Archives de janvier 2015

Antoine de Saint-Exupery : Citation tirée du Petit prince   1 comment

Petit prince et le renard

Bien sûr, dit le renard. Tu n’es encore pour moi qu’un petit garçon tout semblable à cent mille petits garçons. Et je n’ai pas besoin de toi. Et tu n’as pas besoin de moi non plus. Je ne suis pour toi qu’un renard semblable à cent mille renards. Mais, si tu m’apprivoises, nous aurons besoin l’un de l’autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde.

….

Tu vois, là-bas, les champs de blé ? Je ne mange pas de pain. Le blé pour moi est inutile. Les champs de blé ne me rappellent rien. Et ça, c’est triste ! Mais tu as des cheveux couleur d’or. Alors ce sera merveilleux quand tu m’auras apprivoisé ! Le blé qui est doré, me fera souvenir de toi. Et j’aimerai le bruit du vent dans le blé…

….

Si tu veux un ami, apprivoise-moi!

-Que faut-il faire? dit le petit prince.

Il faut être très patient, répondit le renard. Tu t’assoiras d’abord un peu loin de moi, comme ça dans l’herbe. Je te regarderai du coin de l’œil et tu ne diras rien. Le langage est source de malentendus. Mais chaque jour, tu pourras t’asseoir un peu plus près…

….

Ainsi le petit prince apprivoisa le renard. Et quand l’heure du départ fut proche :

-Ah ! Dit le renard… je pleurerai.

-C’est ta faute, dit le petit prince, je ne te souhaitais point de mal, mais tu as voulu que je t’apprivoise…

-Bien sûr, dit le renard.

-Mais tu vas pleurer ! dit le petit prince.

-Bien sûr, dit le renard

-Alors tu n’y gagnes rien !

-J’y gagne, dit le renard, à cause de la couleur du blé.

 

Une chanson du film Le petit Prince,- J’ai dans le coeur

Publié 31 janvier 2015 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , ,

La fable du désert   Leave a comment

Maroc désert 1

En marchant dans le désert, je me suis perdu dans le mirage de mes attentes, et j’ai eu peur de mourir. Mais à force de pas, d’errance, j’ai compris que chaque grain de sable est l’espace du temps que je foule de ma marche.

Et devant cette immensité infinie, j’ai découvert que l’oasis qui nous protège n’est qu’escale. Le désert c’est le non-attachement, c’est la rencontre et le renoncement. La vie humaine est transitoire dans ce désert, et en même temps, l’inévitable démonstration de force de la vie. Dans le désert, il faut accepter la souffrance et la mort pour ne plus avoir peur et laisser son intuition repérer les sources de vie.

https://www.youtube.com/watch?v=lJxo4_Eza2I

La vision   1 comment

dali6

Le détail est intéressant, souvent captivant, mais il peut nous mener à notre perte. Il n’est jamais souhaitable d’apprécier la réalité, ou encore voir l’œuvre dans sa totalité, ce tout, uniquement par la partie.

On ne peut pas juger d’une situation par un détail, on ne peut pas apprécier un long spectacle par une seule chanson, de même devant une toile de Dali, regarder l’horloge ne donne pas la beauté de l’œuvre ou même l’intention du peintre, à tout le moins il donne l’heure deux fois par jour.

Il faut apprendre à ouvrir l’esprit au lieu de l’enfermer dans les détails. Un juste équilibre à définir.

https://www.youtube.com/watch?v=NWxu8S6QdqU

Publié 29 janvier 2015 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , ,

On finit toujours par se comprendre   Leave a comment

zorba-le-grec-07-g

Il est faux de croire que nous ne serons jamais compris dans ce que nous vivons. Nous pouvons vivre une longue période de temps avec ce sentiment que personne ne saisit vraiment ce que nous vivons. Nous nous disons que si les personnes savaient, il y aurait plus d’ouverture et de compréhension dans la vie.

Puis un jour, comme cela, une personne nous interpelle et nous dit qu’elle nous comprend, car elle a été ou elle est maintenant dans la même position que nous.

La vie nous fait traverser les mêmes parcours, il faut avoir confiance à l’ouverture et à l’interdépendance avec les autres. Nous finissons toujours par être compris, et à se comprendre, mais parfois cela demande beaucoup de patience.

https://www.youtube.com/watch?v=qWDI9PmvoKQ

Publié 28 janvier 2015 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Compassionnément…   1 comment

cropped-mandala-colorie-mandareve-etoile-lespoir-l-v0gbox.jpeg

Il t’est déjà arrivé, lorsque tu vis de la souffrance, de penser aux autres personnes que tu connais qui ont une souffrance comparable? Et de leur souhaiter d’être un jour parmi les personnes les plus heureuses comme tu le souhaiterais pour toi?

Alors, il serait aussi possible de faire cette attention aussi à chaque fois que tu es heureux, en te disant que ces personnes puissent aussi vivre cet instant de pure vie bienheureuse.

Cette attitude remplie de compassion peut changer complètement la trame quotidienne de notre vision intérieure sur ce qui nous entoure, les événements et les gens, et constitue une véritable élévation à la vraie vie.

https://www.youtube.com/watch?v=VaXOSmRFiXk

Coexister rellement   Leave a comment

cropped-imagescoexist1.jpg

Quand un bouddhiste est un authentique bouddhiste,

un musulman un authentique musulman,

un chrétien un authentique chrétien,

un hindou un authentique hindou,

alors, il n’y a plus de difficultés entre eux;

leurs représentations du monde sont peut-être différente,

mais ensemble ils veulent la fin de la souffrance pour toutes les personnes.

C’est en créant la souffrance par la violence que l’on a tout faux.

https://www.youtube.com/watch?v=QLgXpYYTJtI

Publié 26 janvier 2015 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , ,

Swami Prajnanpad, ou la trace d’un guerrier pacifique   Leave a comment

Arnaud Desjardins Arbreswami_prajnanpad2

Swami Prajnanpad est né en 1891  à Chinsura en Inde au sein d’une famille brahmane très pauvre et il est décédé en 1974 à l’ashram de Channa. Familier des textes traditionnels orientaux et diplômé de physique, il a intégré des données venant de sources aussi différentes que la tradition indienne, la physique occidentale et la psychanalyse. Il est aussi pour avoir été notamment le maître spirituel d’Arnaud Desjardins.

Tiré du libre ABC d’une sagesse de Svami Prajnanpad

Le concept de Dieu en tant que personne est une illusion complète. Et l’illusion est venue du besoin de compensation du père et de la mère terrestres. Le concept de Dieu est le concept de l’enfant éternel. Les gens sont enfantins. Ils grandissent en années, mais mentalement ils restent enfantins. Alors, ils veulent un Dieu personnel.

Tiré d’Entretien 13 du 5/8/1966 – Le but de la vie (un été plein de sagesse)

Dans la vie du monde on saisit toujours un objet particulier. Mais qu’arrive-t-il quand on sent et qu’on réalise qu’il n’y a rien à saisir ? Il y a une disparition complète de la conscience du monde et quand ce sentiment se cristallise, on sent : « tout est à moi, tout m’appartient ». L’éveil n’est rien d’autre que cela.

https://www.youtube.com/watch?v=y73lYL_EiUQ

Publié 25 janvier 2015 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , ,

%d blogueurs aiment cette page :