Archives du tag ‘peur

Vivre, ce n’est pas seulement réussir   2 comments

Pas seul

Nos premières tentatives pour séduire une personne que nous désirons sont une période de grand apprentissage. Après l’avoir côtoyée, avoir partagée quelques moments, et, que nous sentons une certaine affinité, la réponse négative qu’elle offre ouvre une nouvelle porte en nous. C’est l’une des premières fois où nous constatons que nous ne ressentons pas tous la même chose, nous ne jugeons pas de la même façon, nous ne vivons pas de la même manière les événements et ce que nous supposons que l’autre pense est parfois faux.

Puis, cette vérité nous met sur la défensive et nous tentons dorénavant de mieux interpréter les autres. Lentement, la crainte s’installe, et nous avançons dans la vie par essais et erreurs, par attentes puis par projections courageuses dans l’action. La peur d’être jugé prend une plus grande importance et la critique devient une blessure au lieu d’une opportunité d’apprentissage. Il arrive alors qu’avant même que l’autre puisse envisager de nous rejeter, nous l’avons déjà fait nous-mêmes.

Comprendre ce mécanisme de notre esprit est une étape cruciale, car nous prenons conscience de l’effet de l’estime de soi sur notre vie. L’un des éveils à soi commence par accepter ce que nous sommes sans faux fuyant, apprécier l’autre malgré la critique, accepter la distance ou même le silence. Cesser de vouloir tout retenir, tout prendre pour tout simplement accueillir est une bonne façon de se redonner une capacité d’agir à partir de notre propre nature. Vivre, ce n’est pas seulement réussir.

Une chanson de ZAZ – Trop sensible

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Se déposséder de la peur de liberté   Leave a comment

liberte

Nous utilisons le mot liberté à beaucoup d’occasions, mais dans les faits, nous en avons peur. Vivre sans filet, amasser peu et vivre au jour le jour pour trouver réponse à nos besoins demande du courage.

Il est surprenant de constater que lorsque nous partons en voyage, avec un petit sac, nous devenons, au bout de quelques jours, agiles à nous adapter, à trouver ce qu’il nous faut dans ce nouvel environnement. Et, lorsqu’il n’y a pas ce que nous cherchons, souvent le test de la pertinence largue une autre routine ou habitude qui n’a plus sa place.

Aussi, il est surprenant de constater comment nous nous encombrons de beaucoup de choses justes pour avoir l’illusion de nous installer dans la vie. Celui qui a eu à libérer une maison ou un logement d’un proche décédé réalise à quel point garder autant de choses en quantité est possible. Il faut vivre dans la peur de la liberté pour bien comprendre.

Tant de bibelot, de livres, de vêtements, d’outils, de boîtes et pourtant la vie était en dehors de ceux-ci. Emmagasiner des vêtements ou de la nourriture pour créer sa vie créativité est autre chose que d’encombrer une vie.

Se désencombrer c’est reprendre le contrôle de sa vie, vivre en fonction d’un réel besoin, se demander ce qui est essentiel, et reconnaître ce qui obstrue la vision.

En faisant à chaque début de saisons l’exercice de revisiter ce que nous possédons (vêtements, livres, meubles, etc.), nous reprenons le sens de notre environnement.

Recycler, donner, ouvrir l’esprit, agir avec compassion et partager, c’est aussi se désencombrer. Il est bon de laisser notre esprit s’élever de tout ce qui divise, enferme ou contraint.

La vie est plus qu’un risque, elle est offre tant d’opportunité, de renouveau qui vaut la peine d’être vécue.

Une chanson de Papillon Paravel – J’arrive où je suis étranger

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Victime des autres   Leave a comment

66684_guy-corneau

Pour parler plus légèrement de ce combat entre l’ombre et la lumière, j’ai eu l’idée de composer un conte, un conte avec un dragon qui garde un trésor. Le dragon représente la personnalité. Le trésor représente l’individualité retrouvée. Et le héros représente le Disciple de la vie déterminé à sortir de son ignorance. Vu sous un autre angle, nous pourrions dire que le trésor symbolise l’autonomie de l’être et que le dragon incarne les épreuves de la vie qui doivent être affrontées pour entrer en possession de la richesse qu’est sa liberté.

