Heureusement imparfait

visage_souriant_a_lenvers_sticker_rond-rd7c897a72a2f4652b7b8d1aa4610d1f0_v9waf_8byvr_512

Un jour, on se rend compte que cela n’a pas vraiment de sens de dire que nous grandissons mal ou que nous vieillissons mal. Pour dire cela, il faut se comparer à un idéal.

En même temps, nous nous rendons compte qu’il en a fallu du temps pour accepter notre imperfection.

Les expériences du passé, les souvenirs et les grandes étapes de notre vie sont ce qu’ils sont, et notre jugement en terme positif ou négatif ne saurait en changer une ligne.

La vie coule avec ses événements, ses duretés et ses passions. Le cycle de notre propre nature laisse tomber les feuilles mortes de notre histoire et prépare le terrain pour l’émergence de nouvelles.

Il n’y a pas de vie sacrifiée sans rébellion.  Pour vivre l’accalmie, il y a ce que nous faisons de la vie, par-delà le jugement de la perfection ou des attentes non répondues.

En acceptant le concept de la perfection, nous acceptons du coup la notion de normalité, de standard, et d’exclusion.

J’aime bien l’idée d’être singulier, différent et en évolution créative avec un soupçon de propension à aimer la joie, la tendresse, la gaieté et l’imprévisible.

Une chanson de Daniel bélanger – Imparfait

Les paroles dans la vidéo

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Étant et détaché

respiration conscience

C’est en développant un certain détachement au regard de soi qu’il a pu prendre conscience de la beauté de la vie.  Cesser de tout vouloir selon sa propre volonté. Cesser tout le temps de nommer, ou de s’approprier, ou de définir.

Non pas parce que c’est inutile, mais par souci de mieux équilibrer les choses.  Lorsque l’on brasse l’eau de l’Étant, il faut laisser émerger la Vacuité.

Ce n’est qu’ainsi qu’il a pu découvrir et apprécier que chaque expérience lui permettait de s’imprégner d’une nouvelle source d’enchantement. En étant détaché, il devenait l’étranger qui sommeille en lui-même et qui le réconcilie avec la familiarité et l’intimité.

Comme l’inspiration et l’expiration, il avait besoin de ce moi qui prend tant de place, pour s’en détacher, et ainsi renouveler la création de soi. Il développait ainsi sa manière d’être en restant préservé et à la fois perméable.

Sa présence au monde était parsemée de perles de gratitude et ses actions quotidiennes exprimaient une réalisation spirituelle.

Ce matin, lorsque je l’ai vu passer, j’ai su que le plus beau en l’humain pouvait se réaliser.

Une chanson de Jim et Bertrand – Il me fait du bien

Les paroles sur https://www.le-parolier.net/paroles-jim-et-bertrand-il-me-fait-du-bien.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Émerveillement du cœur

ImAGE amour musique

La différence entre une série de sons et de rythmes désorganisés et la musique réside dans notre capacité à tisser les liens entre ces changements et les silences. Ainsi, entre la cacophonie et un concert, les sens auront amené le cœur à battre la mesure de l’émerveillement.

Il en est de même pour différencier une série de mots et de sons qui émanent d’une personne et l’ode de la caresse de deux âmes qui se touchent et se retouchent en corps.

L’émerveillement du cœur suscite l’enchantement de l’esprit.

Ce n’est pas la note, ni le mot, mais cette synchronicité entre ceux-ci et l’alchimie de nos perceptions qui dévoilent la profondeur où peut se rendre notre âme dans l’impermanence du présent.

Alors, l’émerveillement du cœur devient le silence prononcé.

Une chanson de Samian – Le cœur d’un poète

Les paroles sur http://lyricsportal.com/titre/70904/samian-le-coeur-d-un-poete

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

 

Créathon 2018 – Université Senghor

Le Créathon est un concours d’innovation numérique et pédagogique qui invite les participants à mettre leur imagination au service de la création de connaissances et de richesses. Pour y parvenir, ils doivent, débattre, partager, collaborer… Un vrai travail d’équipe !

