La quête de l’immortalité   Leave a comment

INUSKSHUK

La quête de l’immortalité a probablement pris racine avec la découverte qu’en enterrant les morts dans un milieu sec et chaud, par exemple le désert, ces derniers se conservaient souvent mieux et plus longtemps. Cela a ouvert la porte à la momification. L’idée était d’une part d’interrompre le processus naturel de décomposition et de purifier le corps et de le rendre divin afin de permettre à l’âme de voyager vers les terres divines. Cette idée s’est rependue dans le monde tant en Amérique qu’en Afrique et en Europe.

En Chine, des adeptes du culte de la pratique de Maitreya ont développé l’automomification. Le processus commence par une ascèse de cinq ans tout en retirant un à un les aliments pour à terme vivre un jeune total jusqu’à la mort. Au Japon, le Sokushinbutsu, une autre technique d’automomification assez sophistiquée est maintenant interdite.

Encore aujourd’hui, nous embaumons des corps et nous avons des collections de papillons, d’oiseaux, de mammifères de poissons produits par des taxidermistes.

La quête des alchimistes tant de la Chine, de l’Inde que de l’Europe, visait, quant à elle, à concevoir l’élixir de longue vie afin de prolonger le plus longtemps possible la vie ou de conserver une relative jeunesse.

La découverte de l’écriture puis de l’imprimerie a permis d’assurer une certaine forme de perpétuation de la pensée d’une personne. Nous avons ainsi accès à la pensée des anciens qui se perpétue dans le temps, même si le corps est disparu depuis des siècles. Tout comme les œuvres d’art (peinture, sculpture, théâtre, musique, inukshuk, stupa, etc.) peuvent, grâce au développement technologique d’entreposage, être considérées par certains comme éternelles, mais certainement pas immortelles.

La quête de l’immortalité a amené les humains à explorer différentes dimensions alternatives, en passant par l’idée de la réincarnation, du paradis, celle d’un robocop ou d’un Frankenstein, ou encore ces travaux sur l’expérience de la mort imminente (EMI).

Auourd’hui, par la recherche scientifique, nous explorons les capacités qu’offre l’autoproduction cellulaire, ces cellules dites immortelles, ou encore le clonage et même le développement de l’intelligence artificielle afin de perpétuer notre humanité. Toutefois, nous sommes bien loin de l’immortalité qui ne peut prendre un sens que par rapport à la mortalité, notre mortalité. Trouver un substitut, ne fera pas en sorte que ce sera réellement nous qui resterons.

Il est intéressant de constater que la notion d’immortalité renvoie ultimement à celle d’être toujours en vie. Et si la notion d’immortalité n’était accessible à l’humain que par le fait de transcender l’effet du temps en vivant pleinement? Une idée à explorer…

Une chanson de Leonard Cohen – Traveling Light

Les paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/1194286-leonard-cohen-traveling-light.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci

Publié 7 février 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :