Archives du tag ‘créer

Nos reflets   Leave a comment

image-ecrire

Les conversations sont des parcelles d’attention et de partage pour illustrer une infime représentation de notre vie. Ce sont des reflets minuscules ne rendre pas compte réellement de notre expérience humaine acquise. Par la conversation, en langage verbal ou gestuel nous réfléchissons la vie que nous portons.

Et, il n’y a pas uniquement les conversations pour illustrer ce que nous émettons comme reflets. Il y a les textes, les dessins, les chansons, la musique, la peinture, le théâtre, la danse et j’en passe. Toutes ces formes de reflets que nous pouvons réfléchir ne reproduisent qu’une infime dimension de notre expérience humaine, même si ceux-ci ouvrent parfois des perspectives vers une vision de l’infini.

Il est possible de transcender ces différentes formes de langages ou d’expression, et d’accéder directement à notre nature propre. Ce n’est que lorsque nous sommes affranchis de toutes les projections souvent sous forme d’explications, d’idées, de croyances et de préjugés que nous pouvons vivre directement ce qui est.

Nous en faisons l’expérience à petite échelle lorsque nous vivons quelque chose de sublime, comme la naissance d’un enfant, des retrouvailles mémorables ou la création d’une oeuvre, nous laissant sans voix, sans mots, incapables de décrire, nous amenant à oublier soudainement notre vie pour vivre pleinement le présent offert.

Une pièce musicale de Michel Pepe – Samsara

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 29 juillet 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Émancipation   3 comments

Être libre, est-ce cet état qui se résume simplement à cette capacité à pouvoir faire tout ce que nous voulons?

Être libre, qu’il s’agit de ne pas avoir d’entraves?

Et si être libre demandait cette capacité qu’ont les artistes de se refaire, de repartir sur de nouvelles bases, de se redéfinir, de recommencer par soi-même, pour soi-même?

Est-ce plutôt de faire en sorte d’être insoumis à ses propres frontières ou à ses propres peurs?

Le philosophe va dire qu’il pense, donc il est. L’artiste dira, je crée, donc je suis.

Selon vous, que deviendra la personne qui sera consciente de ses appartenances et qui dira tout de même « Je suis plus que ce que vous avez fait naître »?

La réponse induira alors une représentation du monde ou les notions de couleurs, de races, de nations et d’ethnies ne susciteront plus des divisions, mais plutôt des tremplins pour l’émancipation de notre humanité planétaire.

Une pièce musicale de Lévon Minassian – Doudouk

Le doudouk. Simplicité. Authenticité. L’expression de la plainte et de la douleur d’un peuple, mêlés d’amour et de joie. L’émotion même. Un cadeau du ciel !

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 26 juillet 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

Réinventer   Leave a comment

ImAGE_rêve papillon

Avant, il louait avec son chapelet, maintenant, il loue avec son portable. Il ne prenait pas vraiment conscience que même si les temps changent, sa vision fondamentale du monde restait la même. Et c’est pourquoi il portait en lui ce sentiment d’être en décalage avec ce qui l’entoure.

Pendant que des femmes et des hommes découvrent et inventent le monde qui l’entoure, il en découvrait la science sans conscience.

Il avançait dans sa vie comme nous parcourons une route, un chemin. Tout ce qu’i y voyait était décodé en fonction de sa terre natale. Cette maison est comparable à celle de la dame âgée qu’il croisait en allant à l’école, cet arbre est différent de ceux de son village, ce repas est moins bon que ceux de sa mère, etc.

Pourtant il existe des voyageurs qui parcourent le monde en ajoutant de nouvelles perspectives à celles existantes.  Ils ne sont pas de cette représentation du monde où ce qui est différent détruit nécessairement l’interprétation de ce qui le précède.

Il y a des voyageurs de vie qui accueille la beauté en toute liberté, car leur imagination ne sert pas à interpréter, mais à inventer le nouveau monde.

Un jour, il sera comme eux, il aura mis fin au décalage et il se mettra à réinventer sa vie sereinement. Alors, il aura pris conscience que malgré les avancées technologiques, ultimement, rien ne se perd, rien ne se crée.

