Ce phare qui guide les hommes   1 comment

lever de vie

Un voyageur avait entendu parler d’une clairière spéciale ou gisait un phare qui permettait aux hommes de retrouver leur vraie destination. Bien que l’idée lui semblait étrange, un phare au milieu d’une forêt au lieu du rivage de la mer, sa curiosité était grandement éveillée. Il se dirigea donc vers ce lieu fascinant.

À l’entrée de la forêt, il rencontra une vieille dame au regard sage et lui demanda :

Avez-vous entendu parler de la clairière où se trouve une lumière qui peut guider les hommes? J’ai entendu dire que si on la trouve on comprend tout, et on est dans la Lumière !

La dame lui répondit :

Je connais la grande clairière qui apaise les esprits!

Le voyageur lui demanda alors : Pouvez-vous m’indiquer par où il faut passer ? Je ne vois autour de moi qu’une épaisse végétation, mais je ne saurai prendre le bon chemin !

La dame sage lui dit alors : Prenez le chemin qui s’enfonce à gauche et pénétrer un peu dans cette forêt et vous la découvrirait!

Le voyageur s’approcha et découvrit effectivement un chemin bien balisé s’enfonçant dans la forêt. Il avança d’un pas énergique, mais il ne perçut pas d’espace ressemblant à une clairière. Il marcha encore et encore, il commença à se demander s’il y a vraiment une clairière dans cette forêt. Il se dit cependant : la sage dame m’a dit qu’elle existe, mais je ne vois que des arbres, des plantes, des roches et un chemin qui serpente !

Au bout d’un certain temps, il aperçut un vieil homme paisible qui marchait lentement en souriant de  toutes ses dents. Il lui demanda :

Avez-vous vu une clairière ? En existe-t-il une vraiment dans cette forêt?  Je ne vois que des arbres et un chemin qui serpente.

Le vieil homme lui répondit : Si vous avez la détermination d’avancer encore et encore, vous trouverez la clairière d’où vous pourrez percevoir la lumière du jour.

Le voyageur prit son courage à deux mains et persista. Il marcha encore et encore, mais il n’apercevait toujours pas son but. Il croisa au bout d’un certain temps une jeune femme qui semblait cueillir des plantes. Le voyageur s’arrêta près d’elle un peu essouffler et il lui dit :

Vous êtes la troisième personne que je rencontre. Les deux autres m’ont dit qu’une clairière existe bien, mais je ne le vois toujours pas ! Je commence à douter ! Vous savez, il semble qu’il y est une grande clairière ou la Lumière peut nous apaiser et nous guider!

La jeune sourit alors et lui dit : Oui, continuez à marcher un tout petit peu et vous la trouverez.

Le voyageur continua. Il commença à être très fatigué. Des doutes terribles l’assaillirent, car il ne voyait toujours pas la clairière. Il continua, car il voulait croire à la troisième personne qu’il venait de rencontrer.

Puis il croisa une quatrième personne, un randonneur, un voyageur surement comme lui. Il lui dit qu’il cherchait la clairière. Cet homme lui répondit : effectivement, la clairière que tu cherches existe ! Continue ton chemin ! Il faut que tu aies de l’attention et de la persévérance, car la route pour l’atteindre est compliquée. Il faut suivre les signes, prend le temps de les repérer!

Le voyageur continua. Plus il marcha, plus son doute grandit, car la clairière était toujours invisible. Sa tension faisait en sorte qu’il cherchait avant tout des signes connus. Il se demanda si cela valait la peine de vivre toutes ces difficultés, toutes ces incertitudes et cette fatigue alors qu’il ne discernait toujours pas la clairière. Il lui vint alors à l’esprit que c’est peut-être une illusion, peut-être que toutes ces personnes qu’il avait rencontrées lui avaient menti.

Il marcha encore… entre temps, deux autres promeneurs lui affirmèrent encore la même chose. Enfin, il croisa une septième personne qui semblait être le gardien de la forêt et lui dit :

Je désire sortir de la forêt, car je ne trouve toujours pas la grande clairière!  Je suis maintenant certain que les autres personnes qui m’ont guidé ne savaient pas de quoi ils parlaient ! Depuis le temps que je chemine, depuis le temps que je suis en déplacement, depuis le temps que j’espère, je ne vois toujours pas la grande clairière! Existe-t-elle véritablement ?

Et le gardien lui dit : Levez donc les yeux et vous pourrez voir l’espace à gauche ou il n’y a pas d’arbre, la clairière est juste en dessous.

Le voyageur leva les yeux. Il l’aperçut, en effet, et constata :

Jusqu’à maintenant, je suis toujours marché en cherchant des affiches sur les arbres. Je ne regardais pas les hautes cimes! Si j’avais seulement eu la conscience de lever les yeux, il y a longtemps que j’aurais aperçu l’éclaircie dans les sommets et je ne me serais pas aussi fatigué!

Alors avec une détermination, une attention et une certaine légèreté qu’il n’avait encore jamais eue, le voyageur franchit les derniers mètres avant d’atteindre son but.

En levant les yeux au ciel, il perçut la lumière. Il était arrivé à bon port, et il prit conscience qu’en se tenant au centre de la clairière, il en devenait son propre phare. Que découvre-t-il dans ce lieu?

Que pendant ce temps qui passe,

Passe notre vie

Ou nous parcourons

Notre chemin

Pas à pas humblement

De germe en germe

De saison en saison

De vie en vie

Nous refaisons tous les pas

Des plus petits aux plus grands

Nous refaisons toutes les étapes

Des plus humbles aux plus majestueuses

Pour finir par s’en apercevoir

Que nous ne partons que pour mieux revenir

Que germer de soi, nous retournons toujours à soi

N’en étant différent que par…

La hauteur de notre bassesse

La force de notre faiblesse

La clarté de notre ombre

La complexité de notre simplicité

Tout l’espace que nous traversons est touché par une Lumière. Les signes qui peuvent nous aider sont partout, mais souvent nous ne voulons voir que ce que nous cherchons. Nous percevons malheureusement que ce que notre représentation du monde peut accepter. Prendre soin de s’ouvrir à de nouvelles perspectives, à de nouveaux signes, facilite le pas du voyageur de vie.

Il y a une vérité, un phare pour chacun de nous dans notre voyage, notre quête, et il nous guide vers la seule destination importante, notre vraie nature. C’est une erreur de croire que les seuls phares sont au bord de la mer. Chaque jour, continuez inlassablement votre chemin de vie.

Une chanson de Yann Tiersen – Le phare – Les jours heureux

https://www.youtube.com/watch?v=E9BoCEQrEQM&list=PLg6AQcUUYYoDzGBfVU3g4EF4XKPYBMMpt&index=10

Publié 2 décembre 2015 par dandanjean dans conte, Réflexion

Tag(s) associé(s) : ,

Une réponse à “Ce phare qui guide les hommes

Souscrire aux commentaires par RSS.

  1. A reblogué ceci sur largedollaronline.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :