Au menu de la carte du monde   2 comments

Tout jeune, en me levant, je jouais un peu et puis je prenais le déjeuner (au Québec c’est le nom du premier repas du jour), composé de céréales et des tranches de pain grillé. Maintenant, je prends du café et d’autres surprises.

À 17 ans, j’ai pris l’avion pour l’Europe et après un périple de quelques semaines, je me suis rendu à Istanbul. Beaucoup de choses étaient différentes. On me parlait d’un petit déjeuner alors que je voulais un déjeuner, d’un déjeuner au lieu d’un dîner et d’un dîner au lieu d’un souper. Je me sentais bien loin du Québec.

On m’a servi du thé alors que j’étais habitué à du café. Je ne retrouvais plus mes repères, et je mesurais l’ampleur du manque que je vivais. Manque de ce à quoi j’étais habitué. J’étais un apatride.

Puis, j’ai fait d’autres voyages dans le cadre du travail ou de l’exploration : l’Espagne, la Grèce, la France, l’Inde, les États-Unis, l’Afghanistan, l’Italie, l’Iran, le Pakistan, l’Égypte, le Cameroun, le Bénin, le Cuba, et d’autres à venir, j’espère.

Je sais maintenant, par exemple, que parler de pâtes implique de nommer une variété de produits, le spaghetti n’est plus seul, il côtoie différents produits différents tant au niveau de la forme que de  la texture ou de la garniture, le spectre s’étend des momos tibétains au couscous du nord de l’Afrique.

Pendant que certains mangent du pain grillé au premier repas du jour, d’autres mangent des croissants, des brioches, des bagels ou de la semoule de blé. Le repas du soir peut se déguster avec une moussaka, une tourtière, des tapas, des grillons, des cœurs de pigeon ou des shawarmas. Dans un village au coeur de l’Inde, à tous les repas on me servait du riz aux légumes. Aujourd’hui, j’ai compris que même si le nom du repas change, si on me sert une spécialité locale, je vais certainement vivre une nouvelle aventure culinaire et me rassasier. Je me suis affranchi de mes certitudes et je suis ouvert à la diversité.

C’est en abolissant les frontières de l’esprit que la terre que nous foulons pourra offrir une nouvelle place à la table de l’inclusion au monde malgré nos menus différences.

Une chanson de Maxime Le Forestier – San Francisco

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/1107871.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 17 janvier 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , ,

2 réponses à “Au menu de la carte du monde

Souscrire aux commentaires par RSS.

  1. Merci pour ce petit tour du monde! Longue vie à la curiosité qui vous anime!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :