Les nourritures affectives

Boris_Cyrulnik_2014.jpg

La seule révolution physiologique d’une vie humaine, c’est l’amour. Mais autant l’histoire d’amour est universelle, révélant ainsi son enracinement dans notre nature, autant l’histoire de l’amour est incroyablement variée, selon l’époque et le contexte révélant ainsi son enracinement dans nos cultures. L’amour est aussi une révolution culturelle puisqu’il nous fait larguer nos amarres et tenter l’aventure.

*

Quand une femme cuisine, ce n’est pas pour se nourrir, c’est pour créer un scénario d’amour. Une femme seule se nourrit vite en avalant un yaourt, un bol de café au lait, un fruit ou un biscuit. Quand elle cuisine pour quelqu’un, le repas devient une rencontre où l’on échange des affects et des paroles bien plus que des glucides, des lipides et des protides. Quand un homme cuisine, c’est pour jouer, pour tenter une acrobatie culinaire qui provoquera des rires ou des exclamations. Le même chose en soi prend des significations très différentes selon le sexe. la cuisine aussi est sexualisée.

*

La violence est un point de vue, exprimé par des comportements qui ne tiennent pas compte de l’existence de l’autre.

*

La certitude est une antipensée, une litanie intellectuelle.

Boris Cyrulnik dans Les nourritures affectives

Une pièce musicale de Ennio Morricone – Love Theme by

30 000 matins pour renaître

commence-paix-monde-soi-jardin

Un gagnant dans un combat, est juste une personne qui perd un peu de soi. L’oppresseur fait la démonstration qu’il est possible d’assumer l’insupportable, et d’avoir suffisamment d’inconscience pour ne pas s’en rendre compte.

Bien qu’il soit difficile de lui expliquer, ce ne sera jamais la somme des connaissances, le fait d’être capable de lire et d’écrire qui fera un humain conscient. Comment expliquer qu’il s’agit plutôt de cette capacité de se libérer de la peur, de l’intolérance et de l’ignorance?

Un être humain a toujours la capacité de se développer et d’apprendre de ses expériences de vie, quoiqu’elles soient. Rien n’est définitif. Il y a toujours une possibilité de changer.

En naissant, nous avons, en moyenne selon notre espérance de vie, l’opportunité de près de 30 000 matins pour renaître. Imaginez les 720 000 heures de votre vie pour prendre une pause et évaluer votre situation. C’est sans compter les 43 200 000 minutes pour nous ressaisir, ou les 2 592 000 000 secondes pour prendre une décision qui fera la différence.

La paix ne nécessite pas un combat, c’est tout le contraire, il nécessite une ouverture, l’acceptation de l’autre avec un cœur pacifique.

Une chanson de Francis Cabrel – Tout le monde y pense

Les paroles https://www.lacoccinelle.net/964878.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.