Archives du tag ‘Perception

Mathnawî, La quête de l’absolu   Leave a comment

yin-and-yang-1947878_1920-1.jpg

Quand le miroir de ton cœur deviendra clair et pur, tu contempleras des images en dehors de ce monde d’eau et d’argile. Tu contempleras à la fois l’image et Le Faiseur D’images ; à la fois le tapis du royaume et Celui Qui étend le Tapis.

*

Ce monde est une montagne, et notre action est le cri : c’est à nous que revient l’écho de ces cris.

*

Ce qui est de la mer va vers la mer : cela retourne au même endroit d’où cela est venu :

Du sommet des montagnes les torrents impétueux, et de notre corps l’âme dont le mouvement est imprégné d’amour.

*

La découverte de ce trésor caché, c’est la connaissance de soi. Le soleil est la Réalité, la vérité éclatante ; celui qui ne la voit pas n’est qu’un aveugle. La mer est le symbole de l’Unité, et l’écume celui du monde phénoménal, de la multiplicité. Les vagues ne sont que de l’eau et le mouvement de cette eau ; pourtant, en apparence, elles ont une existence individuelle, alors qu’en dehors de l’existence de l’océan, elles ne sont rien d’autre que de l’eau et une illusion.

Djalâl-od-Dîn Rûmî dans Mathnawî, La quête de l’absolu

Une chanson de Sting et Cheb Mami – DESERT ROSE

Les paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/244817.html

Publié 12 juillet 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Par delà la quête d’images   Leave a comment

matin

J’ai voulu apprendre toutes les techniques pour devenir un bon photographe. J’ai acheté le meilleur matériel, j’ai suivi tous les cours disponibles. Pourtant, je n’arrivais pas à faire la photo que je désirais, qui allait toucher le fond de mon cœur.  Je voyais toujours la photo d’une autre ou d’un autre me faire cet effet.

J’ai persévéré, j’ai travaillé fort et sans relâche. Mais ce n’était pas assez.

Il m’a fallu du temps pour comprendre une vérité toute simple qui couvre tellement de domaine artistique ou de développement de soi.

Il faut savoir prendre le bon focus. Un photographe qui a réussi la photo désirée n’essaie pas de représenter la réalité telle que tout le monde la perçoit, il s’éloigne de ce concept d’objectivité toute relative. Bien au contraire, il va plutôt teinter avec ses impressions et ses sensations ressenties au moment de déclencher l’obturateur.

L’idée n’est donc pas de capter la réalité, mais avant tout de découvrir votre vision, de l’a décelé, de la faire évoluer, de l’adapter et de parvenir à obtenir une photo qui soit l’expression de soi à partir d’un appareil qui en fait un cliché.

La photographie n’est pas une quête d’images perçues, mais de vision.

En fait, quel que soit l’art ou la discipline, c’est avant tout une question de présence et de vision.

Une chanson de Peter Gabriel – In Your Eyes

Les paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/260781.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 4 juin 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Étienne Klein et les clichés de vie   Leave a comment

La science est une quête pour saisir ce qui se cache derrière les perceptions, mais si nous nous attardons à celles-ci, que nous dit l’observé?

Publié 16 mai 2018 par dandanjean dans Débats à partager

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Un point de vue unique   Leave a comment

ImAGE ouverture

Il est si facile d’oublier que nous vivons dans un monde où chacun à sa propre représentation, son propre angle de vision. Ce que nous concevons nous est unique.

En fait, personne ne peut réellement se mettre à la place de l’autre, car si vous le faites, vous constaterez que pendant qu’une personne prend votre place, vous êtes déjà ailleurs. Ultimement, c’est une question de survie. Notre perception est unique.

C’est en prenant conscience que le monde est constitué de cette diversité de perceptions, de cette richesse collective, que nous prenons conscience de la futilité d’imposer sa propre vérité.

Il devient alors plus judicieux de partager nos parcours, de céder sa place pour permettre à l’autre de se faire sa propre représentation du point de vue où nous étions, mais avec son propre bagage et ses propres perceptions, etc.

Dans la même perspective, lorsque nous entreprenons une nouvelle action, il devient important de s’assumer, d’assumer notre perspective, d’assumer nos valeurs, et de faire le deuil de les faire cautionner par les autres. C’est la voie de la résilience menant à la compassion.

