Le livre de l’intranquillité   5 comments

ImAGE Ruelle italie

Considérer notre plus profonde angoisse comme un incident sans importance, non seulement dans la vie de l’univers, mais encore dans celle de notre âme, c’est le début de la sagesse. Le penser pleinement, au beau milieu de cette angoisse, c’est là la sagesse totale. Au moment où nous souffrons, la douleur humaine nous paraît infinie. Mais la douleur humaine n’est pas infinie, car rien d’humain n’est infini, et notre douleur ne possède pas d’autre valeur que d’être la nôtre.

Que de fois il m’est arrivé – sous le poids d’un ennui qui paraît proche de la folie, ou d’une angoisse qui paraît plus vaste qu’elle encore – de m’arrêter net, hésitant, avant de me révolter, et d’hésiter, m’arrêtant net, avant de me diviniser.

Ah ! non, il n’est pas vrai que la vie soit douloureuse, ou qu’il soit douloureux de penser à l’existence. La vérité, c’est que notre douleur n’est grave et sérieuse que lorsque nous prétendons qu’elle l’est. Si nous restons naturelles, elle passera comme elle est venue, et se flétrira tout comme elle a poussé. Tout est néant, y compris notre douleur.

J’écris tout cela sous l’oppression d’un ennui qui semble déborder de toutes parts, ou avoir besoin d’un lieu plus vaste que mon âme pour y tenir à l’aise ; sous une oppression de tous et de tout, qui me prend à la gorge et me rend fou ; d’un sentiment physique de l’incompréhension générale, qui m’angoisse et qui m’écrase. Mais je lève la tête vers le ciel bleu et indifférent, je tends mon visage au vent et à son inconsciente fraîcheur, je baisse les paupières après avoir vu, j’oublie mon visage après avoir senti. Je n’en sors pas meilleur, mais différent. Me voir me délivre de moi. Pour un peu, je sourirais : non que je me comprenne mieux mais, étant à présent différent, j’ai cessé de pouvoir me comprendre. Très haut dans le ciel, comme un néant rendu visible, un nuage minuscule signe de sa blancheur un oubli de l’univers tout entier.

*

La beauté d’un corps nu n’est sensible qu’aux races qui vont vêtues.

*

Éternels passagers de nous-mêmes, il n’est pas d’autre paysage que ce que nous sommes. Nous ne possédons rien, car nous ne nous possédons pas nous-mêmes. Nous n’avons rien parce que nous ne sommes rien. Quelles mains pourrais-je tendre, et vers quel univers ? Car l’univers n’est pas à moi : c’est moi qui suis l’univers.

*

Quel autre serais-je aujourd’hui, si l’on m’avait donné cette tendresse qui vient du fond du ventre, et qui monte jusqu’aux baisers posés sur un petit visage.

*

L’inconscience est le fondement de la vie. S’il pouvait penser, le cœur s’arrêterait.

Le livre de l’intranquillité de Fernando Pessoa

Une chanson de Christine and The Queens – Saint Claude

Souffle saccadé Voilà qui laisse deviner que tout se décide Maquillé comme à la craie Tout détonne et tout me plaît, les mains sont livides Un seul de tes poignets est tatoué Défiguré par ta manche Le lion ne sourit qu’à moitié A mes solitudes immenses Ton visage ne sera jamais entier Comme tu regardes au-dehors J’emporte un portrait dévoré Douleur destin bord à bord Here’s my station But if you say just one word i’ll stay with you La belle attitude Que l’impatience comme certitude, collier à trois fils Tu seras j’espère Fidèle aux violences qui opèrent dès que tu respires D’ordinaire cette ville n’offre rien Qu’une poignée d’odeurs tenaces Et cette ville est morte je sais bien Toi seul garde de l’audace Il faudrait que tu la portes loin Alors que d’autres renoncent Je descends deux enfers plus loin Pour que l’orage s’annonce Here’s my station But if you say just one word i’ll stay with you

Publié 7 octobre 2017 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : ,

5 réponses à “Le livre de l’intranquillité

Souscrire aux commentaires par RSS.

  1. merci dandanjean

    Aimé par 1 personne

  2. très sage textes

    J'aime

  3. J’adore Christine and The Queens , j’ai déjà partagé et la version en bleu merci

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :