Archives du tag ‘un

La vision d’Ensemble   Leave a comment

247058_10151640016713638_25959218_n

Il y a des jours où tu viens jusqu’à mon rivage,

Emporté par une marée qui soulève tes émotions

Et je sais alors que ce vent qui te pousse

Est plus fort et plus puissant que ton désir.

 

Ta présence est précieuse, elle rafraichit mon corps

Elle rythme mes états d’éveil et de sommeil

Et les astres veillant aux confins de nos horizons

Partage notre secret que nous sommes interdépendants.

 

Les parties de toi que je m’approprie pour m’alimenter

Ne sont que le juste retour de l’érosion que tu pratiques

Sur mes rivages plus arides, tortueux et rigides

Nous nous fascinons mutuellement sans trop y réfléchir.

 

Nous partageons le même vent qui charrie nos états d’âme

Nous partageons le même soleil qui guide nos visions

Nous partageons la même lune qui reflète nos songes secrets

Et pourtant, si facilement nous oublions nos appartenances.

 

Je suis fait d’une singularité nourrie d’une part de toi

Tu es ta propre nature, d’une mer immense de vie

Ne laissons pas nos différences s’enfermer dans des frontières

Ce que nous divisons en nous, se soustrait à notre grandeur.

 

Une chanson de Michel Rivard interprétée par un collectif – Je voudrais voir la mer

Paroles et accords sur https://www.boiteachansons.net/Partitions/Michel-Rivard/Je-voudrais-voir-la-mer.php

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2017 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

Publié 5 décembre 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

Faire grandir en soi   Leave a comment

mandala-colorie-mandareve-etoile-lespoir-L-V0gbox

Il n’y a de liberté que dans l’intégration absolue.

Il n’y a pas de liberté en sortant, en s’excluant de la roue de la vie.

Une liberté en s’intégrant, en retrouvant le sens d’une appartenance.

Une appartenance à quelque chose qui est de l’ordre de la roue mais pas une roue fermée

Une roue beaucoup plus vaste que la représentation qu’on en a.

Pour cette raison, cela à un sens de faire grandir ce que nous appelons la sensation, l’émotion ou la pensée, dans la mesure où c’est se déployer, s’intégrer à une intelligence plus vaste que l’ensemble des parties qui la constituent.

Yvan Amar – La pensée comme voie d’éveil

 

Une chanson de Jean-Pierre Ferland interprétée par Bruno Pelletier – Un peu plus haut

 

Un peu plus haut, un peu plus loin
Je veux aller un peu plus loin
Je veux voir comment c’est, là-haut
Garde mon bras et tiens ma main

Un peu plus haut, un peu plus loin
Je veux aller encore plus loin
Laisse mon bras, mais tiens ma main
Je n’irai pas plus loin qu’il faut

Encore un pas, encore un saut
Une tempête et un ruisseau
Prends garde! Prends garde: j’ai laissé ta main
Attends-moi là-bas: je reviens

Encore un pas, un petit pas
Encore un saut et je suis là,
Là-haut, si je ne tombe pas…
Non! J’y suis! Je ne tombe pas!

C’est beau! C’est beau!
Si tu voyais le monde au fond, là-bas
C’est beau! C’est beau!
La mer plus petite que soi
Mais tu ne me vois pas

Un peu plus loin, un peu plus seul
Je n’veux pas être loin tout seul
Viens voir ici comme on est bien
Quand on est haut, oh! comme on est bien

Un peu plus haut, un peu plus loin
Je n’peux plus te tenir la main
Dis-moi comment j’ai pu monter,
Comment r’descendre sans tomber

Un peu plus loin, un peu plus fort
Encore un saut! Essaye encore!
Je voudrais te tendre les bras;
Je suis trop haut, tu es trop bas

Encore un pas, un petit pas
Tu es trop loin! Je t’aime!
Adieu! Adieu! Je reviendrai
Si je redescends sans tomber

C’est beau! C’est beau!
Si tu voyais le monde au fond, là-bas
C’est beau! C’est beau!
La mer plus petite que soi
Mais tu ne la vois pas

Un peu plus haut, un peu plus loin
Je veux aller encore plus loin
Peut-être bien qu’un peu plus haut,
Je trouverai d’autres chemins

Publié 3 décembre 2017 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

Le véritable ermitage   Leave a comment

Bouddha vert

Lors d’une promenade en forêt, une jeune femme se rendit près d’un campement ou vivait un homme qui vivait des ressources de la terre.  Certains disaient de lui qu’il était une vieille âme, un sage qui sait guider les humains. Elle s’approcha de cet homme qui préparait une boisson chaude sur le feu et elle lui demanda où elle pourrait trouver un ermitage qui lui permettrait de se réaliser. L’homme l’a regarda en souriant, et il lui posa la question suivante.

