés des fruits. Une statuette en bois peinte avec beaucoup de couleurs, mais avec une dominance rouge était le centre d’attraction. Des gens venaient y déposer leurs quelques miettes de soi. Cette manière quasi abstraite de représenter la divinité l’interpellait. Une pièce de bois avait plus d’importance que toute la vie autour.

Il voyait le rôle important de l’artiste qui a fait l’œuvre. Il voyait l’importance pour cette communauté de croire en quelque chose de plus grand qu’eux. Et lui, conscient de son point de vue limité, il appréciait l’œuvre, il appréciait cette dévotion, il appréciait la bonté de cette communauté et la grâce suprême de cette vie. Il est sorti en paix et souriant, car le cœur avait entendu.

Une chanson de Sheila Chandra – The Enchantment

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Publié 28 juin 2017 par dandanjean dans Contes, Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

L’effet colibri… oups… papillon   Leave a comment

Vols papillons

 

La violence peut nous apprendre beaucoup sur l’amour et sur soi.

D’abord, elle suscite l’incompréhension, le non-sens, l’absurdité. Nous sommes subjugués par elle.

Puis, il y a l’apparition de la peur. Cette peur qui s’attaque à nous, qui peut tuer bien des choses en nous, beaucoup de projets et même nous tuer. La peur est un feu destructeur qu’il nous faut apprendre à contenir.

La bonté, la compassion et l’amour sont des marées d’énergies bienfaisantes qui peuvent calmer l’incendie de la peur. Chaque geste créateur que nous produisons a un effet direct sur notre peur et sur la peur vécu par d’autres. Elle suscite la bonté, la contemplation, l’amour même.

Quand nous créons, nous utilisons notre propre capacité d’agir pour donner moins de place à la peur, et plus de place à notre part bienfaisante. Quand nous sommes habités de compassion, nous voulons créer, chanter, peindre, filmer ou écrire.

Il est important de prendre conscience que le monde ne laissera tomber les guerres ou les attentats que lorsque la majorité de ses habitants seront en train de créer de la vie autour d’eux. À chaque amour, à chaque geste de bonté, à chaque espace de compassion, la peur recule et la vie reprend tout son sens. N’attendez pas le changement global, faites votre part de différence et laissez aller l’effet papillon.

Une chanson de ZAZ – La (R)Evolution des colibris

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Publié 7 juin 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , , ,

%d blogueurs aiment cette page :