Archives du tag ‘lâcher-prise

La voie du sourire et du rire   Leave a comment

ImAGE Rires

Il y a des cadeaux que nous pouvons nous offrir qui change une vie. S’ouvrir à la bienveillance, la pratiquer dans un premier temps envers soi-même en est un précieux. Cette bienveillance peut illuminer l’obscurité des temps difficiles. Elle peut faire la différence.

Cette attitude joyeuse et accueillante peut, et cela même durant le temps difficile, abaisser la tension et nous faire voir les choses autrement.

Par exemple, elle peut nous aider à arrêter de faire de la méditation, et de commencer à réellement méditer, à entraîner notre esprit à avoir de meilleures dispositions. Les choses se placent tout doucement et tout devient plus simple, car nous arrêtons alors de lutter contre nos pensées afin de les éteindre, et nous prenons conscience d’elles avec honnêteté et lâcher-prise.

Cette nouvelle disposition libère l’énergie de l’humour, cette capacité à illustrer la joie d’être. Je sais que cela peut sembler pas sérieux comme approche, et c’est le but.

Le sourire et le rire sont de grandes sources d’inspiration et d’aide, ils s’avèrent souvent plus efficaces à semer un changement d’attitude et d’ouverture que tous les discours pour ou contre quoi que ce soit. La lutte nous mènera toujours qu’à un champ de bataille.

Une chanson de Zaz – On ira

Les paroles sur : https://www.lacoccinelle.net/847205.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

Tous ces brins qui nous tissent   1 comment

 

Je vous souhaite de découvrir la bienveillance,

de la saisir et de partager votre joie.

Je vous souhaite de rencontrer des gens

qui vous améliorent,

qui ouvrent cette porte d’humanité en vous.

Je vous souhaite de tisser votre conscience,

car votre qualité de vie est faite

de brins d’efforts,

de brins d’ouverture,

de brins de doutes,

de brins d’amour,

de brins d’échecs,

de brins de lâcher-prise,

de brins de pardon,

de brins de folie créatrice,

de brins d’attention,

et de brins d’acceptation de soi.

La conscience se tisse de ces étapes franchies

et son ouverture a permis de saisir les opportunités.

 

Une chanson du Cirque du Soleil – Alegria

 

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

 

Publié 14 octobre 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

Un mouvement de lâcher-prise créateur   Leave a comment

YouAreHereGalaxy

Nous vivons dans un monde, il faut l’admettre, ou l’incertitude est omniprésente. Nous rencontrons des personnes qui ont leurs propres valeurs, leurs propres cheminements et dont nous ne savons peu de ce qu’ils en feront.

Nous voyons se réaliser tous les jours des événements que nous pouvons expliquer qu’à partir de nos uniques connaissances.

Ce que nous nommons représente la partie de l’univers que nous pouvons reconnaître. Le reste est avant tout mystère.

Et même parfois les mots que nous utilisons représentent des mystères. Qu’est-ce qu’une âme? Une part de soi intangible? Notre essence par delà la matière? L’ombre de notre présence sur terre sous la lumière du grand Esprit?

Dans ce monde d’incertitudes, une réaction dite naturelle est de forger des dogmes, des théories et toute une représentation du monde afin de vouloir tout expliquer, et de chasser l’incertitude. L’idée est de reprendre le contrôle à partir de soi.

J’ai l’intime conviction que l’incertitude est naturelle et, représente la vie dans laquelle je suis un passant. Je développe une conscience qui n’appartient qu’à moi, qui ne désire rien d’autre que la découverte et la créativité qui découle de cet exercice d’équilibre entre le connu et l’inconnu.

De fait, je ne suis rien d’autre que ce reflet singulier de cette projection de la diversité de notre monde. Et c’est lorsque je me connecte à cet état de vacuité, par delà le rêve chimérique de vouloir tout contrôler, surtout en essayant de déterminer quand je serais heureux ou malheureux, que je vis réellement.

L’absence de contrôle absolu n’est pas une perdition, mais un mouvement de lâcher-prise créateur. Car au fond vivre, c’est être sans le vouloir et puis, malgré tout notre bon vouloir à développer, mourir un jour. Alors, que cet état d’être soit un intense éclat d’éveil d’humanité.

 

Une chanson de Daniel B.langer – Dans un spoutnik

Dans un spoutnik
Quand certains soirs tu t’ennuies trop
Regarde dans le ciel tu pourras voir
Comme une lumière qui avance lentement
D’abord on croit en une étoile
C’en n’est pas une :
C’est moi dans un spoutnik
Si tu penses que c’est trop petit
Pour un comme moi et mon gabarit
Faut dire ce n’est pas mon corps qui voyage
Non moi je suis dans mon lit
Mais mon esprit lui est dans un spoutnik
Six milliards
Six milliards de solitudes
Six milliards ça fait beaucoup
Six milliards
Six milliards de solitudes
Six milliards ça fait beaucoup
De seuls ensemble
Ce que j’y fais ne regarde personne
Mais puisque tu me le demandes si gentiment
Je vais te le dire ce que j’y cherche
Tout simplement juste un endroit
À mettre à l’envers et poser mon spoutnik
Poser là mon satellite où c’est la fête
Où les gens ne s’en font plus
Pour quelques heures
Et qui retourneront là d’où ils viennent
Plus forts, plus vrais
À demi invincibles
Six milliards
Six milliards de solitudes
Six milliards ça fait beaucoup
Six milliards
Six milliards de solitudes
Six milliards ça fait beaucoup
De seuls ensemble

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

À chaque éveil   Leave a comment

 

ImAGE Varanési

Nous nous éveillons chaque jour, et parfois c’est un doux plaisir, parfois c’est un fardeau. Pourtant, c’est toujours le même éveil. Il y a dans la vie quelque chose de fascinant et d’étrange, nous pouvons vivre à l’infini des expériences similaire puis un jour, tout bascule, nous cessons de répéter le même événement et nous sommes éveil. J’ai acquis l’intime conviction qu’il est possible de comprendre ce qui nous tient réellement à cœur, l’éveil, l’amour, le bonheur ou la compassion, que si nous perdons ce repère qui ramène tout vers soi, et, une fois le renoncement accepté, nous pouvons alors vivre l’expérience comme une gratification et non comme but à atteindre.

