Archives du tag ‘rire

La voie du sourire et du rire   Leave a comment

ImAGE Rires

Il y a des cadeaux que nous pouvons nous offrir qui change une vie. S’ouvrir à la bienveillance, la pratiquer dans un premier temps envers soi-même en est un précieux. Cette bienveillance peut illuminer l’obscurité des temps difficiles. Elle peut faire la différence.

Cette attitude joyeuse et accueillante peut, et cela même durant le temps difficile, abaisser la tension et nous faire voir les choses autrement.

Par exemple, elle peut nous aider à arrêter de faire de la méditation, et de commencer à réellement méditer, à entraîner notre esprit à avoir de meilleures dispositions. Les choses se placent tout doucement et tout devient plus simple, car nous arrêtons alors de lutter contre nos pensées afin de les éteindre, et nous prenons conscience d’elles avec honnêteté et lâcher-prise.

Cette nouvelle disposition libère l’énergie de l’humour, cette capacité à illustrer la joie d’être. Je sais que cela peut sembler pas sérieux comme approche, et c’est le but.

Le sourire et le rire sont de grandes sources d’inspiration et d’aide, ils s’avèrent souvent plus efficaces à semer un changement d’attitude et d’ouverture que tous les discours pour ou contre quoi que ce soit. La lutte nous mènera toujours qu’à un champ de bataille.

Une chanson de Zaz – On ira

Les paroles sur : https://www.lacoccinelle.net/847205.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

Les petits dons importants   Leave a comment

Monde actes

Tout le monde est capable de faire un don important,

Car l’importance ne relève pas de la quantité,

Mais des dispositions du cœur.

Un don est toujours important pour la personne reconnue.

Que ce soit un don d’organe,

un don de sang,

un don d’argent

ou un de temps,

Chaque geste peut faire la différence

Et il illustre de belles perles d’humanité.

Cette prise de conscience

Que nous pouvons faire la différence pour un autre,

Comme souvent nous avons pu le vivre nous même,

Et d’en apprécier soi-même l’effet sur notre vie,

Fait en sorte que l’espace d’humanité s’agrandit

Ainsi, ce que nous apportons aux autres,

Par notre présence au quotidien,

Par nos sourires

Nos gestes furtifs d’entraide

Scintillent tels les plus beaux trésors que la terre porte,

Bonifiant la vie de tous, incluant soi-même.

Les plus beaux dons ne sont pas issus de la pitié,

Ils émanent avec grâce de l’amour de la vie.

Une chanson de Jean-Jacques Goldman – Nos mains

Sur une arme les doigts noués

Pour agresser serrer les poings

Mais nos paumes sont pour aimer

Et pas de caresse en fermant les mains

Longues et jointes en une prière

Bien ouvertes pour acclamer

Dans un poing les choses à soustraire

On ne peut rien tendre, les doigts pliés

Quand on ouvre nos mains

Il suffit de rien dix fois rien

Il suffit d’une ou deux secondes

A peine un geste, un autre monde

Quand on ouvre nos mains

Mécanique simple et facile

Des veines et dix métacarpiens

Des phalanges aux tendons dociles

Et tu relâches ou bien tu retiens

Et des ongles faits pour griffer

Poussent au bout du mauvais côté

Celui qui menace ou désigne

De l’autre on livre nos vies dans les lignes

Quand on ouvre nos mains

Il suffit de rien dix fois rien

Il suffit d’une ou deux secondes

A peine un geste, un autre monde

Quand on ouvre nos mains

Un simple geste d’humain

Quand se desserrent ainsi nos poings

Quand s’écartent nos phalanges

Sans méfiance une arme d’échange

Des champs de bataille en jardin

Le courage du signe indien

Un cadeau d’hier à demain

Rien qu’un instant d’innocence

Un geste de reconnaissance

Quand on ouvre comme un écrin.

Quand on ouvre nos mains.

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Le secret de Rose   2 comments

263231_169137623155547_165736086829034_360383_4322127_n


C’était le premier jour de la rentrée à l’université, et notre professeur s’était présenté en nous enjoignant de faire connaissance avec quelqu’un que nous ne connaissions pas encore.
En me levant pour regarder autour de moi, je sentis une main se poser doucement sur mon épaule. En me retournant, je vis une petite vieille toute fripée qui me regardait avec un sourire radieux irradiant de tout son être.
-« Bonjour, ma jolie », me dit-elle. « Je m’appelle Rose. J’ai quatre-vingt-sept ans. Me permets-tu de te donner l´accolade? »  En riant, je lui répondis avec enthousiasme, -« Bien sûr que vous le pouvez! »
Et elle me gratifia alors d’une formidable étreinte. -« Pour quelle raison une personne si jeune et si candide comme vous est-elle à l’université? lui demandai-je.
Avec malice elle répondit,
-« Je suis là pour rencontrer un riche époux, me marier, faire deux enfants, et ensuite je profiterai de ma retraite pour voyager. »
-« Non, sérieusement, » lui  demandai-je. J’étais curieuse de savoir ce qui avait pu la motiver à relever ce défi à son âge.
-« J’ai toujours rêvé d’avoir une formation universitaire, et aujourd’hui j’en reçois une ! »; me dit-elle.
Le cours terminé, nous allâmes au foyer des étudiants siroter ensemble un milk-shake au chocolat.

