Archives de août 2018

Poussières d’étoiles   Leave a comment

Perséides Mont-Sainte-Anne

À très petite échelle, la texture cosmique se résout en une multitude d’unités élémentaires : les galaxies. Comme des raisins enfouis dans la pâte d’un gigantesque pudding. La comparaison peut se poursuivre. Au four, le pudding va gonfler. Dans le volume de la pâte, les raisins vont s’éloigner les uns des autres, d’une façon uniforme. De même, nous l’observons au télescope, toutes les galaxies s’éloignent lentement les unes des autres. Ce mouvement a été observé pour la première fois il y a une soixantaine d’années. Il se confirme maintenant jusqu’à de très grandes distances.

Installez-vous par la pensée sur un raisin de notre pudding au four. Les raisins voisins s’éloignent lentement. Les plus lointains se déplacent à des vitesses beaucoup plus élevées. Il en va ainsi des galaxies. Certaines d’entre elles, situées aux plus grandes distances accessibles à nos télescopes (environ dix milliards d’années-lumière), filent à 90 % de la vitesse de la lumière (soit 270 000 kilomètres par seconde). Chaque raisin voit le même paysage. Tous ses confrères s’éloignent de lui. Ils s’éloignent d’autant plus vite qu’ils sont plus loin. Notre raisin pourrait se croire le centre du monde. Un instant de réflexion lui évitera cette désillusion. Comme il nous l’évite par rapport aux galaxies qui nous entourent.

Il est difficile de se représenter l’image d’un univers à la fois infini et en expansion. J’ai trouvé l’idée suivante : ramenons le problème à une seule dimension. Imaginons un mètre à mesurer, de longueur infinie (fig. 15). Il s’étend devant nous à gauche et à droite. Des deux côtés, il se perd à l’horizon. Pour les besoins de notre comparaison, le mètre sera en métal. On va le chauffer progressivement sur toute sa longueur. Il va se dilater. La distance entre les unités va s’accroître lentement et uniformément. Partout! L’avantage de l’infini, c’est précisément qu’il n’y a pas de frontière, pas de mur pour nuire à la progression. De même, chaque paire de galaxies voit s’accroître la distance qui les sépare sans que jamais l’espace lui manque. L’espace infini est infiniment dilatable.

Hubert Reeves dans Poussières d’étoiles

Une chanson de Bruce Cockburn – Starwheel

Publié 31 août 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : ,

Arnaud Desjardins, un bonheur non dépendant   Leave a comment

Entretien avec Arnaud Desjardins, par Marc de Smedt :

« J’ai été tellement touché par le livre d’Arnaud Desjardins, « Bienvenue sur la voie » que je lui ai demandé cette faveur : pouvoir enregistrer les questions que j’avais envie de lui poser à la suite de cette lecture. »

Marc de Smedt

Publié 31 août 2018 par dandanjean dans Réflexions trouvées à partager

Tag(s) associé(s) : , , ,

Réparé avec Conscience   Leave a comment

ImAGE Naisance du monde

Il existe caché au fond du jardin de la réalité, Conscience. Il se définit lui-même comme un réparateur, une personne qui est là pour relier ce qui a été séparé par la naissance de la vie, de l’expérience et la découverte.

Nous le savons bien, toute vie commence par la division d’une cellule, et le cycle cellulaire fait en sorte que nous fragmentons le matériel pour constituer une nouvelle forme de vie. La nasissance de la vie. C’est le don du partage de la vie.

Conscience apparait dans le développement d’une personne un peu plus tard. Lorsque celle-ci ressent la nostalgie de son origine, alors, Conscience vient faire quelques apparitions avant de laisser une part de lui-même se fusionner.

Cela permet à une personne de retrouver, par exemple, les liens entre les mots hasard et rencontre, en réintroduisant le concept d’aléatoire.

Pour la personne malade, Conscience permettra de découvrir le langage du corps et de percevoir la maladie comme un processus de changement et non d’un manque.

Pour d’autres, Conscience permet de faire les liens entre les vertus de la quête et de la découverte, tout en percevant que le probable et le possible ont besoin du doute pour atteindre le vrai.

Ou encore, Conscience permet la réparation de la séparation de l’amour et de la sexualité par la reconnaissance de l’existence de sentiment, de l’affection ou de l’importance du don.

Il n’y a rien qui ne peut pas être réparé, tout comme il n’y a rien qui ne peut pas être partagé, surtout lorsque l’on peut agir avec Conscience.

