Archives du tag ‘vieillir

La vieillesse ou l’Art d’être en changement   Leave a comment

image-voyage-ensemble

La vieillesse est souvent vécue comme la dernière ligne droite de la vie, la période des deuils, la perte d’un statut social, la diminution de la capacité d’agir, la transformation d’un corps qui s’éloigne des standards de la mode et la peur de ne plus vivre de bonheur partagé.

Souvent, la vieillesse est dans le regard de ceux qui regardent l’aîné. Personne n’a conscience que le cerveau de l’aîné a encore tendance à percevoir la réalité avec le philtre d’une jeunesse caché au fond du cœur.

Nous en avons fait de ces aînés une catégorie, qui au plan commercial, présente certaines caractéristiques intéressantes à exploiter.

Pour l’aîné, tout change. L’entourage demande de moins en moins d’avis, car les choses ont évolué et l’avancement de la technologie à changer complètement le contexte. De plus, ces gens qui les entourent disparaissent les uns après les autres.

Mais, pour ceux et celles pour qui le vieillissement est simplement l’apprentissage de l’Art d’être en changement, ils découvrent l’inversion de perspective. La vieillesse n’est plus la dernière ligne droite de la vie, c’est la vie. Être conscient qu’ils ne sont ni à la fin, ni au début de quelque chose d’autre, mais au cœur d’eux-mêmes, en vie, et avançant comme depuis leur naissance de changement en changement. Aucune avancée technologique ou modification du corps ne peuvent effacer l’expérience de vie.

Il n’y a pas de solitude pour la personne qui demeure reliée par sa nature propre à la Vie qui l’entoure. Il y a l’interdépendance permettant de simplement disparaitre en faveur des autres quand la transformation est opérée.

 

Une chanson d’Yves Duteil – Le passeur de lumière

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/1291674-yves-duteil-le-passeur-de-lumiere.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 24 octobre 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , , ,

Accepter de vieillir : les impacts au travail et dans la vie   Leave a comment

Zarah Issany propose une réflexion sur le temps avance et le fait que nous réalisons tranquillement que notre être change. Vieillir, apporte un lot d’émotions et pourtant nous avons pris de la maturité, nous nous connaissons mieux, nous avons plusieurs clés et outils en main pour être heureux au travail et dans notre vie. Est-ce que tu trouves difficiles de vieillir ? Pourquoi ?

Publié 9 octobre 2018 par dandanjean dans Réflexions trouvées à partager

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Mireille Bergès : Ma vie   Leave a comment

beauté

J’ai eu vingt ans et bientôt trente, les quarante ont suivi et aussi les cinquante, avec quelques unités pour perturber les comptes.

J’ai lu des magazines qui parlaient de mes rides, de bouchers qui taillaient dans les bides et remontaient des seins à la file comme dans les usines pour les automobiles.

Rester jeune, peu importe le prix !

Info, intox, il paraît même que le botox…

Alors, là, moi, j’dis stop.

Remonter le temps? Avoir encore vingt ans ?

Ça ne va pas, non ? Tu sais quoi ? Je n’ai pas le temps !

Demain, dans un mois, dans un an, j’irai me balader pas très loin sur la plage et je ramasserai des galets arrondis que je colorierai aux couleurs du bonheur.

Je lirai des légendes, écouterai des contes et puis les offrirai à qui voudra entendre.

Je me ferai des amis, au hasard sur la toile, dans la rue ou au bar; on discutera jusqu’au bout de la nuit de la vie, de l’amour et de la mort aussi.

Demain, dans un mois, dans un an, j’aurai les bras câlins de mes petits enfants à mon cou enroulés pour mieux me protéger.

Mes enfants seront là et nous nous sourirons, heureux d’avoir su traverser sans sombrer les tempêtes, les naufrages et puis quelques orages.

Il m’arrivera encore de chanter, de danser et de me régaler de gâteaux, de bonbons, de p’tits plats mijotés sans penser aux kilos ou bien à ma santé.

