Archives du tag ‘voyage

La chevauchée   2 comments

 

Ce matin, je suis monté sur l’oiseau de la liberté

Et nous nous sommes élancés vers les nuages

Le vent tournait en dansant pour nous accompagner

Et mes oreilles étaient remplies de ce chant de trainage

 

Nous sommes allez voir si les pays lointains

Étaient tous reliés par les chaînes de pierres et de terre

Et apprécier si ces pays étaient parsemés de chemins

Qui ultimement ramenaient les voyageurs à leurs frontières

 

J’ai entendu les discours des gens qui se propageaient

Et si chaque mot renvoyait à notre conscience collective

Les silences portaient une honte que l’on tait

Et l’amour ballotté par nos sauts d’humeurs répétitives

 

Et lorsque je suis revenu de ce voyage avec la liberté

J’ai foulé la terre avec des ailes et un regard insoumis

Insensibles aux chemins proposés pour traverser

Les chaînes, les frontières et les maux que créé par l’esprit

 

Nous sommes des milliards en exploration individuelle

À imaginer des sentiers précieux là où il n’y a qu’itinéraire

Traversant les foules obscures des sentiments pluriels

Cherchant des yeux affolés des cartes et des repères

 

Quelle que soit la destination que nous pourrons imaginer

Nous la quitterons, comme tout le reste, un jour

Tout passe comme le vent pendant la chevauchée

Même si tout est là immuable et sans détour.

 

Une chanson de Neil Diamond – Be (Chanson tirée du film Jonathan Levingstone le goéland)

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Publié 11 août 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , , ,

Avant de partir   Leave a comment

Un coup de coeur, une surprise. Un mélange d’émotions contradictoires et une touche paisible.

Publié 19 mai 2017 par dandanjean dans Pauses musicales

Tag(s) associé(s) : , , ,

Voyage vers nous   5 comments

image-partir

Toi l’inconnu qui demeure à l’autre part du monde, j’aimerais te rencontrer par hasard, à l’intersection de nos vies.  J’aimerais découvrir malgré notre diversité, nos ressemblances et nos affinités. Je vais donc voyager et parcourir le monde en tentant de me rapprocher le plus possible.

Ce voyage sera l’avènement de la reconnaissance de notre part d’humanité, celle qui nous amène à franchir les frontières érigées en soi. Bien des jours vont se dérouler, il s’agira d’un très long périple ou je vais vivre parfois dans la lente moiteur d’un après-midi où le soleil tape, ou encore ces matins effrénés pour rejoindre la gare. Je vivrai des expériences complètement nouvelles ou même les personnes autour de moi parleront une langue dont je ne comprendrai que la salutation du passant. Je vais surement découvrir des villages et des villes dont je ne savais même pas le nom et des paysages que mon enfance n’a pas parcourus ni même imaginé. Tout en faisant attention pour me protéger, je deviendrai plus attentif à tout et nécessairement aux gens que je rencontrerai. Je deviendrai ainsi plus accessible à l’humain. Je vais bio-diversifier mes valeurs et ma représentation du monde grâce à tous ces chemins parcourus, car c’est de là réellement qu’émerge l’identité des pays et de notre planète, et non pas dans les lieux de prédit élections.

Et quand je te rencontrerai par hasard, à l’intersection de nos vies, nous, deux voyageurs, aurons expiré une bonne part de notre ignorance et le souffle coupé de joie, nous ferons l’étreinte de notre reconnaissance. Habitée d’une grande joie, nous porterons alors le souvenir de ce voyage vers soi notre vie restante.

Une chanson de Playing For Change Song Around the World – United

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Ô toi merveilleux enfant   1 comment

Ga-Ja

Un voyage, on parle du temps qui passe.

Le temps travaille notre visage, notre corps et l’illusion de l’âge s’installe.

Je dis illusion, puisqu’une vie bien vécue, est composé d’un présent qui dessine une nouvelle vision de l’âge.

*

Ô toi merveilleux enfant

Toi qui marche illuminé

Au milieu des champs

Comme fou délirant

Toi dont le rire

Résonne au soleil du matin

Comme tintement de cloche

Au voyageur perdu dans la tempête

Ô toi merveilleux enfant

Toi dont les jeux les plus cosmiques

Sont de fendre les vieilles souches des champs

A grand coup de bâton en ricanant

Toi qui vois des dragons merveilleux

Dans les feuilles dansant au vent

Des chevaux fantastiques

Dans les nuages passant au loin

Des ballets célestes

En les ombres et les roches de la rivière

Ô toi merveilleux enfant

Toi qui voyage au loin

Au loin là-bas sur les mers

Assis sur ton rocher, au bord de l’étang

Toi qui marche lentement

Courbé sur ta canne

Toi au sourire illuminé

Aux yeux comme brindilles

Toi qui as quatre fois mon âge

Et pourtant toute la fraîcheur

De mes années oubliées

Ô toi merveilleux enfant

Toi qui as su vieillir

Sans jamais en atteindre

Toute la lourdeur de l’âge

Je te salue…

Une chanson de Richard Séguin – L’Ange Vagabond (chanson à propos de Jack Kerouac)