Créathon 2018 – Canopé, AUF, Université Senghor

C’est une chose étrange à la fin que le monde

ImAGE plumes envol

Les hommes découvrent et ils inventent. Quand ils découvrent, les unes après les autres, les lois cachées de la nature et ce qu’ils appellent la vérité, ils font de la science. Quand ils se livrent à leur imagination et qu’ils inventent ce qu’ils appellent de la beauté, ils font de l’art. La vérité est contraignante comme la nature. La beauté est libre comme l’imagination.

Copernic découvre. Galilée découvre. Newton découvre. Einstein découvre. Et chacun d’eux détruit le système qui le précède.

Homère invente. Virgile invente. Dante invente. Michel-Ange, Titien, Rembrandt, Shakespeare, Racine, Bach et Mozart, Baudelaire, Proust inventent. Et aucun d’entre eux ne détruit les œuvres qui le précèdent.

*

Il n’y a jamais eu qu’un roman : c’est le roman de l’univers. Et il y a un seul romancier : c’est moi.

*

Il y a l’amour, le savoir, l’intelligence, la curiosité, l’ambition et tous leurs succédanés : la rivalité, la haine, l’envie, la jalousie, la fureur, la bêtise, la folie. Il y a la guerre, le chagrin, le malheur, la révolte. Vous mettez tous cela ensemble, vous secouez le puzzle, vous en faites tomber des morceaux, vous peignez des Vierges, des courtisanes et des pommes, vous sculptez des saints et des héros, vous élevez des pyramides, des temples, des cathédrales, des échangeurs et des ponts suspendus, vous écrivez des romans, des tragédies, des Mémoires, des symphonies, des systèmes de l’univers, des manuels du pêcheur ou du parfait bricoleur et des théogonies. Vous aimez vous souffrez, vous vous souvenez, vous vous massacrez, vous découvrez des vieux : c’est le roman du monde.

Jean d`Ormesson dans C’est une chose étrange à la fin que le monde

Une pièce musciale de Ludovico Einaudi – Oltremare

La folie de l’artiste : créer au bord de l’abîme

Thierry Delcourt présente son ouvrage « La folie de l’artiste ».

Comment Francis Bacon réussit à maîtriser son histoire chaotique en la mettant en scène dans sa peinture violente et souffrante ?

Comment Alberto Giacometti, tel un funambule au bord de la chute, cherche à représenter l’énigme d’une perception de l’être qui ne cesse de lui échapper ?

Comment Vaslav Nijinski, fabuleux danseur et chorégraphe des Ballets Russes, sombre dans la folie après avoir subi des traumatismes dans son enfance ?

Comment Antonin Artaud, confronté à des traumatismes infantiles, oscille toute sa vie entre une création débordante et des accès de folie?

Comment Vincent Van Gogh, pour atteindre le sommet de son art, se met en danger dans sa recherche créative jusqu’à basculer dans le suicide ?

Comment Camille Claudel s’épuise dans sa vie et sa création passionnées pour finir internée sans plus jamais créer ?

Comment Niki de Saint-Phalle, grâce à l’expression artistique, parvient à se soigner d’une dépression profonde liée au traumatisme de l’inceste ?

Pourquoi certains artistes basculent dans la folie tandis que d’autres traversent l’existence sans encombre ?

Pourquoi certains malades trouvent un mieux-être, et parfois la guérison, en créant ? Pourquoi la nécessité obsédante de nombreux artistes à créer sans relâche ?

À chaque éveil

ImAGE porte ciel

J’ai longtemps pensé que le monde est un livre et que le voyage permettait d’en tourner les pages une à une. Je croyais que ceux qui refusent de voyager ne font que regarder la reliure du livre du monde.

Pour qu’un déplacement se transforme en un voyage, la maigie de vivre et le rêve doivent l’habiter.

J’avais l’impression, comme beaucoup d’autres d’ailleurs, que le fait de vivre dans mon pays, dans mes affaires, dans mes meubles, me permettait d’exister. En regardant la fenêtre, je me disais parfois que voyager c’est vivre.

Rêver est le meilleur moyen de se perdre et de se retrouver en même temps. Toute vie peut devenir un voyage à travers le temps et l’espace. Il est possible de vivre un grand voyage par les voies de la lecture, par les voies de l’art, par les voies de la recherche ou par les pas sur la terre sacrée qui voyage elle-même dans l’univers.

Il est précieux de faire de chaque rêve un nouvel éveil.

Une chanson de Maxime Le Forestier et de Michel Rivard – Bille de verre

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.