Archives du tag ‘un

Les âmes en partage   Leave a comment

ImAge feu

Il y aura toujours des gens pour ne pas accepter la vie telle qu’elle est.  Cela fait partie de l’ordre des choses, il y a cette diversité d’opinions qui constitue en soi notre richesse.

Nous devons apprendre à être critiques, à regarder comment certains hommes vivent à constater nous voir sourire de leurs comportements, et même en avoir pitié. La limite à ne pas franchir est de les empêcher à poursuivre leur chemin sous prétexte qu’il est différent de celui que nous poursuivons.

Il y a un deuil à faire d’une illusion réconfortante. Personne ne peut fusionner son âme à l’âme d’un autre. Même quand deux êtres se rapprochent et se collent l’un vers l’autre, partagent des secrets et tout l’or de leur intimité, leurs âmes demeurent comme deux foyers d’une même flamme. Pour rejoindre l’autre, il faut délaisser l’enveloppe corporelle, et tenter de faire cela en demeurant vivant, ce qui est un immense défi.

À défaut de pouvoir se rejoindre, les âmes se partagent la chaleur et la lumière. Accepter la diversité, la singularité, nécessite d’accepter inconditionnellement que l’âme ne puisse choisir l’intensité de la chaleur ou de la lumière qu’elle veut partager. Par ailleurs, partager de la chaleur et de la lumière ne diminue en rien notre capacité, car la flamme ne fait que se multiplier.

L’œuvre de la vie naît par la division puis croit par le partage et l’acceptation. C’est pourquoi il est important de respecter la voie des autres.

Une chanson de Fiori Seguin Ca fait du bien

Les paroles sur https://www.boiteachansons.net/Partitions/Fiori-Seguin/Ca-fait-du-bien.php

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 29 octobre 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , , ,

La vieillesse ou l’Art d’être en changement   Leave a comment

image-voyage-ensemble

La vieillesse est souvent vécue comme la dernière ligne droite de la vie, la période des deuils, la perte d’un statut social, la diminution de la capacité d’agir, la transformation d’un corps qui s’éloigne des standards de la mode et la peur de ne plus vivre de bonheur partagé.

Souvent, la vieillesse est dans le regard de ceux qui regardent l’aîné. Personne n’a conscience que le cerveau de l’aîné a encore tendance à percevoir la réalité avec le philtre d’une jeunesse caché au fond du cœur.

Nous en avons fait de ces aînés une catégorie, qui au plan commercial, présente certaines caractéristiques intéressantes à exploiter.

Pour l’aîné, tout change. L’entourage demande de moins en moins d’avis, car les choses ont évolué et l’avancement de la technologie à changer complètement le contexte. De plus, ces gens qui les entourent disparaissent les uns après les autres.

Mais, pour ceux et celles pour qui le vieillissement est simplement l’apprentissage de l’Art d’être en changement, ils découvrent l’inversion de perspective. La vieillesse n’est plus la dernière ligne droite de la vie, c’est la vie. Être conscient qu’ils ne sont ni à la fin, ni au début de quelque chose d’autre, mais au cœur d’eux-mêmes, en vie, et avançant comme depuis leur naissance de changement en changement. Aucune avancée technologique ou modification du corps ne peuvent effacer l’expérience de vie.

Il n’y a pas de solitude pour la personne qui demeure reliée par sa nature propre à la Vie qui l’entoure. Il y a l’interdépendance permettant de simplement disparaitre en faveur des autres quand la transformation est opérée.

 

Une chanson d’Yves Duteil – Le passeur de lumière

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/1291674-yves-duteil-le-passeur-de-lumiere.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 24 octobre 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , , ,

Réparé avec Conscience   Leave a comment

ImAGE Naisance du monde

Il existe caché au fond du jardin de la réalité, Conscience. Il se définit lui-même comme un réparateur, une personne qui est là pour relier ce qui a été séparé par la naissance de la vie, de l’expérience et la découverte.

Nous le savons bien, toute vie commence par la division d’une cellule, et le cycle cellulaire fait en sorte que nous fragmentons le matériel pour constituer une nouvelle forme de vie. La nasissance de la vie. C’est le don du partage de la vie.

Conscience apparait dans le développement d’une personne un peu plus tard. Lorsque celle-ci ressent la nostalgie de son origine, alors, Conscience vient faire quelques apparitions avant de laisser une part de lui-même se fusionner.

Cela permet à une personne de retrouver, par exemple, les liens entre les mots hasard et rencontre, en réintroduisant le concept d’aléatoire.

Pour la personne malade, Conscience permettra de découvrir le langage du corps et de percevoir la maladie comme un processus de changement et non d’un manque.

Pour d’autres, Conscience permet de faire les liens entre les vertus de la quête et de la découverte, tout en percevant que le probable et le possible ont besoin du doute pour atteindre le vrai.

Ou encore, Conscience permet la réparation de la séparation de l’amour et de la sexualité par la reconnaissance de l’existence de sentiment, de l’affection ou de l’importance du don.

Il n’y a rien qui ne peut pas être réparé, tout comme il n’y a rien qui ne peut pas être partagé, surtout lorsque l’on peut agir avec Conscience.

 

Une chanson de Mariee Sioux – Wild Eyes

Les paroles en français sur http://paroles-traductions.com/chanson/montrer/978339/mariee-sioux/paroles-et-traduction-wild-eyes/

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 31 août 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru, Contes

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Un   Leave a comment

Signs-From-The-Universe

Que tous ceux qui ont soif de vérité sachent qu’ils sont la vérité et que cette vérité les ramènera à leur demeure céleste.

Vous êtes des êtres de lumière. Nés de la lumière, vous retournerez à la lumière et serez sur le chemin, guidés par la lumière de votre être infini.

