Archives du tag ‘coeur

Graines de sens   Leave a comment

ImAGE le voyage

Avez-vous déjà observé comment est fait un bateau à voiles?

De manière schématique, un voilier comprend une coque dotée d’un mât, une voile et un gouvernail. La coque est la partie solide qui vous soutient et vous abrite durant la traversée. La voile que viennent gonfler généreusement les vents, c’est ce qui vous permet de progresser inlassablement vers votre but. Enfin, le gouvernail vous permet de choisir votre destination, de garder le cap tout en orientant judicieusement votre bateau, de manière qu’il tire parti de tous les vents.

Quelle belle métaphore de l’existence!

Au plan symbolique, la coque est votre corps physique,

votre « embarcation » pour la grande traversée de la vie (et le mât, la colonne vertébrale !). La voile qui se gonfle et vous propulse en avant, c’est votre cœurs, c’est la force des sentiments et des désirs qui vous animent. Enfin, le gouvernail, c’est votre mental: grâce à lui, vous pouvez vous diriger, choisir une destination plutôt qu’une autre, donner un sens à votre parcours en mer et rester fixé sur votre but.

À quoi ressemble votre bateau à vous ? Certains ont un bon gouvernail, mais peu ou pas de voilure: l’intellect marche bien, mais le cœur n’est pas dilaté, les choses n’avancent pas. Pour d’autres, c’est l’inverse: leurs voiles sont gonflées à bloc, mais ils ne savent pas tenir la barre et tournent en rond. Ils bougent beaucoup, mais sans but précis. D’autres encore n’ont pas assez pris soin de leur coque qui s’est abîmée et prend l’eau…

Pour être de bons navigateurs, il faut savoir bien entretenir son bateau (le corps), offrir généreusement ses voiles (le cœur) aux souffles changeants de la vie et tenir bon le gouvernail (l’intellect) sans rigidité, mais en restant bien fixé sur sa destination. Bonne traversée à vous!

Olivier Clerc dans Graines de sens

Une chanson de Gilles Vigneault interprétée par Louis-Jean Cormier – Si les bateaux

Les paroles sur https://greatsong.net/PAROLES-GILLES-VIGNEAULT,SI-LES-BATEAUX,102770213.html

 

 

Publié 24 novembre 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , ,

Le meilleur entraînement   Leave a comment

Audrey Hepburn, UNICEF ambassador in Ethiopia

March 16-17, 1988, Ethiopia — Soon after becoming a UNICEF ambassador, Audrey Hepburn went on a mission to Ethiopia, where years of drought and civil strife had caused terrible famine. — Image by © Derek Hudson/Sygma/Corbis

Elle était passée par des chemins difficiles, surmontés bien des épreuves, vécue bien des déceptions et des pertes. Elle était résiliente et elle avait bon cœur.

Elle s’était mise à chercher depuis quelque temps sa voie et l’entraînement qui lui faciliterait la vie, qui feraient en sorte qu’elle ferait la différence pour les autres tout en vivant le calme du devoir accompli.

C’est pourquoi elle s’intéressait aux approches alternatives, innovantes, à tout ce qui lui semblait prometteur. Toutefois, elle attendait toujours un résultat concret de ses recherches.

Un jour, alors qu’elle assistait à une conférence sur la pleine conscience, elle remarqua une femme qui écoutait, en riant par moment non pas par moquerie, mais comme si elle était touchée par des moments de joie.

À la fin de la conférence, elle alla à sa rencontre, se présenta, lui raconta sommairement les grandes épreuves de sa vie et la quête qu’elle poursuivait. Enfin, elle demanda ce qu’elle pratiquait pour sembler si heureuse.

La dame lui répondit que pour trouver la pratique appropriée, il faut avant tout bien se connaître. Elle avait constaté que le conférencier semblait s’être trouvé et c’est en cela que la présentation était très intéressante. Entendre raconter la voie singulière et authentique d’une démarche est toujours un plaisir pour elle.

Après un silence, elle la regarda droit dans les yeux, avec un petit sourire malicieux, elle lui dit presque dans un murmure :

Pour rendre les choses plus faciles dans ta vie, entraîne-toi simplement à préserver, puis à développer dans le plus de situations possibles, les qualités de ton bon cœur. Car depuis toujours, c’est ta voie.

