Archives du tag ‘énergie

Mon ancien maître: Vent   Leave a comment

ImAGE reconnaissance

J’ai plaisir à revisiter mes maîtres anciens qui à chaque fois, me font découvrir des enseignements merveilleux.

Par exemple, le maître Vent, qui m’a appris à devenir à être un passeur. Il m’a appris à être ce qui relie en accompagnant et en facilitant le passage de mes semblables.

Vent m’a appris l’importance du mouvement dans un monde qui érige des murs. Apprendre à devenir le souffle de vie qui anime toutes les formes de vie, apprendre à devenir invisible et par une énergie subtile, agir sur la matière qui nous entoure.

Il nous est possible d’être, par nos différentes manifestations, calmant ou dérangeant pour notre environnement.  Nous pouvons apporter de la chaleur ou jeter un froid.  Nous pouvons porter la lumière ou une grande part d’obscurité. Et pourtant, tout ce qu’induiront sur les autres nos différentes manifestations sera transmis de façon invisible. Pas de feu apparent, pas de glace, pas de système mécanique pour faire bouger. Rien que l’action de notre énergie.

Vent m’a aussi fait comprendre que nous pouvons non seulement agir sur les corps qui nous entourent, nous pouvons aussi devenir l’influx sur une représentation du monde. Le souffle de la pensée peut changer les comportements humains et l’organisation de la société.  Ce qui est intangible nourrit le tangible. Ce qui est tangible permet à l’intangible d’éliminer. Ainsi nait toute forme de courant, de la brise à la tornade.

Là ou certains peuvent percevoir de l’agitation, de l’instabilité, et de l’inconstance, Vent met en lumière que celui qui sait que tout est changement, qu’il soit un passeur de vie devient avant tout un régulateur des équilibres de notre humanité.  Chaque contribution permet d’activer l’énergie qui nous inter relie.

Mes maîtres anciens, Montagne, Rivière, Chemin, Arbre et Soleil pour ne nommer que ceux-ci sont riches d’enseignement. Je vous invite tout comme moi à les revisiter de temps en temps.

Une chanson de Noir désir interprétée par Salomé Leclerc – Le Vent nous portera

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/paroles-officielles/736205.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 10 août 2018 par dandanjean dans Contes, Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , , ,

Mon ancien maître: Montagne   4 comments

Pérou Matchou Pichou 3

J’ai plaisir à revisiter mes maîtres anciens qui à chaque fois, me font découvrir des enseignements merveilleux.

Par exemple, le maître Montagne, m’a appris à relier les contraires dans de très nombreuses complémentarités.

Montagne m’a appris l’importance de voir les liens entre les différents éléments de ce monde ou il est valorisé de diviser pour régner. Apprendre à s’élever au-dessus du tumulte, devenir un havre de paix.

Pour cela, Montagne m’a parlé de ses quatre âges, la conception, la croissance, la maturité et puis la mort. Les mêmes étapes que nous, mais, sur une plus longue période de temps. La conscience de ces âges permet de développer une perspective et une vision.

Puis Montagne m’a parlé de sa naissance. Elle résulte du jeu des gigantesques forces tant horizontales que verticales au fil du temps. Ces mouvements telluriques pluridimensionnels suivent un cycle comprenant l’émergence, l’écartement,  la contraction et le repos. Comme la respiration. Toute naissance vient du souffle de vie. Apprendre à composer avec le cycle permet de faire face et de s’adapter à la pression provenant de notre vie en société.

Montagne est tout à fait consciente de l’effet qu’il produit sur les humains. Les perceptions sont nombreuses et parfois contradictoires. Lieu sacré, point de jonction avec les dieux, lieu interdit, lieu d’Hermitage, terre de pureté, centre du monde, ou espace interdit. Mais par-delà la représentation que nous suscitons, nous ne devons jamais oublier que sommes à notre mesure un point de rencontre privilégié entre le Ciel et la Terre. Nous sommes le temple de notre quête spirituelle.

Bien que nous ayons des grottes et des galeries souterraines en nous, nous sommes avant tout selon Montagne, le corps du dépassement de soi et par lequel toutes les ascensions sont possibles. Toute ascension culmine en une atteinte de soi et une exaltation suite au dépassement de ses propres limites. Le sommet de la vie apparaît alors sur naturel, une source de transfiguration. Il y a des cimes qui ne s’atteignent qu’en étant au présent.

La troisième est cette acceptation du changement. Nous aimons la stabilité, mais elle est contre nature. La peur du changement nous empêche d’évoluer. Regarder un cours d’eau est inspirant et nous apprend l‘ouverture au changement. Quand la température monte, et la chaleur devient extrême, l’eau s’évapore. Elle est toujours là, mais elle se transforme en vapeur. À l’inverse, lorsque le froid intense arrive sur le pays, l’eau change en glace. Accepter le changement, c’est concevoir que nous devons changer de forme en fonction du contexte où nous nous trouvons, ou que nous vivons, par exemple la maladie. L’eau s’écoule de changement en changement jusqu’au grand océan en passant par le corps de la terre.

