Archives du tag ‘inter relié

Notre humanité   Leave a comment

Mains monde2

Qu’est-ce qui a du sens? Qu’est-ce qui est de la plus grande importance dans la vie?

Est-ce réellement ce que nous aurons accompli?

Avoir réussi des réalisations par son métier ou par l’expression de son art est certainement gratifiant. Avoir mis au monde quelque chose par soi, nos enfants. Avoir planté de la vie sur un bout de terre, avoir accompagné sans trop s’immiscer ou encore avoir composé des chansons, avoir écrit quelques lignes. Tout cela a rempli notre vie d’instants de bonheur.

Toutefois, par delà toutes ces réalisations qui importent, je ne le nie pas, l’accomplissement par le don, le partage de notre essence m’apparaît au cœur de notre humanité et de notre raison d’être. Je me sens encore si loin de cet idéal.

Par exemple, lorsque nous référons au mot « pardon », qui de sa source Latine per-donare exprime la « perfection du don », il y a matière à trouver un sens. Dans cette voie de la perfection du don, il y a une indication de se libérer de ses chaînes et de se pardonner à soi-même d’avoir blessé autrui, de s’être laissé blesser, et de reprendre un regard neuf et serein sur la beauté infinie qui nous entoure au lieu de nous cantonner dans nos ruminations.

Ce n’est pas que la vie n’a pas de sens, ce qui nous ensorcelle c’est cette idée qu’elle doit n’avoir qu’un sens, qu’une perspective et qu’une vision.

Qu’est-ce qui compte ? Peut-être d’être inter relié à la vie, en osmose, en phase et de participer, de se donner pour entretenir plus que soi, notre humanité.

 

Une chanson de HK – J’ai marché jusqu’à vous

Les paroles sur https://asile.ch/2017/02/07/hk-kaddour-hadadi-jai-marche-jusqua/

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 12 juin 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

Le voyage miraculeux   Leave a comment

ImAGE Naisance du monde

Une petite brise est suffisante pour transporter le pollen et générer des champs de fleurs, et une simple pierre au fond d’une rivière contribue à purifier l’eau.

Rien n’est inutile et tout peut arriver. Une petite étincelle peut enflammer la forêt, un sourire peut changer la vie d’un passant et la rendre brusquement plus joyeuse.

Être requiert de l’attention, car il est facile d’isoler un seul élément et de le trouver imparfait. Puis, on se met à espérer un monde meilleur, avec des liens, avec du sens, mais ce n’est pas suffisant, cela ne sera jamais suffisant lorsque l’on s’éloigne de l’instant et de la présence.

Une rivière ne peut pas survivre sans être alimentée par sa source, sans avoir une voie d’appartenance dans lequel elle pourra y faire son nid, sans franchir des obstacles lui permettant de générer un courant et purifier son eau, sans avoir des plantes, du bois et des êtres vivants pour établir un habitat naturel et sain.

Il en est de même pour les humains.

Tout se tient, tout est inter relié, interdépendant.

La naissance permet de réaliser notre minuscule voyage miraculeux.

 

Une chanson de Daniel Bélanger – Spoutnik

Les paroles sur http://www.danielbelanger.com/lyrics.php?lyrics=780

 

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Désêtre   Leave a comment

Avant de mourir

je souhaiterais continuer à désêtre

vivre ici et maintenant

délaissant l’observateur,

le commentateur,

le rapporteur en nous

et cesser d’être quelqu’un

entrer dans notre humanité

saisissant la clarté lumineuse environnante

sans la composer, ou la décomposer

simplement là

sans tenter une représentation

vivant et paisible

apportant cette joie contagieuse comparable

à un paysage, une fleur, un nuage,

partageant avec ceux qui m’entourent

ce qui est plus grand

la nature inter relié

 en laissant les lambeaux d’égo

se perdre au chemin du temps

et l’espace d’un instant,

ressentir le vide incommensurable

du je ne suis pas

 désêtre…

rire en étant présent autrement.

 

Une chanson Bryan Adams, Rod Stewart, Sting – All For Love

Les paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/253850.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

 

Le fil de sa vie   Leave a comment

 

Et si ce matin t’apportait une nouvelle opportunité… une autre vision des choses, l’espace d’un court instant.

Ainsi, au lieu de nous voir tous en lien avec nos différences, nous pourrions voir les fils de vie qui nous relient tel des rayons de soleil.

Les trames qui supportent certains parcours seraient maintenant très apparentes et interreliées

Nous découvrions que certaines personnes sont dans un parcours de soie, d’autres dans un parcours de lin, et ainsi de suite. La multitude de tissus nous apparaîtrait alors nécessaire, même essentielle, et bien qu’aucun tissu n’est mieux qu’un autre, la diversité des textures, des couleurs et des fibres définirait cette réalité ambiante et teinterait notre appréciation.