Une chanson d’Yvon Deschamps interprétée par La Bronze, Ariane Moffat & Karim Ouellet – Aimons-nous

Les paroles sur https://www.musixmatch.com/fr/paroles/La-Bronze-Ariane-Moffat-Karim-Ouellet/Aimons-nous

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 6 novembre 2018 par dandanjean dans Contes, Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Les Secrets du cœur   Leave a comment

compassion11.jpg

Nombreux sont ceux qui parlent comme le grondement de la mer, mais leurs vies sont stagnantes et sans profondeur, comme un marais pourrissant. Nombreux sont ceux qui lèvent la tête au-dessus du sommet des montagnes, mais leur esprit continue à dormir dans l’obscurité des cavernes.

*

Celui qui tente de séparer le corps de l’esprit ou l’esprit du corps éloigne son cœur de la Vérité. La fleur et son parfum sont inséparables, et l’aveugle qui nie la couleur et l’image de la fleur en croyant qu’elle ne possède qu’un parfum qui vibre dans l’éther est semblable à ceux qui se pincent les narines en prétendant que les fleurs ne sont que des formes et des tons qui n’ont aucun parfum.

*

La lampe de la Sagesse vacille, et il est temps d’y mettre de l’huile.

*

Le temps et le lieu sont des états spirituels; Tout ce qui se voit et tout ce qui s’entend est spirituel. Si tu fermes les yeux, tu percevras toutes choses à travers les profondeurs de ton moi intérieur, tu verras le monde physique et céleste dans son intégralité, tu feras connaissance de ses lois et de ses préceptes nécessaires, tu comprendras la grandeur qu’il contient au-delà de sa proximité…

Khalil Gibran dans Les Secrets du cœur

Une pièce musicale de Dhafer Youssef – Soupir Eternel

Publié 22 juillet 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , ,

Petits coups de coeur   Leave a comment

Les actions lumineuses

qui déposent une touche de folie

dans notre quotidien,

ou les sentiments désintéressés de compassion distribués furtivement,

ou les petits présents simples offerts

générant ces battements des yeux et du cœur,

et l’ouverture aux autres

créant un espace d’accueil et d’humanité,

voilà ce qui engendre des états de grâce

des moments exceptionnels de vie

des perles d’instants

éternels et furtifs

qui transforment nos communautés

à petits coups de cœur

Une chanson de Daniel Bélanger – Les deux printemps

Les paroles sur http://www.danielbelanger.com/lyrics.php?lyrics=775

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

 

Publié 12 juillet 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Le cœur du monde   Leave a comment

A un bout du monde, loin des mers et des rivières, par-delà les bois, les champs, les jardins et les plaines glacées, se dresse une haute montagne. Elle est si éloignée des hommes qu’aucun mortel ne l’a encore aperçue, et elle s’élève jusqu’au firmament. Rien n’égale la dureté de cette montagne. Ses flancs ne présentent pas la moindre fissure et sont lisses comme le verre. A un endroit seulement, à son sommet, la pierre est fendue. Là s’ouvre une petite cavité d’où jaillit une source d’eau pure.

A l’autre bout du monde, caché aux hommes, se trouve le cœur du monde. Car le monde a un cœur, comme chaque animal et chaque chose. Tout en battant, le cœur du monde observe la source pure. Il la regarde sourdre du sommet de la montagne, soupire après elle, languissant d’un grand amour, mais il ne peut l’approcher. Si le cœur du monde bougeait un tant soit peu de sa place, il cesserait de voir le mont et sa source pure. Celle-ci disparaissant de sa vue, son pouls s’arrêterait aussitôt. Le cœur mourrait de chagrin et le monde avec lui car, si quelqu’un perd son cœur, il perd aussi la vie.

C’est un charme puissant et mystérieux qui lie la source pure au cœur du monde.