Nous étions devenues amies tout de suite. Ces trois premiers mois, nous partions chaque jour après les cours dans d’interminables discussions!
J’étais inlassablement fascinée, à l’écoute de cette « machine à remonter le temps » qui partageait avec moi sa sagesse et son expérience.
Après quelque temps, Rose était devenue la coqueluche du campus et elle n’avait aucun mal à se faire des amis partout où elle allait. Elle adorait se faire élégante et se réjouissait de l’attention que lui portaient les autres étudiants. Elle s’y prêtait de bonne grâce.

À la fin du second trimestre, nous avons invité Rose à prendre la parole au banquet de notre équipe de foot. Jamais je n’oublierai les mots qu’elle nous y a dit alors. Après avoir été présentée, elle est montée sur le podium. Alors qu’elle commençait le discours qu’elle avait préparé, elle a fait tomber par terre une partie de ses notes. Frustrée et légèrement embarrassée, elle s’est alors penché sur le micro en disant simplement; -« Excusez ma nervosité.
Je ne bois plus de bière depuis le Carême, et ce whisky m’assomme ! Je ne vais jamais retrouver l’ordre de mes notes, alors permettez-moi juste de vous dire ce que je sais. »
Tandis que tout le monde s’esclaffait, elle s’est éclairci la voix et a commencé :

-« Nous ne cessons pas de jouer parce que nous sommes vieux ; nous devenons vieux parce que nous cessons de jouer. Il n’y a que quatre secrets pour rester jeune, être heureux, et connaître le succès.
1 – Il vous faut rire et faire preuve d’humour chaque jour.

2 – Il vous faut avoir un rêve. Lorsque vous perdez vos rêves, vous mourez. Vous avez tant de gens autour de vous qui sont morts et qui ne le savent même pas!

3 – Il y a une énorme différence entre vieillir et grandir. Si à dix-neuf ans vous restez dans votre lit une année entière sans rien faire d’utile, vous atteindrez vos vingt ans. J’ai quatre-vingt-sept ans, et  si je reste au lit toute une année sans faire quoi que ce soit, j’atteindrai mes quatre-vingt-huit ans.
Tout le monde sait vieillir. Cela ne nécessite ni compétence ni disposition particulières. L’idée est de grandir en trouvant toujours l’opportunité pour le changement.

4 – N’ayez aucun regret. Les personnes âgées n’ont habituellement pas de regrets pour ce qu’elles ont fait, mais bien plutôt pour ce qu’elles n’ont pas fait. Les seules à avoir peur de la mort sont celles qui ont des regrets. »

Elle a terminé son discours en chantant bravement « La Rose ».

A la fin de l’année, Rose a terminé la licence qu’elle avait entreprise durant toutes ces années.
Une semaine après avoir obtenu son diplôme, Rose est morte paisiblement pendant son sommeil.
Plus de deux mille étudiants ont assisté à ses funérailles en hommage à la femme merveilleuse qui prêchait par l’exemple qu’il n’est jamais trop tard pour devenir tout ce qu’il vous est possible d’être.

merci à Claudine Cazenave

Une chanson de Bette Midler – The Rose

Le temps de rire… et d’en rire   2 comments

ImAGE Paix verte

 

J’ai ouvert les yeux,

mais ce n’était pas assez,

je me suis levé

et j’ai ouvert la porte

puis je suis rentré.

Tout était nouveau pour moi,

j’ai pu ouvrir mon porte-monnaie

pour posséder

les biens, les relations, le statut.

Puis, on m’a demandé

d’ouvrir mon jardin secret.

J’ai accepté et j’ai partagé

ce que je cultivais

Et on m’a demandé

de lâcher prise,

Alors j’ai ouvert une fenêtre.

Puis, deux

Puis, trois,

et en fin de compte

j’ai ouvert toutes les fenêtres à ma disposition.

Et cela a fait un temps,

puis on m’a demandé

d’ouvrir mon cœur,

je l’ai fait

mais, j’ai laissé

mes mains toutes proches

pour me protéger.

Puis, j’ai donné accès

aux battements en moi.

Cela n’a pas suffi,

Et on m’a demandé

d’ouvrir mon âme,

puis, ma nature profonde,

puis,

j’ai eu peur de mourir

en ayant ouvert

tant de parcelles de moi.

J’ai eu froid dans le dos.

Et j’ai eu le goût

de refermer tout ce que j’avais ouvert,

de me coucher

et d’oublier ces demandes incessantes

Mais… mais…

J’ai préféré garder l’ouverture

tout en utilisant parfois la fermeture

pour me calmer

et sentir la joie monter

et j’ai laissé se détacher

ce qui me dépossède

j’ai repris possession de moi

et d’un simple rire,

j’ai laissé s’envoler la folle pensée

d’attendre de recevoir mon bonheur

de quelqu’un d’autre.

