Archives du tag ‘peur

Ses propres réponses   Leave a comment

COP-810x456

Et si j’avais le pouvoir d’effacer d’un seul trait la peur que vous avez ressentie depuis hier, et de faire de même avec tous les comportements que vous avez développés suite à celle-ci?

Et si j’étais capable par la suite de faire disparaître l’inquiétude qui y était demeurée? Avec les pensées anticipatoires?

Probablement que vous commenceriez à appréhender l’instant présent. Puis viendrait la question : qu’est-ce qui ne va pas en ce moment?

En prononçant votre propre réponse, vous auriez conscience qu’il ne me resterait plus rien à faire ou à dire, car vous auriez compris que la réponse est vous et rien d’autre?

Apprendre à laisser émerger nos propres réponses représente ce qui, en tout temps, peut grandement nous aider à faire face à nos peurs et inquiétudes.

 

Une chanson de Jean-Jacques Goldman interprétée par ZAZ – Si

Les paroles sont sur https://www.lacoccinelle.net/880751.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

 

 

La prophétie du Roi du Monde ou la peur de devenir   Leave a comment

 

étoiles déraillent...

Le houtouktou de Narabanchi me raconta ceci quand je lui fis une visite à son monastère au commencement de 1921 :

Quand le Roi du Monde apparut devant les lamas, favorisés de Dieu, dans notre monastère, il y a trente ans, il fit une prophétie relative aux siècles qui devaient suivre. La voici :

« De plus en plus les hommes oublieront leurs âmes et s’occuperont de leurs corps. La plus grande corruption régnera sur la terre. Les hommes deviendront semblables à des animaux féroces, assoiffés du sang de leurs frères. Le Croissant s’effacera et ses adeptes tomberont dans la mendicité et dans la guerre perpétuelle. Ses conquérants seront frappés par le soleil mais ne monteront pas deux fois ; il leur arrivera le plus grand des malheurs, qui s’achèvera en insultes aux yeux des autres peuples. Les couronnes des rois, grands et petits, tomberont : un, deux, trois quatre, cinq, six, sept, huit… Il y aura une guerre terrible entre tous les peuples. Les océans rougiront… la terre et le fond des mers seront couverts d’ossements… des royaumes seront morcelés, des peuples entiers mourront… la faim, la maladie, des crimes inconnus des lois, que jamais encore le monde n’avait vus.

Alors viendront les ennemis de Dieu et de l’Esprit divin qui se trouvent dans l’homme. Ceux qui prennent la main d’un autre périront aussi. Les oubliés, les persécutés, se lèveront et retiendront l’attention du monde entier. Il y aura des brouillards et des tempêtes. Des montagnes dénudées se couvriront de forêts. La terre tremblera… Des millions d’hommes échangeront les chaînes de l’esclavage et les humiliations, pour la faim, la maladie et la mort. Les anciennes routes seront couvertes de foules allant d’un endroit à un autre. Les plus grandes, les plus belles cités périront par le feu… une, deux, trois… Le père se dressera contre le fils, le frère contre le frère, la mère contre la fille. Le vice, le crime, la destruction du corps et de l’âme suivront… Les familles seront dispersées… La fidélité et l’amour disparaîtront… De dix mille hommes, un seul survivra… il sera nu, fou, sans force et ne saura pas se bâtir une maison ni trouver sa nourriture…

Il hurlera comme le loup furieux, dévorera des cadavres, mordra sa propre chair et défiera Dieu au combat… Toute la terre se videra. Dieu s’en détournera. Sur elle se répandra seulement la nuit et la mort. Alors j’enverrai un peuple, maintenant inconnu, qui, d’une main forte, arrachera les mauvaises herbes de la folie et du vice, et conduira ceux qui restent fidèles à l’esprit de l’homme dans la bataille contre le mal. Ils fonderont une nouvelle vie sur la terre purifiée par la mort des nations. Dans la centième année, trois grands royaumes seulement apparaîtront qui vivront heureux pendant soixante et onze ans. Ensuite il y aura dix-huit ans de guerre et de destruction. Alors les peuples d’Agharti sortiront de leurs cavernes souterraines et apparaîtront sur la surface de la terre. »

Bêtes, hommes et dieux de Ferdynand Ossendowski

Une pièce musicale de Pat Metheny – Red Sky

Publié 11 avril 2018 par dandanjean dans Contes, Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , ,

Le sapeur de sa peur   2 comments

Peurs

 

Sapeur: J’ai besoin d’entendre une parole porteuse de sagesse?

B. Attitude: N’ai pas peur!

Sapeur: C’est cela la sagesse, ne pas avoir peur?

B. Attitude : La peur a beaucoup de pouvoir sur nos vies. Elle peut te fait dévier de ta route. La peur peut t’amener à penser différemment, elle peut te donner l’envie de posséder l’autre pour te rassurer, elle peut te donner le goût d’empêcher les autres de s’exprimer afin de garder le contrôle et elle peut t’empêcher d’aller de l’avant.

