Archives de septembre 2015

Un peu plus de partage   Leave a comment

mains monde

Toutes ces mains pour façonner

ce monde à des fins personnelles,

tous ces regards pour le contempler

en y retirant un instant de bonheur

il faudrait juste un peu plus de partage pour le transformer

en un monde meilleur pour tous.

Une chanson Tout le monde y pense

Publié 30 septembre 2015 par dandanjean dans Réflexion

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

DéCouverte   Leave a comment

13224

C’est fascinant le pouvoir du livre.

Je regarde la couverture du livre que je viens de terminer. J’ai adoré, et j’ai été emporté vers de nouveaux horizons et je me suis découvert un peu plus.

C’est fascinant le pouvoir de l’auteur.

Savez-vous combien d’enfants un auteur peut-il concevoir dans toute sa vie?

Savez-vous combien de trésors un auteur peut-il dévoiler dans toute sa vie?

Savez-vous combien de ces enfants sauront vous toucher au cours de votre vie?

Savez-vous combien de fois vous vivrez la joie de découvrir un trésor au cours de votre vie.

C’est fascinant le pouvoir du lecteur.

Heureux celui qui a le plaisir d’ouvrir la couverture pou entrer dans la déCouverte!

Une chanson de Fred Pellerin De pères en fils

Par exemple, voici un auteur à découvrir

Photo de Paul Angèle
Paul Angèle
Prénom : Paul
Nom : Angèle

Notes biographiques :
Né à Saint-Paul de Montmagny, Paul Angèle évoque son enfance en disant : « On carburait au rêve… » Développeur de logiciels depuis 1985, il a toujours été passionné par la peinture, la musique et l’écriture.

Publié 29 septembre 2015 par dandanjean dans Livres, Réflexion

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Qu’est-ce qu’on leur laisse?   Leave a comment

Singe

Il y a pas si longtemps, il était commun d’entendre dire que le concept même de changement climatique dû à la consommation humaine est une fiction de l’esprit pour mousser la cause écologique. Malheureusement l’expérience nous rattrape et nous constatons les effets de notre utilisation de la nature sur le climat et sur nos vies. Plus de tempêtes virulentes, changement brusque de température, pluies abondantes, etc.

Il y a de plus en plus d’humains qui font cette prise de conscience d’une interdépendance de l’homme avec la nature.

N’est-ce pas Alan Watts qui soulignait : « En vérité, c’est pour la pensée seulement que la peau sépare le corps du reste du monde. Pour la nature, la peau est agent de liaison autant que de séparation. »

Il est triste de constater que cette civilisation où l’homme est considéré comme le couronnement de la création soit son propre bourreau.

Si nous sommes capables, à l’échelle de l’humain, de nous libérer des entraves que nous nous créons dans notre vie, il en est de même pour notre relation avec la nature. Nous avons le choix de faire la différence à notre propre échelle. Pensons à nos petits enfants, qu’est-ce qu’on leur laisse?

 

Une chanson de Richard Séguin Qu’est-ce qu’on leur laisse?

Tout est voyage   Leave a comment

bulle d'espace

Quel est le but du voyage ? Le voyageur suprême ignore sa destination. L’observateur suprême ignore ce qu’il contemple. Tout est voyage. Tout est observation. C’est ce que j’appelle voyager, c’est ce qu’appelle observer.

Extrait du Traité du vide parfait : Lie Tseu (Liezi) de Lie Yukou

Une pièce musicale The great escape de Patrick Watson

Publié 27 septembre 2015 par dandanjean dans Livres

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Les gestes d’entraide et de compassion   Leave a comment

ImAGE main allumée

Les gestes d’entraide et de compassion

sont comme un feu sacré.

Ils éclairent les personnes qui désirent le bien des humains et deviennent des guides

et ils ne font qu’éblouir les autres

qui y voient que perte de temps.

Une chanson Toute la vie

Publié 27 septembre 2015 par dandanjean dans Réflexion

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Il est bon de se rappeler de la contribution des grecs!   Leave a comment

epictete

Épictète  – Maximes I

De toutes les choses du monde, les unes dépendent de nous, les autres n’en dépendent pas. Celles qui en dépendent sont nos opinions, nos mouvements, nos désirs, nos inclinations, nos aversions; en un mot, toutes nos actions.

Celles qui ne dépendent point de nous sont le corps, les biens, la réputation, les dignités; en un mot, toutes les choses qui ne sont pas du nombre de nos actions.

Les choses qui dépendent de nous sont libres par leur nature, rien ne peut ni les arrêter, ni leur faire obstacle; celles qui n’en dépendent pas sont faibles, esclaves, dépendantes, sujettes à mille obstacles et à mille inconvénients, et entièrement étrangères.

Souviens-toi donc que, si tu crois libres les choses qui de leur nature sont esclaves, et propres à toi celles qui dépendent d’autrui, tu rencontreras à chaque pas des obstacles, tu seras affligé, troublé, et tu te plaindras des dieux et des hommes. Au lieu que si tu crois tien ce qui t’appartient en propre, et étranger ce qui est à autrui, jamais personne ne te forcera à faire ce que tu ne veux point, ni ne t’empêchera de faire ce que tu veux; tu ne te plaindras de personne; tu n’accuseras personne; tu ne feras rien, pas même la plus petite chose, malgré toi; personne ne te fera aucun mal, et tu n’auras point d’ennemi, car il ne t’arrivera rien de nuisible.

Aspirant donc à de si grands biens, souviens-toi que tu ne dois pas travailler médiocrement pour les acquérir, et que, en ce qui concerne les choses extérieures, tu dois entièrement renoncer aux unes, et remettre les autres à un autre temps. Car si tu cherches à les accorder ensemble, et que tu poursuives et ces véritables biens et les richesses et les dignités, peut-être n’obtiendras-tu même pas ces dernières, pour avoir désiré les autres; mais certainement tu manqueras d’acquérir les biens qui peuvent seuls faire ta liberté et ton bonheur.

Ainsi, devant toute imagination pénible, sois prêt à dire : «Tu n’es qu’une imagination, et nullement ce que tu parais.» Ensuite, examine-la bien, approfondis-la, et, pour la sonder, sers-toi des règles que tu as apprises, surtout de la première, qui est de savoir si la chose qui te fait de la peine est du nombre de celles qui dépendent de nous, ou de celles qui n’en dépendent pas; et, si elle est du nombre de celles qui ne sont pas en notre pouvoir, dis-toi sans balancer : «Cela ne me regarde pas.»

Une chanson La Caverne de Claire Pelletier Inspirée de la Caverne de Platon

Ton trésor   Leave a comment

cropped-mandala-colorie-mandareve-etoile-lespoir-l-v0gbox.jpeg

Ton trésor

Il est en toi, tu verras

rien ne diminue

ni n’augmente

dans tes richesses intérieures.

Elles sont là et infinies,

attendant d’habiter ta vie consciente.

La porte pour ouvrir ces richesses

S’ouvre avec l’inspiration.

Les richesses en toi sont invisibles

et ne peuvent être données

Il est possible de voler tes créations, tes œuvres

mais jamais cette source de ton trésor.

Ton intuition le connaît bien, laisse-toi guider

à ces richesses intérieures

pour accéder à un monde infini,

et enrichir le monde autour de toi.

 

Une chanson C’est plein de vie

Publié 26 septembre 2015 par dandanjean dans Réflexion

Tag(s) associé(s) : , , , ,

%d blogueurs aiment cette page :