Archives du tag ‘représentation

Créer ce dont nous avons besoin   Leave a comment

Il est si facile d’oublier que la vie est un présent merveilleux, elle est belle. Plus nous nous rapprochons de cette acceptation inconditionnelle d’être, avec émerveillement et bonté, plus l’aboutissement de nos expériences nous permet de nous réaliser pleinement.

Ce qui nous guide, ces signes parsemés sur notre chemin de vie n’ont aucune existence véritable. Et pourtant, il n’y a pas d’autre façon que de s’ancrer précisément sur ces signes pour découvrir l’inexistence de ceux-ci. Le paradoxe peut paraître déroutant.

Tout le rapport que nous établissons avec notre environnement et ultimement la vie, lors des événements particuliers ou lors des situations courantes de notre existence, est basé sur ce que nous créons pour avancer sur notre chemin de vie.

Pendant que nous marchons dans la nature, nous pouvons dépasser le sentier et franchir la vacuité de l’espace d’un instant.

Nous pouvons passer beaucoup de temps à tenter de rattraper sur le chemin de notre propre vie le pas que nous initions.  Et le jour où nous prenons conscience qu’elle est la destination, se posent l’espace et le temps au fond de notre propre nature. Alors, toute forme de signalisation devient inutile.

Une chanson d’Arcade Fire – Signs of Life

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 5 juin 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Au delà des représentations délimitées   Leave a comment

ImAGE univrs

L’énergie de la créativité réside dans cette capacité de se détacher des formes qu’impose notre conception de la réalité. Lorsque la conscience est attachée aux formes imposées par l’espace et le temps, elle est réduite qu’à ces dimensions.

En sortir, c’est ouvrir d’autres perspectives, d’autres dimensions et d’autres conceptions. Cet ailleurs qui nous est inconnu nous sort de notre zone de confort et nous permet de regarder la réalité sans rien attacher à soi. Il est alors possible de sortir du domaine de nos expériences, de nos pensées, de nos sentiments, auxquelles le mécanisme de notre psychisme accole des formes déterminées.

L’énergie de la créativité s’alimente alors des capteurs sans filtres qui accueillent, et interprètent les manifestations de la vie.

Les artistes novateurs sont à l’image de ces hommes ou femmes, sages, passeurs et pionniers de ce monde qui ont fait la différence.

Ils ont exprimé cette capacité de rester instantanément dans cette captation impersonnelle. Leurs états d’attention créative sont ces moments ou cessent l’identification à des représentations limitées, permettant l’expérimentation du jeu de la vie, avec émerveillement et conscience.

Une chanson de Roger Hodgson – Fool’s Overture

Les paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/257760.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Elif Shafak dans Soufi mon amour   1 comment

g_Chaillot13sfDerviches01a

Ne tente pas de résister aux changements qui s’imposent à toi. Au contraire, laisse la vie continuer en toi. Et ne t’inquiète pas que ta vie soit sens dessus dessous. Comment sais tu que le sens auquel tu es habitué est meilleur que celui à venir ?

*

La quête de l’Amour nous change. Tous ceux qui sont partis à la recherche de l’Amour ont mûri en chemin. Dès l’instant ou vous commencez à chercher l’Amour, vous commencez à changer intérieurement et extérieurement.

*

Le passé est une interprétation.

L’avenir est une illusion.

Le monde ne passe pas à travers le temps comme s’il était une ligne droite allant du passé à l’avenir.

Non, le temps progresse à travers nous, en nous, en spirales sans fin.

L’éternité ne signifie pas le temps infini mais simplement l’absence de temps.

Si tu veux faire l’expérience de l’illumination éternelle, ignore le passé et l’avenir, concentre ton esprit et reste dans le moment présent.

*

Ne te demande pas ou la route va te conduire. Concentre-toi sur le premier pas. C’est le plus difficile à faire.

