Archives du tag ‘partage

L’écho joyeux partagé   Leave a comment

IS_140912_cj8zy_rire-istock_sn635

On serait tenté de penser que la joie et la gaieté n’apparaissent que dans des conditions de légèreté, quand nous sommes relaxes et la tête vide.

Pourtant, il y a d’autres états qui nous nourrissent d’une joie différente et intense.

Par exemple, quand l’attention lucide, cet état porté par la conscience et l’amour, se présente. L’instant devient alors le reflet d’une énergie nouvelle et gaie. Vous savez ces états de réalisation de soi où nous sommes en phase avec ceux qui nous entoure.

C’est dans ces moments furtifs et si précieux ou nous avons donné, faisant en sorte que nous entendons chanter la peinture, que nous voyons danser des poèmes, que nous voyons se graver le silence, bref je vous vois sourire …. Je veux dire ces moments de grâce ou nous sortons des sensations établies, des cadres définis et que nous arrivons difficilement à bien décrire.

L’émerveillement, c’est sentir vibrer la vie en soi, et la gratitude, c’est d’en faire l’écho.

Jamais il ne faut l’oublier.

La porte de la sérénité est actionnée par la joie.

Je vous partage cette belle joie vécue aujourd’hui pour ne pas que se perdent ces états. À vous de donner au suivant si le cœur vous en chante.

 

Une chanson de Zaz – Si jamais j’oublie

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/1024281.html

 

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 30 août 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , , ,

Matrice des arômes de l’essence de la vie   Leave a comment

L’autre jour, elle me demandait comme mieux doser les épices de notre vie. J’ai encore beaucoup à apprendre de l’art culinaire de la vie, mais j’ai partagé ce que j’en sais, et je lui ai parlé des aromates de base.

Par exemple, la jalousie, la culpabilité, le jugement et la culpabilisation font en sorte qu’une vie devient rapidement très relevée, on peut en perdre son goût réel par la brûlure qu’ils provoquent.

Par contre, si nous voulons y maintenir le goût et apprécier les nuances, il importe d’apprivoiser l’épice du silence pour vivre cette sensation de naître de nulle part, d’être simplement là, et d’avoir besoin de n’aller nulle part. La patience, la compassion, l’empathie, le partage et l’acceptation sont aussi des épices très savoureuses.

En étant simplement maintenant, malgré le fait que tout continue de changer autour de nous, notre conscience capte sans rien retenir toutes les saveurs intenses qui germent en nous, c’est ce qui permet de composer son propre goût de la vie.

Il n’y a plus de je ou de nous, juste une présence ordinaire.

On ne pense à rien, on ne fait qu’être ce que nous sommes.

C’est par ces instants furtifs ou nous sommes en phase avec la vie en la goûtant, que ce soit lors d’un coucher de soleil, la naissance d’un enfant ou encore devant ton propre sourire, que nous nous rendons compte que nous sommes participants à un grand festin.

C’est la matrice des arômes de l’essence de la vie qui est présente au sein de notre nature propre.

Lesquelles désires-tu entretenir?

Une chanson de Camille – Festin

Les paroles sur https://genius.com/Camille-le-festin-lyrics

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

 

Transmettre   Leave a comment

Heart shaped splash

Il y a deux sortes d’intelligence : l’une, acquise- comme l’écolier qui mémorise les faits et des concepts tirés des livres ou des leçons du maître-, rassemble les informations issues des sciences traditionnelles et nouvelles.

Cette intelligence nous élève dans le monde.

Elle nous classe devant ou derrière les autres en fonction de notre capacité à retenir les informations. Cette intelligence nous permet de visiter des champs de connaissances, d’accumuler toujours plus de signes sur nos ardoises.

Mais il existe une autre sorte l’ardoise, déjà complète et inscrite en nous. Une source qui déborde de son bassin. Une fraîcheur au centre de la poitrine. Cette autre intelligence jamais ne croupit ni stagne. Fluide, elle ne s’écoule pas de l’extérieur vers l’intérieur par les tuyaux de la connaissance.

Cette seconde intelligence est une fontaine qui jaillit de soi, vers l’extérieur.

Rûmı

*

Quoi que vous fassiez, faites-le avec le désir de servir la vie. Servez les êtres humains avec compassion, et si votre but est de contribuer à leur bien-être et que vous faites cela de plein gré, cela rencontrera alors votre besoin de contribuer, et quand nous donnons de cette manière-là, il devient très difficile et très subtil en fait, de dire qui donne et qui reçoit.

