Les mots phares

image-ecrire

Apprends à utiliser les mots, apprends à t’en servir au lieu de te laisser envahir par eux.

Utilise le mot amour pour découvrir le don de soi au lieu de le voir comme un désir à assouvir.

Utiliser le mot impossible comme la limite de ton horizon et continu d’avancer, tu verras comme cette ligne se déplace.

Utilise le mot peur comme une lanterne et non le souffle qui éteint ta flamme.

Utilise le mot chance comme le résultat de tes efforts et non pas comme le résultat de l’attente.

Utilise le mot vérité comme une affaire personnelle et évite de t’en servir comme ta marque de commerce.

Utilise le mot échec comme un manuel qui t’enseigne la vie et ne laisse pas le jugement remplacer ta conscience.

Utilise le mot solidarité comme un défi pour exprimer ta singularité et non pour entrer dans le moule de l’un.

Utilise le mot partage comme un accompagnement de la présence à l’autre et non comme une preuve de ton existence.

De même, utilise le mot compassion comme une trace de notre humanité et non comme une preuve de ton existence.

Une chanson de Samian avec Anodajay – Les mots

Les paroles sur https://genius.com/Samian-les-mots-lyrics

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Le vrai Nord

lever de vie

On ne devrait pas rire des gens qui ont cru un jour au Père Noël. Leur vie durant cette période avait un sens, pas de doute, des actions posées pour appuyer cette vision, notamment des lettres envoyées au Père Noël.

L’incertitude et les périodes à vide viennent avec la perte de sens.  On ne sait plus où est le vrai Nord. Et la seule façon de s’en sortir est de faire l’effort de retrouver la bonne voie. Aller vers ce qui nous est simple, compréhensible et qui nous ressemble.

Quand nous sommes dans la forêt et que nous voulons nous orienter grâce au vrai nord, nous n’avons pas besoin de l’atteindre, juste de trouver le sens, reprendre sa voie.

Et si le délai est plus long que prévu, au lieu de s’enfermer dans sa perdition, pourquoi ne pas prendre le temps de poser un regard ouvert et attentif autour de nous? En plus d’y découvrir quelques beautés et curiosités, peut-être qu’un signe viendra baliser la voie à prendre.

Une chanson des Beatles interprétée par Rufus Wainwright – Across The Universe

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/249615-the-beatles-across-the-universe.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Une question de sens avec Matthieu Ricard

ImAGE passage

Il faut pouvoir apprécier la valeur du temps. C’est la denrée la plus précieuse que nous ayons. Sénèque disait : « Ce n’est pas que nous n’avons pas beaucoup de temps, c’est que nous en gaspillons beaucoup. »

Il ne s’agit pas seulement de profiter du moment présent, mais de l’ensemble du temps qui passe. Sinon, c’est comme de l’eau qui coule entre les doigts et dont il ne reste rien.

Vouloir meubler le temps par des distractions, des choses qui nous dispersent n’est pas bon pour les facultés cognitives et ne nous rend pas vraiment heureux.

Réapprenons à s’imprégner de la beauté d’un beau paysage, de l’immensité de la perspective et à écouter les bruits de la nature. Le son du silence, qu’est-ce qu’il y a de plus beau ? Sans être dans la résistance, on peut essayer d’être présent à soi-même au quotidien, d’être dans la profondeur de son esprit.

*

Il est trop tard pour être pessimiste.

*

Il n’y a pas de grande tâche difficile qui ne puisse être décomposée en petites tâches faciles.

*

La question n’est pas de savoir si la vie a un sens mais comment donner un sens à sa vie.

Matthieu Ricard

Une pièce musicale de Lex Van Someren – Buddha

Celui qui dit vague!

2656879_ff8b4

Je nous imagine parfois comme une vague, dans un océan où toutes les vagues sont en mouvement comme toi et moi, passant par différentes voies. Le mouvement nous pousse vers l’horizon, et nous nous disons que cela est le sens. Chaque déplacement de la masse d’eau conspire à nous pousser vers ce sens, vers ce point où nous espérons toucher l’infini.

Et durant tout le déplacement, nous vivons des tourbillons frénétiques, des courants chaleureux, des soulèvements, des courants froids, des ouragans et des accalmies. Certaines vagues disparaissent, d’autres apparaissent.

Parfois, nous sommes attirés contre une autre vague et nous sommes fascinés par son mouvement, par sa fluidité, sa lumière, ses couleurs, et nous sommes heureux de partager le mouvement d’ensemble.

Il peut arriver que cette connexion et les expériences antérieures de même nature nous permettent de reconnaître en l’autre le grand océan qui nous habite et que nous composons. C’est alors un grand privilège de voir à travers une goutte d’eau le mouvement d’ensemble du grand océan.

Alors, il devient clair que chaque vague est merveilleusement à sa place tout en étant interdépendante. Puis, nous prenons conscience que la quête d’un horizon accessible n’a plus de sens, car, par le corps de la mer, nous sommes déjà réalisés. Quand notre voix s’élève, elle s’ajoute au chant de l’océan qui recompose la vie.

Alors pour celui qui divague, l’océan n’est qu’un réceptacle de vagues. Les autres, sans divaguer, y voient la création infinie de la vie.

Une pièce musicale de John Butler – Ocean

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Juste assez imparfait

PourquoiPas

Il est surprenant de constater que nous faisons parfois des choses qui sont contraires au bon sens. Par exemple, nous savons que manger tel type de nourriture aura un effet négatif sur notre vie, que rester dans l’indécision et procrastiner ne nous fera pas avancer dans la vie, qu’adopter une conduite à grande vitesse nous mettra grandement à risque, que pratiquer des sports de combat entrainera possiblement des lésions et vous seriez capable de prolonger ma liste de beaucoup d’autres exemples.

Parfois, cela donne l’impression que ce n’est pas toujours ce qui paraît juste et vrai que nous désirons faire. Se mentir ou ne pas s’écouter permet de vivre un temps mort, et d’autre fois par un voile d’insouciance, nous voulons sortir des sentiers battus et franchir nos propres limites.

Quelle est la voie de passage entre la vérité et le fait que nous savons très bien qu’il s’agit de faire les mêmes choses que les autres pour penser de la même façon?

Bien sûr la majorité des personnes veulent vivre une vie qui a du sens, sans souffrance et porteuse de vérité bienveillante. Mais, nos parcours de vie ne sont pas tracés dans une terre où tout est bien départagé. Le terreau est un mélange toujours en changement.

Nos choix sont souvent l’expression d’une adaptation entre ce dont nous avons besoin, ce qui nous apparaît juste et ce qui donne du sens. Et il arrive souvent que ces trois paramètres ne soient pas alignés. Mais c’est sur cette base que nous apprenons à être singulier, authentique et adapté à notre imperfection.

Une chanson de Daniel Bélanger intgerprétée par Ariane Moffatt – Imparfait

Les paroles sur https://genius.com/Daniel-belanger-imparfait-lyrics

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Traversée en solitaire

Carolyn-Carlson

On ne saurait voguer, en même temps, sur plusieurs fleuves. Au niveau symbolique, un fleuve désigne une voie. Sauf exception, il est sans doute plus sage de conserver son propre cours d’eau comme lieu de pèlerinage. Toutefois, si on en choisit un autre, parce qu’il semble mieux convenir, il importe de ne pas mépriser celui qu’on a quitté.

*

Au niveau spirituel, il peut survenir un instant où on se retire d’un fleuve, en tant que voie, afin de plonger dans l’eau vive, qui les réunit tous. La lumière se passe de formes. Ce qu’on lui demande, c’est d’éclairer.

*

Pour l’ami des mystères, le sens de sa démarche, le but de son pèlerinage consiste à s’approcher du point ultime de sa dimension de profondeur, c’est-à-dire de son fond. A cet égard, les guides sont peu nombreux. Haedewijch, Eckhart, Tauler et Ruusbroec se présentent comme des initiateurs.

*

Quand le monde invisible s’entrouvre, le recueillement devient festif. Au-dedans, une atmosphère de fête se déroule. Et, cette joie, propulsée dans l’espace, rejoint tous « les mendiants de l’Absolu ».

Marie-Madeleine Davy dans Traversée en solitaire

Une chanson d’Enya – Orinoco flow

Les paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/295827.html