Archives du tag ‘ensemble

(Re) Connecter   Leave a comment

Connecter, un mot très simple.

Nous pensons tout de suite à se connecter sur Wi-Fi, à se connecter sur internet, à se connecter à un réseau, mais que fait-on des autres dimensions?

Qui n’est pas connecté à quelque chose?

Le sommes nous encore vraiment pour avoir accès à ce qui fait la différence?

Un petit film qui en met plein la vue, bravo au concepteur, et qui nous ouvre à la beauté et à la diversité.

Publié 14 novembre 2017 par dandanjean dans Réflexions trouvées à partager

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Se redonner le pouvoir d’agir   Leave a comment

Nous avons tous déjà vécu l’oppression d’une personne. Que ce soit dans notre milieu de travail, notre quartier, notre famille ou notre pays. Vous savez, cette personne qui ramène l’humain à un simple exécutant de ses propres désirs et volontés de pouvoir. On ne parle pas ici de quelqu’un qui use d’autorité, mais d’une personne qui se comporte comme si les autres ne valaient rien à ses yeux. À la rigueur, une personne contrôlante, harcelante et manipulatrice.

Mais comment y faire face?

Ces personnes suscitent de la violence, des comportements offensifs pour se défaire de l’offense. Mais, est-ce la bonne solution?

J’ai un grand respect pour la personne qui se mobilise pacifiquement pour y faire face. Je pense, entre autres, à un milieu de travail où une personne s’est levée et a rencontré les collègues qui subissaient l’oppression. Cette personne a su leur parler, les aider à reconnaître le malaise, les aider à prendre conscience du dommage que cela génère dans l’organisation, auprès de la clientèle, et elle a su susciter un espoir suffisamment robuste pour amorcer le changement. Car, pour que le changement puisse se réaliser, il faut réunir deux conditions. La première, cette prise de conscience de l’importance du malaise qu’entraine le statu quo. La deuxième condition est l’espoir et le soutien suffisant pour se mettre en mouvement dans la bonne direction.

J’ai vu une équipe se lever, écrire et porter plainte. Personne ne peut rester sourd à un mouvement de masse.

Gandhi et tant d’autres femmes et hommes ont démontré le pouvoir d’une masse d’individus non violent qui dit non ensemble. Tous les oppresseurs savent que leur limite est leur capacité à être entendue et respectée.

J’ai un profond respect pour la personne qui s’aime suffisamment pour ne plus être victime, qui aime suffisamment les autres pour user de non-violence et les mobiliser pour un milieu de vie meilleur.

Il faut combattre l’oppression par la bienveillance.  Faire la promotion des comportements non violents, la bienveillance et la compassion sont des activités importantes dans nos milieux de vie, particulièrement dans nos milieux de travail.

Il faut toujours une bougie d’allumage pour amorcer les changements. Toutes les personnes ont la capacité de participer au changement dans la mesure où ils partagent leur peur et l’affrontent ensemble.

Une chanson avec Fred Pellerin – Le grand cerf-volant

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

L’excellence autrement   Leave a comment

Dans le mode traditionnel de la gestion, le gestionnaire dirige, il a des spécialistes sur lesquels il peut avoir toute confiance et des employés en soutien. La gestion de l’espace humain est d’une utilité, car elle a pour but de maintenir la paix sociale.

Est-ce possible de réfléchir la gestion autrement? Dans le modèle traditionnel, le système sur les limites du gestionnaire, tout repose sur lui.

Peut-on interpeller une intelligence plus globale, plus vaste qui permettrait d’aller plus loin et qui serait plus pérenne?

La réponse est contre-intuitive, et c’est oui.

Pour cela, il faut changer complètement de paradigme. Nous devons concevoir l’espace de travail comme un espace de création collective. Il faut briser les silos, favoriser les connexions, ouvrir l’horizon.

Le profil de l’employé recherché serait le spécialiste solitaire gardien de son expertise unique, mais bien la personne qui désire se développer, capable de travailler en cellule collective de travail, qui partage les idées, qui assure le transfert de connaissances et qui croit qu’une équipe mobilisée dans une intelligence collective saura franchir les frontières du possible.

Le profil du gestionnaire sera avant tout celui d’un coach, un gardien de la vision de son équipe, qui va favoriser les techniques de gestion collective (par exemple les contrôles visuels)  qui saura responsabiliser au quotidien tout en favorisant le partage d’expertise et le développement de chacun des membres de l’équipe avec des processus de travail partagés, respectés et connus de tous.

Il est possible de gérer autrement en implantant une culture de non-culpabilité, et d’apprentissage des échecs pour une amélioration continue de la qualité.

Une équipe qui travaille ensemble, qui développe ensemble, qui partage les opportunités aura une portée pérenne pour le client, le citoyen. Gérer, c’est avant tout organiser, prévoir les risques et voir clair. Il est plus heureux d’avoir une force collective dont la limite est le maillon faible que l’on peut soutenir, que d’avoir une force individuelle, dont la limite, repose sur la capacité à taire les faiblesses.