Il faut d’abord savoir que le dragon a derrière lui des siècles d’expérience. Peu d’êtres lui ont échappé véritablement. Il se moque des armes modernes. Vous pouvez faire sauter sa caverne à coups de missiles ou lui trancher la tête à l’arme automatique ; ce sont des solutions temporaires. Un jour ou l’autre, vous trouverez une queue de dragon dans un placard oublié. Rien ne sert de courir, il ira toujours où vous allez puisqu’il est en vous-même.

Pour qu’il accepte de libérer ses victimes, on doit l’affronter en combat singulier, au corps à corps. Il faudra foncer sans crainte d’y perdre des plumes, sans peur d’avoir peur.

Victime des autres, bourreau de soi-même, Guy Corneau

Une pièce de Estas Tonne – The Song of the Golden Dragon

Publié 30 avril 2017 par dandanjean dans Livres

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Peurs et timidité   Leave a comment

Petit conte visuel pour illustrer le pouvoir de la timidité et de la peur dans nos vies.

Publié 30 décembre 2016 par dandanjean dans conte, Santé et bien-être

Tag(s) associé(s) : , , ,

Les émotions en point de mire   Leave a comment

liberte

Les émotions émergent en nous et peuvent parfois bouleverser notre vie. En ce sens, les émotions sont précieuses. Elles apparaissent comme des événements dans nos vies, certains ont un effet physiologique sur nous, la peau change de couleur, nous avons une hausse de battement de cœur, une hausse de température, parfois un choc. Les émotions sont souvent perçues comme des fenêtres laissant paraître nos faiblesses. Par exemple, pleurer, ou rougir suite au compliment d’une personne qui nous attire. Est-ce vraiment le cas?

Souvent, lorsque nous abordons la question des émotions, nous abordons la notion de contrôle et indirectement la notion de bien ou mal. Chose certaine, les émotions peuvent changer de façon permanente notre représentation du monde.

Il est bon de prendre du recul et d’analyser nos émotions. En y regardant bien, il est difficile de tout trancher entre bon et mauvais. Chacune de nos émotions se déplace sur un même axe graduant ce qui est bon pour nous et ce qui est mauvais pour nous. Nous pourrions penser que la colère et la peur sont de mauvaises émotions pour nous. Mais, parfois, ces émotions peuvent nous défaire de nos chaines ou encore, nous sauver la vie en nous faisant réagir de façon appropriée. C’est lorsque nous laissons une émotion prendre le contrôle de notre vie, s’installer et s’enraciner que les choses se compliquent. Bien que la haine est une transformation de la colère qui s’est fixée corrompant la personnalité et le fonctionnement émotionnel, elle rend la personne plus susceptible de réagir avec colère plus souvent. Les émotions vont et viennent. La peur peut se manifester de manière constructive ou destructive. La joie de revoir quelqu’un et la joie du sadique qui s’avance vers nous sont de deux registres différents.

Toutes les émotions, puisqu’elles reposent sur cet axe graduant, peuvent susciter du plaisir. L’industrie de la consommation a bien intégré l’utilisation des émotions, pensez aux films d’horreur ou peur et plaisir se côtoient, aux livres d’amour qui nous feront pleurer avec un certain plaisir, aux sports extrêmes ou nous côtoyons le plaisir et la peur.

Les émotions se manifestent quand les informations parvenues au cerveau ont mis ce dernier sur le qui-vive, et cet événement se vie mieux si nous ne résistons pas à celui-ci. Ceux qui tentent de le refouler constatent que quelque temps plus tard, les émotions resurgissent de façon inappropriée. Du fait que les émotions ne sont pas des phénomènes émanant d’une intention rationnelle, il est important de les reconnaître et d’en saisir le potentiel de transformation pour nous. Les émotions sont plus intenses chez les personnes sensibles qui perçoivent et décodent plus de stimuli. Ainsi, ils les accueillent de façon plus vive. Ils ressentent plus intensément que la moyenne.

Lorsque tout s’emballe, il est judicieux de prendre le temps de se retirer quelques minutes, pas pour refouler, mais pour décoder, identifier, percevoir ce qui se passe et se donner la capacité de bien intégrer, de bien s’adapter, de trouver des moyens d’autoapaisement afin d’éviter l’excès que nous ne désirons pas vivre. Cette approche est aussi vraie pour les émotions entraînant la panique ou la colère que pour les émotions entraînant l’excitation. Souvent, le moyen le plus simple passe par notre corps. Reprendre le contrôle de notre respiration, s’asseoir et méditer, aller marcher, écrire ce qui est vécu, changer de pièce ou se recentrer devant un miroir, etc.