Vous vivez dans un monde créé par vous de toutes pièces. La vérité prend sa source dans les cœurs, et ce que vous admirez le plus aujourd’hui, vous le deviendrez. Que ni l’apparente noirceur, ni le mal, ni ce vêtement usé qu’est la mort ne vous effraient ou vous déconcertent, car ils ne sont que des défis que vous avez choisis de relever. Sur la pierre de l’amour, venez poser votre tête; à la source de l’amour, venez vous abreuver et tirer les forces qui, à chaque instant, vous permettront de transformer votre vie. La vérité et la lumière sont à la portée de ceux qui désirent les connaître.

Imagine que de tout ton cœur, tu désires savoir qui tu es, d’où tu viens, où tu vas et la raison pour laquelle tu te trouves ici. Imagine ensuite que tu n’auras de cesse que lorsque tu auras trouvé réponses à toutes ces questions.

*

Richard Bach dans Un

Une chanson de Ezra Landis et Raffa Martinez – Kiss the Earth

Publié 8 août 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Le voyage d’attraction   Leave a comment

ImAGE enlacés

 

Je suis passé parmi vous en étranger. Nous étions tous à notre place, en train de faire notre propre parcours, nous nous sommes croisés sans nous reconnaître.

Parfois c’est à l’angle d’une rue, parfois c’est à une gare, ou encore dans un stationnement ou sur l’autoroute, sur le Web ou sur un cliché publié, on finit toujours par croiser la part de notre monde qui nous est inconnu.

Nous avançons en nous disant que nous voyageons par nous-mêmes, même si nous nous doutons que nous ne sommes pas l’initiateur du mouvement, mais qu’une nouvelle étoile humaine propulsée dans cet univers. Pour nous, c’est le voyage et nous agitons les membres en nous disant que nous sommes bons, mais pour un observateur improbable, nous nous déplaçons simplement, soumis aux forces de répulsion et d’attraction de cet environnement.

Je sais au fond de moi que je suis d’un mouvement d’expansion, de quelque chose qui me dépasse, de quelque chose que même mon imagination ne peut réellement concevoir. Et j’avance, parfois avec des moments de peurs, parfois avec des moments de joie, conscient que la vie n’est qu’un présent. Nous avançons pour nous rendre vers nous, vers cet endroit où nous tendons, vers ce point de dispersion, là où il n’y a plus d’observateur, d’objet et d’observé.

La seule différence avec le moment où nous nous sommes croisées, c’est que nous ne serons plus l’un pour l’autre des étrangers et distincts.

 

Une pièce musicale de Kitaro – Great Voyage

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 11 mai 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

Le nuage d’inconnaissance   Leave a comment

ImAGE s'élever

Car nulle part corporellement, c’est partout spirituellement… j’aimerais mieux n’être nulle part corporellement, luttant avec cet aveugle rien, que d’être un si grand seigneur que je puisse, lorsqu’il me plairait, être partout corporellement…

Laisse ce partout et ce quelque chose, pour ce nulle part et ce rien.

Ne t’inquiète point si ton intelligence ne peut appréhender ce rien, car assurément je ne l’en aime que mieux. Il est en lui-même si précieux qu’elle ne peut l’appréhender. Ce rien, on l’éprouve plutôt qu’on ne le voit car il est tout aveugle et pleine ténèbre pour ceux qui ne l’ont pas encore beaucoup contemplé… Une âme en l’éprouvant est plus aveuglée par l’abondance de lumière spirituelle qu’on ne l’est par les ténèbres ou le manque de lumière physique.

Qui donc l’appelle ‘rien’? C’est assurément notre homme extérieur, non l’intérieur. L’homme intérieur l’appelle ‘Tout’, car par lui, il lui est donné de comprendre toute chose, corporelle ou spirituelle, sans en considérer aucune en particulier.

Armel Guerne dans Le nuage d’inconnaissance

Une pièce musicale de Mahler – Adagietto Symphony 5

Publié 29 avril 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , ,

Le Veda d’un Physicien   Leave a comment

One

Il est fort curieux que la philosophie occidentale, qui a presque universellement accepté l’idée que la mort de l’individu ne met aucunement fin à quoi que ce soit d’essentiel de la vie, ait à peine honoré d’une pensée (excepté chez Platon et Shopenhauer) cette autre idée bien plus profonde et plus intimement joyeuse, et qui logiquement va de pair avec elle : l’idée qu’il en est de même pour la naissance de l’individu ; que je ne suis pas créé pour la première fois, mais que je suis progressivement réveillé d’un profond sommeil.

Alors mes espoirs et mes aspirations, mes peurs et mes soucis peuvent m’apparaître comme étant les mêmes que ceux de milliers d’humains qui ont vécu avant moi. Et je peux espérer que ce que j’ai imploré pour la première fois il y a des siècles pourra m’être accordé dans quelques centaines d’années.

Aucune pensée ne peut germer en moi qui ne soit le prolongement de la pensée d’un ancêtre ; il n’y a pas en réalité de nouveau germe (de pensée), il y a l’éclosion prédéterminée d’un bourgeon sur l’arbre antique et sacré de la vie.

Je sais très bien que la plupart de mes lecteurs, en dépit de Schopenhauer et des Upanishads, prendront ce que je viens de dire pour une métaphore plaisante et adéquate, et refuseront d’accepter à la lettre l’axiome que toute conscience est Une par essence.

Ma conception du monde, le Veda d’un Physicien par Erwin Schrödinger

Une pièce musicale Ravi Shankar et George Harrison – Prabhujee

Publié 6 avril 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , ,

%d blogueurs aiment cette page :