L’amour en don

ImAGE pavillon

Il était une fois un homme très riche, extrêmement cruel et avare. Sa femme était d’une grande bonté, affectueuse et empathique. Personne n’aimait le mari, mais tout le monde estimait l’épouse. « Dieu m’a donné ce méchant mari, mais que faire d’autre que de l’aimer puisque tout le monde le déteste ? » pensait la femme. Elle était bonne pour lui et le servait jour et nuit.

Le couple vit la famine déferler sur la région où il habitait et de nombreux villageois vinrent lui demander de l’aide. L’épouse donna de l’argent à chacun et prodigua affection et sympathie. Le mari, en dépit de son avarice, ne s’offusqua pas de cette générosité. « Tant que ce n’est pas moi qui donne, je n’ai rien à dire », pensait-il.

La femme aimait bien faire la charité.

– Nous ne faisons qu’emprunter cet argent, lui disaient les gens. Nous vous le rembourserons.

– Non, nous vous le rendrons quand la famine sera finie, s’objectaient les villageois.

– Si vous souhaitez absolument me remettre la somme, vous le ferez le jour où mon mari mourra, répliquait-elle.

Certains furent choqués. D’autres pensèrent qu’elle parlait ainsi parce que le jour où son conjoint mourrait, les funérailles lui couteraient cher.

Un jour, la mère tint ces propos étranges en présence de l’un de ses fils. Jusque-là, le garçon chérissait ses deux parents, mais il fut choqué d’entendre de telles paroles sortir de la bouche de sa mère. il alla trouver son père.

– Mère a demandé aux gens de la rembourser après ta mort, lui confia-t-il.

– Comment peut-elle dire une telle chose ? s’étonna le père. Elle donne toujours de l’argent sans compter ; pourquoi demanderait-elle aux villageois de le lui rendre et pourquoi après ma mort ?

– Le mari alla trouver sa femme.

– Pourquoi as-tu demandé aux gens de te rembourser après mon décès? s’enquit-il.

Tu ne comprends pas, répondit-elle. Vois-tu, les gens ne t’aiment pas. En fait, ils te détestent. Tout le monde souhaite que tu meures, mais plusieurs ont reçu beaucoup d’argent et, par nature, les gens ne veulent pas rembourser ce qu’on leur donne. A partir de maintenant, plutôt que de souhaiter ta mort, ils vont prier pour que tu restes en vie afin de ne pas devoir me rembourser. J’espère que tu vas vivre longtemps, très longtemps, bon et gentil. Je t’avoue que j’ai joué un tour aux villageois. Ainsi, ils prieront tous les jours pour toi. Peu importe l’argent ! je veux que tu demeures longtemps à mes côtés.

Le mari fut extrêmement touché par la sagesse et l’amour de sa femme, et il s’engagea à avoir plus de compassion pour les autres.

Sri Chinmoy dans L’âme est un jardin : Apprendre à vivre dans la paix, le bonheur et l’harmonie

Une chanson de Dave Matthews Band – Everyday

Le pratiquant et la chandelle

flamme

Regarde cette bougie devant toi. Elle peut t’apprendre beaucoup.

Pourquoi?

Parce que ce petit bout de matière est capable de supporter une énergie infiniment plus puissante que sa propre nature.

Tu veux dire la flamme?

Effectivement!

Mais elle disparaît lentement, elle fond lorsqu’elle supporte la flamme!

En es-tu certain? Quand tu t’assis pour méditer, pour faire cet entrainement de l’esprit, tu appuis ton attention sur ton corps, tu veux développer une vision consciente de ta vie.  Tu te concentres sur ta respiration, puis tu parcours le moi, ce Je pour t’ouvrir à une autre part en toi qui apparaît si vaste. C’est comme allumer une chandelle, pendant que la flamme brûle, un éclairage nouveau s’offre à toi et tu laisses un peu de toi pour contribuer à cette énergie nouvelle. Tes actions tout doucement ne sont plus portées par un intérêt uniquement personnel, tu apprivoises le don et la compassion. Au début tu vas t’ouvrir à toi-même et reconnaître réellement tes expériences antérieures et intérieures, bref t’accepter. Puis, tu seras en mesure d’élargir cette attitude aux personnes qui t’entourent. La compassion est cette bienveillance globale qui consume une part du moi et introduit la part de l’autre. La compassion révèle la singularité de toutes les formes de vie et de tous les êtres, et ton attitude au regard des hommes et des femmes va changer.

L’énergie de la chandelle dissout la matière qui crée le blocage?

Oui! Et la chandelle tout comme toi va connaître une fin. Dans tous les cas, la fin peut se faire dans l’oubli et la poussière dans un endroit sans intérêt, ou par l’action consumée sous forme d’énergie libérée des limitations issues des préférences et des jugements, de l’intolérance ou des blocages permettant d’éclairer ou de réchauffer des humains.

Une chanson de Manel Navarro – Candle

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Les escarpins du cordonnier

Le-conteur-philosophe

À la fin de cette fable, une de nos compagnes demanda : – Maître, qu’est-ce qu’un don véritable?

Un roi voulait à tout prix marier sa fille, mais celle-ci refusait les beaux partis qu’il lui présentait, car elle aimait en secret un petit cordonnier. Au bout de quelque temps, son père fut à bout de colère. Il l’obligea à se décider avant Pâques, sinon ce serait lui qui choisirait.

La princesse proposa alors un marché. Elle se marierait avec le prétendant qui lui ferait le plus beau cadeau. Son père fut très étonné. Il ne savait pas sa fille aussi attachée aux choses matérielles, mais il accepta devant toute la cour cette sage décision

L’annonce fut alors proclamée et tous les prétendants se présentèrent au palais avec des cadeaux plus somptueux les uns que les autres: chevaux chamarrés et empanachés de rubans, rivières de diamants, soies des Indes, verres de Murano, diadèmes incrustés de pierreries, perroquets parlant latin… Bref! Tout ce qu’on peut imaginer de plus luxueux lorsqu’on est prince, archiduc ou marquis. Quant au petit cordonnier, il fut la risée de tous lorsqu’il lui porta de merveilleux escarpins de cuir qu’il avait fabriqués. Pourtant, ce fut lui qu’elle choisit.

Et le roi eut beau tempêter, la fine mouche lui prouva que seul ce cadeau était recevable, car le cordonnier l’avait fait de ses mains. C’était cela FAIRE un cadeau, et non se contenter de sortir quelques deniers de sa bourse ! Le roi comprit que sa fille l’avait berné, mais, devant toute sa cour réunie, il ne put pas revenir sur sa parole. Alors il oublia sa colère et finit par se féliciter d’avoir mis au monde une enfant aussi pleine de sagesse. Avec un tel caractère, l’avenir de son royaume était assuré !

Michel Piquemal dans Le conteur philosophe

Une pièce musicale de The John Renbourn Group – My Johnny Was A Shoemaker

Confiance

attachement

Il savait que tout change. Rien n’est immuable. Les amitiés, les amours, les collègues de travail, les relations privilégiées, tout est impermanent. Et pourtant, nous voulons que ce que nous aimons dure toujours.

Il avait pris conscience de l’importance de ce qu’il pouvait apporter, la confiance, pour permettre de vivre en paix. Il se percevait comme l’ingrédient qui permet de se projeter vers l’autre en toute ouverture.

Il avait pris conscience avec gratitude que la confiance qu’il apportait était avant tout nourrie de cette capacité d’accueil et de don, à l’exemple d’une inspiration et d’une expiration dans le souffle de l’interdépendance.

La confiance est souvent une grande réponse à nos peurs. Bien qu’elle demeure quand même un risque, il avait su prendre la mesure de son impact sur la vie.

Il se rappelait encore les quelques fois où il avait pris le risque d’accepter l’autre tout en se donnant dans cette relation, il avait ressenti ce souffle palpitant et lumineux qui nous accompagne durant ces beaux instants.

Il savait maintenant que sa confiance apporte de la profondeur à l’amour, à l’amitié, et elle permet de développer l’estime de soi et l’estime de l’autre.

Même le prix d’une trahison ne saurait équivaloir à la richesse du cœur qu’apporte Confiance.

Vous l’avez surement déjà croisé au fil de votre chemin, car sans nous en rendre compte, nous avançons tous un jour ou l’autre avec Confiance.

Une chanson de Lauren Daigle – Trust In You

Les paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/1225700-lauren-daigle-trust-in-you.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Le paradoxe du don

image-pouvoir-des-mots

Il y avait longtemps qu’elle avait compris que nous sommes attachés à ce que nous apportons comme bagage dans le voyage de la vie. En traînant nos besoins non répondus sur les épaules, à chaque escale de notre vie nous n’avons d’autre choix que de déballer ce sac rempli d’attente. Nous aurons beau attendre ou exiger un changement, il est difficile dans cette position de prendre conscience que la somme de nos habitudes, de nos peurs et de nos attentes obstrue notre vision.

Elle comprenait maintenant qu’il est futile de demander ce que les gens pouvaient lui apporter. La vision pour percevoir le changement se dégageait de ce qu’elle pouvait délaisser et ainsi apporter au monde. Le vieux gilet qu’elle donnait devenait le nouveau gilet pour un autre. Les objets de son quotidien qu’elle donnait étaient souvent des découvertes et des cadeaux précieux pour d’autres. Donner dégageait sa propre vision de ce qui la possédait, pour ouvrir la perspective à son regard.

Elle avait saisi le paradoxe du don, c’est-à-dire que savoir donner permet d’ouvrir de l’espace pour recevoir. La personne qui reçoit vit une opportunité de changer sa vision des choses. Se mettre en action permet d’oublier ses attentes et ainsi d’y répondre. Elle ne cherchait plus à être aimée et appréciée, elle aimait et cela lui permettait d’ouvrir ses bras pour accueillir l’autre, une étreinte où son cœur était enveloppé d’amour.

Donnez et vous verrez!

Une chanson d’Alexandre Poulin – L’écrivain

Les paroles sur http://laboiteauxparoles.com/titre/6305/alexandre-poulin-l-ecrivain

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Des dons cachés qui resurgissent

Agnès Stevenin raconte son histoire : pourquoi ses dons étaient cachés pendant toute une partie de sa vie, et comment ils ont resurgi à l’âge adulte.

Peut-on devenir guérisseur sans le vouloir ? Il y a 17 ans, c’est ce qui est arrivé à Agnès Stevenin, une mère de famille que rien ne prédisposait à cela, lorsque soudain elle s’est mise à voir les corps énergétiques des gens, et à savoir qu’elle pouvait les soigner. Comment devenir guérisseuse en étant complètement autodidacte ? Comment a-t-elle vécu ce changement de vie ?