Archives de avril 2009

Par donner   Leave a comment

J’ai toujours trouvé plus facile de pardonner les erreurs des autres.  Mais comme il en est autrement de se pardonner lorsque ces autres ont pu voir les nôtres!!!

Publié 29 avril 2009 par dandanjean dans Textes de mon cru

À venir   Leave a comment

En ce moment, en cet instant je suis en train de créer mon propre avenir!

Publié 27 avril 2009 par dandanjean dans Textes de mon cru

Puis une autre…   Leave a comment

La compassion
 
AMÈNE-TOI CHEZ NOUS
paroles et musique: Jacques Michel

Si le coeur te fait mal
Si tu ne sais plus rire
Si tu ne sais plus être gai comme autrefois
Si le cirque est parti
Si tu n’as pu le suivre
Amène-toi chez nous, je t’ouvrirai les bras
Je n’ai rien d’un bouffon
Qui déclenche les rires
Mais peut-être qu’à deux nous trouverons la joie…
Viens!

Si tu ne peux pas mordre
Dans la vie qui t’emporte
Parce que c’est la vie qui te mord chaque jour
Si tu ne peux répondre
Aux coups qu’elle te porte
Amène-toi chez nous, je serai dans ma cour
Je ne sais pas guérir
Je ne sais pas me battre
Mais peut-être qu’à quatre nous trouverons le tour…
Viens!

N’oublie pas que ce sont les gouttes d’eau
Qui alimentent le creux des ruisseaux
Si les ruisseaux savent trouver la mer
Peut-être trouverons-nous la lumière

Si tu cherches à savoir
Le chemin qu’il faut suivre
Si tu cherches à savoir ce vers quoi tu t’en vas
Si tu vois ton bateau
Voguer à la dérive
Amène-toi chez nous, j’aurai du rhum pour toi
Je ne suis pas marin
Je vis loin de la rive
Mais peut-être qu’à cent nous trouverons la voie…
Viens!

Si tu t’interroges
Sur le secret des choses
Si devant l’inconnu tu ne sais que penser
Si on ne répond pas
Aux questions que tu poses
Amène-toi chez nous, je saurai t’écouter
La vérité m’échappe
Je n’en sais pas grand’chose
Mais peut-être qu’à mille nous saurons la trouver…
Viens!

N’oublie pas que ce sont les gouttes d’eau
Qui alimentent le creux des ruisseaux
Si les ruisseaux savent trouver la mer
Peut-être trouverons-nous la lumière

Viens, viens, viens!

Publié 26 avril 2009 par dandanjean dans Pauses musicales

En écoutant la chanson en moi   Leave a comment

Une petite chanson simple qui me fait penser que l’on peut être mieux pour l’autre. Un brin mélancolique, mais une lueur d’espoir sur le devenir….
 
QUI SAIT
paroles: Daniel Lavoie, Thierry Séchan
musique: Daniel Lavoie

Qui sait, peut-être je n’ai pas de tête
Mais un tout petit trou par où je vois les étoiles de temps à autre
Qui sait, peut-être je n’ai pas de tête
Mais une toute petite brèche dans un mur d’où vient la rumeur des gens

Qui sait, peut-être je n’ai pas de coeur
Juste un petit moteur sans chaleur qui chante sa chanson en mineur
Qui sait, peut-être je n’ai pas de coeur
Juste un tout petit bruit qui me fait peur la nuit dans le silence entre les heures

Si j’avais juste la moitié d’une tête
J’entendrais tes appels au secours
Cette moitié me suffirait pour savoir ce qui t’a blessée
Et si j’avais juste la moitié d’un coeur
Je verrais tes cernes au petit jour
Cette moitié me suffirait pour comprendre le mal que je te fais

Qui sait, peut-être que je n’ai pas d’âme
Juste une toute petite flamme, l’écho d’une étoile morte depuis des millions d’années
Qui sait, peut-être que je n’ai pas d’âme, non même pas de flamme
Juste une ombre, un vide, une petite pièce sombre, le creux entre de l’amour

Si j’avais juste la moitié d’une âme
Je pourrais voler bien plus haut
Je verrais tes yeux éteints, je saurais faire ce qu’il faut
Si j’avais juste une poussière d’âme
Je ne pourrais plus jamais te briser
Mais je ne sais pas t’aimer et je te fais pleurer

Qui sait, peut-être je n’ai pas de tête
Mais un tout petit trou par où je vois les étoiles de temps à autre
Qui sait, peut-être je n’ai pas de tête
Juste un tout petit bruit qui me fait peur la nuit dans le silence entre les airs

Publié 26 avril 2009 par dandanjean dans Pauses musicales

Dans ta fenêtre   Leave a comment

Si pour certains sages prier n’est pas demander, mais bien établir une connexion pour une aspiration de l’âme, alors regarder le mur assis en méditant doit réfléchir une fenêtre sur soi?