*

Est, Ouest, Sud, ou Nord, il n’y a pas de différence. Peu importe votre destination assurez-vous seulement de faire de chaque voyage un voyage intérieur. Si vous voyagez intérieurement, vous parcourez le monde entier et au-delà

Elif Shafak – Soufi mon amour

 

Une pièce musicale – Danza Sufi

Publié 15 mars 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

L’espace prend la forme de mon regard   Leave a comment

Vent frais sur la figure. Bruits de pas dans les feuilles. Douce lumière qui tombe des grands nuages blancs. Tapis de pervenches et d’anémones étalées sous les grands troncs de la forêt. Pures merveilles…

Capturer cet instant harmonieux. S’insérer dans le courant du temps. Percevoir le battement de l’existence qui passe. La vie est une succession d’instants.

*

Pour tirer le meilleur parti des connaissances acquises, pour en extraire toute la richesse, il importe de ne pas s’y habituer trop vite, de se laisser le temps de la surprise et de l’étonnement.

*

La question n’est pas de savoir si Dieu existe ou non. Mais plutôt: qui est-Il, et à quoi joue-t-Il?

*

La nature est éclatante d’intelligence. Chaque fois que nous inventons une technique nouvelle, nous découvrons qu’elle la maîtrise depuis longtemps et bien mieux que nous.

*

Les gens meurent, mais la vie a une façon de continuer comme si de rien n’était. Il faut voir la mort non pas comme un arrêt, mais comme un relais, à l’image du coureur grec qui transmettait la flamme olympique avant de s’écrouler. Notre vie est courte mais notre espèce est de longue durée. Nous portons la responsabilité des maillons dans une chaîne.

*

Distinguer le  » raisonnable  » et le  » rationnel « . Le premier inclut l’intuition et l’affectif. Le second n’implique qu’un déroulement correct du processus logique.

Hubert Reeves dans L’espace prend la forme de mon regard

 

Une pièce musicale Zbigniew Preisner – Hymn of Love

Publié 13 mars 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , ,

À la portée de main   Leave a comment

 

P1070793

Il leva la main, il cherchait à toucher la vérité, et maintenant il cherchait vers le ciel.

Il avait déjà sondé des centaines de livres qu’il avait pris entre les mains, puis il avait exploré avec une manette le contenu de la télévision en parcourant d’innombrables chaînes et tellement d’émissions.

Il avait pris le bâton du marcheur et il avait parcouru les limites de ses frontières afin d’aller à la rencontre de la vérité, sans la croiser, il avait même déposé ses doigts sur le clavier et navigué au cœur de la réalité virtuelle sur Internet, puis il s’était mis à écrire et à écrire, exprimant ses attentes et ses questions, mais il était toujours sans réponses.

Maintenant, sa main balayait le ciel, mais en vain. Il canalisait toute son attention sur ce qui sortait de l’ordinaire, sur ce qui serait nouveau, et cela faisait déjà longtemps qu’il touchait sa quête sans la percevoir.

La vie, les livres, les films, la terre que nous foulons, l’interconnexion par Internet, les mots et même le vent contiennent une réalité impénétrable à celui qui dépose le voile de sa propre conception du monde sur tout ce qui l’entoure.

Une chanson de Jean-Jacques Goldman – Veiller tard

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/906880.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

 

 

 

 

Publié 13 janvier 2018 par dandanjean dans Contes, Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Ma représentation   4 comments

J’ai été longtemps incapable de reconnaître mon reflet lorsque je me regardais devant un miroir. Je me regardais, et je voyais l’autre, tout désir que j’étais. Mon image s’était effacée derrière le reflet de ma représentation de toi.

Intrigué, j’en ai parlé à quelques personnes de mon entourage, et parmi ceux qui n’étaient pas en représentation afin de préserver leur image inventée, on me disait qu’ils vivaient la même chose.

Il peut s’écouler beaucoup de temps pour sortir du moule préfabriqué de nos conventions sociales, et laisser émerger ce que nous sommes réellement. Au début, lorsque le moule se fendille, les éclats de lumière sont éblouissants et nous avons ce mouvement de recul initié par la peur et le doute.

