Archives du tag ‘pensée

Conseils d’une amie pour des temps difficiles   Leave a comment

Tibet Drapeaux de prière

L’espoir et la peur proviennent de l’impression de manquer de quelque chose ; ils viennent d’un sentiment de carence. Il nous est tout simplement impossible de nous détendre avec nous-mêmes. Nous nous accrochons à l’espoir et l’espoir nous dérobe l’instant présent. Nous avons l’impression que quelqu’un d’autre sait ce qui se passe, mais qu’il nous manque quelque chose et que, par conséquent, quelque chose manque à notre monde.

*

Ce que nous haïssons en nous-mêmes, nous le haïrons chez les autres. Dans la mesure où nous avons de la compassion pour nous-mêmes, nous en aurons aussi pour les autres. Éprouver de la compassion commence et finit en ayant de la compassion pour toutes ces parts non désirées de nous-mêmes, toutes ces imperfections que nous ne voulons même pas regarder. La compassion n’est pas une sorte de programme de croissance personnelle ou un idéal selon lequel nous voudrions vivre.

*

Nous ferions mieux d’arrêter de lutter contre nos pensées et de comprendre que l’honnêteté et l’humour sont une bien plus grande source d’inspiration et d’aide que toutes sortes d’efforts religieux solennels pour ou contre quoi que ce soit.

*

La vie est un bon maître et un bon ami. Les choses sont toujours transitoires, si seulement nous pouvions nous en rendre compte. Jamais rien ne se résout de la façon dont nous le rêvions.

Pema Chödrön dans Conseils d’une amie pour des temps difficiles

Une pièce musicale de Max Richter – The Consolations of Philosophy

 

Publié 28 septembre 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , ,

L’être senti mental   Leave a comment

Visage lotus om

On disait d’elle qu’elle était une femme très originale. Elle vivait chaque rencontre, chaque instant avec l’esprit de l’émerveillement, sans tenir compte de la durée.

Lorsque des personnes lui demandaient comment elle faisait pour avoir un tel calme, un tel détachement, tout en riant, elle répondait qu’elle avait découvert que nous ne sommes pas nos pensées, nous sommes bien plus que cela et que nous pouvons nous en détacher comme on renouvelle de vêtements. C’est une question d’hygiène pour elle. Non pas que les pensées étaient inutiles, au contraire. Mais c’étaient avant tout des barques de passage pour permettre d’atteindre l’autre rive. La destination est rarement l’embarcation.

Beaucoup de gens autour d’elle s’en moquaient, car ils se servaient du répertoire de leurs pensées pour établir leur pouvoir et déterminer leur territoire. Ils n’étaient pas conscients de l’enclos dans lequel ils s’enfermaient.

Elle aimait répéter à qui voulait l’entendre que la pensée seule est porteuse d’attache qui fige l’esprit au ras du sol. Il lui faut l’union avec l’amour pour que se révèle la part de notre humanité qui est sentie mentale.

Ce n’est qu’à partir de cette union qu’il est possible de dire tout ce qu’il faut avec peu de mots et peu de temps.

Une chanson de Fred Pellerin – Silence

Les paroles sont dans la vidéo

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 24 septembre 2018 par dandanjean dans Contes, Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

L’artisan de sa vie   2 comments

Visage couleur

Imagine que tes pensées, tes sentiments, tes désirs, tes passions, tes actions sont les mains qui façonnent ton visage.  Parfois, avec de la couleur, parfois en étirant la peau, parfois, en creusant les sillons, parfois en faisons des petits monticules.

Dès la naissance, tu es déjà à l’œuvre. Toutes tes humeurs, tes actions, tes pensées et tes sentiments façonnent ton visage selon qu’ils soient assumés ou refoulés.

Il y a des joies et des chagrins qui marquent des époques, et qui illustrent la personnalité.

Avec l’âge, nous en rajoutons en appliquant parfois un maquillage pour exprimer plus fortement certains traits, ou une crème pour cacher les sillons qui racontent notre histoire.  Vous savez, ces sillons remplis d’étreintes, de refoulement de secret dévoilé ou de sommet atteint.

Bien que nos mains façonnent jour après jour notre visage, le masque de notre vie ne vise pas ultimement à cacher, mais à faire en sorte d’être reconnu, accueilli, accepté et aimé.

Et pour la personne aimante qui sait écouter, elle sait saisir la beauté de notre âme qui transparaît dans notre regard et s’exprime par notre voix.

 

Une chanson de Jean-Pierre Ferland interprétée par Terez Montcalm – Ton visage

Les paroles sur http://www.cyberus.ca/~rg/ch_f004.htm

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

 

Publié 29 juin 2018 par dandanjean dans Contes, Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Essais d’empirisme radical   Leave a comment

Québec

Permettez donc que je me résume — trop sommairement, et en style dogmatique — dans les six thèses suivantes:

 1- La Conscience, telle qu’on l’entend ordinairement, n’existe pas, pas plus que la Matière, à laquelle Berkeley a donné le coup de grâce;

 2- Ce qui existe et forme la part de vérité que le mot de “Conscience” recouvre, c’est la susceptibilité que possèdent les parties de l’expérience d’être rapportées ou connues;

