Archives du tag ‘voie

La minute sacrée avec Arnaud Desjardins   Leave a comment

Les différences entre la démarche psychothérapique et la transformation avec la démarche spirituelle.

Publié 23 octobre 2018 par dandanjean dans Réflexions trouvées à partager

Tag(s) associé(s) : , ,

Après le sens unique   Leave a comment

ImAGE envol papillon

Il n’est pas facile d’apprendre à ne plus creuser les sillons sur les chemins que nous foulons. Il était de ceux qui ont pendant des années emprunté un chemin et poursuivi la route malgré tout ce qu’il acceptait d’ajouter sur ses épaules.

Le problème de l’un l’attristait et devenait un fardeau pour lui. La peur de perdre sa route devenait un autre fardeau. S’assurer de saisir les bonnes opportunités en était un autre.

Et plus il avançait, plus le poids de sa vie creusait son propre sillage, donnant l’impression qu’il faut toujours poursuivre dans cette direction.

Un jour, assis sur le bord du chemin, le ciel s’assombrit puis devient tout noir. Il voyait pour la première fois une éclipse solaire. Il fut touché, et à la fois émerveillé. Il resta là silencieux, plein de vie.

Cet événement si simple et à la fois si fascinant lui fit prendre conscience que cet instant de sérénité ne lui était pas donné, ni imposé. Il l’a simplement saisi. Il avait vécu l’élévation dans l’instant, car les fardeaux de sa vie avaient glissé dans le passé.

À la fin de l’éclipse solaire, il se releva, et bifurqua au premier croisement vers le chemin de gauche qui lui semblait champêtre.

Une fois plus léger, il est plus facile de voir que notre marche de vie n’a pas besoin nécessairement de plus de distance pour atteindre ce que nous souhaitons, mais avant tout plus de sens.

Une chanson de Genesis interprétée par Fleesh – Your Own Special Way

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 29 septembre 2018 par dandanjean dans Contes, Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Questions personnelles?   Leave a comment

Poursuite de mon périple à Paris pour y partager au fil des rencontres l’accent d’Amérique.

ImAGE, sortir

On fait de notre vie selon ce que l’on croit juste,

on nous a soumis le parcours, de l’époque scolaire au travail

et souvent on s’en tient à ce parcours, à ce plan issu d’un GPS collectif.

Faudrait-il se demander si ce plan est le notre?

Avons-nous suivi le parcours, oubliant parfois

qu’il a été dessiné par quelqu’un d’autre?

Avons-nous eu ces moments de répits,

ces voyages ou nous accumulons des souvenirs,

des expériences, des objets ou des pensées,

dépassant même nos propres besoins.

Avons-nous au moins laissé un peu de place

pour y loger nos rêves?

Une chanson de Francis Cabrel : Les Murs de Poussière

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/972828.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 21 septembre 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , ,

Les parcours d’humains hors des sentiers communs   Leave a comment

Poursuite de mon périple à Paris pour y partager au fil des rencontres l’accent d’Amérique.

service public

Les parcours d’humains ont tous une fin. En fait, nous passons notre vie à nous développer pour devenir ce que nous sommes.

Et ces gens que nous croisons, ceux dont les parcours semblent des plus grands, des plus lumineux, côtoyant régulièrement les hautes cimes, marchent sur des sols instables.

C’est ce qu’affectionnent les passionnés de la vie, les voyageurs d’humanités, les guerriers pacifiques, car ils savent que rien n’est plus triste qu’un chemin commun, le chemin sûr et connu. Leurs destins s’alimentent du battement de leur propre cœur.

Une chanson de Maxime LEFORESTIER Passer ma route Avec ZAZIE et CABREL

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/1245287-maxime-le-forestier-passer-ma-route.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 8 septembre 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Par delà les petits cailloux   2 comments

ImAGE Totem soleil

 

Une multitude d’humains,

une multitude de croyances,

une multitude de discours

une multitude d’actions

et ce désir de s’accomplir,

d’être aimé et accepté.

 

La multitude amène la différence

car chacun est singulier

nos différences bien que merveilleuse

ne devraient pas diviser,

mais représenter la richesse de notre humanité

avec émerveillement et compassion.

 

Émerveillement devant la créativité humaine,

compassion envers ces êtres

qui doivent composer avec des conditions différentes.

Les multiples facettes de la vie

et ses différentes voies à parcourir

nous ramènent à notre chemin de vie.

 

Ton chemin se fond dans ta voie singulière

Je passe, tu passes, et tout passe.

À quoi bon perdre notre temps à juger les cailloux

Pendant qu’il y a tant à faire

À explorer et à découvrir

Celui qui coexiste avec l’autre arrive à Soi.

 

Une chanson de Claude Dubois – Les petits cailloux

Les paroles sur https://www.le-parolier.net/paroles-dubois-les-petits-cailloux.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

 

Publié 4 mai 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , , ,

Le voyage de la vie   Leave a comment

ImAGE le voyage

Le voyage de la vie nous fait prendre de drôle de parcours. Nous naissons ne connaissant pas notre ignorance, pour au fil du temps aspirer à mieux connaître.