Le matin, devant le miroir qui réfléchit, avons-nous réellement conscience de la représentation que nous émettons?

J’ai pris du temps à me voir, puis à apprécier cette image, et cela va de Soi, de te redécouvrir sans les attaches des attentes et dépendances.

Aujourd’hui, je n’ai plus besoin de tendre la main au ciel pour y arracher une étoile afin de donner un sens à mes rêves sur la terre. Je lève les yeux, et nos présences se rejoignent, interdépendantes et sereines.

Une chanson de Laurent Voulzy – Le Miroir

« Cheveux flous ou relevés, et oeil de biche en bleu vert doré, joues mouchetées ou pailletées, la bouche en coeur, rouge baiser. Chemisier ou raz du cou, et collier fou, ou foulard indien, doux jean serré (ah) jusqu´aux genoux, robe longue sans rien dessous. Un soupçon doux exotique, et une touche (ah) enigmatique, sensuelle voire erotique (ah) tu te plais c´est systematique. (ah) Mais tu pleures dans ton miroir, ton seigneur, ton grimoire. Tu fais vivre ton visage, et tu te cherches sous le bon éclairage, peau de peche et dents sauvages, ou tu te fais à ton image. Juste cool (ah) aphrodisiaque et ingénue démoniaque, oui tu te cherches, tu as le knack , apretée tu es d´attaque. Et tu t´aimes dans ton miroir, ton esclave, ton grimoire. Et je t´aime sans espoir, toi tu aimes ton miroir. (Chorum) . Miroir, grimoire, collier fou, à genoux, baisers, pailleté, courage, visage. Miroir, grimoire, chemisiers, relevé, serré, pailleté (ah)

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

Publié 2 novembre 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

Sa propre nature   Leave a comment

P1020810

Chaque avancée technologique apporte un plus grand éventail de moyens pour mieux découvrir l’univers qui nous entoure. La création de l’écriture, puis l’imprimerie et récemment l’ordinateur ont été des avancées fulgurantes pour mieux connaître. Mes ancêtres avaient une idée imprécise de leur visage, ils pouvaient l’entrevoir par le reflet d’un lac, et encore là, ce n’était qu’une image floue. La création du miroir a renversé la perspective. L’image de soi est devenue un enjeu personnel et le selfi pousse cet enjeu plus loin.

Nous nous sommes forgé une représentation de soi, idéalisés et souvent monochromes. Il en faut du temps pour accueillir et accepter toutes les facettes de notre être incluant surtout nos imperfections et nos contradictions.

Il ne s’agit pas seulement ici de changer de costumes, entre ceux du travail et ceux de la maison, ceux de l’entraînement et ceux de la sortie avec les amis. C’est l’enjeu d’habiter ce que nous portons, ce que nous faisons en assumant pleinement leur dimension. Ainsi, nous nous rapprochons de ce qui conditionne nos personnalités multiples. Alors, il est possible de réellement devenir présents à soi, attentifs aux pensées et aux émotions, et d’accomplir chaque geste avec conscience tout en restant ouverts à l’autre.

Chaque personnalité que nous forgeons est un cadre limité exprimant qu’une facette de notre vie. S’attacher à l’une d’elles, ou quelques-unes restera toujours de la dépendance à une image tronquée de soi. Nous sommes plus que l’habit que nous portons, nous sommes plus que le maquillage que nous portons, nous sommes plus que le rôle que nous occupons. Le miroir ne renvoie que le reflet d’un contour de soi.

La personne libérée, authentique et consciente s’adapte aux situations et aux personnes par delà le rôle, le personnage, l’acteur, le metteur en scène, voire le concepteur. Elle est sa nature propre jaillissant des différentes facettes de sa beauté.

Une chanson de Céline Dion – On ne change pas

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Publié 9 septembre 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , , ,

%d blogueurs aiment cette page :