Veux-tu devenir nonne?

Elle le regarda, surprise, et elle eut tout à coup la certitude que la réponse ne pouvait être que non. Elle dit:

Je ne veux pas me couper du monde, je veux seulement me réaliser pleinement. J’aimerais connaître un lieu pour me recueillir de temps en temps.

Alors la vieille âme lui répondit :

Il n’est pas nécessaire de vous retirer au fond d’un monastère ou dans une grotte dans les montagnes pour vous réaliser pleinement. Votre véritable ermitage est au cœur de votre propre nature, en vous. Pour le trouver, vous devez cesser de vous quitter et de vivre votre vie avec présence ici et maintenant.

Une chanson This Heaven de David Gilmour

Les paroles traduites sont sur https://www.lacoccinelle.net/835450.html

Publié 2 décembre 2017 par dandanjean dans Contes, Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , , ,

La voie sacrée de l’amour   4 comments

ImAGE fusion.jpeg

Apprendre à apprivoiser la solitude nous permet de découvrir des dimensions essentielles de sa vie.  Une fois passé le vertige du sentiment d’être seul, en fait le vertige du mot seul, il reste être.

C’est alors que nous apprenons à décoder réellement ce que nous voulons vivre. Cette introspection essentielle nous ramène à la source de toutes

Par exemple, nous avons tous ce besoin d’aimer et d’être aimés. Lorsque nous ne prenons pas le temps de décoder ce que nous ressentons réellement, nous nous mettons à chercher une personne qui va nous aimer. Alors, lorsque nous avons découvert cette personne, elle nous donne de l’amour et on lui en donne.  Puis le désir s’effrite et s’envole au fil du temps et tout est à recommencer ou à oublier, car trop décourager de ce cycle insatisfaisant. Nous ne parlons pas ici de l’amour, mais bien du désir d’aimer une personne et d’être aimé par une personne.

Aimer est une expérience qui envahit tout l’être, le bouleverse, le déborde et le dépouille de sa volonté de saisir. Aimer, transcende une personne, dépasse de loin la simple expression d’échange de désirs charnels.

Nous avons tendance à oublier que l’amour est aussi et avant tout cette union sacrée des âmes et des esprits. La solitude nous apprend l’importance de prendre le temps de laisser croître les affinités de vie et de cœur, voire les rêves, afin qu’une réelle relation naisse, entre la femme, l’homme et l’interconnexion de l’amour.

Alors, la présence n’est plus une condition incontournable, et la promiscuité un frein à l’expression de la créativité.

Il est impossible de faire l’amour, on ne le fabrique pas, on ne peut le dénicher et l’acquérir. Dans le monde du faire, il est de notre devoir de préserver ce qui, dans son essence, enfante notre humanité, et de nous élever afin de préserver le caractère sacré de l’amour et la joie qu’elle sème dans les cœurs aimants.

Une chanson de Leonard Cohen – Hallelujah

Les paroles sur : https://www.lacoccinelle.net/257665-leonard-cohen-hallelujah.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

 

Publié 29 octobre 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

Le tEMps d’Un insTANT   Leave a comment

cropped-mandala-colorie-mandareve-etoile-lespoir-l-v0gbox.jpeg

Le temps d’un instant

Imagine que je me rapproche

Que mon visage se colle au tien

 

Le temps d’un instant

Imagine que tu sens

Mon souffle sur ton oreille

 

Le temps d’un instant

Tu entends le murmure

De ma voix te parler

 

Le temps d’un instant

Tout s’arrête, se fige

Mes mots s’envolent

 

Le temps d’un instant

Il y a plus d’un sens

Nous sommes d’un ensemble

 

Le temps d’un instant

D’éternité qui se dévoile

S’éveille l’être.