 

Une chanson d’Alex Nevsky – Les Coloriés

Les paroles sur https://genius.com/Alex-nevsky-les-colories-lyrics

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 16 juillet 2018 par dandanjean dans Contes, Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Charmeurs de verre   Leave a comment

Un film très beau, une fable sur la création.

Hors du temps, dans un univers lointain, deux envoûteurs charment un être de verre en fusion et se laissent enivrer par ce rituel sacré : celui de la création.

Un beau travail d’équipe bravo à vous

Publié 10 juillet 2018 par dandanjean dans Réflexions trouvées à partager

Tag(s) associé(s) : , ,

Créer la résilience   Leave a comment

Brigitte Lavoie nous partage sa réflexion sur le thème de créer la résilience pour s’adapter et réaliser pleinement sa vie.

Publié 9 juillet 2018 par dandanjean dans Débats à partager

Tag(s) associé(s) : ,

Soar   Leave a comment

À quel âge est-il possible de se réaliser et de croire en soi? Il n’y a pas d’âge et c’est aussi accessible à nos enfants. Ce petit film est là pour nous rappeler que croire en ce que nous aimons le plus est certainement l’une des choses les plus importantes pour notre développement personnel.

Ce film est simplement magnifique et porteur d’espoir.

Soar par Alyce Tzue

 

Publié 8 juillet 2018 par dandanjean dans Réflexions trouvées à partager

Tag(s) associé(s) : , ,

Les pages inutiles   Leave a comment

Silence

J’ai souvenir ce matin d’Enzo qui avait su un jour m’apprendre quelque chose de fort utile. Il était passé me voir, sans s’annoncer, et il m’a remis un cahier particulier.  Il contenait bien une centaine de pages, mais environ le tiers seulement contenait du texte. Il y avait ici et là des textes. Le premier débutait à la page trois pour se terminer à la page 5 puis un autre texte débutait à la page 19 pour se terminer à la page 24. Des trous blancs étaient parsemés dans tout le cahier.

Il était amusé par mon regard interrogatif. Il me dit gentiment : Prend ce cahier, tu y trouveras des réflexions que je voulais te partager, certaines te plairont, d’autres te dérangeront, c’est l’intérêt du partage, dit-il.

Je lui fis la remarque que certaines pages contenaient du texte, mais beaucoup d’autres étaient vierges et disposées de façons aléatoires.

Il me répondit que celles qui sont vierges sont aussi importantes pour moi qu’ils ont du texte. Puis, il partit en me laissant perplexe. Il s’est passé quelques années avant que l’on se revoit.

Durant cette année j’ai lu et relut ce cahier, y trouvant des petites perles de sagesse et parfois des réflexions suscitant un réel débat. Étant donné que je ne pouvais pas en débattre avec lui, je me mis à écrire dans un premier temps dans les marges des questions et des réflexions, puis d’autres idées me sont venues. J’ai lentement commencé à rallonger un texte, puis à ouvrir de nouveau chapitre ajoutant ainsi mes propres pensées.

Au bout de quelques années, il me vient l’idée de lui parler de ce cahier qu’il m’avait donnée. Désirant connaître la fonction des pages blanches, je lui posai la question:

Pourquoi ne pas m’avoir dit la fonction des pages vierges? Pourquoi ne m’avoir rien dit à l’époque?

Il me répondit avec son éternel sourire : ce qui est efficace, c’est l’expérience, les explications peuvent venir après. S’il n’y avait pas eu de feuilles vierges, tu aurais sans doute accepté ou refusé mes pensées et mes mots sans rien de plus. En te laissant de l’espace, il y avait dorénavant cette opportunité te permettant d’aller plus loin, de réfléchir, de créer, et de contribuer tout comme moi à la grande avancée. Si tu avais été insouciant, tu n’aurais pas cherché à prendre ta place et je n’aurais été qu’un faux guide et non un ami de voyage pour toi.

Depuis, j’ai appris plus que la fonction des pages vierges, mais aussi les vertus du silence et de l’attente.

Une chanson par Peter Gabriel – The book of love

Les paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/270392.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 22 mai 2018 par dandanjean dans Contes, Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , ,

%d blogueurs aiment cette page :