Archives du tag ‘Peurs

Le songe qui parle à Peur   Leave a comment

Nos peurs nos choix

Un petit songe s’approcha de l’oreille de l’enfant qui dormait d’un sommeil agité, et il se mit à parler tout doucement à l’oreille, presque un murmure, un léger sifflement. Le songe ne voulait pas réveiller l’enfant.

Sais-tu qui tu es vraiment?

On t’appelle Peur, mais dans les faits, je sais que ce n’est pas ton vrai nom, que tu n’existes que par l’expression d’une faiblesse. Un jour, les humains vont découvrir que ton nom vient de ton créateur, le désespoir.

Tu profites d’un moment de doute, ou l’événement nous fait fermer les yeux à notre issu pour venir t’imposer.

Avec du courage certains te font taire et utilisent ton énergie pour sublimer la difficulté que tu as exploitée. Le courage est un levier puissant, car elle utilise l’énergie consciente.

Face à un événement générant de la peur, la personne qui garde sa conscience, son calme et qui sait que la situation peut être contournée, se projette dans le présent en cherchant l’opportunité, recherche les appuis, puis passe à l’action. On dira qu’elle est courageuse. Toutefois, toi et moi savons que cette personne sait avant tout utiliser ton énergie pour sublimer la difficulté que tu as exploitée.

Toute personne qui aura compris que tu t’installes dans sa vie parce que tu as fait germer l’impatience, tu as endormi la quiétude, tu as semé l’inquiétude tout en incitant l’esprit à se refermer au lieu d’agir en présence, cette personne pourra se redonner sa capacité d’agir.

Un jour, chère amie Peur, tu verras que d’autres humains se rappelleront ce que je leur raconte à leur éveil.

Une chanson de Daran – Pas peur

Les paroles et les accords sont sur  https://www.boiteachansons.net/Partitions/Daran/Pas-peur.php

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

 

Publié 10 janvier 2018 par dandanjean dans Contes, Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Savoir gérer les angoisses   1 comment

Rav Yehia Benchetrit traite de la question d’entretenir nos angoisses. Un petit message de d’une vision humaniste.

Une approche pragmatique de la vie et de notre gestion des émotions.

Publié 30 décembre 2017 par dandanjean dans Réflexions trouvées à partager

Tag(s) associé(s) : ,

Tout comme toi   Leave a comment

Je suis, tout comme toi, je n’ai pas une opinion sur tout, et c’est très bien. Cela nous donne la possibilité de continuer à découvrir et à explorer.

De même, tout comme toi, j’ai parfois peur devant l’inconnu, et c’est très bien. Cela nous permet de sortir de nos zones de confort et de faire de notre vie une expérience nouvelle.

Et si parfois, tout comme toi, j’ai conscience de mes imperfections, c’est très bien. Ainsi, nous avons la chance de réinventer une nouvelle forme de beauté sous notre propre singularité.

Tout comme toi, je suis un être d’émotions, et c’est très bien. Cela nous permet de prendre conscience des racines de notre nature humaine et de nous laisser emporter par l’émerveillement d’un présent qui nous est offert.

Une chanson de Jean-Jacques Goldman _ Comme toi

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2017 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

 

Enlever la cape de fatalité   Leave a comment

image-amitie

L’auteure d’Harry Potter, Joanne K. Rowling, a su utiliser intelligemment un outil magique, la cape d’invisibilité. Cette cape permet, une fois que nous l’avons mise sur soi, de disparaître aux yeux des autres tout en continuant à vivre. Cela nous permet de vivre en retrait, mais nous ne participons plus activement avec les autres, nous sommes déphasés, dans une espace parallèle.

Elle s’est inspirée d’un outil que connaissaient bien les alchimistes, la cape de fatalité. Il s’agit de cette cape qui se dépose sur nos épaules dès que quelque chose de difficile apparaît. Elle nous donne l’impression que tout part en vrille, que c’est perdu d’avance ou que nous ne pouvons plus rien y faire.
Par exemple, je rencontre une personne que ce soit au travail ou dans notre vie personnelle, nous avons des débuts difficiles et je suis certain que cela ne va pas changer et que rien ne marchera entre nous.

Il y a même des personnes qui connaissent des débuts de vie difficile en raison de leur milieu familial, de leur environnement social ou de leur état de santé et qui auront hérité de cette cape sur les épaules dès la jeune enfance. Le maintien de cette cape sur les épaules fera en sorte que les relations ultérieures seront teintées d’un appel au secours pour faire émerger ces personnes fatalistes à la vraie vie.