Il nous serait alors possible de comprendre que les personnes qui nous sont éloignées ou inconnues peuvent contribuer à une trame importante de notre vie.

Tout nous apparaîtrait interrelié, interdépendant à dessein plus grand que notre rationalité.

L’espace d’un court moment, ce matin, nous pourrions voir chaque humain contribuant à la trame qui l’enveloppe par le fil de sa vie.

Une chanson de Daniel Bélanger – Le fil

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

 

 

Publié 11 novembre 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Celui qui voulait toucher l’infini   Leave a comment

Équilibre

L’une : Comment peut-on toucher l’infini?

L’autre : Cela te préoccupe?

L’une : Des personnes disent que nous pouvons nous fondre dans l’infini, comment peut-on faire cela?

L’autre : Tu veux dire sans te jeter dans la bouche d’un volcan?

L’une : Oui!

L’autre : Pour moi la réponse est une question de perspective.  Tu vois, de mon point de vue, quand je ne suis centré plus uniquement sur moi, mais sur ce que je vis, je touche la vie, qui elle est infini.

L’une : Comment fais-tu?

L’autre : Par exemple, j’aime beaucoup la musique. Une autre personne pourrait aimer la peinture, le sport, l’écriture, la nature ou même la marche. Bref, quand j’écoute une chanson ou une pièce de musique et que sans m’y attendre, s’installe l’émerveillement, que je me sens détaché de moi-même, non pas absent, non pas disparu, mais que je me perds de vu, tout en étant là plongé dans l’instant de beauté ou de grâce, cette plénitude incomparable est pour moi se fondre dans l’infini.

L’une : J’ai déjà vécue en faisant un rôle au théâtre.

L’autre : Effectivement, tu peux vivre cela en écrivant, en aidant une personne, en peinturant, en courant, en faisant l’amour. C’est à ce moment-là justement qu’il n’y a plus rien à toucher, juste être. Comme une ouverture qui fait en sorte qu’il n’y a plus de séparation, et tout va de soi.

L’une : Intéressant.

L’autre : Encore plus si en prenant conscience que ces instants te nourrissent réellement, tu fais le choix de ne pas les laisser apparaître au hasard en faisant de ta vie un état de partage, d’entraide et de réalisation. C’est la voie de l’émerveillement.

Une chanson des Beatles – Across The Universe

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

À chaque intersection   2 comments

YouAreHereGalaxy

Nous avons peu d’opportunité de prendre le temps de considérer que de notre perspective, il est tout à fait vrai que nous allons, au cours de notre vie, visiter bien des communautés, traverser des milliers d’intersections et rencontrer des milliers de personnes.

Toutefois, ces communautés, ces intersections et ces personnes ne se retrouvent réunies que dans notre vision et personne d’autre n’aura cette vision d’ensemble.

De même que nous ne pourrons pas voir les communautés, les intersections et les personnes qui se trouvent derrière le regard des autres.

Nous tenons pour acquis que nous avons le même référent, les mêmes opportunités pour faire des choix.

Mais c’est faux.

Les personnes autour de nous ne sont pas les figurants de notre seule représentation du monde, nous ne pouvons pas prendre une parole, un geste, un regard ou un comportement et rendre cette personne captive de notre interprétation des choses. Ce serait trop simple, trop réducteur.

Souvent, nous préférons nous conter des histoires au lieu de lire la réalité. Peut-être est-ce du fait que nous imaginons que cela fera toujours moins mal.

Et pourtant, il y a tant de personnes, d’intersections et de communautés à découvrir, toutes les voies sont possibles, et c’est le cœur et la conscience qui fera la différence.

Oser prendre le risque de rencontrer l’autre, ne pas le changer, le vouloir, le prendre, mais se connecter simplement, échanger un sourire, se regarder, et vivre comme deux âmes ayant accepté de montrer leur vulnérable beauté.

À chaque intersection, il y a ce choix de vivre autrement.

Une chanson de U2 – Where the streets have no name

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Le matin des opportunités   Leave a comment

Capteur de rêves

Le soleil vient d’émerger de derrière les montages et le temps façonne le jour petit à petit.

De cette grande toile qui se déploie tel un capteur de rêve, je compte apporter une énergie toute spéciale au fil que j’entretiens dans cette grande œuvre.

Je suis plus qu’un fil parmi la multitude, je suis ce qui sera avec toi notre présent, la métamorphose des mauvais rêves par l’éveil à la vie.

Quelle joie merveilleuse de sentir le jour reprendre ses couleurs et, nous d’avoir encore une fois cette opportunité de réaliser ce qui nous tient réellement à cœur.

Chaque éveil est une opportunité de transformer ses rêves et de se réaliser.

Bon matin.

 

Une chanson de Christophe Maé – L’Attrape-Rêves

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Publié 16 juin 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

%d blogueurs aiment cette page :