Archives du tag ‘inter relié

Mes maîtres anciens, Chemin   Leave a comment

elevation

J’ai plaisir à revisiter mes maîtres anciens qui à chaque fois, me font découvrir des enseignements merveilleux.

Par exemple, le maître Chemin, qui m’a appris la valeur de mes pas. Il m’a appris à faire la distinction entre se déplacer et avancer.

Chemin m’a appris l’importance de l’attention dans un monde ou tout va toujours plus vite. Apprendre, peu importe la vitesse de sa foulée à observer la route, à prendre conscience de l’endroit où nous sommes, à être présence à chaque endroit et non pas juste en transit.

Pour cela, Chemin m’a parlé des qualités à développer en tant que passant et voyageur de vie.

C’est un privilège immense de pouvoir vivre. De la naissance à la mort, nous pouvons faire plus que passer, nous pouvons devenir un être meilleur qui fait la différence à chaque rencontre. Une personne qui fait plus que passé et qui relie.

Chemin ne cesse de répéter que peu importe la route que nous choisirons, aucun ne constitue en soir une destination ou encore mène vers une finalité ultime. Le passant et voyageur de vie foule la terre afin de le relier plus profondément à la présence, à l’instant, à la découverte et à la gratitude.

Il n’y a pas de voie spécifique pour une finalité, que ce soit le bonheur, l’amour, la réussite ou la guérison. Il n’y a pas de route vers l’éveil ou sa réalisation finale. Il n’y a que les jours et les nuits, constitués de nos expirations et inspirations, de nos pas et nos pauses, de nos escales, de nos rencontres, de l’entraide et de la culture du passant et voyageur de vie.  Vous savez, cette culture de soi qui au fil des pas, amène les moissons merveilleuses.

Il y a des passants et voyageurs de vie qui font des voyages merveilleux dans des contrées inconnues en restant à la maison. Les plus beaux voyages se réalisent à partir de la conscience que nous avons du lieu où nous sommes. L’espace et le temps ne sont que des éléments d’une signalisation qu’un esprit libre peut transcender, par exemple en sortant des sentiers battus.

Mes maîtres anciens, Montagne, Soleil, Rivière, Vent, et Arbre pour ne nommer que ceux-ci sont riches d’enseignement. Je vous invite tout comme moi à les revisiter de temps en temps.

Une chanson de Richard Séguin – L’Ange Vagabond

Les paroles sur http://laboiteauxparoles.com/titre/44008/Richard_S%C3%A9guin_L_ange_vagabond

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

 

Nos reflets   Leave a comment

image-ecrire

Les conversations sont des parcelles d’attention et de partage pour illustrer une infime représentation de notre vie. Ce sont des reflets minuscules ne rendre pas compte réellement de notre expérience humaine acquise. Par la conversation, en langage verbal ou gestuel nous réfléchissons la vie que nous portons.

Et, il n’y a pas uniquement les conversations pour illustrer ce que nous émettons comme reflets. Il y a les textes, les dessins, les chansons, la musique, la peinture, le théâtre, la danse et j’en passe. Toutes ces formes de reflets que nous pouvons réfléchir ne reproduisent qu’une infime dimension de notre expérience humaine, même si ceux-ci ouvrent parfois des perspectives vers une vision de l’infini.

Il est possible de transcender ces différentes formes de langages ou d’expression, et d’accéder directement à notre nature propre. Ce n’est que lorsque nous sommes affranchis de toutes les projections souvent sous forme d’explications, d’idées, de croyances et de préjugés que nous pouvons vivre directement ce qui est.

Nous en faisons l’expérience à petite échelle lorsque nous vivons quelque chose de sublime, comme la naissance d’un enfant, des retrouvailles mémorables ou la création d’une oeuvre, nous laissant sans voix, sans mots, incapables de décrire, nous amenant à oublier soudainement notre vie pour vivre pleinement le présent offert.

Une pièce musicale de Michel Pepe – Samsara

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 29 juillet 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Apprendre à « Être » avec un arbre   Leave a comment

pensees-jean-souvenance-L-EGiYA2

Apprendre à « Être » avec un arbre. Quand on sort dans la nature, si l’on s’applique à être tout simplement là avec un arbre, pendant un moment, à regarder où l’on s’appuie contre son tronc, on commence alors à ressentir sa force, sa sérénité, même si le vent souffle, même s’il pleut. On est conscient, sans penser. On découvre l’essence même du monde en lui et par conséquent en nous.

Nous pouvons faire de même avec les gens au lieu de les « étiqueter » d’emblée comme nous le faisons généralement. Lorsque nous rencontrons une personne, certaines pensées et jugements nous viennent à l’esprit. Nous l’avons déjà cataloguée et ne sommes donc plus vraiment en communication avec elle, mais avec nos propres critères.

Plus on se ferme à la réalité, moins l’on s’émerveille de la vie qui se déploie continuellement en soi et des rencontres que l’on fait. Laissons-nous donc surprendre et gardons notre innocence à l’égard des autres.

Françoise Réveillet dans Petites pensées pour voyager léger

Une chanson Everyday People | Turnaround Arts | Playing For Change

Publié 30 juin 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , ,

Notre humanité   Leave a comment

Mains monde2

Qu’est-ce qui a du sens? Qu’est-ce qui est de la plus grande importance dans la vie?