Une chanson de Jacques Michel interprétée par  Wilfred Lebouthillier – Amène toi chez nous

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

Différence coopérative   Leave a comment

Pour promouvoir la différence coopérative, voici une belle initiative du Conseil québécois de la coopération et de la mutualité en collaboration avec Les Productions 4Éléments coopérative de travail.

Quelques notes pour promouvoir la différence.

Publié 22 septembre 2017 par dandanjean dans Débats à partager, Pauses musicales

Tag(s) associé(s) : , , ,

La Fable du porc-épic!   1 comment

cropped-coexist-11.jpg

La Fable du Porc-épic!

C’était l’hiver le plus froid jamais vu. De nombreux animaux étaient morts en raison du froid.

Les porcs-épics, se rendant compte de la situation avaient décidé de se regrouper. De cette façon ils se couvraient et se protégeaient eux-mêmes!

Mais les piquants des porcs-épics de chacun blessaient leurs compagnons les plus proches même s’ils se donnaient beaucoup de chaleur les uns aux autres.

Après un certain temps, ils ont décidé de prendre leur distance l’un de l’autre et ils ont commencé à mourir, seuls et congelés.

Alors, ils devaient faire un choix : accepter les piquants de leurs compagnons ou disparaître de la terre. Sagement, ils ont décidé de revenir en arrière pour vivre ensemble.

De cette façon, ils ont appris à vivre avec les petites blessures causées par l’étroite relation avec leurs compagnons mais la partie la plus importante était la chaleur qui venait des autres. De cette façon, ils ont pu survivre.

La meilleure relation n’est pas celle qui rassemble les gens parfaits, mais le mieux est quand chacun apprend à vivre avec les imperfections des autres et on peut y découvrir et admirer les bonnes qualités des autres personnes.

Catherine Ponder

Une chanson de Jean-Jacques Goldman – Ensemble

Publié 9 avril 2017 par dandanjean dans Contes, Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Point de jonction   Leave a comment

1237814_619668578054707_1628865363_n

Voilà.

J’écris de notre interdépendance.

Aucun mot, aucune personne n’existent de manière totalement indépendante.

Vous lisez ce texte et vous retrouvez une partie de vous.

J’écris ce texte et j’y ai donné une partie de vous.

Chaque mot dépend d’autres éléments, dont le lecteur.

Il y a sans doute une part d’explication par l’effet papillon qui essaime par son énergie une partie de Soi.

L’illusion, c’est de voir les mots de façon autonome, sans liens propres, possédant une réalité autonome, et que le lecteur qui les lis ou la personne qui les écrit les perçoivent comme réels et concrets.

La physique quantique nous permet de mieux comprendre ce mécanisme de l’illusion.

Le sens de chacun des mots ne donne pas réellement le sens du texte.

Le texte à lui seul n’est pas porteur de tout le sens.

Aujourd’hui, ce texte est un point de jonction entre nous.

Une chanson de Jean-Jacques Goldman – Ensemble

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Publié 18 décembre 2016 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , ,

Regards porteurs d’espoir   3 comments

Boutique rêves

J’ai beaucoup de considération et d’admiration pour ces étudiantes et ces étudiantes qui quittent leur pays (Afrique francophone et Haïti) pendant deux ans, laissant derrière eux leur famille et leur carrière dans une administration publique pour aller suivre un Master à l’Université Senghor à Alexandrie.

La qualité des échanges, la soif d’apprendre et de faire de cette expérience quelque chose de déterminant dans leurs vies relève de beaucoup le niveau des cours.  Assez rapidement, cela devient un cercle d’apprentissage ou la mise en commun des connaissances s’installe dans une approche ouverte et fraternelle et contamine les personnes.  Je suis le garant de la matière à parcourir en tant qu’enseignant et non des savoirs.

Il est étrange de côtoyer dans ce pays les tensions et les comportements hostiles face aux étrangers et en même temps vivre dans les murs d’un édifice, la poursuite d’un idéal humain de mieux faire ensemble et de se dépasser. Il n’y a pas d’enjeux de différences qui tiennent dans ce cercle d’apprentissage.

J’aimerais tellement que ce type d’expérience puisse s’étendre sur la planète et ainsi partager toute la richesse de notre diversité, de nos visions différentes pour construire ensemble.

Nous prenons de plus en plus conscience que la saine gouvernance des organisations publiques est un enjeu majeur pour que la population puisse réellement profiter des mandats premiers des états, soit le développement social et économique, la protection des personnes et des milieux ainsi que la redistribution de la richesse.

S’investir pour construire malgré les écueils est une démarche de résilience et de confiance en le devenir humain. Ces étudiantes et ces étudiantes sont des regards porteurs d’un espoir pour un avenir meilleur.

Une chanson de Jean-Jacques Goldman interprétée par Génération Goldman – Famille

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

%d blogueurs aiment cette page :