Marshall B. Rosenberg

*

Si je devais retenir trois choses apprises en Terre inconnue :

– Nous ne sommes rien sans les autres.

– Si quelqu’un nous dit quelque chose de désagréable sur quelqu’un d’autre, surtout ne pas le répéter.

– Le sourire provoque le meilleur chez tous ceux que l’on croise.

Du livre Transmettre de Caroline Lesire, Catherine Gueguen, Christophe André, Céline Alvarez, Frédéric Lenoir, Ilios Kotsou et Matthieu Ricard

 

Une chanson de Israel Kamakawiwo’ole – Over The Rainbow

Les paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/249202.html

Publié 24 août 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , ,

L’incroyable Marrec   Leave a comment

Marrec, vieux loup de mer, rentre au port où un gamin l’attend.

Il va lui raconter, bien à sa manière, l’histoire de sa plus belle pêche…

Publié 12 août 2018 par dandanjean dans Réflexions trouvées à partager

Tag(s) associé(s) : , ,

Unique et irremplaçable   Leave a comment

ImAGE champs

Si la note disait :

Ce n’est pas une note qui fait une musique,

Il n’y aurait pas de symphonie.

Si le mot disait :

Ce n’est pas un mot qui peut faire une page,

Il n’y aurait pas de livre.

Si la pierre disait :

Ce n’est pas une pierre qui peut monter un mur,

Il n’y aurait pas de maison.

Si la goutte d’eau disait :

Ce n’est pas une goutte d’eau qui peut faire une rivière,

Il n’y aurait pas d’océan.

Si le grain de blé disait :

Ce n’est pas un grain de blé qui peut ensemencer un champ,

Il n’y aurait pas de moisson.

Si l’homme disait :

Ce n’est pas un geste d’amour qui peut sauver l’humanité,

Il n’y aurait jamais de justice et de paix,

De dignité, de justice et bonheur sur la terre.

Comme la symphonie a besoin de chaque note,

Comme le livre a besoin de chaque mot,

Comme la maison a besoin de chaque pierre,

Comme l’océan a besoin de chaque goutte d’eau,

Comme la moisson a besoin de chaque grain de blé,

L’humanité toute entière a besoin de Toi,

Là où tu es, unique et donc irremplaçable.

Michel Quoist dans Parle-moi d’amour

 

Une chanson d’America – I need you

Les paroles en français sur  http://paroles-traductions.com/chanson/montrer/4596949/america/paroles-et-traduction-i-need-you/

P.S. Une grande prestation au Festival d’été de Québec mervcredi dernier.

Publié 13 juillet 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , ,

Lazare   Leave a comment

En fouillant dans une décharge de carnaval, la jeune Amy et son oiseau mécano-robotique trouve une vieille clé rouillée et la remonte.

Film d’animation réalisé dans le cadre de la formation cinéma d’animation 3D de l’école ESMA (promo 2017).

Publié 2 juillet 2018 par dandanjean dans Réflexions trouvées à partager

Tag(s) associé(s) : , ,

Pour notre éveil   Leave a comment

visage_souriant_a_lenvers_sticker_rond-rd7c897a72a2f4652b7b8d1aa4610d1f0_v9waf_8byvr_512

Nous connaissons tous des éveils différents, à différents moments et à différents lieux. Et pourtant, cet événement nous relit. Pas besoin de faire ensemble pour se reconnaître.

Il y en a qui aussitôt après l’éveil font la Salutation au soleil, il y en a d’autres qui font du tai-chi, d’autres de la méditation et d’autres se font un café.

J’aimerais te partager la salutation du sourire, d’un sourire qui vient du fond du cœur, simple, joyeux et reconnaissant.

J’aimerais que malgré le fait que nous sommes seuls, chacun de notre côté, ce sourire attise une intuition physique et débordante de joie, d’être ensemble. De reconnaître par le courant de notre sang que nous sommes d’une mer veilleuse d’humanité.

La joie est quelque chose qui plane sans attachement, d’un sourire à l’autre, d’un émerveillement à l’autre. Il suffit d’être là.

On ne s’en rend pas compte, car nous sommes souvent omnibullés par cette idée folle que les objets ou les événements créer la joie!

 

Une chanson de Louis Chedid – On ne dit jamais assez aux gens qu’on aime qu’on les aime

Les paroles sur https://www.paroles.net/louis-chedid/paroles-on-ne-dit-jamais-assez-aux-gens-qu-on-aime-qu-on-les-aime

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 2 juillet 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , ,

%d blogueurs aiment cette page :