Une pause musicale avec SINSEMILIA

Et si on se souriait

un peu plus

Je suis prêt à parier

Qu’ici on s’écouterait

un peu plus

Peut être  même qu’on se comprendrait

Oui si on se regardait

un peu plus

Peut-être qu’on comprendrait

Qu’ici nos destins sont liés

Bien plus

qu’on nous l’a enseigné

SINSEMILIA – Et si

Le 4ème mage

arton5164

Une vieille légende raconte que lorsque les mages repartirent de Bethléem, lorsqu’ils eurent disparu loin derrière les collines avec leurs dromadaires, un quatrième mage se présenta devant Jésus, Marie et Joseph…

Il venait de bien loin: sa patrie était le pays qui baigne le Golfe Persique. Lorsqu’il avait vu l’étoile se lever, il avait décidé de tout quitter, de tout abandonner et de se laisser guider pas cette nouvelle lumière. Avec lui, il avait emporté son trésor le plus rare: trois perles précieuses aussi grosses que des œufs de pigeon.

En chemin, il s’arrêta dans une hôtellerie et c’est en entrant dans la salle des voyageurs, qu’il aperçut, étendu sur un banc, un vieillard amaigri et tremblant de fièvre. Nul ne savait qui il était mais comme sa bourse était vide, il devait être jeté dehors le lendemain. A sa vue, le mage ne put s’empêcher de prendre une perle à sa ceinture, de la donner à l’aubergiste pour qu’il s’occupe de l’homme et qu’il trouve un médecin qui lui procure des soins…

Le lendemain notre ami repartit. La route suivait une vallée déserte où d’énormes rochers se dressaient épars entre les taillis de térébinthe et de genêts en fleurs d’or. Soudain, le mage entendit un cri: des soldats s’étaient emparés d’une jeune femme et s’apprêtaient à la violenter. Pour la seconde fois, le voyageur mit la main à sa ceinture, prit une nouvelle perle et l’offrit aux soldats en échange de la délivrance de la jeune femme…

Vers midi, notre marcheur aperçut une ville en feu. En s’approchant, il vit un soldat qui s’attaquait à un tout jeune enfant et une mère affolée qui suppliait. Notre homme tira la dernière perle de sa ceinture et la donna au soldat afin qu’il rendit l’enfant à sa mère…

Maintenant, le soir tombait; le calme était revenu et le mage arrivait devant l’étable où Jésus venait de naître. Il poussa lentement la porte, contempla Marie qui berçait doucement l’enfant puis s’approcha et se prosterna humblement en murmurant: « Seigneur, pardonne-moi, je n’ai rien à t’offrir, j’arrive les mains vides… »

Alors, il raconta son histoire…

Quand le mage eut achevé son récit, le silence régna dans la pièce. Pendant un instant, le voyageur resta le front appuyé contre le sol. Puis, il osa lever les yeux… Il reçut alors en plein cœur, le visage rayonnant de Jésus et des yeux qui lui faisaient l’offrande de leur plus merveilleux sourire…

D’après un conte de Joannes Joergensen

Une chanson de Marie Michèle Desrosiers – Marche Des Rois Mages

Les paroles sur https://www.paroles.net/chants-de-noel/paroles-la-marche-des-rois

Le sens de Noël

Sapins de livres

Pour beaucoup, la préparation de Noël, c’est de préparer une liste de cadeaux, de magasiner, d’emballer, de mettre sous l’arbre puis de faire le réveillon en distribuant les cadeaux après un bon repas.  C’est un rituel tout de même plaisant et festif.

Pour moi cette fête est une occasion de renaître, une célébration de la vie et de l’accueil. J’ai toujours en mémoire cette histoire d’un enfant né humblement. Alors que sa mère était sur le point d’accoucher, un recensement obligatoire fut décrété par l’empereur romain Auguste. Or, pour se faire recenser, il fallait retourner dans sa ville natale. Ils ont entrepris donc de se rendre à Bethléem dont il était originaire. Toutefois à l’arrivée à Bethléem, aucun hôtelier ne voulut les accueillir, toutes les places étant, semble-t-il, prises. C’est finalement dans une étable qu’ils ont trouvé refuge, un lieu simple et dépouillé entouré de personnes accueillantes offrant l’essentiel, soit l’accueil et le soutien.

La réunion des personnes chères autour d’un repas en est une belle reproduction. Dans l’esprit de cette fête, cette rencontre permet de faire ce que nous aimons et désirons, de le partager et de servir l’autre.

C’est pour moi le sens de cette fête. Renouer avec l’opportunité de renaître différemment, de réaliser ce qui nous tient à cœur, de faire plaisir et de servir les autres pour faire à notre mesure un monde meilleur.

Nous sommes toujours plus fort ensemble. C’est dans ces moments de grâce et de partage qu’il devient difficile de discerner réellement qui donne et qui reçoit.