Est-ce réellement ce que nous aurons accompli?

Avoir réussi des réalisations par son métier ou par l’expression de son art est certainement gratifiant. Avoir mis au monde quelque chose par soi, nos enfants. Avoir planté de la vie sur un bout de terre, avoir accompagné sans trop s’immiscer ou encore avoir composé des chansons, avoir écrit quelques lignes. Tout cela a rempli notre vie d’instants de bonheur.

Toutefois, par delà toutes ces réalisations qui importent, je ne le nie pas, l’accomplissement par le don, le partage de notre essence m’apparaît au cœur de notre humanité et de notre raison d’être. Je me sens encore si loin de cet idéal.

Par exemple, lorsque nous référons au mot « pardon », qui de sa source Latine per-donare exprime la « perfection du don », il y a matière à trouver un sens. Dans cette voie de la perfection du don, il y a une indication de se libérer de ses chaînes et de se pardonner à soi-même d’avoir blessé autrui, de s’être laissé blesser, et de reprendre un regard neuf et serein sur la beauté infinie qui nous entoure au lieu de nous cantonner dans nos ruminations.

Ce n’est pas que la vie n’a pas de sens, ce qui nous ensorcelle c’est cette idée qu’elle doit n’avoir qu’un sens, qu’une perspective et qu’une vision.

Qu’est-ce qui compte ? Peut-être d’être inter relié à la vie, en osmose, en phase et de participer, de se donner pour entretenir plus que soi, notre humanité.

 

Une chanson de HK – J’ai marché jusqu’à vous

Les paroles sur https://asile.ch/2017/02/07/hk-kaddour-hadadi-jai-marche-jusqua/

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 12 juin 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

Le voyage miraculeux   Leave a comment

ImAGE Naisance du monde

Une petite brise est suffisante pour transporter le pollen et générer des champs de fleurs, et une simple pierre au fond d’une rivière contribue à purifier l’eau.

Rien n’est inutile et tout peut arriver. Une petite étincelle peut enflammer la forêt, un sourire peut changer la vie d’un passant et la rendre brusquement plus joyeuse.

Être requiert de l’attention, car il est facile d’isoler un seul élément et de le trouver imparfait. Puis, on se met à espérer un monde meilleur, avec des liens, avec du sens, mais ce n’est pas suffisant, cela ne sera jamais suffisant lorsque l’on s’éloigne de l’instant et de la présence.

Une rivière ne peut pas survivre sans être alimentée par sa source, sans avoir une voie d’appartenance dans lequel elle pourra y faire son nid, sans franchir des obstacles lui permettant de générer un courant et purifier son eau, sans avoir des plantes, du bois et des êtres vivants pour établir un habitat naturel et sain.

Il en est de même pour les humains.

Tout se tient, tout est inter relié, interdépendant.

La naissance permet de réaliser notre minuscule voyage miraculeux.

 

Une chanson de Daniel Bélanger – Spoutnik

Les paroles sur http://www.danielbelanger.com/lyrics.php?lyrics=780

 

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Désêtre   Leave a comment

Avant de mourir

je souhaiterais continuer à désêtre

vivre ici et maintenant

délaissant l’observateur,

le commentateur,

le rapporteur en nous

et cesser d’être quelqu’un

entrer dans notre humanité

saisissant la clarté lumineuse environnante

sans la composer, ou la décomposer

simplement là

sans tenter une représentation

vivant et paisible

apportant cette joie contagieuse comparable

à un paysage, une fleur, un nuage,

partageant avec ceux qui m’entourent

ce qui est plus grand

la nature inter relié

 en laissant les lambeaux d’égo

se perdre au chemin du temps

et l’espace d’un instant,

ressentir le vide incommensurable

du je ne suis pas

 désêtre…

rire en étant présent autrement.

 

Une chanson Bryan Adams, Rod Stewart, Sting – All For Love

Les paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/253850.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

 

Le fil de sa vie   Leave a comment

 

Et si ce matin t’apportait une nouvelle opportunité… une autre vision des choses, l’espace d’un court instant.

Ainsi, au lieu de nous voir tous en lien avec nos différences, nous pourrions voir les fils de vie qui nous relient tel des rayons de soleil.

Les trames qui supportent certains parcours seraient maintenant très apparentes et interreliées

Nous découvrions que certaines personnes sont dans un parcours de soie, d’autres dans un parcours de lin, et ainsi de suite. La multitude de tissus nous apparaîtrait alors nécessaire, même essentielle, et bien qu’aucun tissu n’est mieux qu’un autre, la diversité des textures, des couleurs et des fibres définirait cette réalité ambiante et teinterait notre appréciation.

Il nous serait alors possible de comprendre que les personnes qui nous sont éloignées ou inconnues peuvent contribuer à une trame importante de notre vie.

Tout nous apparaîtrait interrelié, interdépendant à dessein plus grand que notre rationalité.

L’espace d’un court moment, ce matin, nous pourrions voir chaque humain contribuant à la trame qui l’enveloppe par le fil de sa vie.

Une chanson de Daniel Bélanger – Le fil

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

 

 

Publié 11 novembre 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , ,

%d blogueurs aiment cette page :