Mes maîtres anciens, Rivière, Vent, Chemin, Arbre et Soleil pour ne nommer que ceux-ci sont riches d’enseignement. Je vous invite tout comme moi à les revisiter de temps en temps.

Une chanson de Jean Ferrat – La montagne

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/753545.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 9 août 2018 par dandanjean dans Contes, Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

La loi de l’attraction   Leave a comment

nombril

Il en faut de la persévérance pour sortir de l’effet d’attraction de nos fausses représentations du monde, de nos préjugés. Toutes ces rotations autour de son propre nombril ne font que nous enfermer dans un univers clos et abrutissant.

Les personnes qui ont une couleur de peau différente sont moins précieuses!

Les pauvres sont les uniques responsables de leur sort!

Je suis meilleur croyant que toi!

J’ai raison!

Les personnes qui tournent en rond autour de leur nombril sont persuadées de penser, alors qu’ils se contentent de reformuler autrement leurs préjugés.

Cette force d’attraction ne tire son énergie que de la valeur que nous leur accordons et du sens que nous leur attribuons. Cette force d’attraction est créée par nous-mêmes.

Ouvrir son esprit pour ne plus ruminer, mais penser, tourner son regard vers les autres, accepter l’inconnu, accepter l’imprévu et laisser place à l’avènement de l’événement : voilà ce qui nous libère de notre force de rétention. Les chaînes de la certitude font alors place à l’acceptation de la vie telle qu’elle est et aux semences de l’émerveillement.

Une vie fondée sur la possession est moins libre, consciente et heureuse. Nous serons toujours retenus dans notre course par une force d’attraction. Il reste à savoir si nous désirons tourner autour de soi ou autour d’un soleil qui engendre la vie.

 

Une pièce musicale Pink Floyd – Us and Them

Les paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/252683.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

L’arbre de vie   2 comments

L’image de l’arbre peut nous servir pour réaliser une allégorie sur l’interdépendance en lien avec notre nature propre et la nature qui nous entoure.

Ce que l’on voit dans un premier temps est un tout en forme de baguette avec un dôme. Puis, on pose notre regard vers la terre, et on voit se dessiner différents éléments.

Au centre, il y a ce tronc, massif, stable, dense, unique. On a l’impression que le tronc est connecté à la source, aux racines de la vie indifférenciée. Le tronc par son développement se ramifie en branches souches. Ces branches souches sont les premiers éléments de la différenciation.

Après ces branches souches, nous découvrons les moyennes et grosses branches qui correspondent à des sortes de courants intérieurs plus différenciés. On a l’impression que ces branches sont guidées par l’air du temps, par des sentiments d’ouverture, de fermeture, et de protection, etc.

Puis, encore une fois, ces branches se divisent, donnent des brindilles qui portent elles-mêmes le feuillage. Parfois, s’y ajoute un fruit, la production en action.

Ce feuillage est mobile, un rien le fait bouger. Un peu comme le feuillage de la pensée et des brindilles de l’affectif. Nous pouvons grâce à eux saisir les courants les plus différenciés et en même temps nous y perdre.

De temps en temps, une goutte de rosée tombe au sol.

Nous pouvons aussi prendre le chemin inverse vers notre intériorité. La sève de vie nous guidera des branches, vers le tronc, et les racines pour aller nourrir notre nature propre. Et durant tout ce voyage, le support sera une énergie liquide et non une matière solide.

Chaque mouvement de soi a besoin de son propre apport pour se réaliser.

Prendre conscience du cycle de notre nature propre et se synchroniser avec ce qui nous entoure, permet de créer les fruits les plus savoureux.

Une chanson de Peter Gabriel Shaking The Tree

Les paroles en français sur http://paroles-traductions.com/chanson/montrer/4532531/peter-gabriel/paroles-et-traduction-shaking-the-tree/

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 5 mai 2018 par dandanjean dans Contes, Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Allumer le soleil   2 comments

Une petite pause musicale avec Adam Cohen et l’une de ses très belles chansons – Turn On The Sun.

Il est beaucoup plus que le fils du grand Leonard Cohen, c’est un humain qui veut contribuer au monde et il le fait avec belle énergie et grandeur.  Montréalais de coeur, de souche, il nous partage sa musique lumineuse.

 

Publié 6 avril 2018 par dandanjean dans Pauses musicales

Tag(s) associé(s) : , ,

Y a-t-il une mort avant la vie?   2 comments

Beaucoup de propos et d’études ont été recensés sur la question de la vie avant la mort, voire même une vie après la mort, mais peu de chercheurs s’intéressent à la question à savoir s’il y a une mort avant la vie.

