Archives du tag ‘Respect

D’où vient la minute de silence ?   Leave a comment

Dans la rue, dans les stades, à l’Assemblée nationale… Les minutes de silence semblent s’être multipliées ces dernières années. A l’Assemblée par exemple, entre 1998 et 2016, leur fréquence annuelle a été multipliée par trois. On pourrait penser que le phénomène est dû à l’augmentation du nombre d’attentats terroristes. Mais il y a d’autres explications. Notamment le fait qu’on observe des minutes de silence pour de plus en plus de raisons.   Alors, pourquoi y en a-t-il plus aujourd’hui ? D’où vient cette tradition ? Et surtout, pourquoi les minutes de silence ne durent jamais une minute ? Explications.

Publié 8 novembre 2018 par dandanjean dans Réflexions trouvées à partager

Tag(s) associé(s) : , , ,

Tout s’accélère   2 comments

Tout s’accélère est un  extrait du film HOME de Yann Arthus-Bertrand

Un passage nous exposant une réalité, notre action sur Terre vu du ciel.

Publié 11 août 2018 par dandanjean dans Réflexions trouvées à partager

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Le test de trois demandes secrètes   2 comments

ImAGE Visages

Une directrice d’un service public eut un jour l’idée de faire une expérience pour faire comprendre à certains employés l’importance du travail. Elle convoqua trois de ses employés et demanda à chacun d’entre eux de traiter chacun une demande secrète, une demande de service dont les noms ont été effacés et de le traiter dans les meilleurs délais. Elle exigea de faire ce travail en toute discrétion, de ne pas demander d’aide et de ne pas déléguer cette mission particulière.

Les employés s’étonnèrent de ce travail à effectuer, mais s’exécutèrent.

Le premier employé tenait à agir avec diligence, et ce même s’il ne connaissait pas le nom de la personne à servir dans le but de satisfaire sa directrice et compléta la demande de service avec le plus de précision possible en s’assurant qu’aucun avantage auquel la personne avait droit ne fut oublié.

Le deuxième employé était convaincu que la directrice ne prêterait pas attention au traitement de la demande et qu’elle n’irait pas vérifier les détails. Il commença trois jours plus tard et il se contenta de remplir nonchalamment la demande en faisant le strict minimum sans se préoccuper de toutes les dispositions auxquelles la personne en demande aurait droit.

Enfin, le troisième employé était certain que la directrice n’allait même pas vérifier le traitement de cette demande secrète, il l’a mis de côté pour la traiter une semaine plus tard. Il se contenta de le remplir de quelques cases du formulaire et fit une recommandation négative. Ainsi, il était certain de ne pas créer un précédant en acceptant une demande à une personne qui n’aurait pas droit au service.

Dès que chaque demande fut traitée, la directrice convoqua l’employé concerné.

À chacun d’eux, elle révéla qu’elle leur avait demandé de traiter une demande d’une personne proche et appréciée.

Le premier employé fut heureux d’avoir pu aider de la meilleure façon possible une personne qu’elle appréciait.

Le second ressentit beaucoup de gêne et de culpabilité au regard du délai de traitement et de la couverture partielle de service. Il regrettait d’avoir fait vivre cela à quelqu’un qu’il aime.

Quant au troisième employé, il s’est effondré constatant le désastre qu’il venait de causer.

La directrice venait d’offrir un cadeau inestimable à ses employés. Un service public n’a de sens que si les clients sont au centre de la mission et des actions au quotidien.

La manière d’agir et de penser fera toujours la différence pour quelqu’un, à nous de choisir la qualité de la récolte.

Une chanson de ZAZ T’attends quoi

Les paroles sur https://genius.com/Zaz-tattends-quoi-lyrics

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 23 juillet 2018 par dandanjean dans Contes, Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

Ce que les murs cachent   Leave a comment

6Sl7fAfFMa1z20e7zzuXdTl72eJkfbmt4t8yenImKBVvK0kTmF0xjctABnaLJIm9

Il est sain d’aborder la lecture d’un livre, les conférences en prenant soin de demeurer critique et lucide au regard de ce que nous sommes au regard de ce que la personne nous communique. L’endoctrinement c’est justement de perdre ses propres repères et de se fondre dans celles de la personne qui nous communique ses idées.

Par exemple, comme beaucoup de personnes, j’ai un profond respect pour l’œuvre de Confucius. Nous pouvons convenir que sa pensée à influencer profondément la Chine. Il y a beaucoup de perles de sagesse dans ses propos, à l’image d’un grand temple, où la lumière est tellement belle lorsqu’elle est filtrée par les vitraux. Nous devons toutefois demeurer conscients et vigilants au regard de la présence des murs et de ce qu’il y a d’écrit sur ceux-ci.

Sur les murs du temple de Confucius, il est écrit qu’une femme n’a pas d’âme. Pour Confucius, la femme est un corps, un peu comme un animal de compagnie, et en ce sens, la tuer n’est pas un meurtre.

Encore aujourd’hui, nous retrouvons ce type de conception ailleurs dans le monde où un mari peut contrôler, malmener, voire tuer sa femme impunément.

Beaucoup de personnes vouent un culte à Confucius en raison de sa sagesse. Il a surement apporté des perles de sagesse par ses rayons de lumière, tout comme ces pays qui ne respectent pas l’âme de la femme et qui malgré cela apportent sur d’autres plans des choses merveilleuses.

La conscience bienveillante vise à prendre l’énergie de ces rayons de lumière si précieux pour se nourrir, et avec persévérance et non-violence, avancer vers les murs faire des brèches afin de laisser entrer un éclairage nouveau rempli de compassion sur les mots gravés sur les murs de la division et de l’ignorance.

