La Légende de l’avenir

Peut-être nous faut-il changer de peau, et respirer un autre air.. ou une autre conscience.

Nous, les « conquérants » de toutes les limites, les « conquistadores » de toutes les découvertes, nous ne nous sommes pas aperçus d’une simple chose : notre Limite, c’est l’instrument même dont nous nous servons pour mesurer la matière et pour calculer exactement la géographie de nos propres yeux : c’est le Mental.

*

Comme les nageoires et les branchies du poisson étaient l’instrument pour mesurer leur monde, et en même temps leur limite pour devenir terrien. Ce Mental périmé, hypnotique, drogué par sa propre science, devenu tout à fait dément et barbare, c’est notre Limite immédiate à conquérir pour débarquer sur la prochaine Terre et dans notre prochain corps : un corps conscient et libre de son vieil esclavage aux prétendues « lois » de la Matière.

*

En fait, nous naissons complètement dépaysés, et il y a quelque chose en nous qui essaye perpétuellement de retrouver ses traces et son pays. Nous tâtonnons et nous mettons les traces d’une famille, d’une pensée, d’une nation, mais il y a toujours quelque chose qui manque—qui manque terriblement.

*

Nous sommes drogués par la domination de la Matière.

*

Une loi quelconque est simplement un équilibre établi par la nature, c’est une stabilisation de forces. Mais ce n’est qu’un sillon dans lequel la Nature a pris l’habitude de travailler pour obtenir certains résultats. Si vous changez de conscience, le sillon change aussi, nécessairement.

*

Nos corps ont été fatalement endoctrinés par le mental et convertis à de fausses habitudes.

*

Avec une pointe d’humour, Mère disait : « La mort est la plus enracinée de toutes les habitudes. »

Satprem dans La Légende de l’avenir

Une pièce musicale de Peter Gabriel – My Body is a cage

Les paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/958348.html