Demain, dans un mois, dans un an, je sortirai la nuit avec tous les hiboux et verrai le soleil sur la mer se lever.

Je marcherai longtemps en goûtant le silence.

J’aimerai les odeurs de la mousse en automne et du foin en été et le chant des cigales et le soleil brûlant.

J’écouterai toujours le malheur qui se plaint.

J’éprouverai encore les bouffées de colère face à la bêtise et la haine étalées.

Jamais ni l’injustice ni l’infamie je n’accepterai et lèverai en l’air, mon poing avec rage.

Demain, dans un mois, dans un an…

Et si la mort survient, car elle survient toujours, la garce, elle me trouvera debout, occupée et ridée.

Mireille Bergès

 

Une chanson de Mario Pelchat – C’est la vie

Les paroles sur https://genius.com/Mario-pelchat-cest-la-vie-lyrics

Publié 19 juillet 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , ,

La vieillesse comme accomplissement   Leave a comment

 

Le cinéaste Fernand Dansereau demande au philosophe Bertrand Vergely d’expliquer son concept de vieillesse comme « parachèvement », concept développé avec la psychologue Marie de Hennezel.

Publié 4 juillet 2018 par dandanjean dans Débats à partager

Tag(s) associé(s) : , ,

Vieillir en pleine conscience   2 comments

DSCF02701

Hormis le handicap physique, rien n’est plus angoissant que la perspective de la sénilité. C’était en tout cas ce que je redoutais le plus avant mon attaque. Pourtant quand nous entrons dans la dimension spirituelle de la conscience, nous constatons qu’elle est infiniment plus vaste que le mental et qu’elle demeurera omniprésente. Il importe peu alors d’avoir toute sa tête.

*

Puis quand la pratique méditative vous aura permis d’acquérir un peu de tranquillité, vous pourrez partir à la rencontre de vos démons intérieurs et réaliser qu’ils ne sont que pures inventions.

*

Dans une culture aussi peu traditionnelle que la nôtre et, de surcroît, dominée par la technique, on porte beaucoup plus d’intérêt aux informations qu’à la sagesse. Pourtant leur rôle est bien distinct. Les premières impliquent l’acquisition, l’organisation et la diffusion de faits. La sagesse, pour sa part, met en jeu une fonction tout aussi cruciale : le déconditionnement et la pacification du mental, l’intervention du cœur et l’alchimie de la raison et des sentiments. En Occident la sagesse se fait rare.

*

Nous pouvons choisir de vieillir comme nous l’entendons. Nous pouvons faire de nos transformations des richesses tant pour les autres que pour nous-mêmes. Pour cela, il faut prendre le temps de connaître le fonctionnement du mental et de découvrir comment il détermine la qualité de notre existence.

*

Souvent, j’ai dû remettre mes pendules à l’heure afin de me remémorer que je ne suis ni ce corps paralysé, ni cette attaque, même si elle a radicalement modifié ma vie et menace parfois de dominer ma conscience. De la même façon, un mourant ne se réduit pas au corps que vous voyez sur le lit. Rappelons-le leur et rappelons-nous-en quand notre heure viendra. Nous contribuerons ainsi à ce que diminue la souffrance. En nous intéressant aux autres facettes de l’identité d’un mourant, notamment à son existence en tant qu’âme, nous évitons cette identification à la maladie lorsque les circonstances de la vie nous poussent dans ce sens.

*

Je vous souhaite à tous de vieillir avec ce sentiment qui habitait mon père, ce sentiment de libération, d’accomplissement et de contentement.

Ram Dass, dans Vieillir en pleine conscience

Richard Alpert, Ram Dass, a été atteint d’un accident vasculaire cérébral en 1997. Il en est resté sévèrement handicapé. Il avait commencé à écrire ce livre avant son accident et il a été terminé par la suite.