Nous naissons avec une personnalité à façonner, et l’éducation fait en sorte que nous découvrons ce que des anciens sont devenus et ce qu’ils ont apporté à la nation, puis nous nous identifions à l’un d’eux afin de nous amener à rechercher le héros que nous sommes.

D’une représentation du monde où tout semble être fusionnel, nous aspirons à séparer notre personnalité des autres, à nous démarquer. Plus cela fonctionne, plus nous sommes seuls, tout en demeurant en interaction avec la multitude. Puis, la sagesse nous amène à prendre une certaine distance de l’importance du moi et nous ramène à soi.

Peu importe ce que nous amasserons au cours de notre voyage de vie, que ce soit la richesse, la puissance, les échecs, l’amour, les amitiés, ou les déceptions, il en faut du temps pour se rendre compte que l’impuissance à nous réaliser pleinement ne vient pas de nos incapacités, mais de l’attachement à tout ce que nous avons amassé et qui obstrue notre passage.

Le voyageur de vie au cours de son périple finit toujours par atteindre sa nature propre. Il lui suffit seulement de garder que le bagage essentiel. Heureusement, les passeurs aident souvent à prendre conscience des restrictions de poids que nous transportons et de son coût.

Une chanson de Richard Séguin – L’Ange Vagabond

Les paroles sur http://laboiteauxparoles.com/titre/44008/Richard_S%C3%A9guin_L_ange_vagabond

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 3 mai 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

L’homme blessé par la flèche   Leave a comment

Flèche

Autrefois, il y avait un moine qui réfléchissait et méditait sur les quatorze questions difficiles telles que le monde et le moi sont-ils éternels ou non éternels, sont-ils finis ou infinis, le sage existe-t-il ou n’existe-t-il pas après la mort? etc. Il ne parvenait pas à pénétrer ces questions et il en éprouvait de l’impatience. Prenant son habit et son bol à aumônes, il se rendit auprès du Bouddha et lui dit : « Si le Bouddha peut m’expliquer ces quatorze questions difficiles et satisfait mon intelligence, je demeurerai son disciple ; s’il ne parvient pas à me les expliquer, je chercherai une autre voie. »

Le Bouddha répondit à ce fou : « Au début, as-tu convenu avec moi que, si je t’expliquais les quatorze questions difficiles, tu serais mon disciple ? » Le moine répondit que non. Le Bouddha reprit : « Fou que tu es ! Comment peux-tu dire aujourd’hui que, si je ne t’explique pas cela, tu ne seras plus mon disciple ? C’est pour les hommes atteints par la vieillesse, la maladie et la mort que je prêche la Loi afin de les sauver. Ces quatorze questions difficiles sont des sujets de dispute ; elles ne profitent pas à la Loi et ne sont que vaines discussions. Pourquoi me poser ces questions ? Si je te répondais, tu ne comprendrais pas ; arrivé à l’heure de la mort, tu n’aurais rien saisi et tu n’aurais pas pu te libérer de la naissance, de la vieillesse, de la maladie, et de la mort.

« Un homme a été frappé d’une flèche empoisonnée ; ses parents et son entourage ont appelé un médecin pour extraire la flèche et appliquer un remède. Et le blessé de dire au médecin : « Je ne permets pas que tu extraie la flèche avant que je sache quel est ton clan, ton nom, ta famille, ton village, tes père et mère et ton âge ; je veux savoir de quelle montagne provient la flèche, quelle est la nature de son bois et de ses plumes, qui a fabriqué la pointe de la flèche, et quel en est le fer ; ensuite je veux savoir si l’arc est en bois de montagne ou en corne d’animal ; enfin je veux savoir d’où provient le remède et quel est son nom. Après que j’aurai appris toutes ces choses, je te permettrai d’extraire la flèche et d’appliquer le remède. »

Le Bouddha demanda au moine : « Cet homme pourra-t-il connaître toutes ces choses et, après seulement, laisser enlever la flèche ? » Le moine répondit : »L’homme ne parviendra pas à savoir cela, car s’il attendait de tout savoir, il serait mort avant l’opération. » Le Bouddha reprit : « Tu es comme lui : la flèche des vues fausses, enduite du poison du désir et de la convoitise, a percé ton esprit ; je veux t’arracher cette flèche, à toi qui est mon disciple ; mais toi, tu refuses que je te l’enlève et tu veux chercher à savoir si le monde est éternel ou non éternel, fini ou non fini, etc. Tu ne trouveras pas ce que tu cherches, mais tu perdras la vie de sagesse ; tu mourras comme un animal et tu seras précipité dans les ténèbres. »

Le moine, peu à peu, comprit à fond les paroles du Bouddha et il obtint la Voie.

Pierre Crépon dans Enseignements du bouddha contes et paraboles

Une pièce musicale Riley Lee and Gabriel Lee – Satori

Publié 7 avril 2018 par dandanjean dans Contes, Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

%d blogueurs aiment cette page :