Une chanson de Daran interprétée avec Louis-Jean Cormier – Une sorte d’église

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/908871.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Le plat du jour   Leave a comment

Je suis de ceux qui cuisinent sans recette établie. Je regarde les légumes, parfois j’ajoute de la viande et je laisse aller l’humeur du goût. Je n’ai pas de recettes à proposer, mais j’ai à partager des expériences qui furent intéressantes, des agencements heureux, et des mélanges d’épices divins.

Sur ce blogue, vous ne trouverez pas de recettes prêt-à-porter, des opinions, des expériences, des visions contradictoires, vous allez retrouver les petites perles qui ont allumé des lumières scintillantes en moi. Rien de magique, tout est simplement humain. Pas de clichés, de phrases toutes faites, aucune proposition à l’adhésion à des codes d’une société secrète ou d’une école de pensée.

Je vis, je partage des perceptions, j’ose l’entraide. Je sais qu’il est difficile de faire ses marques soi-même, et j’ai du respect pour ceux qui essaient. J’aimerais aider à susciter des envies de se relever après nos chutes.

Je n’ai pas d’intérêt à expliquer comment le monde fonctionne, comme mieux le comprendre, comment le justifier ou le condamner.

J’aimerais illustrer que la vie est un Présent, un instant à la fois, partager cette capacité d’aimer la vie et les gens qui nous entourent, de partager quelques émerveillements simples et profonds. J’aimerais être de ces personnes qui ont évité de demander de reproduire leur propre vie, mais qui a su éveiller l’amour de soi au profit du sens commun.

J’écris en tentant de nous donner le goût de nous alimenter sainement de nos expériences de vie. J’écris pour susciter des recettes d’éveil au goût, au plaisir, aux épices de la diversité et au partage spirituel. Je ne sais pas faire le plat parfait, je ne suis pas cuisinier, j’aime seulement préparer des repas, et je fais avec amour et attention le plat que je désire te partager.

Une chanson de Stacey Kent – Les Eaux de Mars

Les paroles sur https://genius.com/Stacey-kent-les-eaux-de-mars-lyrics

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Le 5e rêve   Leave a comment

Swift Deer, Shaman Navajo au Dolphin Council à Ojai :

Au début, le Grand Esprit dormait dans le rien. Son sommeil durait depuis l’éternité. Et puis soudain, nul ne sait pourquoi, dans la nuit, il fit un rêve. En lui, gonfla un immense désir… Et il rêva la lumière, ce fut le premier rêve, la toute première route.

Longtemps, la lumière chercha son accomplissement, son extase. Quand finalement elle trouva, elle vit que c’était la transparence, et la transparence régna. Mais voilà qu’à son tour, ayant exploré tous les jeux de couleurs qu’elle pouvait imaginer, la transparence s’emplit du désir d’autre chose. A son tour, elle fit un rêve. Elle qui était si légère, elle rêva d’être lourde. Alors apparut le caillou. Et ce fut le deuxième rêve, la deuxième route.

Longtemps, le caillou chercha son extase, son accomplissement. Quand finalement, il trouva, il vit que c’était le cristal et le cristal régna. Mais à son tour, ayant exploré tous les jeux lumineux de ses aiguilles de verre, le cristal s’emplit du désir d’autre chose, qui le dépasserait. A son tour, il se mit à rêver lui qui était si solennel, si droit, si dur, il rêva de tendresse, de souplesse et de fragilité; alors apparut la fleur. Et ce fut le troisième rêve, la troisième route.

Longtemps, la fleur, ce sexe de parfum, chercha son accomplissement, son extase. Quand enfin elle trouva, elle vit que c’était l’arbre et l’arbre régna sur le monde. Mais vous connaissez les arbres, on ne trouve pas plus rêveurs qu’eux (ne vous amusez à pénétrer alors dans une forêt qui fait un cauchemar). L’arbre, à son tour, fit un rêve. Lui qui était si ancré à la terre, il rêva de la parcourir librement, follement, de vagabonder au travers d’elle. Alors apparut le ver de terre. Et ce fut le quatrième rêve, la quatrième route.

Longtemps, le ver de terre chercha son accomplissement, son extase. Dans sa quête, il prit tour à tour la forme du porc-épic, de l’aigle, du puma, du serpent à sonnette. Longtemps, il tâtonna et puis un beau jour, dans une immense éclaboussure… Au beau milieu de l’océan, un être très étrange surgit, en qui toutes les bêtes de la terre trouvèrent leur accomplissement, et ils virent que c’était la baleine ! Longtemps cette montagne de musique régna sur le monde. Et tout aurait peut-être dû en rester là, car c’était très beau. Seulement voilà… Après avoir chanté pendant des lunes et des lunes, la baleine, à son tour, ne put s’empêcher de s’emplir d’un désir fou. Elle qui vivait fondue dans le monde, elle rêva de s’en détacher. Alors … !

Alors, brusquement, nous sommes apparus, nous les hommes, car nous sommes le cinquième rêve, la cinquième route, en marche vers le cinquième accomplissement, la cinquième extase.

Teresa Carolyn McLuhan dans Pieds nus sur la terre sacrée

Une chanson de Chloé Sainte-Marie – E pamutelan e peikussian – Innu

 

Nous sommes l’Humanité   Leave a comment

Nous sommes l’Humanité, le documentaire avec les jarawas

Signez la pétition pour protéger les Jarawa : organicthejarawa.com/signez-la-petition

Il est possible de s’impliquer dans la Campagne pour les Jarawas : organicthejarawa.com/rejoignez-nous

Ou de faire un don : organicthejarawa.com/faites-un-don

Publié 25 février 2018 par dandanjean dans Débats à partager

Tag(s) associé(s) : , , ,

%d blogueurs aiment cette page :