Une pause rencontre

Femmes-visage-noir-fond-optique-illusion-monochrome-les-yeux-ferm-s-corps-peinture-noir-D-coration

Il regardait le silence envahir son être. Plus rien n’était présent vraiment, sinon d’une façon plus discrète et très différente. Il avait le regard fixe et le cœur qui battait lentement.

Un passant qui aurait vu la scène se serait cru devant un film que l’on a mis sur pause. Mais rien n’aurait supposé que la pose prise par cet homme était en fait une rencontre en soi.

Il avait voulu trouver sa vérité, sa raison de vivre, son essence, et il cherchait depuis longtemps. Pour qui veut trouver quelque chose, il faut être aux aguets et porter une attention particulière à l’objet de sa quête.

Puis, juste avant de faire une pause en regardant le silence paisible l’envahir, il avait compris que jamais il ne pourrait trouver sa vérité, sa raison de vivre ou son essence, car ils ne les avaient jamais perdus. Il venait tout simplement de prendre conscience qu’un jour on s’éveille à eux.

Et maintenant, il mesurait sous ce nouveau jour toute l’importance de revoir sa conception de l’amour.

Une chanson de Radiohead – The Numbers: Jonny, Thom & a CR78

Les paroles sur https://www.musixmatch.com/fr/paroles/Radiohead/The-Numbers/traduction/francais

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Du silence à la paix de l’esprit

respiration conscience

Imaginez que vous êtes capable de ne rien faire pendant une partie de la journée. Juste être là. Bien qu’apparaissent différentes formes d’envies, vous restez à ne rien faire.

Pas de lecture, pas de vidéo, pas de jeu, pas de musique, pas de paroles.

Pour certains, il s’agit là d’un acte subversif au regard de notre société qui nous pousse à agir, à réaliser nos envies, à développer notre avidité.

Pour d’autres, c’est tout simplement une perte de temps.

Pour d’autres, c’est l’anxiété du vide.

Avoir un esprit indépendant est commun.

Avoir un esprit libre fera en sorte que l’effort n’est plus le seul moyen pour accéder à de nouvelles connaissances et se libérer du connu.

Imaginez qu’un jour, nous trouvions pertinent de prendre simplement conscience de ce que nous pensons, de l’endroit où nous sommes et de ce que nous faisons, et rien d’autre.

Après le silence, vient parfois la paix de l’esprit.

Une chanson de Fred Pellerin – Silence

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Le Rêve du papillon

Le temps

Par une bel après-midi noyé de soleil, un dignitaire s’était aventuré sur les sentiers escarpés de la vallée profonde où Tchouang-tseu avait élu domicile. Le mandarin, brillant lettré qui avait passé tous les degrés des examens et obtenu un poste de conseiller auprès du roi de Wou, voulait poser au vieux maître une question sur le Tao, dans l’espoir de respirer l’effluve de l’Indicible.

La chaumière était déserte, la porte grande ouverte. Des traces de sandales, toutes fraîches, menaient à une prairie pentue. Le dignitaire les suivit et il découvrit Tchouang-tseu endormi à l’ombre d’un vieil arbre noueux, la tête sur un coussin de fleurs des champs. Le lettré toussota et les sage ouvrit les yeux.

– Ô Maître, pardonnez-moi de troubler votre repos. Je viens de fort loin vous interroger sur le Tao.

– Je ne sais pas si je pourrai répondre répondit Tchouang-tseu en  se frottant les yeux.

– Vénérable, votre modestie vous honore.

– Cela n’a rien à voir, non. A vrai dire, je ne sais plus rien. Je ne sais même plus qui je suis!

– Comment est-ce possible? demanda le mandarin interloqué.

– Oh c’est très simple, reprit le vieux taoïste, l’air songeur. Figurez-vous que tout à l’heure, en dormant, j’ai fait un rêve étrange. J’étais un papillon voltigeant, ivre de lumière et du parfum des fleurs. Et maintenant, je ne sais plus si je suis Tchouang-tseu ayant rêvé qu’il était un papillon ou un papillon qui rêve qu’il était Tchouang-tseu!

E t le conseiller du Roi de Wou, bouche bée s’inclina profondément et retourna sur ses pas, ruminant cette parole énigmatique dans l’espoir d’en tirer le suc.

Pascal Fauliot dans Contes des sages taoïstes

Une pièce musicale d’Eric Aron – Mandala

Quelle est l’utilité de regarder dehors ?

ImAGE ouverture

Wei Wu Wei : Quelle est l’utilité de regarder dehors ? Tout ce que vous allez voir ce sont des objets ! Retournez-vous et regardez dedans.

– Verrai-je donc le sujet à la place ?

Wei Wu Wei : Si c’était ce que vous voyiez, vous regarderiez un objet. Un objet est un objet quelle que soit la direction dans laquelle vous regardez.

– Ne me verrai-je donc pas ?

Wei Wu Wei : Vous ne pouvez pas voir ce qui n’est pas là !

