Archives du tag ‘étranger

Cette part d’humanité   Leave a comment

Visage couleur

Nous pouvons nous développer en nous appuyant sur ce qui a de meilleur dans notre humanité. Rien d’extraordinaire, juste une attitude d’ouverture et d’émerveillement au regard des œuvres qui émanent de notre histoire.

Nous avons tous un ou des peintres qui nous ont permis de découvrir la vie à l’intérieur des couleurs et des formes.

Qui n’a pas été ému en écoutant une symphonie, un concerto, une chanson ou une improvisation découvrant que le silence danse entre les notes?

J’ai moi aussi une poétesse ou un poète qui a su par ses mots et son style donner une interprétation juste et intense de ce que je vivais.

Et que dire de ces sculpteurs qui nous ont appris que la pierre avait en elle des histoires à raconter et des histoires de délicatesse.

Nous finissons tous un jour par être touchés par la vision d’une personne dont la sagesse des propos nous protège de nos peurs et nous inspire.

Quel est l’écrivaine ou l’écrivain qui façonne notre pensée afin de nous aider à découvrir une nouvelle représentation du monde?

Cette part d’humanité est en nous, elle grandit, et nous fait prendre conscience de l’interdépendance de nos vies, de nos parcours.

Il n’y a pas d’étranger pour la personne qui accueille la vie, car elle est consciente des rapprochements nécessaires pour taire l’ignorance et la méconnaissance.

Une chanson de I muvrini – Dans la main de la terre

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2017 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

Publié 14 novembre 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

D’une fenêtre   Leave a comment

ImAGE_lalatina-parsley_q

Ce matin, j’ai tiré les rideaux et j’ai ouvert une fenêtre sur le monde. Une autre.

Elles sont parfois tellement différentes.

J’y ai vu la vie à distance et le présent se déployer.

Sans téléportation, sans déplacement, je peux ainsi vivre une certaine forme de synchronicité.

Il nous arrive tous d’ouvrir des fenêtres sur le monde, mais la banalité du geste fait en sorte que nous en voyons plus l’incidence. Nous sommes des êtres sociaux qui portent un sentiment d’appartenance à notre terre.

Nous sommes fascinés par ce qui se passe autour de nous, et nous aimons regarder ce monde.

Qui, parmi vous, a par exemple récemment ouvert une fenêtre sur le monde en :

+ Écoutant à la radio un reportage en direct de Pékin.

+ Participant à une visioconférence reliant trois villes différentes.

+ Lisant un article dans le journal faisant le point sur un attentat en Europe.

+ Écoutant un enregistrement sur mon lecteur numérique du dernier spectacle de Simon and Garfunkel à New York.

+ Regardant à la télévision un reportage en direct sur une initiative de jeunes au Pérou.

+ Lisant sur mon téléphone intelligent une nouvelle publiée par une amie en Belgique.

+ Parcourant à partir de mon ordinateur un blogue sur la Roumanie.

+ Échangeant au téléphone avec un collègue en Égypte.

Il y a tant de façons d’ouvrir une fenêtre pour apprécier le monde qui nous entoure. Il n’y a pas seulement le déplacement physique pour voyager, aller à la rencontre et découvrir la diversité de ce monde.

Dans ce contexte, l’argument qu’il ne devrait pas y avoir d’étranger chez nous ne tient vraiment plus. Le monde aujourd’hui est inter relié, inter connecté et, il est devenu un grand espace ouvert. Notre humanité est l’accueil de l’autre.Ce n’est que derrière un regard que la vision inclusive peut se refermer.

Une chanson de Desireless – Voyage Voyage

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

%d blogueurs aiment cette page :