Lorsque ces personnes réussissent à faire tomber cette cape de fatalité, elles découvrent que les expériences de la vie, de quelques nature qu’elles soient, ne sont jamais un échec et que parfois la peur engendrée nous est utile pour mieux nous adapter sereinement aux circonstances. Elles auront réussi, en laissant tomber cette cape, à enlever ce qui nuisait à la présence leur permettant ainsi d’accueillir la vie avec une pleine conscience. Laisser tomber la cape veut souvent dire de se laisser toucher différemment, et directement par notre histoire, nos expériences troublantes et, de relâcher la tension.

La vraie magie de la vie n’est pas de posséder une cape pour ainsi altérer la réalité. La vraie magie de la vie est tapie dans cette capacité à accepter la transformation, le passage de ce qui est inconnu ou difficile, à l’appréciation d’une autre réalité bienveillante ou il y a de l’espace pour la diversité.

 

Une chanson de Alexandre Poulin – Le temps qu’on tremble

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Publié 17 octobre 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

La force qui fait grandir   Leave a comment

citation danse Nietzsche

 

Il n’y a pas que l’entraînement physique qui permet de développer la force et l’endurance.

Oui, c’est une voie dans les possibles, mais ce n’est pas la seule.

Les accidentés de la vie vous le diront, il y a du bon à retirer dans un arrêt imprévu de notre parcours. Cet arrêt, bien que douloureux, permet de saisir l’occasion de faire connaissance avec d’autres ressources en nous.

Ils ont découvert que la véritable force ne réside pas dans les muscles, mais dans l’acceptation de sa propre vulnérabilité. Aucun régime hypocalorique couplé à des tractions à répétitions peut vous garantir la force nécessaire pour toutes les épreuves.

Tout comme les coureurs de longue distance, la véritable force ne réside pas dans la capacité de foncer le plus rapidement possible. La véritable force implique l’endurance, cette capacité à reconnaître les douleurs, à comprendre et à gérer les séquelles qui peuvent en découler, et à prendre en compte de l’état psychique et émotionnel.

Ainsi, nous pouvons repérer une personne qui a su développer son plein potentiel par quelques indices, elle regarde lucidement ses propres imperfections, elle supporte celles d’autrui, et elle est capable d’intégrer ses peurs dans son entraînement.

 

Une chanson de Jean Jacques Goldman – Le coureur

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

En retirant l’étiquette   Leave a comment

 

Nous vivons dans un monde ou pour donner de la valeur aux choses nous avons le réflexe d’y accoler une étiquette.

Cette étiquette permet d’en évaluer la valeur, le rang et l’importance. Dans un magasin, nous déterminons l’importance des choses en fonction notamment du prix et du positionnement au plan du rôle social déterminé par la mise en marché.

Dans les autres sphères de notre vie, nous adoptons souvent la même attitude, nous allons regarder un événement en fonction de l’importance que nous lui accordons, nous allons lire un livre ou écouter une pièce musicale en fonction de l’étiquette virtuelle que nous lui avons attribuée notamment en fonction de notre chaîne de valeur.

Ainsi, pour beaucoup d’entre nous, le grand savoir est cette capacité à étiqueter chaque chose, de tout catégoriser pour que tout ait une place déterminée, logique et utile. Et si cette volonté de tout contrôler dans notre environnement prenait sa source dans la peur qui nous habite, la peur de l’inconnu, du fortuit, de l’imprévisible, du manque de sécurité?

Que se passerait-il si au contraire nous étions en mode contemplation, en mode écoute, pour mieux apprendre des personnes autour de nous?

C’est justement ce changement de perspective qui nous soulève parfois et nous pousse à danser, courir, méditer, chanter, et aller de plus en plus profondément dans la découverte de notre monde et de soi. L’émerveillement, c’est cettte capacité  à retirer l’étiquette pour découvrir une nature propre d’une valeur inestimable.

Une chanson de Bruno Pelletier –  Regarde autour

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Publié 19 juillet 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

Immigration: réflexion dérangeante   Leave a comment

 

L’immigration et les bonbons, une démonstration tout simple qui vise à démontrer que  notre comportement face aux gens vivant en situation de pauvreté dans le monde est irrationnel et pousse à la réflexion.

 

%d blogueurs aiment cette page :