 3- Cette susceptibilité s’explique par le fait que certaines expériences peuvent mener les unes aux autres par des expériences intermédiaires nettement caractérisées, de telle sorte que les unes se trouvent jouer le rôle de choses connues, les autres celui de sujets connaissants ;

4- On peut parfaitement définir ces deux rôles sans sortir de la trame de l’expérience même, et sans invoquer rien de transcendant;

 5- Les attributions sujet et objet, représenté et représentatif, chose et pensée, signifient donc une distinction pratique qui est de la dernière importance, mais qui est d’ordre FONCTIONNEL seulement, et nullement ontologique comme le dualisme classique se la représente;

 6- En fin de compte, les choses et les pensées ne sont point foncièrement hétérogènes, mais elles sont faites d’une même étoffe, étoffe qu’on ne peut définir comme telle, mais seulement éprouver, et que l’on peut nommer, si on veut, l’étoffe de l’expérience en général.

William James dans Essais d’empirisme radical

Une chanson de Björk – Human Behavior

Les âroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/247513.html

Publié 14 juin 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

Rien ne libère autant que la joie   Leave a comment

ImAGE descndre du ciel

Vous êtes partout où sont vos pensées. Assurez-vous que vos pensées sont bien là où vous voulez qu’elles soient. N’oubliez jamais ceci : Il ne vous est jamais donné d’épreuve que vous ne puissiez surmonter.

*

Écoute ! Dans la vie, on marche sur un pont très étroit.

Ce qui est le plus important, c’est de ne pas céder à la peur.

*

Ne demande jamais ton chemin à quelqu’un qui le connaît, car tu pourrais ne pas t’égarer.

*

La véritable joie est atteinte en ne regardant que ce qu’il y a de bon en nous-mêmes, chez autrui et dans toutes les situations.

*

Si tu crois que tu peux faire du tort, alors dis-toi que tu peux le réparer. Si tu crois que tu peux faire souffrir, alors dis-toi que tu peux guérir.

*

Rien ne libère autant que la joie. Elle affranchit l’esprit et l’emplit de calme. Perdre espoir c’est un peu perdre sa liberté, c’est un peu perdre ce que l’on est.

*

Rabbi Nahman de Bratslav

Une chanson de Leonard Cohen interprétée par Damien Rice – Famous Blue Raincoat

Les paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/258800-leonard-cohen-famous-blue-raincoat.html

Publié 26 mars 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , ,

Faire grandir en soi   Leave a comment

mandala-colorie-mandareve-etoile-lespoir-L-V0gbox

Il n’y a de liberté que dans l’intégration absolue.

Il n’y a pas de liberté en sortant, en s’excluant de la roue de la vie.

Une liberté en s’intégrant, en retrouvant le sens d’une appartenance.

Une appartenance à quelque chose qui est de l’ordre de la roue mais pas une roue fermée

Une roue beaucoup plus vaste que la représentation qu’on en a.

Pour cette raison, cela à un sens de faire grandir ce que nous appelons la sensation, l’émotion ou la pensée, dans la mesure où c’est se déployer, s’intégrer à une intelligence plus vaste que l’ensemble des parties qui la constituent.

Yvan Amar – La pensée comme voie d’éveil

 

Une chanson de Jean-Pierre Ferland interprétée par Bruno Pelletier – Un peu plus haut

 

Un peu plus haut, un peu plus loin
Je veux aller un peu plus loin
Je veux voir comment c’est, là-haut
Garde mon bras et tiens ma main

Un peu plus haut, un peu plus loin
Je veux aller encore plus loin
Laisse mon bras, mais tiens ma main
Je n’irai pas plus loin qu’il faut

Encore un pas, encore un saut
Une tempête et un ruisseau
Prends garde! Prends garde: j’ai laissé ta main
Attends-moi là-bas: je reviens

Encore un pas, un petit pas
Encore un saut et je suis là,
Là-haut, si je ne tombe pas…
Non! J’y suis! Je ne tombe pas!

C’est beau! C’est beau!
Si tu voyais le monde au fond, là-bas
C’est beau! C’est beau!
La mer plus petite que soi
Mais tu ne me vois pas

Un peu plus loin, un peu plus seul
Je n’veux pas être loin tout seul
Viens voir ici comme on est bien
Quand on est haut, oh! comme on est bien

Un peu plus haut, un peu plus loin
Je n’peux plus te tenir la main
Dis-moi comment j’ai pu monter,
Comment r’descendre sans tomber

Un peu plus loin, un peu plus fort
Encore un saut! Essaye encore!
Je voudrais te tendre les bras;
Je suis trop haut, tu es trop bas

Encore un pas, un petit pas
Tu es trop loin! Je t’aime!
Adieu! Adieu! Je reviendrai
Si je redescends sans tomber

C’est beau! C’est beau!
Si tu voyais le monde au fond, là-bas
C’est beau! C’est beau!
La mer plus petite que soi
Mais tu ne la vois pas

Un peu plus haut, un peu plus loin
Je veux aller encore plus loin
Peut-être bien qu’un peu plus haut,
Je trouverai d’autres chemins

Publié 3 décembre 2017 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

La science comme outil de création   Leave a comment

La science ou la physique peut-elles tout expliquer? Une présentation de la vision d’Étienne Klein sur la représentation du monde ou ce que nous pouvons en comprendre. Le monde selon Étienne Klein.

 

%d blogueurs aiment cette page :