Publié 26 avril 2009 par dandanjean dans Voyages et errances

Dans quel pays   Leave a comment

Quand le voyage, le vrai voyage nous hante….Jean-Pierre Ferland sa chanson Dans quel pays
 

Les hommes s’aidaient à l’ouvrage

Les femmes riaient tout autour 

Les enfants qui en avaient l’âge, 

S’aimaient et se faisaient l’amour

Et l’eau vive de la fontaine

Coulait juste au fond de leurs yeux 

Quel soleil coulait dans leurs veines?

Dans quel pays?

 

Des cloches fleurissaient aux arbres 

Des noix poussaient dans les rosiers

Les roses épousaient des rhubarbes

J’étais venu en étranger

Les hommes m’ont offert leurs femmes

Les femmes m’ont donné leurs bras

Quel soleil coulait dans leur âme?

Dans quel pays?

 

Qu’on a dansé, moi qui ne danse jamais

Qu’on a chanté, moi qui ne parle jamais

Je te le jure; je n’ai pas rêvé ça

 

Soigne ton rhume 

Finis tes légumes

Un jour, peut-être, je t’emmènerai

Cueillir des amandes

Quand tu seras grande

Dans ce pays que je retrouverai

 

Où les hommes décorent leur barbe

Les femmes dorent leurs cheveux

Où les étrangers qui s’attardent,

S’étonnent un jour et font comme eux

Un monde où la marée montante

Monte pour bercer les petits

Quand les mères sont des amantes

Dans quel pays?

 

Un coin sans loi, ni tirelipote,

Gorgés de bonbons pralinés

Où les soldats font la popote

Pour les gendarmes-jardiniers

Un monde où le bonheur abuse, 

Où il ne pleut que les lundis

Avec mille et une excuses

Dans quel pays?

 

Nous danserons, moi qui ne danse jamais

Nous chanterons, moi qui ne parle jamais

Et je te jure que je ne rêve pas

 

Soigne ton rhume

Finis tes légumes

Un jour, peut-être, je t’emmènerai

Cueillir des amandes

Quand tu seras grande

Dans ce pays que j’inventerai

 

Avec un ciel de Pissaro

Avec les arbres de Gauguin

 Et les oiseaux de Picasso

 N’oublie pas de te coucher tôt

 Je serai là demain matin

 Il faut que j’aille à mon boulot

Ça y est, j’ai raté mon dernier métro

  

Publié 25 avril 2009 par dandanjean dans Voyages et errances

Aujourd’hui, le Prix Hommage bénévolat-Québec   Leave a comment

Le visage d’un bénévole

 

Un jour sur le pas de ma porte

J’y  ai vu s’envoler tout doucement

Un oiseau exceptionnel et majestueux

Le battement de ses ailes

Amorça un souffle

Qui pénétra mon corps

Touchant mon cœur

Ce souffle était porteur

D’une rare énergie

Dont le rayonnement

Tissait une toile magique

Tous ceux qui l’on côtoyé

Avaient vue apparaître

En eux, sur la toile du souvenir

Le visage serein de ce bénévole

Un visage d’une bonté qui sait unir

Et sur la toile magique du souvenir

Les couleurs n’y restaient

Pas gravées, mais se fondaient

Comme pour réchauffer la vie

Pour nous illuminer

Semant ainsi les vertus de ce visage 

Le désir de se dépasser

De réaliser des choses

De donner, avec le regard

De travailler ensemble

Par simple mouvement

De bonté, d’amour

Comme un instant magique

Ce visage m’a appris

A me dépasser, à oublier le temps

Un jour sur le pas de ma porte

J’y ai vu un oiseau s’envoler

Et chaque battements d’ailes

S’unit aux battements

De mon cœur…

Publié 22 avril 2009 par dandanjean dans Débats à partager

%d blogueurs aiment cette page :