 

Publié 12 janvier 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Ladakh et les tibétains   2 comments

 

 

A mon avis, la caractéristique la plus distincte que le Tibétain tirait de sa foi bouddhique était un sens de la vanité fondamentale des choses. Du caravanier à l’abbé d’un monastère, du paysan au seigneur, tous les Tibétains partageaient la conviction que le monde est tongpanyi, c’est-à-dire le vide : un vide qui retire toute substantialité à ce que nous pensons comme « étant » et qui n’est qu’apparence. Mais la présence de ce vide ne jetait point un voile de chagrin sur les choses : elle leur restituait des proportions appropriées par leur comparaison et leur relation les unes aux autres. Dans la pratique, il ne s’agit pas d’un facteur qui mène le Tibétain à une conception douloureuse et pessimiste du monde, quand bien même le Bouddha a fait de la Vérité de la Peine Universelle la première pierre de sa doctrine. Il faut concevoir le vide comme une relativité. Si tout est vide, la souffrance l’est aussi ; le plaisir et la douleur sont des apparences illusoires. Ainsi, il n’y a pas de motif de chagrin ; au contraire, le résultat de ces postulats est une certaine légèreté, une glissade aisée sur les choses, puisqu’au fond rien n’est concluant. Tirée de Tibet: Pays des neiges de Giuseppe Tucci

Un beau petit film qui nous fait découvrir le Ladakh, cette terre magnifique au nord de l’Inde et à la frontière de la Chine, un Tibet indien en quelque sorte.

 

 

Publié 2 octobre 2016 par dandanjean dans Réflexions trouvées à partager

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

3 destinations coup de coeur!   Leave a comment

vagues

Quelles seraient les trois destinations coup de cœur?

Vous avez surement une opinion, tout le monde se déplace sur cette terre.  Pour certains cela pourrait être une plage sur la côte cubaine, pour d’autres, cela pourrait être l’une des grandes villes (Paris, New York, Barcelone ou Tokyo) ou encore les grandes étendues de nature sauvage (Nord-du-Québec, désert du Sahel, les fjords norvégiens, ou la nature indomptable d’Afrique).

J’aimerais vous parler de la possibilité d’introduire dans le quotidien, souvent composé de périodes de travail, de temps de transition ou de déplacement, de tâches routinières (repas, lavage, leçon, etc.) et de récupération (sieste, sommeil, etc.) des lieux de destinations.  Il y a comme je l’ai évoqué d’entrée de jeu des destinations vacances et il peut y avoir des destinations à soi. En ce qui me concerne, j’ai un coup de cœur pour le temple du sacre de la vie, les expositions en cours et le jardin privé. Je vous partage simplement.

Le temple du sacre de la vie

Il m’est important de prendre un peu de temps dans mes journées pour explorer ce temple que j’occupe et qui représente le sacre ultime de la vie. Un peu de temps pour s’entraîner à être au présent est un pur délice.  Certains parleront de méditation, c’est bien, moi je m’entraîne au présent avec attention et créativité.

Les expositions en cours

Une autre destination qui mérite de consacrer un temps journalier est le songe, le rêve issu du sommeil.  Chaque jour, apprécier réellement que nous entrions le soir dans un musée de l’imagination humaine, et que nos songes et nos rêves constituent en soi des œuvres d’art qui peuvent grandement inspirer l’éveil.

Le jardin privé

Enfin, une autre destination ultime est de visiter le jardin privé de l’amour ou de l’amitié. C’est le lieu où un projet commun est né, où la passion s’est introduite, et où l’engagement à partager ses fruits est présent. Le jardin privé témoigne de la créativité d’une relation avec une personne qui nous est chère, de l’attention et du respect de la vraie nature de chacun.

Une chanson  de Daniel Bélanger – Étreintes

 

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Voyage, départ vers l’Espagne   Leave a comment

Départ

Chaque jour, chaque heure, chaque minute, chaque seconde,

on peut dessiner notre vie.

Il s’agit parfois d’une seconde.

Avez-vous déjà pris conscience

que vous en avez 86 400 fois par jour l’opportunité?

Un petit clin d’œil de départ pour ce voyage, qui pourra encore une fois, changer ma vie,

et au fil des rencontres, me nourrir des différences,

développer ma vision et me permettre de grandir.

Un départ vers la vie, vers un soi…étranger.

Une chanson de Daniel Lavoie – Où la route mène

 

 

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Publié 2 septembre 2016 par dandanjean dans Textes de mon cru, Voyages et errances

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

%d blogueurs aiment cette page :