Une chanson Feliz Navidad avec Playing For Change

L.es paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/256724.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Les âmes en partage

ImAge feu

Il y aura toujours des gens pour ne pas accepter la vie telle qu’elle est.  Cela fait partie de l’ordre des choses, il y a cette diversité d’opinions qui constitue en soi notre richesse.

Nous devons apprendre à être critiques, à regarder comment certains hommes vivent à constater nous voir sourire de leurs comportements, et même en avoir pitié. La limite à ne pas franchir est de les empêcher à poursuivre leur chemin sous prétexte qu’il est différent de celui que nous poursuivons.

Il y a un deuil à faire d’une illusion réconfortante. Personne ne peut fusionner son âme à l’âme d’un autre. Même quand deux êtres se rapprochent et se collent l’un vers l’autre, partagent des secrets et tout l’or de leur intimité, leurs âmes demeurent comme deux foyers d’une même flamme. Pour rejoindre l’autre, il faut délaisser l’enveloppe corporelle, et tenter de faire cela en demeurant vivant, ce qui est un immense défi.

À défaut de pouvoir se rejoindre, les âmes se partagent la chaleur et la lumière. Accepter la diversité, la singularité, nécessite d’accepter inconditionnellement que l’âme ne puisse choisir l’intensité de la chaleur ou de la lumière qu’elle veut partager. Par ailleurs, partager de la chaleur et de la lumière ne diminue en rien notre capacité, car la flamme ne fait que se multiplier.

L’œuvre de la vie naît par la division puis croit par le partage et l’acceptation. C’est pourquoi il est important de respecter la voie des autres.

Une chanson de Fiori Seguin Ca fait du bien

Les paroles sur https://www.boiteachansons.net/Partitions/Fiori-Seguin/Ca-fait-du-bien.php

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

L’écho joyeux partagé

IS_140912_cj8zy_rire-istock_sn635

On serait tenté de penser que la joie et la gaieté n’apparaissent que dans des conditions de légèreté, quand nous sommes relaxes et la tête vide.

Pourtant, il y a d’autres états qui nous nourrissent d’une joie différente et intense.

Par exemple, quand l’attention lucide, cet état porté par la conscience et l’amour, se présente. L’instant devient alors le reflet d’une énergie nouvelle et gaie. Vous savez ces états de réalisation de soi où nous sommes en phase avec ceux qui nous entoure.

C’est dans ces moments furtifs et si précieux ou nous avons donné, faisant en sorte que nous entendons chanter la peinture, que nous voyons danser des poèmes, que nous voyons se graver le silence, bref je vous vois sourire …. Je veux dire ces moments de grâce ou nous sortons des sensations établies, des cadres définis et que nous arrivons difficilement à bien décrire.

L’émerveillement, c’est sentir vibrer la vie en soi, et la gratitude, c’est d’en faire l’écho.

Jamais il ne faut l’oublier.

La porte de la sérénité est actionnée par la joie.

Je vous partage cette belle joie vécue aujourd’hui pour ne pas que se perdent ces états. À vous de donner au suivant si le cœur vous en chante.

 

Une chanson de Zaz – Si jamais j’oublie

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/1024281.html

 

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Matrice des arômes de l’essence de la vie

L’autre jour, elle me demandait comme mieux doser les épices de notre vie. J’ai encore beaucoup à apprendre de l’art culinaire de la vie, mais j’ai partagé ce que j’en sais, et je lui ai parlé des aromates de base.

Par exemple, la jalousie, la culpabilité, le jugement et la culpabilisation font en sorte qu’une vie devient rapidement très relevée, on peut en perdre son goût réel par la brûlure qu’ils provoquent.

Par contre, si nous voulons y maintenir le goût et apprécier les nuances, il importe d’apprivoiser l’épice du silence pour vivre cette sensation de naître de nulle part, d’être simplement là, et d’avoir besoin de n’aller nulle part. La patience, la compassion, l’empathie, le partage et l’acceptation sont aussi des épices très savoureuses.

En étant simplement maintenant, malgré le fait que tout continue de changer autour de nous, notre conscience capte sans rien retenir toutes les saveurs intenses qui germent en nous, c’est ce qui permet de composer son propre goût de la vie.

Il n’y a plus de je ou de nous, juste une présence ordinaire.

On ne pense à rien, on ne fait qu’être ce que nous sommes.

C’est par ces instants furtifs ou nous sommes en phase avec la vie en la goûtant, que ce soit lors d’un coucher de soleil, la naissance d’un enfant ou encore devant ton propre sourire, que nous nous rendons compte que nous sommes participants à un grand festin.

C’est la matrice des arômes de l’essence de la vie qui est présente au sein de notre nature propre.

Lesquelles désires-tu entretenir?

Une chanson de Camille – Festin

Les paroles sur https://genius.com/Camille-le-festin-lyrics

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.