La vie est par delà ce qui se démontre, elle est ce qui se construit dans notre cœur avec gratitude.

Aimer être.

Aimer se réaliser.

Aimer se créer.

Aimer s’éveiller ce matin…

Heureux… et porteur de cette différence.

Une chanson de Louis Armstrong version complète – What A Wonderful World 

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Publié 17 septembre 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , , ,

Sherpa   Leave a comment

Au début de sa quête, il cherchait des maîtres qui auraient pu répondre à toutes ses interrogations et calmer ses doutes. Il a parcouru bien des pays pour gravir bien des montagnes afin d’atteindre le sommet et trouver la sagesse qui apaise.

Puis, devant tant d’effort et peu de résultats, il a voulu tout abandonner. Heureusement, au lieu de faire cela, il a juste lâcher-prise et reporté la quête. Il a pris un peu de recul et il s’est enfoncé dans la région himalayenne.

Un jour, il a rencontré un sherpa, un homme de ce groupe ethnique de la vallée de Khumbu et qui agissait comme guide et passeur. Ils se sont liés d’amitié et il s’est laissé guider à travers les montagnes et les différents sommets. Leurs nombreux échanges étaient rafraichissants et abordaient les moments simples de la vie.

Avec le temps, il avait constaté que malgré le fait qu’il était très loin de la mer, il lui arrivait souvent de rencontrer des noyés en altitude, ces êtres qui ont tout misé sur l’effort physique etqui dorénavnat manquent d’air et coulent vers le sommet sans voir et encore moins apprécier le paysage et l’instant présent.

C’est lorsqu’il a refait les pas dans certains sentiers qu’il avait pourtant déjà foulés qu’il a pris conscience que lentement une sagesse du présent prenait forme tout en grimpant.

Puis, ils sont devenus mutuellement guides et passeurs pour l’un l’autre. Ainsi, atteindre un sommet puis en redescendre n’était plus un but, mais une autre opportunité d’émerveillement. Et lorsqu’ils rencontraient des maîtres, ils se saluaient avec ce sourire de la reconnaissance de la vie.

Aujourd’hui, il est une sorte de sherpa dans une école et il enseigne aux enfants.

Une chanson de ZAZ – T’attends quoi

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

 

La nature a horreur du vide?   2 comments

ImAGE univrs
Il m’est souvent arrivé d’entendre l’expression « La nature a horreur du vide » du philosophe grec de l’époque antique, Aristote. Il faisait le constat dont la nature exige que tout espace soit rempli de quelque chose, même si ce quelque chose est incolore et inodore.

La science moderne nous démontre d’une certaine façon le contraire. Puisque tout autour de nous est parsemé d’atomes et de particule, dans les faits, à l’échelle microscopique, nous pouvons voir le vide dans lesquels gravitent les électrons et leurs noyaux retenus par les forces nucléaires. Vide, que notre condition d’être macroscopique nous empêche d’observer directement. La nature n’a donc pas horreur du vide, elle en est composée.

Alors, si matière et vide se côtoient à petite et grande échelle, nous devons aussi être conscients qu’il en est de même à l’échelle humaine.

Je ne pratique pas l’entraînement de l’esprit pour faire le vide en permanence dans mon esprit, car ainsi je serais mort. Il est toutefois possible de prendre la mesure du présent, de ce vide qui est présent dans la vie, et de nous y plonger tout en étant conscient que la matière de notre esprit, les émotions et les pensées viennent graviter dans cet espace libre et elles sont retenues par l’impression de manquer de quelque chose souvent sous forme d’espoirs et de peurs. L’entraînement de l’esprit nous permet d’en prendre conscience et de nous détendre de nous-mêmes. Au lieu de tenter de nous accrocher à un espoir qui nous fuit tout le temps entre les doigts, nous pouvons accueillir ce vide de présent afin d’accompagner toute forme de matière. Il n’y a rien d’extraordinaire à avoir de l’espoir ou de la peur quand on affronte l’inconnu. Dans l’entraînement de l’esprit, après la notion d’engagement et de persévérance, la notion de douceur est fondamentale. Ne pas être trop dur avec soi-même, accepter notre condition actuelle malgré nos imperfections, nos doutes ou nos erreurs.  En somme, s’entraîner non pas pour être sage ou pour gagner le grand concours de je ne sais quoi, mais pour vivre simplement et habiter réellement un corps avec un esprit sain.

Il y a des expériences formidables dans des gestes simples, par exemple, expirer. Habiter l’expiration nous permet de découvrir cette capacité à lâcher prise et de nous ouvrir à sa fin à cette forme de partage du vide avec la nature qui nous entoure. Il s’agit en fait d’une énergie douce et incroyable qu’est cette simple capacité de renoncer aux choses quand ce n’est plus utile ou qu’il le faut.

Une chanson de Pink Floyd interprétée par David Gilmour – Wish you were here 

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Mes 10 sentiments préférés   Leave a comment

Solange te parle de ses 10 sentiments préférés.  Moi aussi j’aime et je partage.

 

 

%d blogueurs aiment cette page :