Nous sommes si occupés à essayer de nous ouvrir

que nous avons oublié comment se connecter,

non pas uniquement pour télécharger, recevoir,

mais aussi pour émettre et donner.

Il est si facile d’oublier

la magie qui existe

et émane de la simplicité de la vie

qui pourtant repose

autour de nous.

Alors maintenant,

si j’ouvre quelque chose,

c’est pour vivre.

Si je ferme quelque chose,

c’est pour vivre,

connecté et interdépendant.

Je ne suis pas et je vis

le souffle du temps

entre chaque battement de cœur.

 

Une chanson de Xavier Rudd et Izintaba – Time to Smile

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

 

Publié 24 juillet 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , , , ,

Devenez gais, riez!   Leave a comment

ImAGE joie

Bien sûr il y a les luttes de pouvoir, il y a ces guerriers qui tentent de conquérir le plus de territoire possible. Mais pourquoi se laisser envahir par cette vision obsolète et terne?

Le gai savoir, c’est l’art de s’élever au-dessus de cette morosité et célébrer la vie

Il y a tant de lumière à découvrir dans un sourire.

Il y a tant d’énergie dans les pas de danse qu’il est possible de faire tourner la terre autrement.

Il y a tant de choses à découvrir dans ce monde merveilleux pour celui qui est conscient que toute perception de la beauté ou de la laideur prend son origine derrière le regard.

Ce qui était une défaite peut devenir une nouvelle expérience et un nouveau gai savoir. Ce qui est une victoire peut être surmonté si nous la transposons pour le bien de tous.

Il n’y a pas de divisions naissant de l’esprit qui doivent remplacer la vie. Aujourd’hui, c’est beaucoup plus que la température, aujourd’hui, c’est beaucoup plus que l’événement, aujourd’hui, c’est beaucoup plus que ce qui te tourmente. Ce jour n’est pas qu’un soleil, ce jour n’est pas que les nuages, ce jour n’est pas que cette nouvelle qui tombe, ce jour n’est pas que notre travail.  Une telle vision réductrice ne peut qu’amener de la souffrance.

La vie n’est pas qu’une portion d’espace ou de temps, elle est majestueuse et tout être sain d’esprit devrait la préserver voir la célébrer. Alors, oublier ces guerriers conquérants et devez gais, riez!

Une chanson de Anggun et Florent Pagny – Nos vies parallèles

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

L’humour c’est sérieusement utile   Leave a comment

ImAGE enfants tibétains

 

Nous avons tous déjà fait l’expérience de l’humour. Vous êtes avec quelqu’un ou à un spectacle, et l’hilarité soulève votre cœur, vous n’arrêtez plus de rire, le présent devient si dense de joie partagée. C’est magnifique.

Le pouvoir de l’humour c’est plus que le pouvoir des mots, c’est le carnaval des émotions qui déferle sur les ailes des pensées pour chatouiller l’humeur. C’est dévoiler la réalité sous un angle différent, sous une dimension burlesque et parfois si profonde.

L’humour est cette capacité de saisir le chatouillement de la goutte d’eau que porte l’océan. Ce n’est pas la vérité, ce n’est pas la totalité de la réalité, c’est tout juste un petit bout de bonheur qui perle sur notre corps.

Il est fascinant que l’humour déclenche des rires, de l’agitation pour, en fait, amener le calme et souvent, détendre les tensions. Combien de fois une bonne blague dans un milieu de travail a permis d’éviter une montée de la tension.

Rire de ce qui nous affecte dans notre environnement externe est une façon de ne pas se laisser emprisonner par l’événement et de demeurer détaché. Et rire de soi, c’est surtout s’élever à sa plus belle part de soi, c’est se délacer de son égo et prendre la vie comme elle devrait toujours l’être un présent furtif et non une captation troublante.

Bizarrement, les gens qui ont peur d’utiliser l’humour, car ils craignent de ne pas être pris au sérieux, oublient que dans les faits, c’est parfois par cette touche d’humour que nous devenons plus vrai, plus authentiques.

Une chanson de La Puce Et Le Pianiste – Yves Duteil

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Publié 13 février 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Juste pour rire   1 comment

ImAGE Rires

Le rire est comme une forme de flamme. Tantôt par la dérision il peut embraser les passions et susciter des déflagrations de comportements indésirables.

Il peut aussi, lorsqu’il est porté par le partage, déposer au cœur de l’autre un instant de joie, telle une lumière que nous partageons et qui nous éclaire. S’il est vrai que rire de l’autre amène la noirceur, c’est tout le contraire si nous rions de soi. Une lumière éclaire ce que nous sommes et en révèle les voiles de l’illusion qui se déchirent un à un.

Le rire lumineux permet d’atteindre cet éclat de vie et de liberté, simplement. En fait le rire c’est du sérieux hihihi!

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Publié 17 septembre 2016 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

%d blogueurs aiment cette page :