 

Une chanson de Mariee Sioux – Wild Eyes

Les paroles en français sur http://paroles-traductions.com/chanson/montrer/978339/mariee-sioux/paroles-et-traduction-wild-eyes/

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 31 août 2018 par dandanjean dans Contes, Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Le Loup des steppes   Leave a comment

L'oeil

Pour atteindre une forme supérieure de l’humour, il faut commencer par ne plus prendre au sérieux sa propre personne.

*

Si la majorité a raison, si cette musique dans les cafés, ces divertissements de masse, ces êtres américanisés aux désirs tellement vite assouvis représentent le bien, alors, je suis dans l’erreur, je suis fou, je suis vraiment un loup des steppes, comme je me suis souvent surnommé moi-même ; un animal égaré dans un monde qui lui est étranger et incompréhensible.

*

L’être humain ne dispose pas d’une grande capacité de penser ; même le plus intellectuel et le plus cultivé des hommes voit le monde et sa propre personne à travers un prisme de formules très naïves, simplificatrices, qui travestissent la réalité.

*

Vous connaissez cette conception erronée et fatale affirmant que l’homme constitue une unité durable. Vous n’ignorez pas non plus que l’homme se compose en vérité de diverses âmes distinctes, d’un très grand nombre de moi. De façon générale, on considère qu’il est insensé de diviser l’apparente unité de la personne en une foule de personnages. La science a même inventé le terme de schizophrénie pour désigner cela.

Hermann Hesse dans Le Loup des steppes

Une pièce musicale de Steppenwolf – Born To Be Wild

Publié 30 août 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , ,

A quoi sert l’État dans une économie de marché ?   Leave a comment

Si entreprises et ménages sont au cœur d’une économie de marché, pourquoi l’État y occupe-t-il toujours une place conséquente ? La question mérite d’être posée.

Publié 30 août 2018 par dandanjean dans Réflexions trouvées à partager

Tag(s) associé(s) : ,

L’écho joyeux partagé   Leave a comment

IS_140912_cj8zy_rire-istock_sn635

On serait tenté de penser que la joie et la gaieté n’apparaissent que dans des conditions de légèreté, quand nous sommes relaxes et la tête vide.

Pourtant, il y a d’autres états qui nous nourrissent d’une joie différente et intense.

Par exemple, quand l’attention lucide, cet état porté par la conscience et l’amour, se présente. L’instant devient alors le reflet d’une énergie nouvelle et gaie. Vous savez ces états de réalisation de soi où nous sommes en phase avec ceux qui nous entoure.

C’est dans ces moments furtifs et si précieux ou nous avons donné, faisant en sorte que nous entendons chanter la peinture, que nous voyons danser des poèmes, que nous voyons se graver le silence, bref je vous vois sourire …. Je veux dire ces moments de grâce ou nous sortons des sensations établies, des cadres définis et que nous arrivons difficilement à bien décrire.

L’émerveillement, c’est sentir vibrer la vie en soi, et la gratitude, c’est d’en faire l’écho.

Jamais il ne faut l’oublier.

La porte de la sérénité est actionnée par la joie.

Je vous partage cette belle joie vécue aujourd’hui pour ne pas que se perdent ces états. À vous de donner au suivant si le cœur vous en chante.

 

Une chanson de Zaz – Si jamais j’oublie

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/1024281.html

 

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 30 août 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , , ,

Pensées pour moi-même avec Marc Aurèle   Leave a comment

ImAGE lampe

La perfection morale consiste en ceci : à passer chaque jour comme si c’était le dernier, à éviter l’agitation, la torpeur, la dissimulation.

*

Voir le présent, c’est voir tout, et tout ce qui a toujours été, et tout ce qui sera à l’infini. Car en toutes choses il y a identité d’origine et de forme.

*

La perte de la vie n’est pas autre chose qu’une transformation.

*

En te levant le matin, rappelle-toi combien précieux est le privilège de vivre, de respirer, d’être heureux.

*

Prends garde de ne jamais avoir envers les misanthropes les sentiments qu’ont les misanthropes à l’égard des hommes.

*

Rappelle-toi que la vie n’est qu’une suite d’opinions et non de certitudes.

*

Ai-je fais acte utile à la communauté ? Je me suis donc rendu service. Aie toujours et en toute occasion cette maxime à ta portée, et ne t’en dépossède jamais.

Marc Aurèle dans Pensées pour moi-même suivies du Manuel d’Epictète et du Tableau de Cébès

Une pièce musicale de Michel Pépé – Contemplation

Publié 29 août 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : ,

%d blogueurs aiment cette page :