Eben Alexander, neurochirurgien à l’esprit rationnel, défend l’idée après avoir vécu une expérience de mort imminente qu’il y aurait bien une vie après la mort.

À cela, sans ouvrir ce débat, Pierre Rabhi répond que le grand problème de fond, ce n’est pas de savoir ce qui va se passer après la mort, mais bien s’il existe une vie avant la mort.

Mais je n’ai rien trouvé sur la présence de la mort avant la vie. Et la question est plus utile que nous pouvons l’imaginer.

Nous savons selon les connaissances scientifiques actuelles qu’il y a près de 14 milliards d’années, il s’est produit ce qui ressemble à un immense Big Bang, une immense explosion cosmique qui engendra l’univers en expansion qui nous entoure présentement. De cette explosion sans précédent du feu nourri de la mort, est apparue la vie.

Ce que nous connaissons de l’univers, c’est qu’il y existe des milliards de milliards de galaxies et que chaque galaxie renferme des milliards de milliards d’étoiles. Sur une de celles-ci, il y a nous sur la terre. Chacun humain, comme chaque étoile, à une durée de vie limitée, nous ne sommes pas éternelles et l’énergie de la mort nous accompagne.

Les connaissances scientifiques actuelles proposent qu’avant l’expansion de l’univers, celui-ci fût d’un volume microscopique. L’énergie qui a été libérée est à l’origine du cycle de la vie et de la mort.

Nous savons que la mort intervient quand l’organisme ne peut plus puiser et maintenir son entropie basse.

L’étude des religions et de leurs visions de la mort nous ramène vers une tendance lourde qui affirme que la mort n’est pas la fin ultime de la destinée de l’homme. Les notions de résurrection, de réincarnation, de nirvana, ou encore de paradis se chevauchent. La mort n’est pas un terme, mais un générateur d’une autre vie.

De plus, plusieurs penseurs occidentaux et orientaux font référence dans leurs avancés pour mieux comprendre le phénomène de la vie, au concept d’énergie vitale (QI ou Ki,  prana, Ka, l’âme, etc.) qui transcende les états de vie et de mort. Cette énergie demeure et devient le lien entre les cycles.

Par ailleurs, si nous acceptons les hypothèses scientifiques avancées dans le domaine de la physique quantique qui postule que toute chose visible et invisible est constituée d’énergie, des perspectives intéressantes s’ouvrent pour comprendre l’avant et l’après, l’interconnexion et l’interdépendance entre les êtres et les choses dans la perspective espace-temps.

La question de la présence de la mort avant la vie, bien qu’elle nous ramène au Big bang, à l’histoire des religions et aux penseurs de ce monde, elle apporte aussi une leçon de vie intéressante. Je n’ai aucun contrôle sur mon origine et sur ma fin, mais j’en ai ici et maintenant, sur l’entretien de mon énergie. Cette même énergie qui après la mort d’une idée, d’une action par l’échec, fait en sorte que je peux me relever et continuer.

Cette même énergie qui est présente en chacun de nous et renvoie aux oubliettes les fondements de nos divisions et de notre apparente diversité. Nous sommes tous des êtres humains.

Une chanson de HK et les Saltimbanks – Citoyens du Monde

Les paroles sur http://www.songtexte.com/songtext/hk-et-les-saltimbanks/citoyen-du-monde-53b3bf69.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

L’âme vagabonde sur la musique du ciel   Leave a comment

Perséides Mont-Sainte-Anne

Tout conflue auprès du regard, comme limaille d’atomes d’événements dans un champ magnétique. L’attractive réception de ce flot d’informations qu’est l’univers requiert de l’humilité, afin d’accorder au regard la possibilité d’imaginer que tout ce qu’il observe est modifiable à souhait.

Découvertes. Perspectives.

Il est une douce brise soufflant sur le génie des lieux. Et ce souffle de vie, tout à ce sentiment d’azurs et nuages, proche d’éloquentes ponctuations d’esprits ayant plusieurs siècles d’âge, abandonne l’imaginaire aux confins de la lumière et de la matière, intrinsèquement reliés.

Pour le philosophe grec Héraclite, le feu est le principe de toute chose, il s’allume puis s’éteint, tout comme les cycles de vies et de morts des objets célestes dans l’univers. En l’homme se métamorphosent les astres, qui osent valser majestueusement et régner en souverains depuis l’éternité.

Dans quelques sillages lointains, la peau de l’âme a merveilleusement recueilli toutes les empreintes que notre intellect d’aujourd’hui omet de discerner et de matérialiser.

Sophia Sherine Hutt de La musique du ciel en héritage

Une chanson de David Gilmour – High Hopes

Les paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/247104-pink-floyd-high-hopes.html

Publié 17 janvier 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , ,

%d blogueurs aiment cette page :