Une chanson de Luc De Larochellière – J’ai vu

les paroles et les accords sur https://www.boiteachansons.net/Partitions/Luc-De-Larochelliere/J-ai-vu.php

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 16 mai 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , ,

Les pièges de la généralisation et de l’un   Leave a comment

ImAGE unique

C’est en fixant notre esprit, nos croyances, que nous nouons les diversités de la vie en un seul phénomène. C’est le piège de vouloir tout ramener à l’un, ou à tous, en généralisant.

En faisant des généralisations, nous tronquons la réalité, nous la falsifions afin d’y accoler un sens pour nous. Tous les Québécois sont comme cela. Tous les hommes sont d’éternels enfants. Toutes les femmes sont des mères en devenir.

Le mot Un n’est pas mieux. Il y a un sens à la vie. Il y a un chemin à suivre, une raison, un parti ou un vrai dieu. Il peut en prendre du temps pour se rendre compte que la prise de pensée totalitaire est présente en nous et est le froment de la violence que notre humanité subit. Tout ce qui sera produit à partir de cela aura toujours le même goût.

Rien de commun entre l’Un et la singularité, entre la conception du monde à partir d’une généralisation ou à partir d’une perception où tout est relié et tient ensemble.

Le sens unique est dangereux, car il n’est pas compatible avec le sens inverse et il génère des chocs frontaux…et il n’y a plus de sens.

La singularité est une affirmation spontanée de la vie, et un élément vital de la substance humaine. On ne devrait pas traiter comme un sujet méprisable la personne humaine qui est hors norme, bien au contraire.

L’effet pervers, c’est de vouloir réduire l’humain à un concept unique et de le couper en deux, avec une part à atteindre, la partie noble et l’autre part méprisable à rejeter.

Pourtant, accepter l’humain dans son intégrité, dans sa singularité, apporte une diversité de sens, propice aux rencontres, créant des perspectives de découvertes et d’émerveillement.

 

Une chanson de David Gilmour – Wish you were here

Les paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/246823.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Le pouvoir des perceptions   Leave a comment

ImAGE_rêve papillon

L’insatisfaction s’insinue dans notre esprit. Ce qui est n’est pas assez. Et cette perception de manque initie subtilement le mouvement.

Ce manque ne peut rester sans représentation, il nous faut une cause, et ainsi nous ouvrons la porte à l’envie.

L’envie fait le lien avec le désir non satisfait, ils se transforment en besoin.

Le besoin à cette faculté de canaliser l’esprit sur l’objet du désir, alors il crée à son tour un vide autour de nous. Paradoxalement, ce mouvement initié par l’insatisfaction crée plus de vide et se nourrit de manque.

J’ai parfois l’impression que c’est de là que vient l’avidité, quand nous vivons à vide.

La quête de ce qui peut combler ce vide engendre une tension, une peur de ne pas trouver, de ne pas avoir les ressources, de rester dans le manque.

Cette peur nous amène souvent à nous retrouver coincés dans un choix passé, dans la zone de confort.

C’est à ce point que nous pouvons devenir dépendants de notre quête pour répondre aux insatisfactions, et en choisissant de nous laisser vivre ou de survivre, nous trouverons un compromis puis tout repartira à nouveau.

Ou encore nous pouvons choisir d’être et de créer de la vie, et ce, en renouant avec le sens de notre vie, notre nature propre. Pour émerger de l’insatisfaction quotidienne, il est nécessaire de sortir de nos perceptions et d’oser sortir des sentiers battus pour nous réaliser et pour faire ce pour quoi nous sommes faits.

 

Une chanson de Nirvana – Smells Like Teen Spirit – interprétée par le Live Orchestra and Choir Version

Les paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/242898-nirvana-smells-like-teen-spirit.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Le paradoxe de Robin des Bois   Leave a comment

Un partage d’une grande amie.

Fabrice et Axel sont auteurs et réalisateurs de la websérie « Et tout le monde s’en fout » nous fait cheminer vers une autre représentation du monde ou on pourrait croire uniquement des choses qui nous rendent heureux ?

Ça vous plairait ?

Pourquoi on a peur de perdre nos croyances…

Publié 4 février 2018 par dandanjean dans Réflexions trouvées à partager

Tag(s) associé(s) : , ,

%d blogueurs aiment cette page :