Sapeur: Alors pour toi c’est la sagesse? Pour moi c’est un conseil et non la sagesse. La sagesse me semble plus de l’ordre des idées, par exemple lorsque nous vivons selon ce qui est juste et morale.

B. Attitude : En effet, la sagesse s’épanouie avec une conscience assumée capable d’identifier les obstacles que notre esprit dresse devant nous. Les événements sont des expériences, la peur, l’un des spectres de l’esprit.

Sapeur: Pour cesser d’avoir peur je dois taire mon esprit?

B. Attitude : Les personnes décédées y arrivent facilement. Pour les vivants, il est préférable de laisser l’esprit fonctionner et d’accepter la peur. Cela veut dire se sortir de la situation lorsqu’il y a un réel danger, ou encore l’accepter comme un signal ouvrant une nouvelle remise en question en nous. Composer avec la peur implique de la vigilance, de l’acceptation, de l’attention et de l’écoute.

Sapeur: Alors, si j’assume ma peur et je compose avec au lieu de la subir je serai plus sage?

B. Attitude : Non, mais tu seras plus paisible en développant un nouvel art de vivre et tu auras actualisé une parole porteuse de sagesse …

 

Une chanson de Sacha Distel – L’incendie à Rio

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/1200184-sacha-distel-l-incendie-a-rio.html

 – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 1 mars 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , , , ,

L’interrupteur de la peur   Leave a comment

La peur est présentée ici comme une forme d’obscurité. à partir de cette image, on propose des moyens non pas pour combattre la peur, mais pour y apporter de la lumière à partir d’un interrupteur.

Publié 11 janvier 2018 par dandanjean dans Réflexions trouvées à partager

Tag(s) associé(s) : , , ,

Monsieur Ramesh et la peur   Leave a comment

Avons-nous peur d’avoir peur?

C’est une question que pose Mr. Ramesh depuis son comptoir de dépanneur.

Ce joyeux commerçant de quartier fait don de sa réflexion sur le sujet tout en rappelant l’importance d’apprivoiser la peur afin de maintenir notre capacité d’ouverture face à la diversité ou l’inconnu.

Mr. Ramesh, c’est André Sauvé! Auteur, scénariste et acteur.

Publié 3 janvier 2018 par dandanjean dans Réflexions trouvées à partager

Tag(s) associé(s) : , ,

La peur de la mort et Christiane Singer   Leave a comment

christiane-singer

Il y a une anecdote qui me remonte, un petit garçon dont on m’a raconté que devant un coucher du soleil il s’est mit à pleurer, devant l’océan, il s’est mit à pleurer, et il a dit :  » ohhhh, mon Dieu pourvu que les poissons ne le mange pas !!!

Mais sentez ce qu’il y a la dedans et je me demande si notre relation à la mort n’est pas une erreur optique comme celle du petit garçon ! hein ? l’effroi que nous avons de la mort de cette ignorance que le soleil part éclairer d’autres univers…la peur de la mort comme erreur optique…

 

Choisis la vie et tu vivras de Christiane Singer

Une chanson de Loreena McKennitt – The Mystic’s Dream

Les paroles traduites sont sur https://www.lacoccinelle.net/281303-loreena-mckennitt-the-mystic-s-dream.html

Publié 13 décembre 2017 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , ,

Faire le deuil de la souffrance   Leave a comment

ImAGE Liberté

 

Quand on s’y attarde un peu, nous constatons que la souffrance que nous vivons a souvent comme origine un désir qui nous tient à cœur. La recherche de ce qui nous semble salutaire, mais inaccessible nous fait souffrir.

De cette perspective, la réalité seule n’est pas suffisante. Nous voulons l’améliorer et le manque ou le refus d’un aspect de la réalité prend toute sa place.

Par notre souffrance, s’exprime notre refus de notre situation et surtout l’état émotionnel difficile qu’elle déclenche.

Contrairement à ces situations où nous ressentions une émotion acceptée, la souffrance exprime une réaction vive et émotive à la fois contre la perception de notre réalité extérieure et contre nous-mêmes.

Vient ensuite cette prise de conscience que nous aurions aimé mieux ne pas ressentir ce que l’on ressent.

Pour sortir de la souffrance, il nous faut faire cet incontournable deuil, celui du désir à son origine, puis de notre représentation tronquée de la réalité modifiée par ce désir et l’effet en cascade d’autres refus qui en découle.

Il n’est pas toujours facile de lâcher-prise, de faire le deuil d’une représentation du monde qui nous entraîne dans la mauvaise voie, de se retrouver, se pardonner, et pardonner par acceptation de devenir autrement.

Mais, la réalité est, qu’en vivant un deuil, nous survivons, ne serait-ce qu’un bref instant de vie, à ce qui nous a fait souffrir.

Une chanson de Louis Armstrong – What A Wonderful World

Les paroles traduites sont sur https://www.lacoccinelle.net/244163.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2017 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

%d blogueurs aiment cette page :