 

 

Une chanson de Harmonium- Pour un instant

Pour un instant, j’ai oublié mon nom

Ça m’a permis enfin d’écrire cette chanson

Pour un instant, j’ai retourné mon miroir

Ça m’a permis enfin de mieux me voir

Sans m’arrêter, j’ai foncé dans le noir

Pris comme un loup qui n’a plus d’espoir

J’ai perdu mon temps à gagner du temps

J’ai besoin de me trouver une histoire à me conter

Pour un instant, j’ai respiré très fort

Ça m’a permis de visiter mon corps

Des inconnus vivent en roi chez moi

Moi qui avais accepté leurs lois

J’ai perdu mon temps à gagner du temps

J’ai besoin de me trouver une histoire à me conter

Pour un instant, j’ai oublié mon nom

Ça m’a permis enfin d’écrire cette chanson

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

 

Publié 15 octobre 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

Unique ou meilleur?   Leave a comment

ImAGE unique

L’élargissement de notre conscience nous amène à mesurer toute l’importance de notre singularité, nous sommes seuls, reliés par un corps dans un espace collectif qui fait de nous des êtres sociaux.

Nous souhaiterions que nos intérêts, nos goûts, nos désirs soient partagés. Mais telle une mosaïque complexe, chaque individu a une place différente, une perspective différente sur la réalité, une histoire qui lui est propre et des besoins qui ne s’appuient pas sur les mêmes valeurs et états d’âme.

Cette position unique devrait faire de nous des êtres bienheureux et privilégiés. C’est tout un présent que la vie nous offre.

Pourtant, nous laissons monter en nous ce désir d’être le meilleur, ou de faire partie de cette élite. Nous pratiquons un sport, nous voulons nous démarquer, nous pratiquons une technique d’entraînement de l’esprit, nous voulons garder la cadence et devenir exemplaire. Et pourtant…

Ce désir de s’affirmer est bien en soi, si ce n’est de nourrir démesurément l’égo. Le besoin de se dépasser est bien, dans la mesure où ce dépassement ne pousse pas en décalage par rapport à notre propre nature et notre vie.

Ce désir de plaire et de prendre pour soi est un poids lourd à porter. Il n’est pas facile de s’aimer réellement et de se laisser nous épanouir sans se laisser contaminer par la comparaison. Il est encore plus difficile d’aimer l’autre pleinement et de laisser s’épanouir cet amour sans le rendre captif, prisonnier du regard de l’appréciation et, transformer le nous en appropriation.

La conscience repose sur la confiance en la vie. Ce qui est merveilleux, c’est de constater que la confiance ne s’acquiert pas, nous n’aurons jamais de certitude. La confiance est une disposition d’accueil, elle se construit, on fait confiance ou pas. Ainsi, l’autre n’est pas meilleur, il est unique, tout comme soi.

Une chanson de Richard Séguin interprétée par Edgar Bori – C’est plein de vie

T’as fait un jardin Dans la cour Là ou il n’y avait que des pierres T’as dégager les fleurs autour pour qu’elles s’étirent dans la lumière Avec tes mains l’eau du ruisseau s’est fait un nid dans la clairière T’as mis du printemps dans l’hiver sur le lit, le ciel et la mer. Tout ce que tu touches Les fruits, les mots La mélodie douce a ta bouche Tout ce que tu touches Tout ce que tu voies Tout ce qui émane de toi C’est plein de vie C’est plein de vie C’est plein de vie… Avec ton rêve on voit le bleu assis au quai des jours heureux Avec ceux qui ont le cœur gros Tu sais trouve les mots qu’il faut Sais-tu jusqu’où va ton sourire Quand il devient éclat de rire T’es ma mariée bouquet de fleur Comme sur la toile de Chagall. Tout ce que tu touches les fruits, les mots La mélodie douce a ta bouche Tout ce que tu touches Tout ce que tu voies Tout ce qui émane de toi C’est plein de vie C’est plein de vie C’est plein de vie C’est plein de vie C’est plein de vie C’est plein de vie….

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Publié 10 octobre 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

J’ai reconnu l’amour   Leave a comment

J’ai reconnu le visage de l’amour

lorsqu’il est apparu avec sa singularité,

son imperfection et un regard accueillant.

Contrairement au désir

ou nous recherchons à tout avoir,

et dans les faits,

nous obtenons peu en substance,

l’amour est spontané,

simplicité

et non convenu.

Il émerge

quand les cœurs se touchent du regard,

il n’a rien de temporel

et il s’élève au-dessus

de toutes les contraintes

que l’on s’impose.

J’ai reconnu l’amour,

car il n’a pas pris naissance de mes rêves,

mais au sein même de mes contradictions.

Pourtant multiple,

la somme est Un.

Une chanson de Raôul Duguay – Le désert

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Publié 7 octobre 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

%d blogueurs aiment cette page :