Une chanson de Leonard Cohen – Traveling Light

Les paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/1194286-leonard-cohen-traveling-light.html

Publié 5 avril 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

L’amour rend visionnaire   2 comments

ImAGE femme musique

Le corps est cette œuvre d’un grand luthier qui aspire à la caresse de l’archet. « Tout ce qui vit aspire à la caresse du Créateur« , dit Hildegarde von Bingen. Séparé de la résonance à laquelle aspire ce corps, séparé de la musique pour laquelle il a été créé, il perd sa tension, il s’affaisse, il se laisse aller, il se désespère.

Nous vivons à une époque où rien ne nous dit la merveille de l’ordonnance du corps ; on croit vraiment que se laisser aller est une manière de se sentir mieux, personne ne nous signale : attention, ton chevalet est déplacé, ta corde est distendue, le maître ne peut pas jouer sur toi.

Ces corps inhabités de tant d’entre nous aujourd’hui, qui, à défaut d’entrer dans la résonance pour laquelle ils étaient créés, vont se rouiller, se déglinguer, perdre le souvenir de ce qu’ils sont. Pourtant, nous le savons tous, la mémoire du corps est la plus profonde.

*

L’amour ne rend pas aveugle, il rend visionnaire.

*

De notre conception à notre mort, la vie est conçue comme un chemin d’initiation, un cycle d’expériences successives.

*

La vie ne commence à faire mal, très mal, que lorsque nous ne nous laissons pas porter par son courant, lorsque nous refusons d’en épouser le cours et les méandres, lorsque nous tentons de nager à contre-courant.

*

Refuser de mûrir, refuser de vieillir, c’est refuser de s’humaniser.

Christiane Singer dans Où cours-tu ? Ne sais-tu pas que le ciel est en toi?

 

Une pièce musicale de Tony Banks – Reveille

Publié 31 mars 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , ,

Le goût de vivre   Leave a comment

 monsieur_ibrahim_et_les_fleurs_du_coran_2002_portrait_w858

– C’est si simple. Plus on veillait, plus on apprend. Si tu restais âgé de vingt-deux ans, tu serais toujours aussi ignorant que tu l’étais alors. Vieillir, ce n’est pas seulement se détériorer, tu sais ! C’est croître. Ce n’est pas seulement aller vers la mort, ce qui peut être perçu comme négatif, c’est également comprendre que l’on va mourir, ce qui est positif car alors on vit mieux.

– Oui, dis-je, mais si c’est tellement bien de vieillir, pourquoi les gens disent-ils toujours : « Oh, si je pouvais retrouver ma jeunesse ! On n’entend jamais les gens dire : « Comme j’aimerais avoir soixante-cinq ans ! » »

– Tu sais ce que cela reflète ? Des vies insatisfaites. Des vies mal remplies. Des vies qui n’ont pas trouvé leur sens. Quand on a trouvé un sens à sa vie, on n’a pas envie de revenir en arrière. On veut aller de l’avant. On veut en voir plus, en faire plus. On a hâte d’avoir soixante-cinq ans.

Écoute bien. Il faut que tu saches quelque chose. Il faut que tous les jeunes le sachent. Quand on passe son temps à se battre contre la vieillesse, on finit toujours par être malheureux, parce qu’elle arrive de toute façon.

*

Apprends à mourir, et tu apprendras à vivre.

*

Fais ce qui te vient du cœur. Tu ne seras pas insatisfait, tu ne seras pas envieux, tu ne chercheras pas à obtenir ce qu’ont les autres. Au contraire, tu seras comblé par tout ce qui te sera donné en retour.

*

Notre culture n’aide pas les gens à avoir une bonne opinion d’eux-mêmes. Il faut être assez fort pour changer de culture, si elle ne vous convient pas.

Mitch Albom La dernière leçon : Comment un vieil homme face à la mort m’a appris le goût de vivre

 Deux chansons de Neil Young – Old Man & Heart Of Gold

 

PAROLES SUR https://www.lacoccinelle.net/211787-neil-young.html

Publié 15 novembre 2017 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

%d blogueurs aiment cette page :