Les émotions nous sont précieuses et elles ont un potentiel puissant pour nous guider vers notre propre nature.

Une chanson Ariane Moffatt – Point de mire

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

L’utilité d’un coucher de soleil   Leave a comment

couche_de_soleil

Parfois, nous arrivons à ne rien faire et tout se passe bien. Lorsque nous faisons une sieste ou encore lorsque nous sommes à la plage. Nous faisons quelque chose d’utile pour nous.

Mais, il arrive des moments ou il n’est plus facile de ne rien faire. Nous avons l’impression qu’un vide s’approche, que le sentiment d’inutilité est omniprésent. C’est en quelque sorte l’ennui qui s’est installé. Il arrive, quand nous pratiquons l’entraînement de l’esprit, que ce sentiment d’inutilité s’installe.

La vacuité se dévoilera alors qu’à ceux qui ne sont pas pressés de comprendre. C’est comme un coucher de soleil, nous ne pouvons pas retenir la lumière, il nous faut entrer dans la noirceur, prendre le temps d’adapter nos yeux à cette nouvelle réalité, et laisser cette énergie en nous éclairer notre vie.

Il est bon de développer cette attitude lorsque l’ennui s’installe, lorsque le sentiment d’inutilité s’introduit en nous. En s’agitant nous pouvons fuir l’ennui et le vide, nous occuper, nous sentir utiles et importants. Vous le savez déjà, il y a tant de personnes qui sont fières d’être occupées.

Il en est de même lorsque nous regardons le coucher de soleil, nous pouvons rester quelques minutes, puis partir, car nous voulons nous occuper à quelque chose nous apparaissant d’utile.

Nous pouvons aussi décider de rester là, apprivoiser l’instant, s’entraîner à être par petits événements, cesser de prendre que des morceaux de vie dans une perspective d’instrumentalisation pour notre ego et ainsi transcender le sentiment d’inutilité, et entrer dans la vie laissant naître la joie qui est tapie dans cette vacuité.

Une chanson de Michel Pépé – Contemplation

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Les sentiers de Carl Gustav Jung   Leave a comment

 

AVT_Carl-Gustav-Jung_1533

 

15 citations pour mieux saisir le personnage et son originalité:

L’homme mérite qu’il se soucie de lui-même car il porte dans son âme les germes de son devenir.

*

Nous nous rencontrons maintes et maintes fois sous mille déguisements sur les chemins de la vie.

*

Ce que nous évitons de reconnaître en nous-mêmes, nous le rencontrons plus tard sous la forme du destin

*

Les gens feront n’importe quoi, peu importe l’absurdité, afin d’éviter de faire face à leur propre âme.

*

Les destins guident ceux qui les acceptent. Ils traînent ceux qui les refusent.

*

Ce n’est pas en regardant la lumière qu’on devient lumineux, mais en plongeant dans son obscurité, mais ce travail est souvent désagréable, donc impopulaire.

*

La plus petite chose dotée de sens a plus de valeur dans une vie que la plus grande chose si elle en est dénuée.

*

L’homme peut réaliser des choses étonnantes si elles ont un sens pour lui.

*

Je ne suis pas ce qui m’est arrivé, je suis ce que je choisis de devenir.

*

Trouvez ce dont une personne a le plus peur et vous saurez de quoi sera faite sa prochaine étape de croissance

*

La solitude ne vient pas de l’absence de gens autour de nous, mais de notre incapacité à communiquer les choses qui nous semblent importantes.

*

Un homme qui n’a pas traversé l’enfer de ses passions ne les a jamais surmontées.

*

Si on ne comprend pas une personne, on a tendance à le considérer comme un imbécile

*

Tout ce qui nous irrite chez l’autre peut nous aider à mieux nous comprendre.

*

Il est une belle vieille légende d’un rabbin à qui un élève rend visite et demande : « Rabbi, dans le temps, il existait des hommes qui avaient vu Dieu face à face; pourquoi n’y en a-t-il plus aujourd’hui ?

Le rabbin répondit : « Parce que, personne, aujourd’hui, ne peut plus s’incliner assez profondément. » Il faut en effet se courber assez bas pour puiser dans le fleuve.

Une chanson de Santana – Put Your Lights On ft. Everlast

 

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Publié 12 juin 2016 par dandanjean dans Livres

Tag(s) associé(s) : , , , , , , ,

%d blogueurs aiment cette page :