– Alors que verrai-je ?

Wei Wu Wei : Vous verrez peut-être l’absence de vous-même, ce qui est ce qui regarde. On l’a appelé « le vide ».

Wei wu Wei

Une pièce musicale Zen – Aku Flute

 

Vision de Nisargadatta Maharaj

ImAGE pirogue

Alors que j’étais complètement immergé dans les mots de mon Satguru

Ses mots s’imposèrent comme la Vérité Éternelle

Tous les concepts et croyances disparurent simplement…

Tous les problèmes semblaient irréels

Les doutes s’effondrèrent…

Les plaisirs et la souffrance semblaient également illusoires…

« Trigunas » (les trois attributs : sattva – rajas – tamas) devinrent irréels la trinité (le connaisseur – le fait de connaître- la connaissance) disparut…

La naissance elle-même semblait n’être qu’imagination et la mort cessa ainsi d’exister.

La Liberté est la liberté de « l’emprise des concepts » de toutes les sortes de concepts…

La Véritable Liberté est la liberté du concept même de Liberté

Ce n’est pas que j’ai trouvé toutes les réponses…

En fait « celui qui se posait » les questions est mort

J’étais à la recherche de moi-même…

…pendant la recherche, le soi-disant « chercheur » a disparu et la recherche s’est achevée.

Ce qui a toujours existé persiste éternellement

Ce qui n’a jamais existé simplement disparaît !

La Compréhension apparut…

L’ignorance et la connaissance n’étaient que les deux faces de la même pièce de monnaie

Le rêve qui semblait si réel cessa…

Maintenant mon Silence parle…

Ma Vacuité est pleine !

Nisargadatta Maharaj

Une chanson de Harry Manx – Afghani Raga

Penser le monde comme un ensemble d’événements

ImAGE Naxos

On peut penser le monde comme constitué de choses. D’entités. De quelque chose qui est. Qui demeure.

Ou bien on peut penser le monde comme constitué d’événements. D’occurrences. De processus. De quelque chose qui se produit. Qui ne dure pas, qui se transforme continuellement. Qui ne persiste pas dans le temps.

La destruction de la notion de temps par la physique fondamentale implique l’écroulement de la première de ces deux conceptions, non de la seconde. C’est la réalisation de l’omniprésence de l’impermanence, et non de l’immuabilité dans un temps immobile.

Penser le monde comme un ensemble d’événements, de processus, est le mode qui nous permet de mieux le saisir, le comprendre, le décrire. C’est l’unique mode compatible avec la relativité. Le monde n’est pas un ensemble de choses, c’est un ensemble d’événements.

La différence entre les choses et les événements, c’est que les choses perdurent dans le temps. Les événements ont une durée limitée. Le prototype d’une chose est une pierre : nous pouvons nous demander où elle sera demain. Tandis qu’un baiser est un événement. Se demander où se trouvera le baiser demain n’a pas de sens. Le monde est fait de réseaux de baisers, pas de pierres.

Carlo Rovelli dans L’ordre du temps

Une pièce musicale de Pat Metheny avec Charlie Haden – Cinema Paradiso

Avancer grâce à l’inconnu

ImAGE code-quantique

C’est amusant de constater que nous nous accommodons de ne pas tout comprendre, et, malgré cela, nous avançons sur les planchers fragiles. Nous ne faisons pas de cas du fait que nous avons une compréhension minimale.

Par exemple, je pense à cette personne qui m’a déjà dit qu’elle ne comprenait pas pourquoi les gens pensent que du vide peut naître la matière. Elle me disait qu’il faut être pragmatique dans la vie et composer avec la réalité.

Je me souviens de lui avoir demandé si elle savait compter. Elle avait répondu oui en riant un peu de moi. Je lui ai demandé si elle utilisait les chiffres tous les jours. Même réponse, tout en poussant un peu plus l’offense.

En mathématique, le vide est le zéro, l’absence. Mais après, apparaissent le chiffre 1, puis les autres chiffres. De plus, à fréquence fixe, il nous faut ajouter une parcelle de vide, ce fameux zéro, pour changer de dizaine.

La conception du nombre zéro, puis son intégration ont révolutionné les mathématiques et nous ont permis comme civilisation de développer nos connaissances et nous savons tous que les ordinateurs ne sauraient fonctionner sans ce fameux chiffre. Le virtuel est composé d’une partie de vide!

Nous oublions parfois que notre expérience est avant tout basée sur ce qu’il nous reste à découvrir. Il m’arrive de sourire quand tout me semble vide dans ma vie, au lieu de penser à l’échec, je pense à la création qui va bientôt en émerger.

Ce n’est qu’en gardant l’esprit conscient de notre petitesse et en le gardant ouvert que nous pouvons saisir les opportunités permettant de grandes avancées et ainsi, franchir le seuil de l’improbable.

Une pièce musicale de Yann Tiersen – Point Zéro

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.