Le cœur ne peut vivre sans la source, mais la source elle-même se dessécherait sans le cœur. Car à chaque crépuscule, il lui fait un cadeau: un jour, un seul jour, pendant lequel elle peut continuer de jaillir. Lorsque le jour s’achève, la source claire se met à chanter. Seul le cœur du monde entend sa voix, et il répond à la source lui aussi en chantant. Ses mélodies sont étranges et fascinantes. Elles n’ont ni paroles ni notes, aucune tonalité de joie, ni de chagrin. La trame des chansons de la source pure et du cœur du monde est formée de fils de lumière qui s’élèvent dans l’azur, traversent les sept cieux pour se déployer très haut, au-dessus de la terre, en un réseau de splendeur et d’éclat. Jour après jour, un ange s’approche de cette trame pour en tisser le jour suivant. Une fois son travail terminé, il envoie le jour au cœur du monde qui l’offre à la source claire, de sorte que celle-ci peut jaillir jusqu’au prochain crépuscule.

L’ange divin qui tisse dans la trame lumineuse le jour nouveau doit être, lui aussi, recréé chaque fois, Ce sont les bonnes actions qui forment sa tête, son corps, ses mains, ses jambes, mais les mauvaises le détruisent. Si les gens s’aident et vivent dans la paix, ils permettent à l’ange de naître. Mais, s’il se trouvait un jour sur terre plus d’hommes qui tuent, volent et mentent, l’ange n’apparaîtrait plus. Nul ne rassemblerait plus les fils des chansons de la source pure et du cœur du monde pour en tisser le jour suivant. Le cœur du monde n’offrirait plus à la source son présent, celle-ci tarirait et, sans elle, le cœur du monde cesserait de battre.

Alors le souffle des oiseaux, des biches et des gens s’arrêterait, les fleurs et les arbres se dessécheraient, les villes et les villages disparaîtraient, tandis que les montagnes et les vallées s’effondreraient pour ne plus jamais renaître …

Contes juifs. Collection Légendes et contes de tous pays. de Léo Pavlàt

Deux chansons de Neil Young – Old Man et Heart Of Gold

Les paroles en français sur  https://www.lacoccinelle.net/255297.html

https://www.lacoccinelle.net/246360.html

Publié 24 juin 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , ,

Coeur à cœur avec Pierre Teilhard de Chardin   2 comments

ImAGE soleil

Nous ne sommes pas des êtres humains vivant une expérience spirituelle, nous sommes des êtres spirituels vivant une expérience humaine.

*

Exercez vous à voir large, net et simple, et allez tout droit, paisiblement, sans vous inquiéter de ce qui se dit.

*

Un jour, quand nous aurons maîtrisé les vents, les vagues, les marées et la pesanteur, nous exploiterons l’énergie de l’amour.

Alors, pour la seconde fois dans l’histoire du monde, l’homme aura découvert le feu.

*

Ce n’est pas d’un tête-à-tête ni d’un corps à corps, c’est d’un coeur à cœur que nous avons besoin.

*

La seule religion acceptable pour l’homme est celle qui lui apprendra d’abord à reconnaître, aimer, et servir passionnément l’univers dont il est l’élément le plus important.

Pierre Teilhard de Chardin

Une pièce musicale du groupe the Beatles interprétée par Pat Metheny – And I Love Her

Publié 10 avril 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , ,

Avancer par coeur   Leave a comment

Amérindien

Je me promenais en forêt et j’ai perdu mon chemin. Mon cœur battait la chamade. J’étais presque aux larmes. Puis, je me suis retrouvé, ici. J’ai même pensé t’appeler, mais ce n’était pas possible, j’étais là ou seule l’imprévue peut faciliter une rencontre.

Le cœur a toujours besoin d’une direction pour bien s’ébattre, et pourtant tous les sentiers portaient les signes de l’oubli.

Comment bien atteindre son temps de présence si nous n’avons pas le cœur du voyageur?

Puis, j’ai entendu l’écho de mon cœur m’appeler derrière l’arbre à gauche. J’ai posé ma main sur l’arbre, il vibrait encore. Je l’entendais maintenant chanter à mes pieds, dans les racines. J’ai enlevé un peu de terre et j’ai senti mon cœur battre calmement.

J’ai remis la terre, j’ai caressé l’écorce et j’ai tourné mon regard vers l’endroit d’où je venais. Alors, j’ai fermé les yeux, prêt à voyager, murmurant puis chantant les nouvelles voies à créer. Je n’avais plus besoin de chemin, mes pas avançaient par cœur.

 

Une chanson de Chloé Sainte-Marie – E pamutelan e peikussian – Innu (Promenade solitaire)

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 3 février 2018 par dandanjean dans Contes, Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , ,

%d blogueurs aiment cette page :